NOUS SOMMES TOUS DEVENUS DES PETITS LALLEMENT.

Je suis au cinéma, avec masque sur le nez. La salle est pleine. Le dispositif d’une place vide est respecté.

Les lumières s’éteignent. Le film commence devant une centaine de sièges occupés.

Le Monsieur, au deuxième rang devant moi, sort aussitôt de son fauteuil et, dans le clair-obscur de la salle, se dirige vers le quatrième rang. Il se penche sur une Dame qui, visiblement étouffant sous son masque, l’a ôté trente secondes. Le Monsieur lui demande très poliment de remettre son masque.

La Dame, sans un mot, s’éxécute. Honteuse d’avoir été repérée, elle a remis illico son masque.

Scène ordinaire de notre vie depuis la Covid19.

J’ai continué de regarder le film mais comment se fait-il que, par la suite, cet incident m’est brutalement revenu et m’a empêché de dormir.

C’est alors que j’ai – dans un éclat de terrible lucidité –  fait ce constat que cet incident était porteur d’une violence inouïe. Pensée-bibi cheminant, s’est imposée l’obligation de comprendre en quoi – à mon corps défendant – j’étais passé d’un premier constat (incident anodin) à son contraire (un épisode d’une extrême violence).

Toute cette scène vécue s’est déroulée dans une atmosphère feutrée. Le Monsieur est certainement un Citoyen lambda, dénué de toute agressivité. Il a interpellé cette Dame avec gentillesse, sans hausser le ton. C’est peut-être cela qui m’a frappé : le déroulement de cet incident s’est passé dans le calme, la violence résidant justement dans cette douceur de l’apostrophe, dans l’abscence de réplique de cette Dame repérée et épinglée sans masque. Absence totale de dialogue. Aucun échange pour s’expliquer.

Qu’aurait eu cette Dame à expliquer pour sa défense ? Imaginons qu’elle se rebiffe, qu’elle dise par exemple : « Mais Monsieur, j’ai le droit d’ôter mon masque pour respirer trente secondes. De quel droit intervenez-vous ? Voudriez-vous que j’étouffe » ?

Imaginons encore quelle tournure aurait pris ce « dialogue » : la femme se rebiffe, commence à répliquer, elle entre dans l’échange avec éclats de voix. Perturbation. On en vient à interrompre le film. Les lumières s’allument. 98 personnes cherchent la coupable, s’offusquent, pointent du doigt cette méchante Citoyenne qui – refusant de porter le masque – est une hors-la-loi. On appelle les Responsables du Cinéma qui la prient de sortir. Et si besoin, en dernier recours, on demande même aux Forces de Police de venir faire régner la loi. Avec amende de 135 euros (et plus, si l’on a suivi ce matin Gabriel Attal).

Qui irait protester jusqu’à ce point ? Qui irait jusqu’à braver la vindicte populaire (de cette salle de cinéma) ? Comment appelle t-on ces énergumènes, ces opposants qui refusent les lois ? Des fous, des hors-la-loi, des terroristes, des islamo-gauchistes. Que sais-je encore ? Qui pourrait supporter ces insultes lorsqu’on lui oppose le Covid19 et ses maléfices ?

Mais mes pensées-bibi ont continué de cheminer à vitesse folle. Elles sont allées beaucoup plus loin. L’incident est venu poser sans complaisance la question de… ma propre place. C’est assurément cette interpellation de moi-même qui a fait encore plus violence. Impossibilité de prendre le temps de peser le pour et le contre. Le seul choix a été d’être d’un côté (celui du Monsieur), pas de l’autre (celui de la Dame).

Qu’ai-je fait ? Rien. J’ai laissé faire. Suis-je intervenu pour défendre la spectatrice ? Non. Au contraire, j’ai acquiesçé au commandement du Monsieur. Je n’ai pas touché à mon masque et, même, ne le supportant pourtant pas, je l’ai gardé pendant toute la durée de la projection. C’est surement pour ça que je n’ai pas dormi.

Impossible de supporter cet aveu : je suis devenu un petit Lallement.

Dorénavant, nul besoin de faire intervenir les Forces de l’Ordre. Nous avons intégré tous les gestes consensuels, nous obéissons tous aux ordres du Donneur d’Ordres. Nous en sommes les délégués, les exécutants dociles.

Il ne s’agit pas, ici, de discuter pour savoir si les gestes barrières sont justes ou non. Il s’agit de constater le point où nous en sommes : nous voilà dans l’impossibilité de protester individuellement sous peine de devenir un bouc-émissaire, un paria. Qui pourrait supporter d’être mis au ban, d’être cloué au pilori, d’être rejeté ? Impossibilité aussi (surtout) de s’unir dans une protestation collective. Nous voilà interdit de nous réunir à plus de six personnes, de bouger la nuit, d’arpenter les rues entre 21 heures et 6 heures du matin.

Ce matin, 9 heures. FranceInter. La journaliste annonce d’un ton allègre, presque jouissif : « Dès samedi, nous allons troquer le Carosse pour la Citrouille ». 10h : France Info : « Finie la Fête » s’exclame un autre. C’est dans la joie que Radio-Paris nous annonce ce qui va suivre : soyez heureux d’avoir un comportement de citoyen-modèle. Traduisons : soyez des délateurs, ne permettez à personne d’enfeindre les lois de la Protection Sanitaire. Si, dès ce samedi, vous voyez vos voisins à sept autour d’une table, appelez les flics. Avec ce couvre-feu, voilà le retour de la délation. Mais c’est bien plus fort qu’en 1940-45 car c’est à visage découvert qu’on se présente à l’autre en infraction, exécutants de ces ordres, tous fiers d’être estampillés Bons Citoyens.

Pourquoi tout cela tient ? Pourquoi la Macronie en déshérence jusque-là a repris l’initiative avec ces dernières mesures… liberticides ?

Peut-être parce que sa puissance repose sur cette peur toute individuelle d’être contaminé(e) (de mourir) ou de contaminer (plus rare). Alors tout devient plus facile pour la Macronie : elle s’impose comme le Grand Protecteur sanitaire incontournable, indiscutable et indiscuté. Son Storytelling – amplifié par les Medias-moutons débarrassés de tout discours critique – est en marche. Le discours critique – quand il a un peu de place – est aussitôt disqualifié.

Les buts de la Macronie sont atteints. Non seulement, elle a réussi à nous habituer à l’Obéissance mais elle a obtenu notre acquiescement « raisonné et raisonnable ». Rêve exaucé et triomphant de ce libéralisme qui a pourtant créé les conditions d’apparition de ce virus.

Mais nulle raison de désespérer. Dans la Vie sociale, rien ne va sans contradiction, sans luttes, sans opposition. Pour le moment, nous sommes dans le brouillard, hébétés, tétanisés pour penser comment réagir et agir contre. Voyez ce tweet capturé hier qui dit notre sidération, notre acceptation tacite et facile de toutes ces lois et décrets liberticides.

Mais le temps de l’analyse en est aux prémices. Le temps d’une réponse collective, de NOTRE réponse collective viendra. Inexorablement.

Nous ne continuerons pas d’être des petits Lallement.

3 Responses to NOUS SOMMES TOUS DEVENUS DES PETITS LALLEMENT.

  1. Anne-Marie dit :

    « Nous ne continuerons pas d’être des petits Lallement.

    Cela n’est pas certain, comme l’a dit Machiavel : Celui qui contrôle la peur des gens deviens le maître de leur âme ».

  2. BiBi dit :

    @AnneMarie
    Vous avez peut-être raison. Peut-être car l’avenir n’est pas encore écrit.
    Reste la volonté du moment qui est ce qu’elle est : ne pas devenir (rester) des petits Lallement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *