Category Archives: Pensées politiques

Le Présent coloré : gilets jaunes, blouses blanches et tempes grises.

«Ceux à gauche qui pensent qu’ils ne feront la révolution qu’avec un peuple révolutionnaire constitué de leurs exacts semblables attendront la révolution longtemps». Judicieuce incise de Frédéric Lordon dans son entretien chez Ballast.

Sur une seconde analyse, je signalerai la réflexion de Serge Faubert de Le Media TV qui voit les gilets jaunes en couleurs bariolées et qui résume l’appréciation de ce Mouvement par les Dominants en trois mots : «mépris de classe». (Ici)

Enfin, j’ajouterai cette pensée de Montaigne qu’on pourrait tirer du côté de la morale individuelle mais que j’élargirai du côté du Politique. Gens de rien contre gens de biens.

C’est que le penchant-BiBi, c’est le côté du conflit, le côté de la lutte des uns contre d’autres, le côté de l’analyse structurelle que certains résument bien en ces trois mots : lutte des classesEt de cette lutte des classes, la période présente en est toute colorée. Blouses blanches, gilets jaunes, écharpe rouge (celle de Barbier), chemise blanche BHL, Résistance verte, tempes grises des retraités.

Y en a marre des sondages !

Les sondages ! Ils pullulent. Ils sont pris en considération. Pas seulement par les grands rédacteurs, éditocrates, dont on connait les critères sur lesquels ils sont recrutés et choisis par les Milliardaires (de Drahi à Dassault, de Bernard Arnault à Pinault). Ces mêmes sondages sont hélas commentés aussi par des internautes de gauche, par des responsables politiques insoumis, par des gens de l’extrême-gauche tout aussi bien. Je vois des Hourrah à la moindre poussée de Mélenchon et des moqueries en nombre à la baisse de Macron.

Et je te tweete et retweete qu’il est à 20% et je te tweete et je retweete que le Banquier-Président est plus bas que Sarkozy ou Hollande après un an de pouvoir etc etc.

Toujours rageant et désolant de voir des camarades et ami(e)s tomber inexorablement dans ce piège. Car piège il y a. En effet, si on ne s’attaque pas à l’existence de ces sondages, on continuera à ce que ces opérations de manipulation et d’intimidation restent des éléments déterminants de la vie politique.

Pauvre de nous.

Petites piqûres de rappel à Jacques Sapir.

 

Y a des jours où l’on n’a pas envie de répondre. Pas envie de jeter des anathèmes, d’affronter la mauvaise foi ou les habitudes (de pensée) si profondément ancrées chez certains qu’un tremblement de terre ne suffirait pas à les déplacer. Surtout un lundi matin. Combien je préfèrerais vous parler de la magnifique exposition au Musée Mandet de Riom sur les œuvres croisées d’Ernest-Pignon-Ernest (déjà vues il y a plus de 10 ans à Evian) et d’André Velter. Ou de vous dire le plaisir d’emprunter le Chemin des Muletiers pour grimper au sommet du Puy-de-Dôme, même par période de grand-vent.

Hélas…

On a retrouvé le coffre-fort de Benalla.

Imaginons. Il est retrouvé. Imaginez quelle déflagration dans le Monde politique cela ferait. Mais on n’en est pas là. Certes il a été retrouvé mais pour qu’on le retrouve vraiment, il faudrait que cette vérité soit partagée, que Tout-Le-Monde y croit, que les Medias reprennent et confirment la nouvelle. Pour ça, il faudrait passer par la TV à jets continus, la Presse nationale (de Valeurs Actuelles à Libération), la Presse régionale (de Ouest-France au Messager, de La Montagne à la Dépêche du Midi).

Nous vient alors cette question décisive : Oui, on a retrouvé le coffre-fort de Benalla mais cette Vérité sera t-elle… P-A-R-T-A-G-E-E ?

L’Affaire Benalla : du pain béni pour le libéralisme.

Dessin Biz

L’Affaire Benalla est du pain béni pour le libéralisme car elle occulte le principal : la brutalité qui n’a cessé de s’amplifier depuis l’arrivée de son représentant sélectionné, placé, élu (sous couvert de «suffrage universel») par les sbires du Medef pour construire la France de demain. Longue opération de destruction, massacre des acquis enfin concrétisé (Loi Travail, Loi Retraite, Loi Chômage, Lois constitutionnelles, Lois Medias). On se rappellera encore ici des paroles (1) de Denis Kessler, n°2 du Medef, Président du Siècle, ce lieu où se cotoient Capitaines d’Industrie et grands dignitaires médiatiques. Elles donnent idée de la férocité de la logique macronienne.

Bon alors, cette Affaire ?