Messieurs et Dames de ce Monde.

Jack Lang et Georges Haldas

MONSIEUR : « Contrairement à ce que chacun peut penser, c’est une grâce que de ne pas avoir un pouvoir de Séduction. C’est autant de petites lâchetés et de grands crimes qu’on ne commet pas ». Et puis sur une certaine France : «  Il y a en France un snobisme de la folie, de « l’aventure intellectuelle » etc. qui s’accomode très bien de la tendance à établir des catégories. A tout étiqueter. L’expression parfaite en ce sens étant celles des « poètes maudits ». On est tranquille. On a classé la malédiction. On peut briguer l’Académie».

Et toujours cet œil perçant mais juste : «  Ces embrassades et accolades entre « artistes ». Une sorte de rite. Qui n’a rien à voir avec une fraternité véritable. N’en est même que la caricature. Gens de théâtre, de télévision, de radios. Leurs baisers de Judas. A de rares exceptions près. » Monsieur Georges Haldas, toujours jeune et fringant à 91 ans. 

MONSIEUR : il s’est demandé comment achever sa vie politique. Comme Lénine en son temps, il s’est posé l’épineuse question : «Que faire ? »
Jusqu’alors, Monsieur Jack Lang s’évertuait à ne pas montrer en télévision son profil gauche (il le déteste), il aimait à être cité comme un Politique d’envergure (Monsieur Jack Lang a inventé la formidable Fête de la Musique). Mais cela finissait par être très pesant et très/trop répétitif.
A l’âge qu’il a – Ô vieillesse ennemie – et devant la perspective réelle d’un second Quinquennat promis au Petit Nikos, Monsieur Jack Lang s’est longuement interrogé et a décidé de mettre le scotch Double-Face. Est-ce si étonnant ? Bien sur que non : Monsieur Jack Lang ne s’est jamais soucié que d’une seule chose… de son existence médiatique, la seule qui compte à ses yeux de play-boy. Et pas de meilleure posture de bravitude que celle, très recherchée et très jouissive de Victime et de personne calomniée ! Quant à nos Penseurs de Droite qui pensent que la Chasse à l’Homme-Lang du PS est ignoble… doucement, doucement. Il y a pire, non ? Par exemple, les parties de chasse du Comte Hortefeux.
Le Figaro nous offre un sondage CSA sur l’Opinion publique qui plébisciterait Monsieur Jack Lang à 53 %. Certes mais BiBi y voit un peu trouble lorsqu’il s’approche de plus près : le sondage commandé par le Figaro a été fait par l’Institut CSA… vous savez celui qui depuis la mi-juillet appartient à Monsieur Vincent Bolloré, l’ami qui prête son yacht au Petit Nikos.
Qui s’étonnera que la précision sibylline de BiBi postée dans les commentaires sur l’article (« Jack Lang bénéficie du soutien de l’opinion ») du Figaro n’ait pas été retenue ?

MONSIEUR : le Président de la Fédération Internationale Automobile, a obtenu gain de cause contre un tabloïd anglais qui avait qualifié les orgies qu’il organisait de simulacres « nazis ». Bien entendu, Monsieur Mosley n’est pas un nazi mais pour BiBi, Monsieur Mosley reste un gros naze.

MADAME CARLA S. : BiBi sait qu’il faut défendre où que ce soit les droits imprescriptibles de la Fiction. BiBi a retrouvé dans une des chansons de Madame Carla S. une description chantante et andante qu’elle pourrait se faire d’elle-même : « Moi des hommes, j’en connais des superbes, des biens murs, des acerbes, des velus et des imberbes. J’en connais même tellement que ça me prend du temps« . C’était il y a longtemps. Aujourd’hui, elle a remplacé les hommes par des chansons.

MADAME JUSTINE LEVY : BiBi ne croyait pas si bien dire lorsqu’il rapporta son commentaire sur le JDD à propos de  Madame Justine Levy en la qualifiant de Carla-bis. Il vient de découvrir que  Madame Justine était la fille de Monsieur Bernard-Henri L, le philosophe aux mains propres et à la chemise blanche et qu’elle était la nouvelle épouse de Monsieur Raphaël Enthoven. Le Monde est petit dans ce petit monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *