Le JDD défend la vie privée jusqu’en Guinée.

BiBi avait adressé un petit message à la Guinéenne Madame Nafissatou Diallo : «Courage à vous. Méfiez-vous des Médias qui vous sauteront au cou pour… vous étrangler. Oui, courage !»

Eh bien, ça n’a pas traîné. D’un côté, les fin limiers de , payés à prix d’or, se sont donnés du courage pour aller fouiller derechef  le passé de la femme de chambre du (bah, ils trouveront toujours un petit travers qu’ils grossiront jusqu’à la démesure puisque tout être humain a quelque chose à se reprocher, hein ?). De l’autre, nos distingués Journaleux du en font encore plus, surenchérissant sur cette «inconnue qui accuse». Pitoyable. Mais est-ce si étonnant ?

Une double page (2/3) et trois photos.

A peine le journal déplié, nous voila sur la mosquée du Bronx fréquentée par ND, sur l’immeuble dans le Bronx où elle habite et… sur la maison familiale située dans un village GUINÉEN. BiBi imagine le JDD mobilisé : coups de fil à Air France, billets à retenir pour Thiakoullé, débauche d’énergie des enquêteurs du JDD pour situer le patelin sur les cartes, réservation des taxi-brousse, passeports à valider, coups de fil à l’ami Bolloré etc. En pages 2 et 3 : la jeune femme est dépiautée, son relatif anonymat bafoué : le JDD du Frère s’en donne à cœur joie. Vive l’Info libre et désintéressée !

Un titre et un sous-titre à gerber.

Et si vous n’avez pas compris comment le JDD aide une victime, il y a ce titre assassin : «Elle est salie et ne trouvera jamais plus de mari». Donc voilà une femme honnie non seulement des amis de DSK mais aussi de sa propre communauté («Sous-titre : «Condamnée à jamais à l’obscurité»). Pas de meilleure manière pour pilonner la plaignante et lui mettre la tête sous l’eau.

Rappelons ici les commentaires les plus ignobles que BiBi a entendu cette semaine. Ils sont 3 champions de l’Obscénité : 1. Jean François Kahn parlant de «troussage de domestiques»,2.  Jack Lang clamant qu’il n’y a «pas mort d’homme» et 3. , très ému, voix chevrotante, plaignant… Anne Sinclair et sa fille et les qualifiant de… «victimes»). Solidarité de classe, quand tu les tiens !

Le Rêve de BiBi.

BiBi, rêvassant, pensait qu’ et , les deux Journaleux du JDD, allaient mettre un bémol stratégique ou se réfugier dans le silence. Que nenni ! BiBi avait pourtant rêvé de lire ceci de la plume du Jay :

«Chers lecteurs, il faudrait vous rappeler que le plus gros Spin Doctor de DSK s’appelle et que nous le connaissons très bien. Ramzi effectue les mêmes tâches de Communicant chez Frère Lagardère, notre Patron. Et il n’y a pas que cette simple coïncidence : ainsi pour second exemple, Ramzi travaille pour d’ tenu par Vincent Bolloré le boss d’Havas et grand ami du Navigateur 2007 Nicolas».

Propos d’éditocrates.

Olivier Jay nous fait verser des larmes dans son papier lacrymal. Oh, «c’est un drame !». Drame : avec ce mot passe-partout (ou mot de passe-passe), il nous joue la Sérénade pitoyable de l’incompréhension – forces occultes, pulsions primaires de DSK – non sans nous rappeler que le même «incarnait la figure d’un leader politique à l’aise dans un monde ouvert [ce qui va suivre va caractériser ce qui se cache derrière cette ouverture] (l’esprit d’entreprise, la liberté du commerce, les nouvelles technologies)» !

Plus loin, l’éditocrate devient mélancolique, nostalgique. En supporter, il qualifie cette «deuxième gauche» «frappée de malédiction avec constance» sans voir le rôle que DSK et Olivier himself ont  joué dans ce désastre. Notre Jay continue de voir en DSK un homme «qui avait su rassembler des élites soucieuses de faire partager à la gauche le sens de la rigueur intellectuelle en économie».

Et que dire de l’Ami Claude Askolovitch et de son Commentaire ? Notre journaleux préféré, lui, regarde ailleurs (En Espagne, en Tunisie, en Europe) pour cacher sa cécité toute socialiste et toute française. Du bon Claude, BiBi attendait des nouvelles de son livre-panégyrique sur DSK (il devait paraître en juin) mais pas un mot (Et le respect du lecteur, Claude ?). BiBi attendait aussi une défense vigoureuse de DSK qui avait – dixit Clo-Clo – «une idée révolutionnaire par jour» mais là aussi : rien. Claude joue très prudemment sur les deux tableaux : DSK ? «Infiniment pitoyable ou infiniment terrifiant». Hum, ça sent le lâchage !

Aïe, aïe, aïe, Dom, ils sont sans pitié : ton compte est bon ! Ciao, Dom ! Ciao, Dominique !

3 Responses to Le JDD défend la vie privée jusqu’en Guinée.

  1. captainhaka dit :

    Une chance que la petite dame ne connaisse même pas l’existence du JDD et ne sache lire en français, contrairement aux veinards que nous sommes.

    Je suis globalement d’accord avec le ton du billet.

  2. Wam dit :

    Quand je ne suis pas d’accord avec vous, je vous le dis, et quand je suis d’accord, je vous le dis aussi.

    Et pour le coup, je suis remarquablement d’accord avec vous. C’est dit.

  3. librellule dit :

    merci bibi! pour Nafissatou et pour les femmes
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *