Archives: septembre 2010

Le Blog est une rencontre risquée, un malentendu fécond (réponse à Raphaël Enthoven).

Bon, c’est entendu : un blog n’est pas une œuvre d’art. Mais en avoir créé un, l’alimenter nous rapproche de ce point vif de la création. Pour BiBi, il est même Création continue. A un point tel qu’il s’efforce de le rendre vivant, vivable, visible, transmissible, c’est-à-dire partagé.

La mise en ligne d’un billet est comme la mise au monde : elle s’accompagne de jouissance et de douleur. Douleur et Attente : qu’en pensera l’Autre ? Cet autre prêt à piétiner votre jardin narcissique, cet autre qui répondra, qui sortira sa langue de vipère, qui vous fera sortir de vos gonds ou qui jouera de flatteries pour mieux vous faire taire, qui vous aimera – pourquoi pas… ?

C’est une rencontre risquée, attendue dans le tremblement et la violence du calme.

Et c’est souvent un malentendu fécond.

Dans sa réponse à Guy Birenbaum, Raphaël Enthoven a cette phrase impossible pour BiBi. Il parle de son approche des blogs : « Seulement voilà, en ce qui me concerne, je n’y trouve jamais CE QUE JE CHERCHE – donc je ne cherche plus » écrit-il.

Monsieur Enthoven SAIT donc déjà ce qu’il cherche AVANT même de se lancer sur le Net. Colère enfantine suivra, le voilà trépignant, n’obtenant pas ce qu’il veut. La conclusion est logique, définitive et aberrante : «Je ne cherche plus, na !».

Imperméable à la Surprise, à tout Étonnement du Sujet, à l’Inédit, Monsieur Enthoven se fait donc hara-kiri, refusant toute métamorphose, se fermant à cette part étrangère à lui-même, inconnue de lui-même.

Il reste ignorant de l’espace que produit une Rencontre et fermé à ce lieu d’être, à ce territoire de jeu, de mouvement, de fantasmes, à cet espace de transferts et de passages.

S’ouvrir aux blogs est aussi un appel singulier (pas «égoïste») à un peu d’air frais quand on suffoque, à un peu d’air chaud quand on est prisonnier du froid et du givre. Cet appel n’est pas un hameçon qu’on lance car on peut n’avoir au départ nulle idée du «poisson».

La gageure pour BiBi, c’est qu’on ne sait pas ce qu’on cherche, puisqu’on cherche aux limites d’un Savoir, aux confins d’espaces habités, aux frontières de pays manufacturés et de paroles trop souvent rabâchées. On cherche ce qu’on ne sait pas et souvent à notre insu. On cherche d’ailleurs l’Insu, pour ne pas trop y tomber aussi. Nulle envie d’être déjà tout entendu. Nul désir d’être – a contrario – (comme) cet enfant jamais entendu qui ne peut pas appeler.

Le Blog est un Appel (pas forcément appel au secours, pas forcément « égoïste« ), un appel – pour une part – de reconnaissance, d’existence, de reconnaissance a minima d’existence. Monsieur Enthoven, vous qui aimez citer en abondance les auteurs (Ah, ce désir d’intimider votre lecteur ! Et je te cite du René Char, du Leibniz, du Michel Serres en 20 lignes : chapeau !), voilà ce que disait simplement Michel Leiris :

«On écrit pour être aimé».

Et on écrit aussi pour aimer, rajouterait un BiBi à la fois espiègle et inquiet.

«Internet n’est le lieu ni de l’échange ni du désaccord, mais du consensus, de l’unanimité et, donc, de l’invective et parfois du lynchage ». Vous avez presque raison. Et ce «presque» vous donne tort. Vous ratez cet enjeu de bloggeur et de lecteur de blog : vous évitez la rencontre risquée en terrain vague, vous refusez les malentendus féconds.

BiBi vous laisse à vos Chemins de Sûreté : allez donc reprendre possession de vos terrains sécurisés et balisés de la Connaissance (chaque matinée sur France-Culture).

Après tout, tant pis pour vous.

Les Flèches automnales de BiBi.

Le Nombril d’Askolovitch.

Claude Askolovitch, rédacteur du JDD, s’indigne devant le «nombrilisme» et «les ambitieux UMP qui se lâchent» avec de jolies tournures. Exemple : «L’UMP n’est plus qu’une émulsion de postures et de petites phrases» mais c’est aussitôt pour tempérer son propos et tordre le bâton dans l’autre sens : «Les socialistes paniquent devant une victoire possible qu’ils ne méritent pas».

Il n’ose quand même pas nous resservir ce «Ah, quel bordel à l’UMP ! Je vous l’avais bien dit» car BiBi est là pour lui rappeler son magnifique titre du temps jadis : « Sarkozy : Maître du Monde ». C’est qu’à son propre nombril de journaleux, le cordon avec le Pouvoir n’est pas prêt d’être coupé.

Longuet, fidèle aux Postes.

1. Gérard Longuet (ex-Ministre des Postes entre 86 et 88) est très mécontent des déclarations de Martin Hirsch à propos d’un trafic possible de timbres rares : «Il est totalement déloyal. Je ne lui ferai pas de procès mais je le ferai bénéficier de mon mépris». Non, non, Gérard : fais plutôt le contraire. Va au Procès et garde ton mépris.

2. On connaît donc maintenant toute la vérité sur ces timbres rares qui valent une fortune : c’est cette chère Liliane qui préparait les enveloppes et c’est Gérard Longuet qui lui fournissait les précieux timbres. Les destinataires ? Ceux qui étaient en Postes.

3. Pascal Behr, expert français agréé auprès des tribunaux, nous apprend que Nicolas est «un vrai philatéliste». Pour BiBi, cette info ne passe pas comme une lettre à la Poste… d’où son hypothèse : il n’y aurait rien eu DANS les enveloppes de Liliane mais tout était peut-être… DESSUS.

Olivier Jay sur son arbre perché.

Dans le dernier JDD, Olivier Jay gazouille à nouveau en première page : «Ces manifestations rassemblent sans réunir. Rien à voir avec les cortèges anti-CPE (…) La France est en train d’accepter ce que tous les pays développés avaient fait avant elle».

Page 8, Nicolas Prissette commence l’interview du sarkozyste Gérard Larcher par ces mots : «Le Gouvernement voit « une décélération » de la mobilisation contre la Réforme des retraites». Entre l’avis du Gouvernement et celui du Jay, une différence ?

Rémy Pflimlin veut bousculer France Télé.

Louable intention du nouveau PDG sauf… qu’il a commencé son programme en médisant sur… Médiapart. Puis est venue sa piètre défense : «Euh… je n’ai pas parlé pour attaquer ce site, j’ai beaucoup d’estime pour les rédactions professionnelles. Mais j’ai critiqué les sites qui ne sont pas faits par des journalistes et ne vérifient pas leurs informations… Le critère de véracité est fondamental». BiBi – qui n’est pas journaliste et qui tient ce petit site de résistance – a vérifié l’info suivante : «BiBi veut bousculer Rémy Pfilimlin». Et il le fera avec véracité et voracité.

Nicolas rejoint le Père Ubu.

Le Père Ubu, héros d’Alfred Jarry, soumettait au Roi Venceslas son programme : 1. Les Trusts seront abolis. 2. Les Trusts exécuteront la loi précédente.

Nicolas Sarkozy embraye sur le même programme : 1. «Je serai un rempart contre la montée de l’Extrême-Droite» 2. Et c’est avec les arguments de l’Extrême-Droite que j’exécuterai le point numéro Un.

Pour BiBi, le compte est bon.

Il y a eu une bataille de chiffres pour compter le nombre de manifestants entre Syndicats et Police. Les deux chiffrages de BiBi ne prêteront pas à contestation.

1. 15 gendarmes sont mobilisés à temps plein pour garder la maison de Giscard à Anthon (Loir-et-Cher).

2. 6 gendarmes sont à Bity pour protéger Chirac et son château corrézien.

Et BiBi vous prie de croire que ce ne sont en aucun cas des emplois fictifs.

La Blogosphère s’affole sur un lapsus.

Relever les lapsus de Rachida ? BiBi aspire à autre chose.

Carla, Grégoire Verdeaux et les « Financements innovants ».

Il est bon de revenir quelque peu en arrière pour mieux cerner les tentatives « humanitaires » du Staff élyséen (Levitte, Guaino, Soubie sur le départ et naturellement Grégoire Verdeaux, conseiller com de la Princesse Carla).

Afin de mieux combattre la Stratégie d’envergure mise en place par Chouchou le 20 septembre dernier à l’ONU et mieux comprendre ce qu’il en est de ces « financements innovants », BiBi estime qu’il faut faire quelques rappels d’importance.

GRÉGOIRE VERDEAUX, UN BANAL CONSEILLER ?

Qui connaît Grégoire Verdeaux ? Le Monsieur, Conseiller en com humanitaire de Carla Bruni Sarkozy, se fait discret. A peine sait-on qu’il rédige tous les discours qu’ânonne la Première Dame patronnesse de France à chacune de ses sorties. Un larbin aux origines troubles (Auvergnat… de Saint-Flour) ? Un jeune loup qui attend son heure comme tant d’autres ? Pas exactement.

DEUX DÉTAILS QUI TUENT.

– Le premier : Grégoire a été le Directeur financier chez Unitaid de Douste-Blazy pendant un an (jusqu’en octobre 2008). Il en connaissait donc tous les rouages financiers avant d’être au service de Monsieur et Madame. Ce n’est pas rien, hein ?

– Le second : lorsque Nicolas resserre son Équipe de Com’ autour de sa fidèle Garde, Grégoire est toujours là dans les réunions du lundi. Ce n’est toujours pas rien, hein ?

LES FINANCEMENTS INNOVANTS :  NERFS DE LA GUERRE 2012 ?

Depuis son arrivée à l’Élysée, la priorité de Greg est de ramener du flux financier de… Unitaid vers… la « Fondation » chapeautée par sa Présidente d’honneur : Carla Bruni Sarkozy. BiBi invite ses ami(e)s fidèles à se replonger dans tous les billets de son blog, billets qui soulèvent cette Question de l’Humanitaire et de ce qui se cache dessous. A n’en pas douter, une nouvelle lectrice assidue du Blog à BiBi : la journaliste du Monde, Natalie Nougayrède ! Bienvenue à elle !

Dans l’édition du Monde (jeudi 23 septembre), elle écrit :  » Nicolas Sarkozy a annoncé une hausse de 20% sur trois ans des versements français au Fonds Mondial » (Présidente : Carla). « Dans l’administration française, on s’interroge : où trouver l’argent? » Elle rejoint BiBi en poursuivant : « L’Elysée ira t-elle jusqu’à envisager de ponctionner des versements à Unitaid pour les canaliser vers l’action humanitaire de Carla Bruni Sarkozy  » ? Ben… mouais, non ?

POUR MÉMOIRE…

– Début décembre 2009 : Chez Chouchou, on ne chôme pas, on pense, on ne désarme pas et on se penche à nouveau sur Unitaid présidé par le chiraquien Philippe Douste-Blazy. Cette Association ramasse quelques 434000 euros par jour (chiffres du Figaro) et un pactole de 150 millions d’euros pour l’année 2009 (chiffres du Monde) grâce à la taxe de solidarité sur les billets d’avion initiée par les présidents Lula et… Chirac. Les mêmes mauvaises langues (n’allez pas les croire) disent que ce Trésor pourrait servir de financement à un candidat… chiraquien en Campagne électorale 2012.

– 9 décembre 2009 : Sommet de Copenhague. Chouchou retrouve Ban Ki Moon. Il lance une Opération pour aider les Frères africains dont il disait – au Discours de Dakar – qu’ils avaient du retard à l’allumage de la Grande Civilisation (européenne bien entendu). Chouchou reprend là une initiative qui existe déjà : il veut mettre en place un… «financement innovant» pour aider au développement de l’Afrique. Ce «financement innovant» serait de prendre une petite taxe sur les billets d’avions par exemple pour le redistribuer aux africains. Mais cette idée est déjà mise en pratique et par qui ? Ben, oui, par Unitaid dont le Président est… ben oui, notre chiraquien Douste-Blazy. Chouchou persuade même son ennemi Obama de s’y associer. Obama, le Kenyan, semble ravi.

– 14 décembre 2009 : Sans attendre, le Conseiller et son Pool ont déjà contre-attaqué (sur Unitaid). C’est simple : pour démolir l’Association de Douste-Blazy, on rogne sur le financement puis on réduit les marges de manœuvre. L’Association attaquée est privée ainsi de mouvements (de) capitaux. Mi-décembre : elle voit arriver le premier Tsunami (les «Patent Pool») avant le prochain (les 20% ) etc.

DE BIEN MAUVAISES LANGUES.

Il se murmure que nous serions à la croisée de trois moments historiques : 1. les sources financières et les rétro-commissions de l’Affaire des Frégates se sont taries, 2. la préparation à l’éviction en douceur d’Eric Woerth, l’ex-Financier UMP, est plus difficile et plus longue que prévue et 3. le Nouveau Boss financier de l’UMP, Dominique Dord, a du retard à l’allumage. Et puis enfin celle-ci : 4. Douste-Blazy serait plus porté à écrire un second livre de souvenirs qu’à défendre Unitaid ! Heureusement que BiBi ne prête pas une oreille attentive à ces quatre élucubrations inqualifiables.

UNE INNOCENCE BIEN COUPABLE.

Monsieur Verdeaux joue les Innocents mais… courant 2009, ne mettait-il pas en place des tentatives de déstabilisation d’Unitaid avec l’appui de la députée UMP Henriette Martinez (voir article-BiBi). ? Dieu, que notre bonhomme est attendrissant ! « Ben, non, j’suis innocent, j’ai rien fait, j’aime beaucoup le Docteur Douste, c’est un homme merveilleux et je vous assure, la campagne anti-Unitaid  et les récents audits demandés sur l’Association (voir l’article du Financial Times) n’ont jamais existé« . Sacré Greg (pseudo Mentrel ! dans les coms). Oui c’est vrai… aussi vrai qu’un Besson aveugle et sourd devant la Circulaire visible et bruyante du 5 août 2010.

Le Quizz du Week-end.

1. Le lundi 6 septembre, sur France-Musique, à la question «Que détestez-vous le plus ?», l’invité de l’émission fit passer les premières mesures de «La Mauvaise Réputation» de Georges Brassens. L’invité expliqua que cette musique était «indigente et pathétique» et que – pour finir – «Brassens chantait faux». Qui est ce pauvre imbécile qui ne sera jamais un copain d’abord de BiBi ?

2. Quel est le célèbre lèche-bottes qui, en juillet 2002, a dit à Liliane Bettencourt en lui remettant sa Légion d’Honneur : «Vous auriez pu vous contenter d’être fortunée ou d’être belle et vous aviez les deux qualités»? Vous avez compris ? Pour ce Monsieur, être pauvre est un très vilain défaut. (Source : Challenges et Fakir du mois).

3. Sébastien Fontenelle de Politis sort un bouquin sur cet ex-humoriste qui a dit récemment : «J’en ai rien à foutre de plaire aux politiques (…) Même ceux que je n’aime pas n’auront pas de problèmes avec moi, s’ils font bien leur travail». Pourquoi a t-il rajouté ce «s’ils font bien leur travail» qui fait si froid dans le dos de BiBi ? (Source : Télérama).

4. «Je parle des objectifs de la caméra… en fait il n’en utilisait qu’un, le 50. Il avait en horreur le 75, le 100 n’en parlons pas. J’adorais l’écouter s’enthousiasmer sur le 50. Il disait que c’était le plus proche de l’œil humain. Je pressentais que cela avait à voir avec une certaine idée de la vérité, de la morale. Ni trop près, ni trop loin, à la bonne distance ». Qui parle dans cette interview ? Et question subsidiaire : de qui parle t-on ?

5. Ce nouveau venu dans le PAF a engagé un certain Jean Spiri. Ce jeune normalien a successivement travaillé sous les ordres de Xavier Bertrand, de Jean-Jean Sarkozy (le fiston-à-pistons) et de Michel Boyon (bien aimé président du CSA). Jean Spiri va mettre tout son cœur et sa plume au Service de ce Monsieur dont il vous faut deviner le nom. (Source : L’Express).

6. Dans un livre qui sortira le 3 novembre, Sylvie Brunel, géographe-romancière, nous parlera d’un «Voyage à Timimoun». L’intrigue portera sur «la renaissance d’une femme blessée qui, à la faveur d’un voyage en Algérie va retrouver le goût de la vie». L’héroïne surmontera l’épreuve difficile d’un mari volage qui s’enfuira avec une jeunette après 30 ans de vie commune. L’histoire ne dit pas si le mari est parti avec une jeune roumaine pour Napoli. L’histoire est vraie et la jeunette est tunisienne. Quel est le nom du héros pitoyable de Sylvie Brunel?

7. Qui répond de façon claire et magistrale aux difficiles questions de l’Express ?

Sur la remise de la Légion d’Honneur d’Eric Woerth à Patrice De Maistre, ce Monsieur banalise : «Cette affaire aurait pu apparaître à l’occasion d’un autre problème»

«Vous pensez à qui ?» Réponse courageuse du bonhomme : «Je ne saurais citer de noms»

Sur les amitiés de Sébastien Proto (dir’cab d’Eric Woerth) qui a beaucoup d’amis dans les Sociétés de jeux en ligne et qui est l’artisan de cette loi, sa réponse est magnifique : «Sincèrement, j’ai du mal à répondre. L’amitié n’est pas un délit. On peut être au Ministère des Finances et avoir un ami banquier». Quel cet homme un peu rond dont BiBi admire la droiture mais pas la ligne (politique) ?

8. Dans ce pays européen, on pouvait voir un film de promotion du Parti d’extrême-droite qui exprimait ainsi la peur de l’étranger dans les pays vieillissants : une vieille dame s’avance péniblement vers le guichet d’une administration, appuyée sur un déambulateur. Elle est bousculée et doublée sans ménagement par des femmes en burqa qui poussaient des landaux. Ce pays a longtemps été loué pour sa modernitude. Moderne en effet que ce pays qui voit entrer les fachos à son Parlement. Attention, ne perdez pas le Nord avant la dernière question…

9. Convaincu de la présence de Satan, ce Père, doyen des exorcistes de l’église catholique et chasseur officiel des Démons au Vatican, s’est employé à désenvoûter ses contemporains : « J’ai fait plus de 70.000 exorcismes». Sur la photo ci-dessous, malgré tous ses efforts, le Père n’a guère réussi dans son entreprise. Diable ! C’est que le sujet est coriace ! Celui ou celle qui ne donnera pas la bonne réponse sur ce Redresseur de sorts italien ira droit en Enfer accompagné bien entendu du… coriace sujet ci-dessous 🙂

POUR LES RÉPONSES, VEUILLEZ RETOURNER VOTRE ORDINATEUR.


Lettre d’une Amie italienne à Carlita (2).

Suite et fin du courrier reçu par BiBi. Une lettre qui parle du dernier voyage new-yorkais de la Première Dame de France. C’est avec un plaisir indicible que BiBi s’en fait le porteur et messager. La fin de la première page soulevait l’utilité du travail de Grégoire Verdeaux, conseiller de notre Princesse…