Où partir ? A quel appel répondre ? (2)

(Seconde partie de ce billet voyageur).

BiBi reprendrait bien à son compte cette phrase qui fusa de la plume de : «Mais vraiment, vraiment, on ne sait plus parfois quel chemin prendre. Cependant qu’on continue dans la nuit de marcher». Mais les nuits ont aussi leur fin : elles laissent alors leur place aux petits matins. C’est donc à l’aurore que BiBi sut enfin où il avait mis les pieds.

«La littérature dont parle Julien Gracq a proliféré dans tous les domaines : politique à l’estomac, philosophie à l’estomac, n’importe qui peut désormais écrire et dire n’importe quoi n’importe quand. La seule règle du jeu étant de parler haut, de crier très fort et de faire taire les autres. On ne se sert plus du langage comme moyen de communication mais comme d’un tam-tam. Les mots ne sont plus des signes, mais des pétards. Les faits importent peu, seul l’effet compte (…) Partout on hurle pour ne rien dire et on bavarde pour tout mélanger». («Permis de Séjour 1977-1982»).

*

*

«Le grand roman, qui découvre le jamais vu sous le trop connu des choses quotidiennes, se distingue précisément en ce qu’il ne montre rien d’attendu. Non que les personnages en soient extravagants ou qu’on y tienne des propos insolites ou décousus, mais le monde réel y est traité de telle sorte qu’il apparaît tout à la fois proche et étranger, reconnaissable et déroutant (…). La vie n’est pas «comme ça», c’est certain, et cependant il lui arrive de se modeler sur l’image d’elle-même que le chef d’oeuvre lui a renvoyée. Dès lors, la vie imite l’Art : la campagne d’Aix se met à ressembler aux tableaux de Cézanne et Don Quichotte erre perpétuellement parmi nous, bien qu’aucun vivant ne se soit jamais conduit comme lui et que la réalité ne puisse lui trouver un seul alter ego». Marthe Robert («La Tyrannie de l’Imprimé»)

*

*

«La vie, surtout quand elle est éclairée par une lumière nouvelle, dans le coeur, fuit très vite. On se jette sur son crayon: «Reste, Soleil, reste un instant de plus» – prière faite au papier; l’astre, déjà, suit son cours. C’est une affaire d’instants». («Petits éléments de physique amoureuse»)

Finalement ce sera dans le Photo de ToMy62 Et BiBi y passera huit jours et huit nuits (du 10 au 17 juillet). Et pour ceux et celle qui s’accorderaient un temps de vacance en Pensée, BiBi leur souhaite un bel été psychique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *