Hongrie, Tchécoslovaquie, Pologne : souvenirs d’avant le Mur.

Rue des Alchimistes

BiBi a lu l’article de Céleste sur son voyage à l’Est. celestissima.org/en-souvenir-de-greta-allemande-de-l%e2%80%99est/Des souvenirs lui sont revenus.

BiBi a écumé très tôt les Pays au-delà du Rideau de fer, s’y rendant avec des billets SNCF et des visas commandés longtemps à l’avance. C’était à la fin des années 70. On était sous Giscard et au lycée, on étouffait. On écoutait Michel Lancelot sur Europe 1. On lisait Rock et Folk, Best et Extra. Certains essayaient de nous vendre Rouge ou voulaient nous faire adhérer à la Gauche Prolétarienne. On furetait sur les Ondes (sur Ondes courtes, on arrivait à prendre Radio-Luxembourg qui émettait d’une plate-forme pétrolière).

On partait à deux, à trois dans les Pays de l’Est. En 78, Italie, Yougoslavie, Sofia, Mer Noire jusqu’au delta du Danube. En 79, (, et ). Et Varsovie début août 80. Les JO de Moscou : les Cocos avaient réquisitionné tous les pots de peinture de la pour repeindre les rues moscovites. La Haine contre les Soviétiques lorsqu’il y avait un boxeur polonais contre le russe. On avait emmené deux bouteilles de Pastis. Ils/Elles buvaient cul sec. Dans la boite de nuit, trainait un exemplaire du Monde : colonne première page, on y parlait des évènements de… Gdansk. On informait nos amies polonaises pas au courant !

On se remboursait l’essence et on payait les Auberges de Jeunesse en traficotant nos dollars au noir. Trois semaines qui nous coûtaient absolument rien. A Budapest, on avait trouvé des chambres universitaires près du Danube. On était les Rois. On payait tout aux filles avec notre change super-avantageux. Le seul morceau d’autoroute était le tronçon Budapest-Lac Balaton. Avec la Simca 1100 TI, on doublait tout le Monde. Les deux allemandes de l’Est voulaient rester avec nous. Elles prenaient la pilule et on se baignait à poil.

En , on allait avec des potes tchèques dans les bars d’Hôtel huppés. Les Prostituées étaient à 5 dollars la nuit. Pour manger une banane, il fallait se lever tôt tel jour pour aller les acheter au noir au Marché-Gare. Un jour, Michel pissait ses bières contre un mur. Un policier tchèque voulait dresser un PV. Le copain tchèque a expliqué que nous étions journalistes et que nous allions faire rire nos lecteurs sur la Police de Prague qui mettait des PV pour ça. Les flics sont repartis avec leurs souches.

On avait cherché . Il n’y avait aucun dépliant touristique. Les murs étaient gris, noirs. Le Château faisait peur. Le cimetière juif du Centre-Ville était fermé. On est passé par-dessus pour visiter une heure. A la piscine, on riait de voir les jeunes porter des maillots de bain socialistes ! Un jour, un tchèque m’a demandé si j’avais une sœur : il voulait un mariage blanc pour passer à l’Ouest. A la frontière allemande/tchèque, on est passé comme une lettre à la Poste. On se disait «  Putain, c’est facile ». Mais il y avait une No Man’s Land et au bout de 5 kms, on a vu les chiens policiers, les lampes, les torches dans la nuit et l’inspection minutieuse des coffres de voitures des tchèques qui se rendaient en RFA.

A Budapest, il y avait déjà le Festival Rock mais pas à Margrit-Sziget, au pied du Château. Des freaks, du Hard-Rock (orchestre : ). Les gens étaient chaleureux. Une fois on a été hébergé par un lanceur de javelot hongrois qui s’était démonté l’épaule avant Mexico 68. En en parlant, il en avait pleuré. Devant l’alcool de prune (interdite au Conducteur).
Ils aimaient la France mais devaient économiser cinq ans pour pouvoir aller financièrement en visite à l’Ouest. Les Allemandes de l’Est avaient un complexe de supériorité. Fallait pas les confondre avec les ploucs des plaines hongroises ou polonaises. Elles connaissaient la pilule de A à Z.

BiBi n’était pas communiste mais il sentait un désaccord latent. Aussi bien en Hongrie qu’en Tchécoslovaquie, la frange de la Jeunesse n’était pas forcément mortifiée mais elle était curieuse, parfois fêtarde, parfois apathique. Combien de fois avons-nous expliqué qu’à l’Ouest, nous aussi on ne roulait pas sur l’Or ! Incompréhension tenace.

C’était 10 ans avant la chute du et BiBi n’avait même pas vingt ans.

Photo : BiBi.

5 Responses to Hongrie, Tchécoslovaquie, Pologne : souvenirs d’avant le Mur.

  1. celeste dit :

    Salut Bibi!

    Sympa d’avoir relayé, je suis contente que mon texte t’ait inspiré!

    Nos souvenirs se recoupent et se complètent!
    La dernière fois que j’ai voyagé dans les pays de l’est (Pologne, Hongrie Tchécoslovaquie), ce que je raconte sur le blog, c’était en 1975.
    et la première fois, c’était en 1965, j’étais allée en Hongrie avec mes parents, à l’occasion d’un rallye de campeurs. Souvenir extraordinaire (quoique lointain). Un truc frappant, les piscines, des parcs de piscines, extraordinaire, il y avait même une piscine à vagues, en 1965! Nous on venait de la campagne, on n’avait jamais vu ça!

    Puis les années suivantes nous avons voyagé en Bulgarie, en Roumanie et de nouveau en Hongrie car nous étions devenus amis d’une famille hongroise.

    Comme toi, je ne suis jamais sentie communiste, trop de contrôles, pas assez de libertés individuelles mais j’ai rencontré à l’Est plein de gens joyeux, cultivés, accueillants.

    Bonne journée Bibi!

  2. La nostalgie camarade… chantait Gainsbourg

  3. nicocerise dit :

    En 90, Hongrie (Sopron, Lac Balaton et Budapest) puis Pologne et République Tchèque. En hongrie : des filles superbes avec des shorts minis, du toKay pour des soirées à se mettre sur le toit, de la milice à tout les carrefours. J’y ai respiré la liberté du voyage.

  4. BiBi dit :

    1990 : la Hongrie etait passée du CoCo au Coca (Cola). 🙂

  5. Wam dit :

    Salut BiBi,

    Avez-vous lu « Les testaments trahis » de Kundera ? Il y parle admirablement de Kafka, c’est un point de vue veritablement genial qui nous permet de mieux comprendre son oeuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *