« Désolée mais ça ne vous regarde pas… »

Trois lectures, trois pensées-BiBi.

Trois questions sur la place des enfants, des parents. Trois entrechocs aussi.

C’est en lisant l’interview de Karin Viard dans que BiBi s’est souvenu des paroles de dans son petit livre «La Fabrique de l’Homme Occidental» et des interrogations de .

 

1. L’actrice Karin Viard, interviewée dans Télérama.

«Un jour mes filles sont venues me voir. «On a entendu dire que tu allais tourner une scène de sexe et ça nous ennuie beaucoup». Et je leur ai dit : «Désolée, mais ça ne vous regarde pas. Avoir une mère comédienne procure des avantages, vous le savez, mais aussi des inconvénients, que vous découvrez actuellement. C’est ainsi et pas autrement : quand j’exerce mon métier, je ne suis plus la femme de votre père et pas votre mère non plus. J’ai accepté ce film pour des raisons qui me regardent et je le tournerai, que ça vous plaise ou non. Mais je vous fais une promesse : la liberté que je m’accorde sera celle que je vous donnerai quand vous choisirez à votre tour votre avenir». On n’en a plus jamais reparlé…»

Il est bon que parfois les chers enfants soient renvoyés à leurs chères études. Une fois encore, BiBi a bien aimé cette parole d’amour (c’en est une grande) de l’actrice à ses enfants : «Désolée mais ça ne vous regarde pas».

*

2. Pierre Legendre : «La Fabrique de l’Homme Occidental»

Reviennent aussi en échos ces simples phrases écrites par Pierre Legendre dans ce petit livre. Le philosophe réfléchissait sur le Désastre et la Brutalité d’un Monde qui rend les enfants fous et désespérés :

«Fabriquer l’homme, c’est lui dire la limite (…) / Les fils sont destitués, l’enfant est confondu avec l’adulte, l’inceste avec l’amour, le meurtre avec la séparation avec les mots / Sophocle, Mozart et tous les autres, redites-nous la tragédie et l’infamie de nos oublis / Enfants meurtriers / Adolescents statufiés en déchets sociaux / Jeunesse bafouée dans son droit de recevoir la limite / Votre solitude nue témoigne des sacrifices humains ultramodernes».

*

3. Daniel Sibony : «Les Trois Monothéismes». Le Seuil.

Il est de bon ton de s’irriter de la Religion mais l’on a tort. Non qu’il faille défendre le Pape et son cortège, ses Bulles pontifiantes et pontificales, les évêques et leurs actes parfois insensés. Tout cela reste profondément étranger à BiBi.

Pourtant, une parole biblique, appréhendée hors de tout cadre religieux l’a touchée, devenant Question cruciale et vitale. Ce fut le cas de cette Cinquième Parole (ou «Commandement») retrouvée et analysée dans le livre de Daniel Sibony (pages 329 et suivantes). Cette Parole a longtemps hanté (et aidé) BiBi : «Respecte ton père et ta mère afin que tes jours se prolongent sur cette Terre…» Souvent, on la lit trop vite et on lui fait dire ce qu’elle ne dit pas. Elle ne dit pas : «Il faut aimer ses parents». Elle ne dit pas non plus : «Il faut leur obéir». Et s’il faut s’attarder sur ce verbe «respecter», il y a matière à discuter, il y a sujet à causer. «Respecte» ici, c’est plutôt «Donne du poids à ton père et à ta mère. Donne du poids à leur histoire. Va jusqu’à supposer qu’ils en ont, du poids – même s’ils te paraissent légers, insupportables, violents. Donne du poids à leur histoire qui ne te regarde pas. Reconnais-leur seulement une histoire comme étant la leur. Alors, fils et fille de, tes jours seront prolongés, ta vie ne sera pas raccourcie et tu auras du temps à vivre pour ton compte».

 

6 Responses to « Désolée mais ça ne vous regarde pas… »

  1. Rodrigue dit :

    Merci Bibi pour ce billet si pertinent. J’y découvre une Karin Viard, très adulte et véritablement « bonne mère », ce que je ne pensais pas, l’identifiant beaucoup trop à ces rôles, ce qui était idiot de ma part. Cela réconcilie avec nos contemporains.

  2. BiBi dit :

    @Rodrigue
    C’est vrai qu’il y a toujours possible tromperie à réduire les acteurs et actrices à notre subjectivité de spectateur. Et je suis souvent dans le même cas que toi.
    Ici, c’est vrai, la prise de position de Karin Viard est impeccable pour moi qui suis professionnellement ( et familialement) très concerné par les rapports parents-enfants.

  3. edgar dit :

    du coup je regrette de ne pas avoir fini le sibony. j’ai arrêté vers la page 80, c’était trop dur à lire. quel style pointilliste.

  4. BiBi dit :

    @edgar
    Sur la question soulevée ici, tu peux reprendre le livre et sauter directement au dernier chapitre qui s’intitule  » Pour une Ethique de l’Être ».
    Un petit chapitre qui vaut le coup.

  5. edgar dit :

    Merci. on le trouve en PDF à part : http://lyc-sevres.ac-versailles.fr/dictionnaire/dic.religion.DS.ext.php

    par ailleurs il fait des vidéos parfois intéressantes : http://www.youtube.com/danielsibony/

    (pas mal le relooking du site, plus lisible !)

  6. BiBi dit :

    @edgar
    C’est bien que tu aies trouvé le passage indiqué.
    J’avais enregistré une de ses interventions le dimanche matin (émission de Josy Eisenberg) où il parlait avec justesse de ces rapports parents-enfants. Emission que j’ai hélas effacée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *