« Un sentiment de rage indignée».

Pas d’aujourd’hui que je conseille de lire les travaux du sociologue . Ce dernier, au long parcours de chercheur en sciences sociales, a été un moteur de mes reflexions dans le capharnaüm de ce Monde. Ses analyses ont été des points de repères essentiels lorsque l’épais brouillard de l’idéologie libérale m’enveloppait à mon corps défendant.

Tout a démarré avec ces textes choisis et commentés sur la Sociologie de Bourdieu parus en 1986 (en collaboration avec ). Une pulsion inconsciente m’avait porté vers les écrits de . Cette introduction à ses travaux tombait à pic puisque j’étais novice dans ce champ de recherches (pas d’Université, pas de Maître avec qui échanger). Démarche à tâtons, parcours théorique solitaire, épuisant, acharné (souvenirs de longues nuits en croquant du chocolat) mais reconnaissance à jamais aux précieuses balises du livre (présenté ci-dessus en encart).

Ces derniers jours, j’ai replongé dans Accardo en relisant «De notre servitude involontaire» (2013), son petit livre chez (seulement 8 euros). Important cet adjectif d’«involontaire» qui fait écho à l’idée de cette servitude décrétée «volontaire» par la Boétie, l’ami de Montaigne. Je vous laisserai découvrir en quoi l’adhésion à notre système social (capitaliste) ne peut pas se décrire sur le modèle de l’adhésion d’un converti à un credo religieux. Cette sorte d’adhésion reste une démarche à dimension reflexive, elle résulte toujours d’un choix délibéré. A contrario, «Servitude involontaire» veut dire que l’attachement (la «connivence») au système ne résulte pas d’un calcul rationnel. Ce qui fait la force de la domination capitaliste, c’est «l’adhésion inconsciente des agents, connivence non intentionnelle, forme de complicité qui s’ignore parce qu’elle va sans dire et sans y penser».

C’est pourquoi il est inutile de se répandre en animosité épidermique contre ceux/celles qui ont voté pour Macron («bien fait pour eux»).

Mieux vaut comprendre…

Comprendre que cette approbation majoritaire au système libéral, ce «dressage», cet acquiescement à Macron n’a pas pu se faire «sans ces trois formidables ateliers de production symbolique dont le travail, tout en s’adressant à l’entendement rationnel et à la sensibilité consciente de leurs publics, a pour effet de structurer solidement leur inconscient social (1)» (je rajouterai : et ceci depuis le premier jour de notre naissance).

Ce livre paru il y a déjà… 6 ans mettait l’accent sur ces trois énormes institutions sur lesquelles Macron a fait ses premières réformes d’envergure, trois dispositifs que le personnel politique allié du Grand Patronat sait être décisif dans la poursuite de sa destruction des acquis sociaux. (2)

Enumérons les trois dispositifs déterminants sur lesquels Alain Accardo insiste.

  1. Le système scolaire et universitaire. Pas étonnant donc qu’on assiste au démantèlement macroniste des Universités, au parcours sélectif des lycéens/étudiants, à la réforme de l’apprentissage, à la domination des diplômes des grandes écoles. (3)
  2. Le système médiatique d’information/communication. Je ne ferais pas étalage une fois encore de cette puissance Médias (Presses, radios, télévisions) aux mains des 9 milliardaires, pouvoir consolidé par les sondages à la con d’Instituts de sondages à la con, par les think tanks financés par le grand patronat, par les Agences de com’ (d’Havas Stéphane Fouks à Anne Méaux d’Image7), par la main mise sur les Services publics (nomination de macronistes à Radio-France, LCP, France2 et FR3).
  3. Le système politique de la démocratie représentative. Inutile d’insister ici sur la façon dont fait taire la minorité d’opposition, la sanctionnant même (amende pour le maillot de foot de ) et interdit tout débat à l’Assemblée et au Sénat.

Les premières lignes de De Notre Servitude Involontaire (2013)

«  ? » Quand (se) posait la question, il était loin du ton geignard de ceux qui gémissent devant les difficultés du Monde, qui optent pour le cynisme-la dérision-le j’menfoutisme (propres aux petits-bourgeois), qui se contentent de l’humour des défunts Guignols. Sentiment de rage indignée : comment y échapper ? Comment ne pas hurler devant l’accumulation des saloperies quotidiennes mises en place par Macron, le MEDEF et ses sbires médiatiques ? Mais si nécessaire que soit cette rage pulsionnelle, elle ne suffit pas. De son côté, pour toute réponse, Lénine cherchait comment pouvait être combattue la grande propriété privée : par un travail théorique et une vision claire des rapports de classe.

Accardo, lui, pas plus qu’un autre, n’a le don de double vue. Certes les analyses d’une certaine culture sociologique (rajoutons le livre de Le Capitalisme de la séduction) tombent juste (en désenchantant le plus souvent). Exemple ici avec ce qui risque de se passer dans les luttes (si nécessaires) des cheminots. Terrible réel.

Les analyses de ce sociologue ne nous proposent pas un manuel de savoir-vivre contre la société capitaliste. En ces temps difficiles, on peut voir se dessiner des résistances, des formes de luttes nombreuses, inédites (ou non) avec lesquelles il faut nous montrer solidaires. Mais n’oublions pas, nous rappelle Accardo, de nous pencher sur la façon personnelle dont on a intériorisé la logique du système. Pour lui, il ne faut jamais cesser de mener ce combat intérieur contre cette logique intériorisée. Dans ce combat, chacun d’entre nous doit s’interdire de continuer à se raconter des histoires.

«Ce sur quoi j’essaie d’attirer l’attention, c’est sur le fait que le monde existant n’est pas posé en face de nous comme un paysage extérieur à aménager mais qu’il est aussi nous-mêmes, intérieur à chacune et chacun d’entre nous».

______________________________________________________

  1. Plus avant dans son analyse, Accardo revient sur ces termes d’«inconscient social». Il ne s’agit pas pour lui d’inviter à un mea culpa plein d’accablement mais de contribuer à une «socio-analyse», c’est-à-dire de mettre en lumière certains aspects non évidents du fonctionnement du système et plus précisément la part que nous y prenons personnellement. Parler ainsi non d’une inconscience totale (qui est un état-limite) mais plutôt d’une «conscience mystifiée» (pages 90 et suivantes).
  2. Comme quoi les gens de gauche devraient lire plus souvent ces travaux de sociologie.
  3. Le système scolaire et universitaire – mis à part le travail de formation basique (primaire, partie du secondaire) – donne ensuite aux futurs Dominants un précieux surcroît de légitimité. Capital scolaire et universitaire (culturel) qui s’ajoute au Capital économique et au Capital relationnel. Plus possible de brocarder les grands-bourgeois à la manière de Jacques Brel (Les Bourgeois, c’est comme les cochons/ Plus ça devient bête/Plus ça devient con). Aujourd’hui, ils se sont piqués de littérature, de peinture. Bref, de suppléments d’âmes très chic qui participent de la Guerre Générale contre «les salauds de pauvres».

4 Responses to « Un sentiment de rage indignée».

  1. Zap Pow dit :

    Accardo est une des raisons, et non la moindre, qui me fait lire le journal La Décroissance.

    https://www.youtube.com/watch?v=e3Zsxp49lAs

  2. KB-19 dit :

    Je découvre cette personne ses analyses sont d’actualite à lire , merci BiBi

  3. Robert Spire dit :

    « Que faire? »
    Denis Lachaud dans « Ah! ça ira » écrit: « Nous avons commis une erreur grossière. Nous nous sommes attaqués aux dominants. Or ce sont les dominés qui perpétuent le système. »
    « On ne change pas le monde avec des idées. Pour changer le monde, il faut que des hommes et des femmes prennent la décision la décision de mettre en oeuvre leurs idées. Les mutations historiques sont toujours portées par des minorités actives.(…) Nous, non-votants, sommes une minorité. Pourquoi ne pas devenir une minorité active? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *