Nicolas S. et les Arts : un Maître en Littérature (1)

Un Promeneur littéraire unique.

, conseillère élyséenne de , nous a loué son Maître dans le JDD, le qualifiant de «Promeneur littéraire». Chouchou, qui connaît par cœur les Œuvres monumentales de Johnny et de Didier Barbelivien, serait un familier de Jacques-Henri Pinault, spécialiste de livres anciens «auquel il rend visite depuis des années dans sa librairie de la Rue Bonaparte».

Toujours d’après notre Dame, le Président pourrait parler des heures durant (mais hélas, il est toujours pressé) du «désir dans l’œuvre de Proust», rajoutant que notre grand Dévoreur de livres sait parfaitement le titre des livres d’Henri de Montherlant. Chouchou aime « La Reine morte« , BiBi préfère « Le Roi se meurt » d’Ionesco.

A propos de Camus, circulait cette rumeur inepte et tenace que Chouchou avait confondu Camus le Cognac et Camus l’algérien lors d’un cocktail à New-York. En tous les cas, ses Conseillers Com’ ont confirmé qu’en 2012, il lira « La Chute » de l’auteur non-panthéonisé.

Des goûts très affirmés.

Question Hauteurs et Auteurs, Catherine Pégard  la Conseillère ne nous a pas tout dit : rappelons-nous que Chouchou avait beaucoup aimé le Goncourt de Jonathan Littell (surtout les premières pages) et qu’il en avait fait son livre de chevet. Il avait été aussi très emballé par Gérard de Nerval et par Marcel Proust (on avait immortalisé notre Président en une photo-agitprop qui fera date – voir photo).

Notre Président a même des goûts très affirmés : par exemple, il n’a pas du tout aimé la Princesse de Clèves (il n’y a qu’une Princesse et elle s’appelle Carla) mais il ne dédaigne pas lire et relire du Julien Gracq auquel il a rendu hommage… après avoir consulté Wikipédia.

Une culture impressionnante.

L’Express nous avait livré de précieuses infos sur le goût de la lecture de notre Président. Au , le voilà faisant visiter la «chaise longue où il lit». Dans son avion de milliardaire, il laisse traîner négligemment un exemplaire des « filles du Feu» de Gérard de Nerval. Il s’enferme pour lire Zweig, Borgès et Zola. Sur Zola, il confond – malgré les cours attentionnés de Carla – Rougon-Macquart et «Roujon- Macquart». Il a attaqué Le Clézio, Stendhal et Houellebecq (décoré à l’Elysée) et aussi Albert Cohen (avec Belle du Seigneur). Obligation : Solal, le héros d’Albert Cohen, avait été accolé au nom de Sarkozy (le bébé avait Jean-Jean, le fiston à pistons comme Papa et Jessica de chez Darty comme Maman).

Prochain article : « Nicolas S. : un fondu de Cinoche ».

4 Responses to Nicolas S. et les Arts : un Maître en Littérature (1)

  1. toff de aix dit :

    Parfait c’est parfait! Merci Bibi pour cet inventaire à la Prévert, il ne lui manque que Machiavel dans sa bibliothèque. Sans oublier le Mythe d’alfred de Rosenberg (pour la partie « inégalité entre les races », ça me paraît d’actualité). Rajoutons un peu de Pierre Péan pour faire bonne mesure (je lui suggère « Corruption, argent noir..) et je crois que notre Grand Leader, Lettré à ses heures, sera paré pour passer l’été dans sa chaise longue du cap-nègre (tiens c’est marrant le dernier mot est littéraire aussi!)

  2. Le « Résident » a oublié « Oui-Oui » et « Bonne Nuit les petits », entre autres (sous forme de livres, écrits, avec des phrases et, heureusement, des images aussi), tous les deux dans la « Bibliothèque Rose ».
    Un Résident qui lit, avec la bouche peut-être, mais alors là, il s’agirait des oeuvres, vite feuilletées, d’Albert Simonin ou alors, en passant, de notre non ami Gérard de Villiers.
    En fait, il existe des pans de la littérature – qui est aussi bonne fille que la France – que le Résident peut citer en exergue. J’attends les prochaines intrusions dans les Belles-Lettres avec impatience et curiosité…

  3. babelouest dit :

    Quelle culture ! Il ne lui reste plus qu’à faire un stage chez un fermier du Gers ou de Haute-Savoie, pour prétendre au titre envié d’ Honnête Homme (non, ne toussez pas, c’était pour la Camera Invisible)

  4. hVerdier dit :

    ça fait du bien de rire mais hélas Sarko n’y suffit pas malgré tous ses efforts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *