Blogs et blogueurs : à propos d’une mort annoncée.

Bizarre cet article de Martin Untersinger dans Rue 89.

Ce journaliste – aidé d’Arnault Coulet de – a décidé de dézinguer les Blogs (politiques entre autres). Son présupposé est le suivant :  les réseaux sociaux – en concurrence avec les blogs – ont pris la place de ces derniers «qui ne sont plus des outils adéquats pour une campagne».

Untersinger remonte à 2005 pour étayer son hypothèse. Pas de doute : c’est le Non à l’Europe de 2005 qui serait la cause de cette (supposée) désaffection des blogs politiques. Là, les blogs auraient bien gagné mais il s’agissait d’une Victoire à la Pyrrhus ! C’est quand-même incroyable de voir à quel point ce NON est resté en travers de la gorge des Editocrates et… de nos apprentis-journalistes. Nos deux journalistes (en herbe ?)  attribuent en effet ce NON à la seule influence démoniaque des blogs ! Faut-il admirer cette analyse de niveau Maternelle première année ?

Hé bien, n’en déplaise à nos deux journalistes, le Web a encore des espaces alternatifs qui peuvent être confidentiels ou influents (mais – ne soyons pas idiots – le Net n’offre évidemment pas que ça).

Enfin, quelle drôle d’idée d’opposer les Blogs aux réseaux sociaux ! Dans un , le moindre billet a pour ambition de développer une idée, d’amorcer une analyse – ce qui dépasse largement les 140 caractères d’un tweet. Et pour ma part, si je tire à la mitraillette sur Twitter, mes longs billets sont d’une autre trempe stratégique (mais complémentaire).

On peut à la rigueur admettre avec ce pauvre Martin que nous sommes en guerre (en lutte des classes et des places) et reconnaître qu’en utilisant Twitter, on se retrouve tendanciellement dans «une guérilla de l’instantané» (oh la belle formule de rebelle !). Et alors ? Cela suffit-il à dévaloriser les Citoyens-Bloggeurs qui n’ont d’autre ambition que de dire ce qu’ils ont envie de dire, que de débattre sans complaisance ?

Alors, comme la démonstration et l’argumentation sont bien faiblardes, appelle à la rescousse un certain Guilhem Fouetillou, fondateur de , bien placé pour crier haro sur ce (supposé) militantisme politique «moins adapté aux blogs qu’aux réseaux sociaux et à leur instantanéité»(1). Derrière tout ça, qu’est-ce qui est visé ? Toujours les mêmes choses : la Pensée, le Pluralisme, le Débat d’idées, les analyses sans complaisance.

Evidemment, pour nos Messieurs, les blogs politiques sont dépassés : «il est difficile pour les blogs de prendre une information ou un angle qui n’a pas été fait dans les médias» lance l’imperturbable , co-fondateur de Netpolitique (un site qui – pour vivre – voit d’un mauvais œil la prolifération de blogs politiques). On voit que ce cher Stanislas n’a pas pointé le nez chez BiBi : il lirait que – justement – ses billets (1144 à ce jour en 3 ans et demi) ont été le plus souvent écrits parce que «l’angle n’avait pas été fait dans les médias». C’est pour cela qu’on ne peut mettre les blogs aux arrêts et c’est pour cette décisive raison qu’ils continueront d’exister. Car aucune main mise totale des Médias n’est possible même si nos journaleux en rêvent.

Versac – qui abandonna son blog en manque d’inspiration et de reconnaissance (2) – vante de son côté «la facilité et l’efficacité des réseaux sociaux» et fabrique une pseudo-opposition blog/réseaux sociaux. On voudrait ignorer (et étouffer) les Blogs qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Supériorité des médias qui auraient cannibalisé le blogueur. Dévalorisation des billets de blogs taxés d’amateurisme. Mort des blogs annoncés : «Le véritable message politique alternatif a du mal à se faire entendre» «L’alternatif sur Internet existe toujours, mais il est relégué de manière plus profonde» «Le blogueur expert a disparu» Mais ces jeunes analystes ont-ils entendu un jour parler de combat politique, de légitimité, de luttes des places, de dominés et dominants etc ?

Le Web est un champ concurrentiel où le «relégué» continue de montrer ses crocs avec la lucidité de celui qui admet sa position de dominé devant les grands Médias qui ont affûté leurs armes et qui sont en position de force. Mais le grain de sable a toujours emmerdé les petits plagistes qui préparent les parasols et les transats et ce grain de sable minuscule reste(ra) toujours suspect aux yeux des Grands Propriétaires des bords de mer qui rêvent toujours au Grand Nettoyage (3).

*

(1) Dans la page d’accueil de Link-fluence, les partenaires qui font confiance à ce site sont tout à fait a-politiques et n’aimeraient guère que les blogs y aillent foutre leur nez : L’Oréal, Vinci, McDonald. Sur L’Oréal, j’invite notre pauvre Martin à lire mon billet d’expert sur Lindsay Owen-Jones – billet dont l’angle ne ferait plaisir à aucun média et évidemment pas à… L’Oréal un des sponsors de Link-fluence.

(2) Apparemment ex-grand Manitou de la blogosphère, Versac se plaignit qu’on ait fait de lui une potiche influente et qu’on ne lisait plus ses billets. Mais peut-être que ses billets ne valaient simplement pas tripette ? Du coup, il a bien fait de se reconvertir en un très beau métier : il fonda Spintank, une agence de consulting en stratégie de relations publiques sur le web.

(3) On peut lire aussi le billet de Romain Blachier – qui ne m’en voudra pas de le citer : «Le dynamisme des Blogs politiques» et celui de Seb Musset. Enfin, pour en terminer, je livrerai juste le nombre de lecteurs-internautes du présent blog : ils étaient 129 lorsque j’ai débuté fin 2008. Ils sont près de 12.000 en ce dernier mois de février 2012. Des lecteurs plus que vivants.

15 Responses to Blogs et blogueurs : à propos d’une mort annoncée.

  1. MHPA dit :

    Merci merci et merci. Et pan, dans ton nez, machin truc !

  2. Bonjour, je ne souscris aucunement à l’article de rue89 et mes propos ont été repris hors contexte (directement sur un site sans que je ne sois appelé). Vous pourrez d’ailleurs voir que j’ai critiqué l’article publiquement sur mon compte twitter : https://twitter.com/#!/gfouetil/status/179136305396064256

    Les blogs ne se sont jamais aussi bien portés et si leur part relative est en baisse comparativement aux réseaux sociaux cela vient tout simplement du niveau d’engagement que le maintien de l’un et l’autre nécessitent. Il est plus aisé de mettre à jour un statut en quelques mots que d’écrire des articles de fond visant à faire avancer le débat.

  3. Martin U dit :

    Bonjour,

    Content que cet article fasse débat. Je note quand même beaucoup de choses inexactes ou imprécises dans l’analyse que vous faites de mon article.

    « Décidé de dézinguer les Blogs (politiques entre autres) »

    C’est très inexact, je vous conseille de relire mon article plus attentivement, vous verrez que je n’ai rien de personnel contre les blogs.

    « Son présupposé est le suivant : les réseaux sociaux – en concurrence avec les blogs – ont pris la place de ces derniers « qui ne sont plus des outils adéquats pour une campagne ». »

    C’est un peu plus complexe que ça : les réseaux sociaux ont repris à leurs comptes des pratiques des blogs qui sont plus adaptés à leur format plus court et plus instantané (typiquement, le militantisme « de base » en ligne), tandis que les blogs font face à une concurrence nouvelle des grands médias qui ont de plus « intégré » leurs pratiques et leurs contenus.

    « c’est le Non à l’Europe de 2005 qui serait la cause de cette (supposée) désaffection des blogs politiques »

    Avez-vous lu mon article ? C’est un véritable contresens 🙂

    « quelle drôle d’idée d’opposer les Blogs aux réseaux sociaux »

    Je ne les oppose pas, sauf dans un contexte de campagne présidentielle, où les militants ont tendance à délaisser les premiers pour les seconds. C’est quand même un peu plus nuancé que ce que vous voulez faire croire.

    « Dans un blog, le moindre billet a pour ambition de développer une idée, d’amorcer une analyse – ce qui dépasse largement les 140 caractères d’un tweet. »

    Oui, sauf que la logique militante qui a toujours prévalu en période de campagne, a investi les réseaux sociaux, au détriment des blogs qui ont perdu leur position dominante dans ce domaine.

    « Mais ces jeunes analystes ont-ils entendu un jour parler de combat politique, de légitimité, de luttes des places, de dominés et dominants etc ? »

    C’est tout à fait le propos de mon article, un rapport de force entre blogueurs et grands médias, qui a évolué lors de la campagne depuis 2007.

    « Le Web est un champ concurrentiel où le «relégué» continue de montrer ses crocs avec la lucidité de celui qui admet sa position de dominé devant les grands Médias qui ont affûté leurs armes et qui sont en position de force. »

    Je retire ce que j’ai dit, vous avez bien lu mon article, et d’ailleurs vous êtes d’accord puisque vous écrivez la même chose que moi 🙂

    En espérant continuer la discussion !

    Bonne journée !

    MU.

  4. Rodrigue dit :

    Il est remarquable que pour détruire quelque chose on commence toujours par opposer: le twiter (que d’ailleurs je n’utilise jamais) au blog, le blog aux réseaux sociaux et ainsi de suite… Mais tout cela, ce sont des moyens !Et la liberté d’expression suppose que nous ayons tous les moyens possibles et imaginables ! J’ai un crayon, un bic, un stylo et même une gomme, tant mieux !

  5. BiBi dit :

    @MU

    Vous dites que vous opposez « blogs et réseaux sociaux » uniquement pour la campagne présidentielle. Soit. Je me demande d’où vous est née cette idée ? Vérifiée où ? Bien au contraire, les blogs influents analysent, débattent sur les propositions des candidats plus que jamais… Lisez-les.

    Pour ma part,je sors la mitraillette sur Twitter et c’est très compatible et très complémentaire des billets plus longs et plus argumentés que j’écris sur mon blog. Lisez-les (Mon compte Twitter : pensezbibi).

    Votre représentation de la « logique militante » est très discutable. On dirait qu’elle ne dure que le temps du Printemps 2012. Or – pour moi et pour quelques autres blogs citoyens – la Guerre 2012 est ouverte depuis belle lurette. Et croyez-le ou non, la logique militante ( ou d’engagement) ne s’éteindra pas après juin 2012.

    Rien contre les blogs ? Mais quand vous rapportez la phrase d’Arnaud Coulet (« En 2012, les réseaux sociaux ont pris la place des blogs, qui ne sont plus des outils adéquats pour une campagne« ),il est difficile de croire que vous n’êtes pas d’accord.

    Enfin, vous ne discutez pas de la phrase centrale de SM (que vous reprenez dans votre démonstration) qui est une hérésie. C’est surtout cette phrase qui m’a vraiment mis en rogne :

    « Du coup,dit SM, il est difficile pour les blogs de prendre une information ou un angle qui n’a pas été fait dans les médias ».

    Une phrase qui sent l’arrogance, la « supériorité » supposée des grands Médias et de leurs Editocrates cumulards. Une phrase qui prête à sourire et à me faire rire (mettez-y ici un rire nietzschéen qui emporte tout).

    Car ce qui fait que les blogs – qui naissent d’initiatives individuelles rappelons-le – auront toujours leur place (fluctuante certes, compte-tenu des mastodontes des grands médias et de leurs éditocrates qui veulent les étouffer) c’est l’infini richesse du Réel qui appelle d’infinis points de vue (ou angles de vue)., des points de vue qui ne sont pas des collections mais qui sont en lutte.

    Encore une fois, il est impossible que les médias épuisent tous les angles de vue. Vous pouvez certes y croire, en être convaincus mais sachez que vous trouverez à qui à faire pour vous prouver le contraire.

    Cette phrase – qui vous paraît indiscutable – laisse entendre qu’il n’existerait plus d’interstices où les bloggeurs se faufile(raie)nt.
    Eh bien là-dessus, dites-vous bien que pour BiBi se glisser dans les interstices n’est pas du tout du tout « difficile » : BiBi a de l’énergie à revendre pour lutter contre ce type de point de vue. Pour la simple et bonne raison que les médias (du Figaro au Monde en passant par Libé) ont – à peu près- les mêmes positions homogènes. De ce fait, les Grands Médias ne peuvent épuiser la richesse pluraliste des points de vue, richesse qui toujours les débordera.

    Mais là, je ne veux pas vous convaincre. Continuez de croire au Père Noël. Mes seules preuves qui prennent à total contrepied votre assertion pleine d’illusion, ce sont mes billets qui répondent pour moi (ajoutez-y beaucoup de billets d’autres bloggeurs) .

    Dans le cadre de ma réponse, j’ajouterai – trop vite hélas –
    1. qu’il ne s’agit pas d’une opposition Blogs/réseaux sociaux/médias (ce serait bien sommaire comme analyse)
    2. que la connivence/complicité des Grands Médias avec les Pouvoirs est connue ( voir mes billets sur LE Siècle écrits avant tout le monde) Elle se fait sur le plan idéologique et économique (voir Dassault, Lagardère, Bolloré, B.Arnault etc qui sont propriétaires de journaux, TV, sondages etc)
    3. que je ne confonds surtout pas les journalistes avec l’aristocratie journalistique (qui va d’Anne Sinclair à Olivennes, de Thréard à Brunet en passant par… et par…)

    Pour finir, je vous invite à vous attarder sur n’importe quel de mes billets-Bibi et vous me direz dans quel grand Média vous auriez pu les lire. Ex: Lindsay-Owen Jones et la Marchande de frites/ les billets sur Carla et l’Humanitaire / sur DSK le politicien / sur Grégoire Verdeaux, conseiller Com de Carla/ Tous mes portraits saignants des potes sarkozystes impossibles à trouver ailleurs : Henri de Castries, Antoine Bernheim, Dominique Desseigne etc… etc

    Allez, bonnes lectures.

  6. BiBi dit :

    @ Guilhem Fouetillou
    Bien aise de voir que votre point de vue n’est pas celui rapporté par MU.
    Adressez-vous à lui pour rectifier.

    En ce qui me concerne, j’ai une Ethique de Bloggeur ( ne prenez pas peur au gros mot d' »éthique »). Disons plus simplement que j’ai deux tics :

    1. J’écris uniquement sur ce que je connais un minimum. Lorsque je suis en ignorance sur un sujet d’actualité, je n’interviens absolument pas. Ma fierté, c’est que jusqu’à présent, je revendique chaque billet, chaque phrase, chacun des mots que j’ai mis en ligne. Et que je n’en retirerai pas un seul.

    2. Le blog offre cet espace de liberté que beaucoup de bloggeurs n’hésitent pas à prendre. Et je le prends aussi avec une énergie féroce.

    Bien entendu, l’espace dans lequel vivent les Blogs change ( voir le rôle d’E-buzzing et son Hit-Parade)
    Dans ce nouveau champ, se constituent des hiérarchies à l’interne : bloggeurs influents médiocres mais pourtant influents,bloggeurs influents avec bonheur, bloggeurs relégués en seconde classe mais pourtant hyper-compétents, bloggeurs entrants etc etc…Certains jouent de leur capital Notoriété accumulé, d’autres rechignent et comptent sur leurs propres forces, d’autres sont dans l’entre-deux, le compromis etc…

  7. babelouest dit :

    Salut Bibi ! Comme tu as raison ! Nos petites voix ne sont pas fortes, mais à elles toutes il semblerait bien qu’elle dérangent.

    Sur ce, dimanche je ne blogue pas : je prends la Bastille, avec plein d’autres minuscules fourmis comme moi. Mais les fourmis, çà pique !

  8. edgar dit :

    bravo disais-je, mais ça ne s’est pas affiché !

  9. babelouest dit :

    Fort d’un blog qui n’a pas un an (auparavant nous « tenions la boutique » à plusieurs), je note que ce qu’on trouve des « grands médias » sur le Net est assez souvent d’une qualité bien moindre que sur les blogs. Mon fils me faisait remarquer récemment que les billets étaient (sur ces sites des médias) d’une pauvreté affligeante souvent, et que c’est l’abondance de réponses pointues qui en faisait le SEUL intérêt.

    Donc, ne rougissons pas de nos blogs, bien au contraire : c’est nous qui sommes « singés » par des médias qui ont pris le train en route, mais peinent à s’y asseoir. Quant aux réseaux sociaux, ils se contentent de nous compléter, il n’y a pas d’opposition à mon sens. Pour ma part je n’ai absolument aucune envie de m’y investir.

    Non, les blogs ne sont pas en perte de vitesse, ils sont à la pointe de la recherche de réflexion sur l’info. Mais à la différence de certains journalistes, ou de journalistes certains comme on voudra, leurs tenanciers ne se prennent pas pour une élite, juste pour de simples citoyens qui font leur devoir.

  10. BiBi dit :

    @BabelOuest
    Je ne sais pas trop ce qu’est l’info en elle-même car pour moi, toute info est prise dans une hiérarchie quasi-invisible, un réseau sous-jascent, implicite, peu discuté ( Questions : pourquoi choisit-on tlle info ? Qui la choisit ? Pourquoi elle plutôt qu’une autre ? Qui vient dire qu’il est légitime qu’elle soit choisie ? etc)

    Un exemple : Est-ce que les 10 kilos en trop de Carla est une info ? C’est une info mais pas pour les 10 kilos, ni pour le rire sarcastique que cela provoque mais pour la place stratégique que Sarkozy et sa Com’ veulent faire occuper Carla dans la Guerre 2012.
    Qui parle ainsi dans les médias ? Ni le Figaro, ni même le Canard Enchaîné, ni la présentatrice qui l’a accueillie dans son émission par exemple. Seuls les blogs…

    Mais attention que dans le paysage des blogs, ne viennent les intentions d’arriver au Sommet, ne viennent les tentations de la gloriole et ne pointe la volonté cachée de transformer ( à notre insu ? de notre plein gré ?) les citoyens bloggeurs en Petits Roitelets de la belle terre blogosphérique.

  11. babelouest dit :

    Je suis bien d’accord, Bibi : on a vu dans certains cas des blogueurs prendre la grosse tête, et se prendre pour les cadors qui régissent un « cheptel » de posteurs peut-être pas captifs, mais enserrés dans un réseau de convenances mutuelles. Ce genre d’attitude n’a qu’un temps, tôt ou tard ces liens se déchirent.

    Pour ma part je suis bien trop indépendant pour me compromettre ainsi.

    Et les infos, je cherche à les repérer dans les sources les plus différenciées possibles. Ainsi, il y a quelques années, athée convaincu, je trouvais mon bonheur dans un fatras indifférencié mais fécond de dépêches d’agences sur le site La Croix. Cela ne fonctionne plus ainsi, et c’est bien dommage. Plus amusant, mes copains de Dazi appréciaient peu mes sources, pourtant c’en était bien, des vraies. Aujourd’hui la censure a tout envahi, quand je trouvais parfois cinq ou six infos pertinentes par jour j’en ai maintenant à peine autant par semaine. De plus, elles sont écrites de façon si orientée que c’en est souvent presque ingérable.

  12. admin dit :

    @ Bibi et babelouest

    Vous avez pleinement raison : les blogs politiques « sont à la pointe de la recherche de réflexion sur l’info ». Ils ne sont pas des armes conjoncturelles destinées à gagner des élections. Les campagnes électorales sont du reste devenues tellement indigentes et mensongères que leur seul intérêt est ne nourrir après coup les critiques de fond des blogueurs. Pour notre modeste part, tout petit que nous sommes, nous nous honorons quand même de l’annonce dès 2011 de la shroedérisation de la politique de Hollande dans le cas de sa victoire aux présidentielles, ou des réformes de Peillon que les médias officiels découvrent aujourd’hui, ou encore de la dénonciation de certaines dérives du FN que le Canard s’est ensuite attribuée. Bien que notre spécialité soit plutôt l’analyse philosophique concrète.

    Et je suis bien d’accord avec vous : Twitter, notamment, n’autorise (avec ses 140 c !) que des interventions de surface (des coups, des jokes ou des « mobs » de toutes sortes) ou alors justement des liens vers les articles des sites, mais aucune conversation suivie. J’aimais bien Betapolitique pour la qualités de ses articles et de ses échanges, Anglade avait du souffle, et je regrette que, comme quelques autres, Betapo ait disparu après avoir tenté de se refondre (en renforçant ce qu’il avait de moins bon : l’agregation…).

    En revanche, si vous avez sans doute raison quand vous dites que les sites d’info professionnels « singent » les blogs, à notre sens il n’est pas juste ni lucide de croire qu’il n’y a pas « opposition » entre les médias et les blogs. Nous pensons bien plutôt que les manoeuvres de Hollande pour favoriser le récent « accord » entre Google et la presse sont le prélude – sous l’invocation du sauvetage économique de cette dernière (favoriser sa lecture sur support numérique pour lui permettre de se refinancer grâce aux recettes publicitaires) – à une élimination (par relégation) des blogs de citoyens, de simples citoyens, comme vous le dites bien, qui font leur devoir… Si vous cherchez avec Google n’importe quel thème d’actualité politique, vous voyez que son référencement privilégie désormais les médias officiels sur des dizaines de pages. Vous verrez bientôt que, par le biais du renforcement des droits de toutes sortes (d’auteurs, mais pas seulement…), Hollande, qui sous ses apparences « normales » est bien plus malin et dangereux que Sarkozy (et ce n’est pas peu dire), tâchera de museler les blogueurs avant 2017 … A ces derniers d’être toujours meilleurs, bien sûr, mais que pourront-ils faire contre la puissance de Google si elle est asservie au pouvoir économico-politicien? Restera toujours la possibilité de travailler avec les moteurs de recherche libres, mais pour quelle audience? Ne nous décourageons pas pour autant. Le salut viendra de la volonté populaire elle-même de ne plus s’en laisser conter. La censure finit toujours pas être vaincue.

  13. BiBi dit :

    @admin

    Merci pour ton long et précieux commentaire.
    Merci pour tes pistes de réflexion.
    Bien sur que le décryptage de la politique de Hollande par rapport au Net et aux interventions des blogueurs citoyens est plus difficile (puisque non frontale comme le faisait son prédécesseur).

    Notre homme est « de gauche » et s’en sert : « malin et dangereux » dites-vous à juste titre. Oui, il se prépare pour 2017 avec les précieux conseils (payés au prix fort) de Fouks d’EuroScg et de Maurice Lévy.

    Oui, la disparition de BetaPolitique à qui je donnais mes billets est dommageable.

    Blogs ou non, l’espace des Censures reste une constante. Mais l’apparition d’interstices pour la pensée critique en est une autre.

  14. babelouest dit :

    Le plus grand danger que j’ai remarqué ces temps-ci, c’est la radicalisation de certains blogs dits « de gauche » qui dérivent vers la droite tout en interpellant assez méchamment les blogueurs restés fidèles à leurs idéaux. Eux aussi, par le côté pernicieux de leurs diatribes, contribuent (sur la suggestion « d’en-haut » ?) à tenter de démolir l’esprit de polémique constructive de leurs anciens « collègues ».

  15. rosaelle dit :

    @bab , le souci, c’est que lorsqu’on parle de politique, cela devient très dur de dialoguer et de débattre, on le sait, parce que certains s’endoctrinent, parce que certains ne sont pas objectifs.
    La pensée libre est très difficile à exprimer.
    Mais je crois que les blogs ont encore de beaux jours devant eux, les lecteurs feront la différence.
    Et mieux vaut avoir 200/300 lecteurs et rencontrer des gens qui écoutent ce que tu dis qu’avoir 5000 lecteurs et un tas d’abrutis qui vont oublier la teneur de tes billets.
    En tout cas, ce que j’aime, ici, ou chez toi, et chez gérard, c’est que vous n’avez pas de trolls racistes bas du front, on peut donc s’exprimer librement, ne pas être d’accord tout en se respectant et s’enrichir mutuellement de nos réflexions, ce que je ne peux plus faire chez certains blogs envahis de commentateurs racistes, même si j’aime bien le blogueur.
    Et nombre de commentateurs sont pareils que moi.
    Les centres d’intérêts des lecteurs sont en train de se déplacer, c’est tout, enfin je crois.
    Et si les blogs s’arrêtaient, où iraient les journalistes pour puiser leurs sources de réflexions, ainsi que les politiques?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *