Pub anti-IVG du Nouvel Observateur : une erreur, un dysfonctionnement ?

Sur , supplément au , on a vu apparaître une publicité anti-IVG pleine page. Pub acceptée, sélectionnée, aussitôt remarquée sur par une internaute, et hop voilà que l’incompréhension s’empare de la Toile. Incompréhension et colère justifiée. L’équipe du (Directeur : ) réagira dans la foulée par deux tweets de . Certains amis-BiBi pensent qu’il ne faut pas en faire un fromage. Ils disent que j’exagère. Le Nouvel Observateur n’a-t-il pas été à l’initiative en avril 1971 du «Manifeste des 343 Salopes» puis n’a-t-il pas publié 41 ans plus tard le Manifeste contre le viol signé par 313 femmes déclarant avoir été violées ?

De plus, Renaud Dély présente ses excuses.  «Nous demandons à nos lecteurs de nous excuser pour cet impair. Nous veillerons à ce que ce type d’incident ne se reproduise pas». Il parlera encore d’ «erreur de fonctionnement interne» et de «dysfonctionnement»

Stop ! On arrête tout.

Sauf qu’au «Stop», BiBi a enclenché la première et a redémarré.

STUPÉFIANT.

Ce qui est proprement stupéfiant c’est qu’il ne s’agit pas d’élan oral, de paroles (à propos desquelles les lapsus sont fréquents) mais d’une page payée avec contrat signé conjointement par la et l’Hebdo, page qui – BiBi le suppose – a été pesée, a été vue une dizaine, une centaine de fois, est certainement passée entre les mains de responsables du journal. Pub pesée et emballée. Mais… ils n’ont rien vu, ces Nouveaux Observateurs. Est-ce à dire qu’ils ne lisent pas leur journal ? Non, justement ils l’ont lu.

Cela en dit long sur les Médias soumis aux Maîtres pubards, Médias qui vendent leurs espaces (32100 euros une page, prix hors-taxe) et qui acceptent sans broncher, sans froncer les sourcils, sans se rendre compte à qui ils offrent une visibilité inespérée. BiBi attendra avec impatience leurs explications à venir.

Mais il a déjà une petite idée.

«UNE ERREUR».

«Une erreur» pour Renaud Dély. Soit. Ni un humain, ni un journal ne sont à l’abri d’une erreur. Il est évidemment humain de se tromper, comme le dit le proverbe. Mais là, il ne s’agit pas là d’un lapsus, d’un acte manqué ordinaire. Des corps de métier ont donné leur aval, l’ont vu passer – mais… sans la voir, tout en la voyant. Peut-être entrons-nous là dans la vision du Nouvel Observateur d’aujourd’hui ?

Pour BiBi, c’est ce «sans la voir tout en la voyant» qui mérite toute son attention.

Lorsqu’on est psy, on cherche à entendre ce qui se trame derrière le lapsus et lorsqu’une explication touche à la vérité du patient, le plus souvent, le psy se heurte en retour à des résistances, à un rire-rictus de défense, à un «non, non…». On voit souvent cette forme de résistance : Vite, vite, on reconnaît son erreur, on la clame haut et fort et on attend que tout soit pardonné. A la rescousse de l’Hebdo, on ressort le passé qui parle au nom du Nouvel Obs avec les Manifestes 1971, 2012 qui en imposent (à juste titre).

«DYSFONCTIONNEMENT».

Mais voilà que le mot «erreur» se dédouble. Comme si cela ne suffisait pas, Renaud Dély parle alors de «dysfonctionnement». Avec ce mot-là, on change de registre. Hélas ! Façon en effet de dire que… si ce sont bien des humains (donc des Responsables) qui font des «erreurs», ce sont le plus souvent les machines qui «dysfonctionnent». Des Machines, des Robots, des emballements dans les circuits informatiques. En laissant entendre que «ça a dysfonctionné», on commence à se dédouaner, à s’en laver les mains. L’«autocritique» devient alors suspecte, elle devient – comme souvent – un masque.

Mais – on va le voir – ce masque n’a pas rapport à un quelconque état d’âme, il a rapport au Politique. Cette explication-BiBi qui suit n’emportera évidemment pas  l’adhésion de ceux qui se contentent des excuses de Renaud Dély.

RAPPEL SUR JÉRÔME LEJEUNE.

Auparavant, un mot sur cette Fondation créée par Clara Lejeune-Gaymard, fille de Jérôme Lejeune. Actuellement PDG de General Electric, elle fut  directrice de cabinet du ministre de la Solidarité entre les générations sous Chirac. Elle est aussi l’épouse de… , ex-chouchou du Grand Jacques, ex-Ministre de l’Economie qui demandait au pays de ses serrer la ceinture alors qu’il avait obtenu un superbe appartement en plein Paris avec un loyer de misère.

Cette fondation a toujours pris parti contre l’avortement. Son fondateur, Jérôme Lejeune, découvreur du gène de la trisomie 21, a également été le créateur de «Laissez les vivre», premier mouvement anti IVG. (Lire ici)   Notre Jérôme, décédé en 1994, fut le grand ami des Papes (de Jean Paul II et du cardinal Joseph Ratzinger dit «Benoit XVI»). Il fut aussi membre de l’Opus Déi, ami de Christine Boutin, consultant du Vatican. (Lire ici). Joli profil, non ?

UN CLIMAT POLITIQUE.

BiBi ne peut s’empêcher de rappeler dans quel climat politique a eu lieu cette «erreur». Un climat politique qui explique beaucoup les choses. Depuis des années, les Thèses Brunes ouvrent des brèches de plus en plus grandes dans les Médias d’importance. Par exemple, sur le thème de l’Immigration : le rappel des Unes de grands Médias suffira à faire voir sinon les convergences du moins les points de rencontre :

BiBi rappellera encore ce sondage de l’IFOP repris en chœur par les Médias (JDD, Radios, Figaro, Les Echos) qui déclara Marine Le Pen Reine adulée de la classe ouvrière à partir de… 148 sondés ! Encore récemment, BiBi s’attardait sur le de et il vit avec effarement Miss Météo très amusante tutoyer Marine et le couple Denisot-Aphatie rire avec la Grande Dame. Funny isn’t it ?

Tout cela pour dire que cet épisode témoigne d’un certain aveuglement de plus en plus régulier des Médias, soumis à la pression conjointe de l’Actionnaire et des thèses de la Droite extrême. Cette pub anti-IVG est un petit pas de plus pour dédiaboliser le Front National. On aide – sans vraiment le vouloir ? – Marine Le Pen à accéder à la respectabilité républicaine, on continue de faire le travail que défendait un certain Sarkozy  :

One Response to Pub anti-IVG du Nouvel Observateur : une erreur, un dysfonctionnement ?

  1. J’ajouterais à ton excellent article que ces médias sont quasiment interchangeables tant ils dëpendent pour leur survie, non pas de l’importance de leur lectorat mais des capitaux apportés soit directement par leurs propriétaires capitalistes, soit indirectement par lles annonceurs et agences de publicité.

    Au final, cette situation de grande dépendance a des répercussions sur leur contenu…. Ainsi, ils défendent inconditionnellement toutes les réformes néolibérales et les traités européens. Et en période de crise et de désespérance sociale, ils courtisent l’extrème droite et banalisent l’idéologie brune… Bref, ils sont en service commandé pour le Capital…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *