Du « Grand Bleu » aux « petits Mouchoirs ».

BiBi est allé voir «Les Petits Mouchoirs» de .

Les copains de Guillaume faisaient de l’humour, ronchonnaient, partaient en virée ou s’invectivaient lorsque, au milieu du film, l’amie-BiBi se pencha sur lui et chuchota : «Dis-moi, BiBi, on s’est trompé de salle ! Je crois que c’est «Camping 3» qu’on regarde». Pourtant, non, BiBi et son amie ne s’étaient pas trompés de film même s’il y avait peu de différences géographiques entre le camping des «Flots Bleus» de Frank Dubosc (tourné près de la dune du Pyla) et la maison du Cap-Ferret louée par . BiBi n’était pas devant un remake de «Camping». Petite différence notable : Frank Dubosc est analphabète mais , elle, est capable de lire «Le Monde». Bon, c’est vrai… à part ça…

En revenant sur son blog, BiBi s’est fendu d’un petit gazouillis-critique sur Twitter :

«Petits Mouchoirs. Petits copains. Petite amie.Très très petit film».

Le surlendemain, il revint encore se moucher dans ces «petits mouchoirs » et se souvint qu’au milieu du film, Canet avait placé un très court extrait d’un film de de 1973 «L’Épouvantail» avec Al Pacino et Gene Hackman. BiBi s’est trituré les méninges pour tenter de comprendre le pourquoi de cet extrait au milieu du film. Pas forcément parce que le film date de 1973 (année de naissance de Guillaume) mais peut-être parce que le réalisateur américain avait fait tourner Guillaume en 2001 dans le film «The Day the Ponies Come Back» et qu’en mettant cet extrait, Guillaume remerciait Jerry ? Bah ! Ce n’était que le énième petit merci  à un ami supplémentaire.

Il y a plus de 20 ans, on regardait le «Grand Bleu» de (1) et on se perdait au fond de la Mer. Le film nous disait : «Ben, oui, la mort existe mes petits loulous. C’est triste hein ?». Les grands ados du «Grand Bleu» ont grandi depuis 1988 : ils ont aujourd’hui 40 ans et ils sortent toujours leurs petits mouchoirs, pleurant chaudement encore aux enterrements. «Mince, semblent-ils dire, c’est con, hein ? On a beau faire, la Mort ça existe toujours».

«Grand Bleu», «Camping 1 et 2», «Petits Mouchoirs» : en tous les cas, la mort de ce cinéma, ce n’est pas pour demain. Il est toujours à l’agonie, n’en finit pas de mourir mais – paradoxe – il reste plus vivant que jamais sur nos écrans. Et BiBi, grand nigaud devant petits films, fait partie des trois millions de français qui ont couru voir le film.

Et même qu’il avoue : « J’ai beaucoup pleuré avec François, Marion, Benoît, Gilles et les autres. Je me suis longuement mouché dans mon petit mouchoir lors de cette incroyable séquence finale de la sépulture. Car, pour moi, tout triste à la fin du film de Canet, c’était peut-être bien le Cinéma qu’on avait enterré».

___________________________________________________

(1) C’est Europa Corp Distribution de Luc Besson qui a commandé, financé, distribué le film de Canet. Du «Grand Bleu» aux «Petits Mouchoirs», ainsi la boucle est bouclée.

6 Responses to Du « Grand Bleu » aux « petits Mouchoirs ».

  1. Arf ! Le cinéma français, sauf exception est une catastrophe, Bibi…

    Arrangement entre copains, désastreuse influence de Canal +. Les producteurs responsables de tout ça : ils veulent faire du fric en mettant à l’affiche des people et des « stars »…

    Et puis le milieu des metteurs en scène ou les comédiens sont choisis en fonction des réseaux. Merde, qu’on ne le dise pas qu’une Lou Doillon ou une Charlotte Gainsbourg a du talent !

    Et les subventions. Magouilles et compagnie.

    Le cinéma français crève des mêmes maux que la politique et la société française : trop de consanguinité, absence de scénariis valables et cooptations des cadres…

    Que dire de plus : je connais assez bien le milieu, c’est tout. Il y a de quoi être dégoûté.

  2. sophie dit :

    Merci BiBi ! Grâce à toi, j’ai économisé une place de cinéma !

  3. Ariane walter dit :

    A mon humble ressenti, la scène finale est la plus catastrophique qui ait jamais été tournée. Jamais rien vu d’aussi nul. La discrétion et la suggestion ne sont pas les qualités de l’auteur.
    Tout le film est plat, insipide.
    Seule qualité : a permis à une bande de potes de faire les fous ensemble au bord de l’eau. Mais je ne vois pas pourquoi je paierai leurs vacances!!

  4. boobsy dit :

    Article intéressant, mais il faut être aveugle ou idiot pour ne pas voir que ce film est une merde…

    PS: on dit scénarios ou scenarii il me semble 🙂

  5. BiBi dit :

    @Ariane
    Oui, catastrophique comme tu l’écris.
    @boobsy
    Tu écris que ce film est une m… Tu l’as certainement senti tout de suite.

  6. Vivi dit :

    Je suis contente de voir que d’autres que moi partagent l’avis que Les Petits Mouchoirs est un remake de Camping pour les Bobos. A moins que ce soit un long (très long) film de promotion financé par le Comité Régional du Tourisme d’Aquitaine. Il y a quelques (rares) passages drôles, la chanson de Yodélice que j’aime beaucoup mais ça ne suffit pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *