Mais qui est donc Monsieur Claude Guéant ? (1)

Jean-Luc Godard avait raison de dire que « si on voulait avoir une idée du régime politique français, il fallait regarder qui était Ministre de l’Intérieur ». Après l’aimable Brice, voici Monsieur Claude. Homme de l’Ombre hier, Ministre en pleine lumière aujourd’hui. En deux parties, BiBi braque ses projos sur le meilleur des Camarades de Chouchou, Monsieur le Sinistre .

66 ans et la peau lisse.

Notre Homme Claude est tout prêt à ressortir ses origines. Une mère institutrice, un père modeste employé de transport. Pas de doute, voilà un petit gars arrivé à la force de ses poignets et de… sa poigne. Autour de lui, de bien gentils camarades : et Bernard Squarcini.

Monsieur Claude a 66 ans et il a arpenté tous les trottoirs de l’Intérieur. Hier, secrétaire général de la Police Nationale, avant-hier ancien Directeur Général de la même Police Nationale. Aux temps jadis, en 1971, il est sortant de l’ENA, optant derechef pour le Ministère de l’Intérieur avant de se mettre en 1977 au service de Christian Bonnet. En 1991, il sera adoubé par l’ami Charles Pasqua qui en fait son directeur adjoint de cabinet avant de le faire, en 1994, Directeur Général. Voilà donc 40 années que le cher Claude sillonne les couloirs de la Maison et en occupe tous les tiroirs. Le bonhomme, Senior approchant les 70 ans, garde la peau lisse. Cet homme des mots feutrés et des ordres sans discussion est infatigable.

Un Stakhanoviste.

Les courtisans de l’UMP l’appellent «Le Cardinal», d’autres plus peureux encore le surnomment «La Tour de Contrôle». Pour être plus direct, c’est «l’Homme du Pouvoir absolu». Les journaleux du , version Lagardère, sont impressionnés par son rythme de travail. Le Claude bosse de six heures du matin à 22 heures le soir, «sans oublier les week-ends»…

Qu’on en juge : il nomme, il convoque, il oriente les dossiers, il s’entretient dans les alcôves, il se diplomate en parallèle, il intervient dans les médias, il assiste Nicolas tous les lundis matins, il supervise les équipes de Com’, il tance le personnel élyséen et les Secrétaires d’Etat, il participe à la composition des gouvernements, il appelle les ministres pour les informer de leurs nouvelles attributions, il compose et décompose l’élaboration des listes UMP pour les régionales, il négocie des accords diplomatiques, il chouchoute Grégoire Verdeaux, il approuve la nomination de Véronique Rampazzo etc.

Gentil gentil le Monsieur Claude ?

Le bonhomme aux allures très démocratiques n’a jamais été élu et il ne se met – paraît-il – jamais en colère. Pour les journaleux des Echos, il s’agit là de courtoisie et d’un sens de l’écoute inégalé. On peut imaginer ces qualités-là lorsqu’on sait que pour , le Claude mériterait d’être promu «adhérent d’honneur du FN». Divine Marine ! Elle assure que notre Claude serait de plus…«touché par la grâce».

Un très vilain collaborateur anonyme déclare au contraire que ce Monsieur Claude «n’aime pas la concurrence». «Quand il sent que vous pouvez lui faire de l’ombre, il fera ce qu’il faut pour vous mettre à l’écart». Bouhhhh, le vilain courtisan !

Un vieil oncle débonnaire (ben voyons).

A Paris-Match (février 2010), Claude est tout content de se voir qualifié de «vieil oncle de province débonnaire». Il raconte ses vacances en Grèce, sur un bateau loué par ses deux enfants (Pas le yacht de Bolloré, hein !). C’est sa première sortie en mer : bon, OK, «ce n’est pas super confortable, mais c’est vachement sympa». Notre Ministre, depuis cette sortie, nous mène superbement et régulièrement en bateau. De son métier de préfet, il avoue encore : «Franchement, je me suis éclaté». Un vocabulaire de d’jeune pour ce Senior de 66 ans : impressionnant, non ?

Il est l’inventeur de Tout et son contraire.

Claude Guéant noie admirablement le poisson en distillant le poison. Le dimanche avant la messe, il dit qu’il n’est plus question d’interdire les prêches en arabe, répétant aux représentants du Conseil français du Culte musulman qu’il «veillera au bon déroulement» du débat sur la laïcité mais le lundi au réveil, on l’entend clamer, bon sang mais c’est bien sûr, que «l’accroissement du nombre des fidèles de cette religion, un certain nombre de comportements, posent problème».

Sa mère, institutrice, n’a pas du lui donner les bonnes leçons puisque son fiston ne sait même pas lire le premier sens du mot «croisade» dans le Petit Robert : «expédition entreprise par les chrétiens pour délivrer les lieux saints occupés par les Musulmans». Il joue à faire le malin en sautant – pour se défendre – dans la seconde définition : « Croisade : campagne menée pour créer un mouvement d’opinion». Allez, hop ! Elève Claude, au piquet ! Et avec un bonnet d’âne.

Claude est le Roi du Double jeu. Le Tout et son Contraire est la spécialité de sa tambouille. Les décisions qui seront prises après le 5 avril – dixit le Père Claude – «permettront aux musulmans de vivre leur religion de façon plus apaisée». Mais ailleurs il jète de l’huile sur le feu en déclarant de façon péremptoire et mensongère : « Il est clair que les prières dans les rues choquent un certain nombre de concitoyens« . Ah bon? LES rues ?  Tu nous donnes les adresses, cher Claude ?

Bah ! Pour corroborer l’état d’apaisement,  il suffit de lire la page d’accueil de 20 minutes : «En raison de débordements systématiques sur ce type de sujet, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension».

*

DEUXIEME PARTIE : Claude GUEANT, famille et familiers. Lire ici

5 Responses to Mais qui est donc Monsieur Claude Guéant ? (1)

  1. Monsieur Claude

    Les français ne se sentent plus chez eux. Et nos divisions n’ont rien fait d’autre que jeter un peu d’huile sur le feu.
    On appelle ça comment déjà ?
    La gaie hantise… merci monsieur Claude.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/monsieur-claude/

  2. Rem* dit :

    J’en ai beaucoup appris sur ce triste personnage, merci Bibi. En prime, cette judicieuse remarque de Godard sur le rôle clef du Ministre de l’Intérieur ! Au fait qui était à ce poste pendant le début de la Guerre d’Algérie ? : Mitterrand ! Et puisque l’Algérie était ‘à l’intérieur’ de la France, il y fut un ministre ferme, nom de cocorico !!

  3. areuh dit :

    il n’a pas l’air gai ce guéant

  4. michelle Brun dit :

    tu vois Bibi l’actualité est tellement « étonnante ». Que tes articles si justes se devaient d’être postés sur TON BLOG …

  5. admin dit :

    Ouf, c’était donc bien un poisson d’avril…

    Guéant sera finalement passé en peu de temps de l’ombre à une surexposition mortelle. Merci de nous rappeler ses hauts-faits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *