Le Ministère de la Reconnaissance.

Notre Président essaye de culpabiliser certains parents en leur promettant la précarité accentuée si leurs enfants sont absents de l’école. Il les catégorise en parents en « démission croissante ». Dans «Actualités Sociales hebdomadaires » (numéro du 2 avril), , psychiatre de l’enfant et adolescent au CHU de Poitiers et auteur de nombreux ouvrages sur les adolescents (1), remet les choses à leur juste niveau :« Je ne constate pas d’augmentation du nombre de ces parents. Dire le contraire, c’est de l’agitation politique électoraliste. J’observe que les parents sont plutôt soucieux d’élever leurs enfants selon les normes de la société ». Il situe les difficultés parentales au moment où l’enfant « commence à acquérir des compétences motrices et à découvrir le monde qui l’entoure ». « Là, poursuit-il, il faut lui fixer des limites ».

Daniel Marcelli s’insurge à propos du « concept zéro», concept né aux Etats-Unis, fruit d’une société d’une violence extrême, concept qui relève bel et bien de l’autoritarisme. Il s’agit de réponses par oui ou par non, d’une bêtise affligeante ».

La « tolérance zéro » n’est pour le psychiatre que de la « phraséologie politique destinée à rassurer ceux qui ont peur et qui sont, hélas, de plus en plus nombreux». « La soumission, poursuit-il, relève de l’animalité (2). Qu’elle procède par la force ou par la séduction, elle vise toujours à amener l’autre à sa merci. Ce n’est jamais une reconnaissance de l’altérité. A l’inverse, dans l’autorité [démocratique], il y a une reconnaissance de l’autre dans sa faiblesse ».

Pour BiBi, ces propos font écho à un passage retenu de Paul Ricœur qui proposait de mettre en avant non l’identité mais la « reconnaissance » : « Dans la notion d’Identité, il y a seulement l’idée du même tandis que la reconnaissance est un concept qui intègre directement l’altérité, qui permet une dialectique du même et de l’autre. La revendication d’identité a toujours quelque chose de violent à l’égard d’autrui ».

Avec Ricœur au Pouvoir, nous aurions probablement eu ce beau Ministère de la Reconnaissance…au lieu de cette insulte quotidienne qu’est l’existence du « Ministère de l’Identité Nationale ». A méditer silencieusement en ces temps bruyants où nos Responsables politiques veulent instiller une paranoïa généralisée.

_______________________________________________________

(1) « Qu’est-ce que ça sent dans ta chambre ? Votre ado fume-t-il du hasch ? » Daniel Marcelli  et la journaliste Christine Baudry. Editions Albin Michel, 2006.

(2) « Il est permis d’obéir : l’obéissance n’est pas la soumission ». Editions Albin Michel, août 2009.

3 Responses to Le Ministère de la Reconnaissance.

  1. Nouvel Hermes dit :

    Une fois de plus Bibi frappe juste. Il y a beaucoup à dire sur « la peur » et je crois que je vais un peu écrire là-dessus.
    « La reconnaissance » est un mot magnifique qui porte l’idée d’une naissance à l’autre et d’une connaissance. Dans tout ce débat, on n’a jamais suffisamment pensé à ce que signifie « l’identité ».
    J’évoquais tout cela dans un billet en octobre:
    http://nouvelhermes.blogspot.com/2009/10/lidentite-nationale-chiche.html

  2. BiBi dit :

    Ton article relu le souligne : l’Identité est un combat.
    Et BiBi ajoute : c’est un processus. Tu insistes à juste titre sur ces conneries de Droit du Sol, sur leTerroir etc.
    Hitler au pouvoir déclara dès son arrivée au Pouvoir que la Forêt Noire était une terre inviolable et ce, pas pour être écolo avant l’heure et pour préserver la Nature mais pour créditer ce Droit du Sang qui est une hérésie – encore présente en Allemagne (?)

    Pour BiBi, c’est la langue qui est constitutive d’une Identité (comme combat et processus). Mais d’une Identité qui épouse les changements, qui ne se chosifie pas : la langue française est trouée de tant d’apports, de tant d’emprunts et de croisements (contre la Langue aristocratique et soi-disant pure de l’Académie Française) que ces apports constants en font, en forgent sa Beauté ( comme pour toute langue).

  3. celeste dit :

    J’aime beaucoup 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *