Il y a 50 ans, le deuil de Manchester United.

Les photos de la catastrophe .. (Manchester United 6 février 58)

Il y a 50 ans, le 6 février 1958, les joueurs d’United conduits par l’entraîneur-manager s’embarquent à bord de l’avion qui doit les ramener à . Ils quittent Belgrade d’où ils sont sortis victorieux du match des quarts de finale de la Coupe d’Europe contre l’Etoile Rouge de Belgrade. Après avoir gagné 2 à 1 au match aller, Manchester réussit le nul (3 à 3) devant 80.000 spectateurs. C’est le jeune , à peine âgé de 19 ans, qui égalisa en battant le gardien Beara pour ramener un nul qui les qualifiait (Photo 2). Au tour suivant, en demi-finales, Manchester allait rencontrer le grand Real.


Les « Busby Babes » (Les gosses de Busby) prirent donc l’avion de retour de la Compagnie British European Airways, le « Lord Bughley ». A bord, 38 passagers et six membres de l’équipage. L’avion dut s’arrêter à Munich Riem à cause d’une tempête de neige. Par deux fois, en vain, l’avion voulut repartir avant de tenter un troisième décollage. Le bimoteur ne réussit toujours pas à prendre son envol. Hélas, cette fois-ci, il s’écrasa hors de la piste contre une maison totalement isolée près de l’aérodrome et un hangar plein de gazole. (photos 7 et 8). Ce fut le premier accident d’avion mortel pour ce type d’avion de la BEA qui avait transporté jusque là 234000 passagers et avait effectué 86000 vols depuis la création de l’entreprise en 1952. 
Sept joueurs des Red Devils  (dont Roger Byrne, Tommie Taylor – photos 3 et 4 – Mark Jones, David Pegg, Eddie Colman, Billy Wheelan l’irlandais) six membres de l’équipage et huit journalistes sportifs britanniques trouvèrent la mort. Seuls l’entraîneur, (Sir) Matt Busby (photo 5) et quatre joueurs sortent indemnes de la catastrophe (dont Bobby Charlton – photo 6, Gregg, le gardien, Denis Violett et Foulkes).
Duncan Edwards, lui, meurt à son tour deux semaines plus tard dans un hôpital de Munich à 21 ans. Ce sera le huitième joueur décédé. Bobby Charlton a dit de ce joueur qu’il « était le meilleur joueur qu’il avait vu » et « qu’avec lui, ils auraient pu gagner la Coupe du Monde et auraient pu battre le Grand Real ».
Le traumatisme est grand, comparable à la catastrophe du 4 mai 1949 où l’équipe de Torino, ossature de l’équipe d’Italie, fut terrassée par un accident similaire. Le crash de l’avion émut la France car il rappela à tous les sportifs français l’accident d’avion de Marcel Cerdan cette même année 49.
 
Mais la vie sportive continue. Treize jours après, reçoit en Coupe d’Angleterre l’équipe de Sheffield écrasée par l’émotion et battue 3 à 0. L’équipe de Manchester ira à pour la finale de la Cup mais y laissera des plumes. Devant 100.000 spectateurs, pas forcément favorables aux Reds, Bolton Wanderers gagnera par 2 buts à zéro.
Busby va se remettre au travail et construira une autre génération de grands footballeurs qu’il emmènera au sommet. Avec Denis Law, , avec Bobby Charlton et Albert Scanlon les deux rescapés de la catastrophe, Manchester va battre Benfica par 4 buts à 1 et sera la première équipe anglaise à gagner un trophée continental.Après la victoire, Albert Scanlon resta sur la réserve. Il parlait encore et toujours de la catastrophe : « Le pire, c’est les proches. Je déteste rencontrer les familles. J’ai toujours en tête qu’ils me regardent en se disant: Pourquoi est-il là, alors que mon gars est mort ? » Et lors de cette Cup, tout le monde était encore là dans les tribunes officielles de Wembley. Charlton rajoutera : « On se sent toujours coupable d’être là».
Depuis la catastrophe, une horloge est accrochée sur les murs d’ : elle est à jamais arrêtée sur vingt deux heures heures et dix minutes ( heure du crash – notre photo 1). Depuis, chaque année, le jour de l’anniversaire de la catastrophe, les supporters du club se réunissent et chantent «The Flowers of Manchester ». Une chanson anonyme fut envoyée à un magazine folk Sing et fut enregistrée en 1962 par un groupe local, les , dont le leader, était un fan de United. Plus tard, on retrouvera le parolier : Eric Winter, journaliste à Sing Magazine. «Flowers of Manchester » apparut sur l’album « Quayside songs old and new » des Spinners et les paroles devaient être chantées sur l’air de High Germany. Elle fut rééditée par le groupe pour leur album « Black & White », où Mick Groves la chante en solo.
Depuis 2001, au premier match qui suit la date d’anniversaire de la tragédie, de nombreux fans des Red Devils se réunissent sous la plaque commémorant la tragédie à Old Trafford, et chantent en chœur « Flowers of Manchester », suivi de « Forever and Ever ». Les premières phrases en sont : «Forever and Ever/ We’ll follow the boys / Of / The Busby Babes/ For we made a promise/ To defend our faith/ In Manchester United/ The Busby Babes”.
pense qu’on ne peut comprendre l’aura qui entoure Manchester United si l’on méconnait l’histoire de cette catastrophe. La popularité des Red Devils grandit encore avec les deux joueurs fantasques et géniaux qui succédèrent aux « Busby Babes » : Georges Best et the King Eric Cantona.

One Response to Il y a 50 ans, le deuil de Manchester United.

  1. riffraff dit :

    Bravo Bibi… j’avais beaucoup aimé l’article sur Fosbury et Tarzan mais celui ci est de loin mon préféré.
    MU est forcément un club à part… entre Canto et Bobby, cet accident, le théatre des rêves, Alex et Ronaldo… ce club respire la poésie et le foot pur.
    Malheureusement, il y aura toujours des Glazer pour acheter du rêve… enfin, c’est une autre histoire…
    Quel tragédie tout de même, écrit avec ta plume, bibi, cet événènement prend encore une autre dimension!
    Bisous bibi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *