(Dé)gommer Mai 68.

Qu’elle est jolie la couverture noir et blanc de !   regard clair veste à chevrons dévisageant ironiquement un CRS. Mais le plus amusant c’est la «légende»… : « Oubliez ! »

Lorsqu’on s’attarde à la page 15, BiBi  jette le même regard ironique sur ce cher Daniel. Pour ce dernier, rien ne l’énerverait plus que «d’être enfermé dans un cadre». BiBi, toujours en alerte maximale,  reconnaît là tout l’art subtil de l’Intelligentsia française toujours prompte à classer les gens, à  les réduire à ci et à ça, à les ignorer aussi mais toujours ô combien rétive à être elle-même classée, à être elle-même analysée. BiBi s’amuse encore plus lorsque le journaliste confirme que l’Image de 68 colle toujours à la peau de notre Invité du jour. Ainsi donc cet Ex-jeune de 68 vient nous dire la fin de 68, vient nous asséner qu’il faut oublier le choc qu’a constitué le mouvement de mai et qu’aujourd’hui il faudrait repartir de l’avant en étant libre par rapport à cet «héritage». Parle pour toi, Daniel ! Comment BiBi s’explique que des Intellectuels puisent dire de telles inepties ? Vouloir oublier, c’est méconnaître la Dimension de l’Oubli. Car le plus terrible, c’est que l’Oubli de l’Oubli, le refus de l’Assimilation critique de l’Histoire pèsent d’un poids plus terrible encore.

Monsieur Cohn-Bendit, en sommant les lecteurs de Télérama à oublier 68, dit trois choses :

1. «Je ne veux plus en entendre parler car dans ma vie de tous les jours, les gens ne voient que ce jeune homme que j’étais sur cette photo et cela m’est insupportable»,

2. «en conséquence, ne m’en parlez plus, ça me fera du bien !» et

3. plus violemment : « je clos le débat ! Et c’est moi qui ai le dernier mot. Point final». Et finalement, les deux phrases de l’itinéraire de Daniel Cohn-Bendit – narcissisme oblige – resteront comme deux imbécillités : «Nous sommes tous des Juifs Allemands» ( comme moi) et «Oubliez Mai 68»( faites comme moi). Car « discuter sans fin de Mai 68 serait une manière d’éviter de parler des problèmes d’aujourd’hui ». Certes. Mais BiBi se demande naïvement que est le sujet du Verbe « Discuter sans fin » ? Daniel veut-il parler de ses quatre pages d’interview à Télérama ? De cette jolie photographie à afficher dans mes WC ? Veut-il parler  de ces Intellectuels sur le devant de la Scène 2008, massivement présents avec leurs grosses commissions, leurs Colloques et leurs Coliques ? Pense t-il à ces Intellectuels de Cour version Ségo qui n’ont à la bouche que la version exclusive et consensuelle de Mai 68, qui nous présentent essentiellement 68 comme une expérience générationnelle, estudiantine et juvénile, comme une révolte plutôt romantique et/ou rimbaldienne, qui taisent – magnifique consensus – la plus grande mobilisation ouvrière de ces soixante dernières années et qui gomment surtout leurs propres trajectoires sociales et leurs bien sales trajets politiques. (Coucou Glusksman ! Coucou Romain Goupil !) Regardez sous les pavés : vous y trouverez aussi les Laurent Joffrin, Serge July, Serge Moati, les François de Closets et autre Alain Touraine, toute cette Gauche «moderne» qui exalte les figures de l’Expert responsable, qui porte aux nues la Santé de l’Homme politique très dynamique et celle du Héros technocrate gestionnaire. Rôles qui veulent faire oublier à BiBi et à ses amis combien est précieuse la Fonction de l’Intellectuel critique.

Me reviennent ces phrases de , cinéaste 68 qui écrivait avant sa mort : «Pour la première fois, il me semble que je vois un peu plus clair dans ma façon de faire des films. Je veux être révolutionnaire non pas en faisant des pas en avant mais en les faisant en arrière pour revenir aux sources. Le but que j’ai essayé d’atteindre dès mon premier film, ce fut de revenir à Louis Lumière, à Jean Renoir. J’ai toujours été contre les techniques nouvelles. Je suis peut-être réactionnaire mais je crois être en cela révolutionnaire». Et puis celle-ci, inoubliables, de Monsieur :

« Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage Que nous ont laissé nos parents. Un trésor est caché dedans. Je ne sais pas l’endroit, mais un peu d’ouvrage Vous le fera trouver»

2 Responses to (Dé)gommer Mai 68.

  1. Lou dit :

    Une erreur de jeunesse, IL l’a dit.
    La vérité sur le vieux jeune, c’est ce qu’en dit Bibi

  2. Beaucoup ont mal tourné, finalement ils n’ont toujours été que des opportunistes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *