Sport Vox.

A Lens, ballon qu’on lance ! Bien reçu !

BiBi a entendu des voix (celles du Sport) toute la semaine dernière. Des Voix de joueurs, d’entraîneurs, de présidents, d’ agents et d’un Secrétaire d’Etat. Et bien… entendu, BiBi vient les porter, les rapporter, les déposer ici pour mieux se faire… entendre.
BERNARD LAPORTE : BiBi a entendu le phrasé délicat et spirituel de Bernard Laporte qui s’y entend pour pousser le Sport dans le Financement privé, financement si cher à son Big Boss, Little Nikos.
L’Equipe du jeudi 11 décembre rapportait que le « gouvernement a déjà entamé et programmé pour les trois années à venir un recul très sensible du financement public du sport : l’affaire repose en grande partie sur la cour faite aux amis de Laurence Parisot. On est désormais loin des 3% du budget de l’Etat annoncé par le Candidat UMP l’an dernier, lors de la Campagne présidentielle ». Bernard a ouvert la porte des Grandes Entreprises. Déjà, dans le Tennis, le Sport français s’était mis au service de qui a jusqu’ici surtout essuyé des… revers.

et ses AGENTS, le fameux et l’inénarrable . Le célèbre Cévenol pousse d’interminables soupirs parce que les meilleurs joueurs français franchissent les frontières et désertent la Mère-Patrie. A-t-il oublié comment il partit monnayer son talent dans ses dernières années ? Car Blanc n’est pas tout blanc dans cette affaire : il endossa les tuniques de l’Inter, de Barcelone, de Manchester, clubs français comme chacun sait.
Autre son de cloche du même ex-joueur et aujourd’hui entraîneur : il n’engage pas bien sûr sa responsabilité  pour justifier la défaite des Girondins de Bordeaux à Rome : «  Avec les Italiens, vous croyez avoir le match en main mais vous ne parvenez jamais à les battre. C’est toujours comme ça ! » Laurent Blanc n’entend pas que ses propres paroles d’entraîneurs y sont pour beaucoup ? Il aurait été plus avisé de rappeler à ses joueurs que les Italiens n’ont jamais battu les Français depuis des lustres en compétitions nationales dans le temps réglementaire…
Autre écho ding-ding-dong : BiBi a relevé cet écho dans l’Equipe du 11 décembre : « On parle de Laurent Blanc à Paris où Charles Villeneuve est très attentif aux conseils d’Alain Migliaccio et de Jean-Piere Bernès, les agents de… Laurent Blanc ».
BiBi serait curieux de savoir combien d’entraîneurs s’entraînent sous la Bannière d’Alain et de Jean-Pierre ? Ces deux agents comptent aussi Alain Perrin dans leurs rangs et ont facilité le rapprochement entre le PSG et Didier Deschamps. Rappelons que ces derniers temps, Zizou, lui aussi aux ordres de ces deux agents, cherche un club (comme Président). Sachant cela, faut-il que BiBi – qui joue de temps en temps au jeu des pronostics – continue de miser sur les matches ASSE-PSG, ASSE-Bordeaux, PSG-Bordeaux ?

GASTON GHRENASSIA : sa voix si chaude se fait souvent entendre dans les tribunes VIP du PSG. Depuis les dernières victoires du PSG, il devra faire attention de ne pas casser sa voix en compagnie de Patrick Bruel. Il serait dommage que « le Petit Enrico » (comme l’ont surnommé ses amis gitans) prenne un coup de froid au moment où ça chauffe dans le Parc des Princes. Celui qui a réconcilié l’Egypte et Israël  -BiBi parle bien sûr du constantinois – vient de fêter ses 70 ans. Gracias Macias et bon anniversaire.

VOIX PAR CANAL : BiBi est resté sans voix devant le piètre OL-, noté à 11,5 par C+ : trois occasions en première mi-temps, deux en seconde, trois tirs cadrés pour ce grand Match du Dimanche soir. Malgré les directives de à vanter en toutes circonstances le Grand Spectacle de la Ligue 1, Bixente et Christophe Dugarry ont quand-même lâché à la fin du reportage que c’était un piètre match. Ouf ! Trois secondes après, on rendait l’antenne à Hervé Mathoux qui, lui, nous vantait – à plus juste raison – son Equipe du Dimanche. Dans le Calcio, championnat présumé défensif, le record de buts marqués était battu !

L’EXPERIENCE VA PARLER : Il y a un refrain lancinant chaque année qui revient aux oreilles de BiBi. Il est chanté sur tous les terrains des équipes qualifiées pour les Grandes Coupes d’Europe mais perdantes. Déjà l’an dernier, le couplet était dans toutes les bouches. Aussi bien celles des joueurs que celles des entraîneurs et des Présidents de clubs. Qu’on en juge : l’an dernier, avant le match de Liverpool en Champion’s League, affirmait que «  l’OM disposait d’une expérience supplémentaire dans cette compétition. Et au niveau de la qualité de l’équipe, on a de très bons joueurs qui sont venus la renforcer… » disait avoir beaucoup appris de la saison précédente. Dans Direct Soir, Manuel Amoros s’épanche : «  Les rencontres européennes doivent permettre à l’OM d’emmagasiner cette expérience qui leur manque » «Apprendre», «Expérience» : les deux mots sont lâchés. Ailleurs, à Bordeaux, Souleymane Diawarra déclarait : «  On est petit. On grandit encore ». , président des Girondins, s’y met lui aussi (« On doit gagner en expérience »). Un commentaire parmi d’autres :
«  Les prestations récentes des Bordelais ont aiguisé leurs ambitions et les hommes de Laurent Blanc qui rêvent désormais de jouer les trouble-fête dans le concert européen ». Pourtant, rien n’a changé : l’an dernier, Bordeaux se faisait gentiment sortir par Anderlecht. Cette année, que de piètres matches dans son groupe ( pas une seule victoire contre l’AS Roma par exemple). L’OM, lui, a pris trois points de moins que l’an dernier. BiBi se mettra désormais des boules Quiès en décembre 2009, date de la fin des rencontres de poule de la Champion’s League.

VOIX  (ou NOIX)  D’HONNEUR : elle est attribuée à ce cher Jean-Luc Triaud qui s’en prend aux médias sportifs : «  La Coupe UEFA est une très belle coupe ! C’est la faute aux médias qui ne mettent pas assez en valeur cette Compétition ! ». BiBi donne sa note chantante en fin d’article : zéro pointé au dirigeant des Girondins pour sa petite musique inédite.

A bon(s) entendeur(s) salut !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *