Tag Archives: @Decodeurs

Dupont de Ligonnès : un désastre médiatique.

Cinquante-trois organes de presse-radio-Tv n’ont absolument eu aucune hésitation à suivre les Services de Police français et écossais pour nous rapporter que Dupont de Ligonnès, le meurtrier en cavale depuis 8 années, avait été soi-disant arrêté à Glasgow. Dès le vendredi 11 octobre aux environ de 21h, les premiers à suivre l’agence AFP furent BFMTV la chaine de la Honte puis, en presse-papier, le quotidien de Bernard Arnault (Le Parisien)

Ce fut ensuite notre Radio publique (FranceInfo) du macroniste Vincent Giret qui ne voulut pas rater cet incroyable course au scoop et qui embraya sur la (fausse) nouvelle sans absolument aucune retenue et réserve.

Cinquante-trois à bêler derrière les Services de Police. Seule La Provence fut sur ses gardes (Bravo !) en faisant suivre son titre de Une (« Arrêté ») d’un point d’interrogation.

Dans l’inventaire, on pourrait s’arrêter sur le menu fretin (du Dauphiné à L’Eclair, de la Charente Libre à la Dépêche du Midi) mais je commencerai plutôt par ceux qui se planquent derrière leur notoriété, leur objectivité dite légendaire et indiscutable, par ces deux quotidiens qui n’ont de cesse de se voir indépendants (pas des Services de Police pour cette affaire), qui se félicitent de leurs appendices chasseurs de… fakenews : les @décodeurs pour Le Monde et @Checknewsfr pour Libération. Guère besoin d’aller plus loin que d’exposer leur suivi moutonnier. Bêêê Bêêê derrière la Police (sans évidemment les précautions élémentaires de vérifications). En témoignent ces trois captures d’écran.

LIBERATION et LE MONDE
La PRESSE REGIONALE QUOTIDIENNE.

C’est par FranceInfo (lever vers 8h30) que j’appris la (fausse) nouvelle. Le journaliste Matteu Maestracci allait être aux commandes pour toute la matinée. Aucune interruption pour les quelques réclames, aucun autre titre (pourtant d’importance) n’étaient venus perturber la Machine à exhiber le scoop (jusqu’à écoeurement). On eut droit aux interventions de policiers, d’un auteur qui avait publié un livre sur l’Affaire, d’un psychiatre et de bien d’autres «experts» aux interventions (inter)minables. Jusqu’à 11 heures du matin, aucun doute n’avait été émis par la Rédaction et ses grands journalistes. L’avis des Services de Police – ici comme ailleurs – a fait loi. France Info a suivi. Bêêêê. Point.

Faut-il s’étonner du suivisme, de la soumission de la quasi-totalité des Medias à tout ce qui peut venir de ces Services de Police de Castaner, eux qui n’ont cessé de travestir les vérités sur leurs violences, qui diffusaient leurs comptages de manifestants pour les minoriser, qui déniaient continuellement le nombre d’opposants qu’ils ont blessés, meurtris à jamais ?

Rappelons-nous des titres du 22 novembre 2018, date de la seconde manifestation des gilets jaunes. La dépêche de l’AFP était lancée : elle posait que le « Mouvement s’essoufflait ». Même effet que pour l’Affaire Dupont de Ligonnes : les Medias avaient repris la dépêche dans les mêmes termes (y compris Le Monde) avec une belle unanimité. On sait ce qu’il est devenu de ce souhait de voir le Mouvement s’essouffler (dès l’Acte II) !

Mais je n’étais pas au bout de mes surprises. Devant l’ampleur des moqueries sur les réseaux sociaux, on allait assister à la pauvre riposte de la Corporation Médiatique. Et ô surprise, voilà le tweet du directeur de France Télévisions, Yannick Letranchant se fendant d’une excuse (un seul tweet, pas plus, hein, pour demander notre absolution) mais c’est aussitôt pour rajouter qu’ils ne… recommenceront pas. Il a du oublier comment, en son temps, les journalistes de sa chaine saucissonnèrent un discours de Mélenchon en y ajoutant des applaudissements au mauvais moment.

Mais le pire allait arriver avec le directeur macroniste de FranceInfo (Vincent Giret) qui déposa un thread avec ce tweet 4/5 des plus mensongers.

Notez ce gros mensonge énoncé sans vergogne : sa Radio aurait émis des doutes « dans la nuit du vendredi à samedi » ! Or je peux vous certifier qu’il n’en a pas du tout été ainsi. Ce n’est qu’aux environs de onze heures du matin que la Rédaction, via Matteu Maestracci, sentit le vent tourner. On entendit alors timidement l’adjectif « partielles » pour accompagner le mot « preuves ». Onze heures du matin. Pas avant. Faut-il s’étonner de ces mensonges lorsqu’on sait que son Directeur est un fervent groupie macroniste ? Ben, non. 

Les justifications allaient pleuvoir. La plus belle d’entre elles fut énoncée par tweet par Françoise Degois. Faisons une petite pause sur ce magnifique Collector :

L’aveu est formidable. Traduisons : pour FD si les Medias se sont trompés, c’est à cause de la «haute hiérarchie policière qui avait affirmé que cette info était sûre à 100%». Comme probablement l’affirmation policière selon laquelle Steve s’était noyé dans la Loire en prenant un bain de minuit. Via son tweet consigné noir sur blanc, FD nous démontre à quel point les journalistes (et FD n’est pas la pire) ont intégré leurs méthodes de «travail» : être de simples caisses d’enregistrement de l’Appareil d’Etat policier. On pourrait se gausser d’une telle candeur dans l’aveu mais à y regarder de près, cette soumission a de quoi m’effrayer.

Hasard ? Non si l’on considère à quel point la majorité des Medias se donne des bons points, se vautre continuellement dans l’arrogance de l’Expert, dans le pseudo-savoir du grand Spécialiste incontesté. Ici, contrairement au vœu de FD d’arrêter le tabassage de cette Presse et les relations qu’elle entretient avec la Police, j’en rajouterai ici dans le sarcasme.

D’abord sur les syndiqués de Police-Synergie qui voulurent nous montrer leurs petits muscles et parader à vitesse grand V sur Twitter. Notre syndicat s’empressa de déposer ces deux tweets qui entreront dans la légende. Pas besoin de commenter mais on peut rire à gorges déployées. Oui, on peut.

Autre occasion de rire : Le 8 octobre, pour sa deuxième année, France Info, notre radio publique chapeautée par les macronistes Sibyle Veil et Vincent Giret et Les Echos de Bernard Arnault ont organisé les rencontres de Medias en Seine. Une journée où l’on a blablaté avec le plus grand sérieux du présent et de l’avenir des Medias. Dommage que l’affaire Dupont de Ligonnès ait éclaté trois jours plus tard car – tenez-vous bien – une des Conférences qui connut le plus grand succès avait pour thème « Comment éviter les… Fakenews« . Non je n’invente rien.

Fabienne Sintes, la journaliste de Radio-France qui ne s’excusa jamais sur son tweet accablant les gilets jaunes à propos de la soi-disant dégradation de La Salpêtrière, fut elle aussi de la partie pour défendre la Corporation. Difficile cette défense de la fake news reprise unanimement par ses confrères et consoeurs mais elle y arriva ! En deux phases : la première : « Il est faux de reprocher au Parisien une vérification zéro ». La seconde, merveilleuse façon de s’en laver les mains : « L’emballement est aussi policier ».

On peut effectivement en rire. Et j’en ris. Mais mon rire s’arrête vite car de cet énorme scandale, de cette honte, de ce désastre médiatique, je n’ai aucun doute : ils n’en feront rien.

Rien de rien.

Demain ils recommenceront et ça sera pire encore.

Pire, vous dis-je.

Petits détails sur le Grand Monde.

La Propagande bat son plein. Elle vient se ficher dans les moindres détails, portée par les grands Experts qui envahissent les Chaînes de la Honte et de l’évasion fiscale comme par certains Twittos qui jouent aux… grands Experts. Au sommaire de mon billet, vous trouverez Jeffrey Epstein, Christophe Lambert, les Decodeurs et Face FaceBook, l’inénarrable Eric Woerth et l’animateur Arthur, baptisé Crétin de la Semaine.

*

Hier, un twitto est venu faire sa leçon d’économie sur mon compte défendant le «capitalisme» «structurellement intelligent et intelligible» . Mais devant ces inégalités et ces brutalités engendrées par ce mode de production qu’il lui est impossible de masquer, il souhaitait – «si correction, il y a» écrivait-il piteusement – être «dans le contrôle de son développement». Enième pensée libérale, de Sarkozy à Hollande, de Hollande à Macron que de professer une «régulation» du Système sans remettre en cause sa logique générale, « régulation » qui est devenu l’hymne newlook des marchés, vaine demande à ce que ces derniers… s’humanisent.

Rien de bien nouveau dans cette propagande qui réclame – pour nous empêcher de revêtir le gilet jaune et de descendre dans la rue – un capitalisme «encadré», une économie de marché «bien tempérée».

Dans cette pensée unique, il y a quelques infimes variations : les plus malins de ces « experts » se la jouent rebelle dans leur logorrhée, allant jusqu’à «demander des comptes» aux méchants et malveillants Capitalistes. Mais, bien entendu, pas question de changer de système. Me reviennent en mémoire les dernières Unes de Libération qui s’en prenaient à Macron mais qui ont bien veillé à le faire gagner en 2017. Demander des comptes qu’ils disent ! Mais qui demandera des comptes à Laurent Joffrin et à sa Rédaction, inamovibles larbins de Drahi ? Qui ? Ben, répondons : les quelques bibis qui traînent par ici à ma lecture. Avouons dans un soupir que cela n’a guère de chances de faire du bruit.

*

EPSTEIN ET L’ÎLE DE LA PEDOPHILIE

Pendant qu’ils s’enrichissent de la misère du Monde, les Milliardaires activent les réseaux façon Epstein. Ils n’ont guère de scrupules à violenter des mineures dans les caves, à leur faire passer des gamelles pour les nourrir, à les trimballer de Miami à Paris XVIème. Ainsi, ce témoignage de l’acteur Christophe Lambert . Lorsque le journaliste lui demande s’il n’est pas « un peu parano » lorsqu’il parle de ces réseaux de pédophiles, il répond : « Non, pas du tout ! Les exemples ­affluent : c’est comme quand on trouve des filles dans des caves à qui on file des gamelles comme à des chiens, qu’on bat, qu’on drogue ; ou la petite qu’on vend aux enchères sur le dark Web, et des sites comme Silk Road où on peut trou­ver tout ce qu’on veut et qu’on met souvent des années à fermer  ! »

Le libéralisme, ce nouvel Esprit du Capitalisme, a toujours un tour dans son sac pour euphémiser les problèmes, pour dévoyer toute question, les amenant sur les voies de garage, laissant ainsi leur très vilain trafic se poursuivre sur les bons rails.

Parmi ces Chefs de gare qui font la circulation des Idées, on va très rapidement trouver des «moralisateurs». Ainsi ces analysants du Réseau Epstein dirigent les lecteurs-clients vers la personnalisation à outrance (et à elle seule). Ils réduisent cette part du Marché libéral à une question de personnes. Ils citent Jean-Luc Brunel de l’Agence Karin, grand manitou de ces horreurs,  ils s’attardent sur « le grand appétit d’Epstein », sur la méchante sorcière, copine de Trump, Ghislaine Maxwell etc. etc.

*

Ce matin, Le Monde de Xavier Niel titre sur les manigances de FaceBook avec ce joli titre : « FaceBook admet avoir écouté certaines conversations d’usagers ». Mais ce qui est oublié (caché) c’est que ce même Monde, quotidien de référence (ou révérence – au choix) oublie (cache) que l’officine privée de Mark Zuckerberg alimente en dollars les @decodeurs du… même Monde. Nous voilà au 220ème jour de l’année et sur la question préhistorique posée à ces mêmes Décodeurs (« Quel est le montant de votre soumission à FaceBook ? ») ces derniers restent toujours muets. Omerta : ben, oui, je n’ai pas trouvé d’autre mot.

*

ERIC WOERTH

Le massif mensonge photographique d’Eric Woerth sur son escalade de l’aiguille d’Argentière a fait rire à juste titre la planète Twitter. Mais il faut rappeler qu’Eric Woerth n’est pas qu’un alpiniste (« chevronné » dit-il) : il est celui qui, avec Eric de Sérigny (gendre du magnat canadien feu Paul Desmarais) mit en place le plan de l’introduction de Florence, épouse d’Eric, auprès de Liliane Bettencourt (qui pour simple rappel gagnait« 590.000 euros par heure, même pendant son sommeil… » ). Ce même Eric Woerth passa ses années 2006-2007 à voyager dans le monde entier afin de récolter des fonds pour la campagne de Sarkozy. Avec beaucoup de réunions et d’invités pour son « Premier Cercle » : au Crowne Plaza de Genève et dans les bons restaurants de la Rivera lémanique. Au Caviar House, Route de Prébois, par exemple où notre brave Eric dégustait les « canapés de saumon mariné » (aussi class que les homards derugiens) pendant que les richissimes supporters de Sarkozy signaient les chèques.

*

LA NOVLANGUE MACRONISTE SE PERFECTIONNE

1. Ainsi les Enfoiré(e)s d’En Marche parlent d’ÂGE D’EQUILIBRE dès qu’il s’agit de parler des retraites et de les justifier pour les 64 ou 65 ans.

2. Ces mêmes Macronistes invités sur les Chaines de la Honte (LCI, FranceInfo, CNEWS ou sur cette BFMTV, première chaîne d’evasion fiscale), ne discutent plus, n’échangent plus avec leurs adversaires. Avec le mot « HAINE », ils ont tout résolu. Plus besoin d’entrer dans un débat, de ciseler une argumentation. Il leur suffit de se positionner en victime injustement haïe et de seriner, de ahanner, de gémir en psalmodiant « Haine, haine, haine » pour toute réponse à chaque question posée.

*

ARTHUR, le Crétin de la Semaine

« Je fais du divertissement TF1 en lien avec l’actu, comme les Gilets Jaunes qui ont agressé les policiers, les pompiers victimes du feu ou Notre Dame ». A la rescousse, ce sombre crétin a « en plus une cellule de veille qui scanne tout ce qui se passe dans le monde ». (Appréciez ce « en plus » qui est nécessaire pour seconder son arriération mentale et politique !). Allez, je ne vais pas tourner autour de la table ronde pour ce Chevalier macroniste. Je reprendrais ici mon tweet en réponse :

Vive nos Medias !

******* Ils fêtent leur 70ème anniversaire ! *******

Qui ça ? Mais les présentateurs des Journaux télévisés, voyons. Ils s’agitent, se congratulent, font les Unes des hebdos. Et voilà que l’un raconte ses merveilleux souvenirs et que l’autre déballe ses quelques désagréments. Pour chacun(e), c’est toujours une joie non contenue. Pour ne pas être en reste, j’ai fait mon micro-trottoir. Un micro-trottoir qui s’est arrêté aux paroles de ma voisine. Magnifique Ode à tous ces hommes et à toutes ces femmes, à tous ces pionniers qui ont accompagné merveilleusement nos vies d’enfant, d’adolescent, d’adulte. Citons en vrac ces grands cireurs de pompes élyséens (que ceux que j’oublie me pardonnent) : François Gerbaud, Pernault, Pujadas, Ferrari, Bruno Masure, JM Cavada, Elkabbach, Françoise Laborde, Bilalian, C. Ockrent, Delahousse etc.

Sur Poivre d’Arvor…

*

Hélas, nous ne sommes plus en ces temps merveilleux de l’Info. Aujourd’hui tout a changé. Il ne faut plus écouter ces bateleurs, ces émissaires élyséens. Il faut surtout écouter… leurs silences. Car, oui, oui, oui, ils se taisent.

Prenons l’Officine du Monde, les @decodeurs. Nous en sommes au 170ème jour de l’année et malgré les sollicitations quotidiennes des internautes, ils continuent de se taire, de se terrer. Ils ne veulent toujours pas nous dire combien FaceBook les a payé pour leurs travaux de chasse aux fakenews (celles des Gueux) pour 2018. Un oubli ? Non. Un veto de Niel leur Boss ? Rappelons que leurs amis d’à côté, ex-Libedesintox, avaient reçu 245.000 dollars de la part du grand démocrate aux grandes largesses désinteressées, Mark Zuckerberg.

*

Silence analogue chez ces jeunes loulous de @Checknewsfr (Cédric Mathiot, Jacques Pezet and Co). Cette fois, leur silence porte sur le dépôt de la question suivante mise en ligne le 6 mai par un internaute. Toujours aucune réponse. C’est qu’il ne faut pas déranger Edouard Philippe dans ses travaux d’Hercule élyséens.



*

Un coup d’oeil sur France Inter et sa journaliste Fabienne Sintes. Là voilà qui, dès l’épisode de La Salpêtrière, se rebiffe contre ces odieux gilets jaunes qui envahissent et cassent cet Hopital. Sans précaution aucune, sans vérification (la base de son travail pourtant), elle poste ce tweet avec une célérité incroyable. A croire que, depuis novembre 2018, elle avait retenu une sacrée rage inside !

OK, tout le monde peut se tromper. Mais Fabienne Sintès aurait pu se fendre d’une excuse. Ben non, vous n’y pensez pas ! S’aplatir ? Avoir honte ? Pffftt. Chez les grand(e)s journalistes, ça ne se fait pas.

*

Entendu sur les Medias.

On parle beaucoup de Novlangue, de manipulations syntaxiques mais on continue dans les Medias à parler de « la crise des gilets jaunes ». Via mes tweets, je n’ai cessé d’interpeller Bruno Duvic, Delphine Simon, Yaël Goosz Yves Decaens de France Inter, l’hebdo Marianne, Karim Rissouli de C’est A Vous qui, tout tranquilou, usent et abusent de l’expression. Je leur ai demandé la raison pour laquelle ils ne disent pas dans leurs présentations : « la crise de la Macronie révélée par les gilets jaunes ». Silence. Bref, ils ne voient pas la différence entre ces deux expressions. Ayant avalé, depuis leurs premiers biberons journalistiques, la propagande macroniste, ils ne s’interrogent pas même une seule seconde sur cette manipulation.

*

L’obscénité (d’autres diraient : la saloperie) de la quinzaine médiatique revient à Eric Brunet de Radio Monte-Carlo et BFMTV. Il veut que l' »on soutienne Carlos Ghosn« , ce « grand patron qui est resté pour relever Renault« . Eric a mal à la France qui – pour lui – manque de reconnaissance à l’égard de ce magnifique Chef d’Entreprise. Cotisons-nous pour envoyer ce nauséabond Brunet au Japon et demandons aux autorités nippones qu’il le garde dans la même cellule que son admirable ami Carlos.

*

Les Medias oseront-ils dire que Stéphane Pallez, amie macroniste reconduite à La Française des Jeux a « contribué au redressement de France Telecom en tant que Directrice financière » en 2004. Ben non, faut pas. C’est qu’il y a en ce moment ce terrible procès France Telecom, avec le rappel de ses suicidé(e)s, de ses blessé(e)s à vie qui sont autant de mauvaises images de marque pour la France de la Macronie.

*

Enfin deux autres oublis d’importance. D’autres diraient Censure.

Toujours le silence sur le rôle de Nathalie Loiseau dans les affaires qui concernent la lanceuse d’alerte Françoise Nicolas. On touche ici aux malversations financières à l’ambassade du Bénin. A part le Media TV, silence à Mediapart, Politis, Marianne, Le Monde et autres grands Medias probablement trop occupés ailleurs.

Silence aussi sur le livre de Nicolas Grégoire (« Pas Avant le Deuxième Tour« . A commander sur Amazon) qui conte par de menus détails, aussi ahurissants les uns que les autres, le fonctionnement de la Machine Modem de François Bayrou.

Censures et autres petits détails.

Aujourd’hui, il n’y a plus de Ministère de l’Information. On ne voit pas un référent unique comme ce Michel Droit du temps de l’ORTF mais l’information et sa divulgation restent une des priorités de tous les Pouvoirs. Le gouvernement Macron plus que tout autre. Aussi, les rétentions d’informations, les censures directes et indirectes, les façons de parler de sujets sensibles, les nominations d’animateurs TV et radios sont au coeur des soucis des Dominants.

*****

ILS SE SONT TOUS DONNE LA MAIN.

Après lecture de Crépuscule de Juan Branco, on prend connaissance de ce qu’on nous avait caché. Les choses les plus décisives furent ces rapports de connivence, d’entraide, de promotion, d’aides financières entre Macron et ce ruban qu’on peut étirer ainsi : Niel-Arnault-Lagardère-Drahi-Weil-Mourad-Mimi Marchand-Brigitte&JPJouyet-Ludovic Chaker-Benalla-Bigogne-EdithChabre&E.Philippe-Brigitte Macron- Emmanuel Macron. 

Avec un endroit incontournable dans ce Petit-Paris : Science-Po.

*

NATHALIE LOISEAU, UNE FEMME D’EXCEPTION.

Il est parfois des personnes aux hautes responsabilités (médiatiques) qui, poussées par l’admiration, se lâchent. Et hélas pour elles, pas n’importe où : sur les réseaux sociaux. Ce qui est dit est dit, y est archivé, y est répercuté. Ainsi, lors de la 6ème rencontre de la Women Executives in Media du 7 février, voilà Madame Sibyle Veil, directrice de Radio-France ( Radio-France quand-même, hein ?) qui clame son admiration pour… Nathalie Loiseau, candidate d’En Marche aux Européennes. «UNE FEMME D’EXCEPTION» écrit-elle. Pas un lapsus. Une admiration sans bornes fièrement exhibée ! Rions un peu en imaginant un journaliste écrivant ou posant dans un micro du MediaTV ou ailleurs : «Jean-Luc Mélenchon est un homme d’exception» .

GUD, ZER GUTT.

Suite au tweet relevé de Sibyle Veil, voilà qu’aussitôt se déchaîne une certaine Bénédicte Ravache (j’appris alors qu’elle était Directrice de FIP) qui m’envoie sur les roses. Pesons de tout son poids le degré d’indépendance de ces pauvres journalistes et cheffes de Radio nationale et régionale avec ce tweet défendant à la fois sa Directrice et la candidate LREM.

Mme Benedicte Ravache trouve mes propos « INEPTES» et me conseille de « LIRE ATTENTIVEMENT LE CV de Nathalie Loiseau ».

Mal lui en prit et ironie de l’histoire : une semaine après ce tweet, Mediapart lut très attentivement le CV de Nathalie Loiseau et découvrit qu’elle joua les gros bras au GUD, groupuscule d’extrême-droite. On attend toujours les prochains tweets et justifications de ces deux admiratrices de cette « femme d’exception ».

NATHALIE LOISEAU : UN PROBLEME BENIN ?

Continuons sur Nathalie Loiseau. Ici j’avais déjà soutenu Françoise Nicolas, lanceuse d’alerte qui dénonce une tentative de meurtre sur sa personne suite à ses révélations sur les malversations financières à l’Ambassade de France au Bénin. Radio-Gabin, LeMediaTV ont invité la lanceuse d’alerte pour qu’elle s’explique sur cette histoire et le rôle de la « femme d’exception » qu’est Nathalie Loiseau. L’argumention de la lanceuse d’alerte – avec preuves indiscutables – est implacable sur celle qui fut alors DRH et aujourd’hui, candidate aux Européennes. Bien sur, CheckNews de Liberation a fait un article sur cette affaire mais avec nombre d’erreurs non rectifiées, article renvoyant dos à dos Nathalie Loiseau et Françoise Nicolas, article noyé dans les 3000 questions de leurs internautes.

SUR CES AUTRES AFFAIRES, ON NE REPONDRA PAS.

1.Par exemple, qui finance Place Publique de Raphaël Glucksmann ?

*

2.Où se trouve le coffre-fort de Benalla ?

*

3.Ariane Chemin, journaliste du Monde de Niel, a t-elle enfin compris pourquoi Niel avait acheté son journal ?

*

DECODEURS, CHECKNEWS, FACEBOOK.

4. Sollicitée par nombre de tweets d’internautes, l’Officine de Samuel Laurent ( les @decodeurs) ne répond toujours pas sur la somme que le FaceBook de Mark Zuckerberg leur a attribuée pour l’année 2018. Dur de cracher le morceau quand on se prévaut d’être les champions de la Vérité et Débusqueurs de « fake News ». Dur pour eux de nous persuader qu’ils sont indépendants, neutres, objectifs dès lors que sont révélés ces liens de subordination et de soumission  à l’entreprise privée de Mark.

Leur concurrent et ami CheckNewsfr (« Libedesintox » est abandonné. La dénomination US fait mieux dans le tableau) avait été obligé, lui, de donner le montant de leur assujetissement (qu’ils font passer pour partenariat) : 245.000 dollars pour 2018. Acculés de répondre par la pression des internautes, les voilà qu’à présent ils s’en glorifient !

DIVISION DU TRAVAIL DE SURVEILLANCE.

On rappelera cet épisode où ces jeunes loulous de Checknewsfr furent beaucoup moins fiers, cette affaire censurée du Bayrougate qu’ils ne voulurent pas traiter alors que toutes les preuves étaient là. Un refus de publication AVANT le votre présidentiel de 2017. C’est qu’il ne fallait pas déranger Emmanuel et faire – comme nous le conseillait la Une d’alors – ce que nous voulions mais voter Macron.

MARK EN VISITE CHEZ EMMANUEL.10

Decodeurs et CheckNews doivent être contents que Mark Zuckerberg de FaceBook vienne ce vendredi 10 mai rencontrer le chef de l’Etat. Seront-ils invités pour causer de la division du Travail de Surveillance Medias ? C’est qu’il y a urgence devant les défilés des 25 samedis, devant l’occupation des ronds-points et devant la France en jaune qui ne baisse pas les bras. Urgence en effet car le Pouvoir sait très bien que les comptes FaceBook des Gilets Jaunes est un gros gros très gros problème à… résoudre.

Alors Mark, qu’est-ce qu’il est possible de faire ?

Silences et Violences médiatiques.

Silence assourdissant des Medias sur Françoise NICOLAS, lanceuse d’alerte.

Depuis plus d’un mois, les réseaux sociaux font état du parcours de Françoise Nicolas, ex-fonctionnaire au Ministère des Affaires étrangères à l’Ambassade de France au Bénin. En 2009, elle y fait état de malversations financières, de dépenses fictives, d’utilisations de fonds publics. On la menace, on la fait passer pour folle, on la renvoie en France et plus grave, on tente de la tuer sur son lieu et pendant son temps de travail. Malgré les appels au secours à sa hiérarchie, c’est le silence total. Sa hiérarchie ? Nathalie Loiseau, celle-là même qui conduit la liste LREM aux Européennes. Nathalie Loiseau était alors la DRH et était membre du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail).

Article paru dans Presse-Océan

Silence côté Pouvoir et silence complice de ces Medias qui ne pipent mot.On relèvera, via ce bref inventaire toujours muet, les grands donneurs de leçons de Mediapart (le journaliste Michaël Hajdenberg, journaliste, co-responsable du pôle « enquêtes » à Mediapart, au courant dès 2015), les Plenel, Arfi, Turchi pourtant dûment sollicités, ceux de Libe (il faut la pression des réseaux sociaux pour que CheckNews ponde un article qui renvoie – malgré les preuves – les protagonistes de cette Affaire gravissime dos à dos). Cet article mis en ligne ce 9 avril transforme cette affaire en fait divers, ce serait une affaire qui ressurgirait pile poil avant les Européeennes – hum hum pas de doute, c’est déjà suspect, c’est déjà orienté, n’est-ce pas ? Jacques Pezet fait passer la lanceuse d’alerte comme « en souffrances » et la présente comme « fragile ». Il fait passer en douce ce « petit » mensonge qui tente de sauver le Soldat Loiseau : l’agression sur Françoise Nicolas a bien été qualifiée pénalement et officiellement de tentative de meurtre mais le Drahi Boy parle d' »accusations » de la lanceuse d’alerte, parle de ses « reproches » et rajoute qu’il s’agit de croyance (« à l’en croire« ).

Ne parlons ni du Canard Enchainé qui refusa d’écrire un mot sur le Bayrougate ni des radios publiques. Imagine t-on Nicolas Demorand (qui nomma Anne Lauvergeon d’Areva au Comité de Surveillance des journalistes de Liberation), Léa Salamé, Nathalie Saint-Cricq, Thomas Legrand, Bruno Duvic ou Guillaume Erner parler de choses aussi ridicules que des malversations, d’argent public et d’une lanceuse d’alerte inconnue ? Imagine t-on qu’ils en fassent de gros titres ? C’est que – tous – ont peur qu’éclate un scandale Fillon-bis. Aussi sacrifient-ils tranquilou la Vérité pour ne pas voir les Français (catalogués par eux comme fainéants, assistés, gilets jaunes antisémites et violents etc) voter pour ceux qu’ils nomment les «extrêmes» aux élections du 26 mai?

Les silences traversent tout le paysage politique et médiatique. Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on rappelera Edouard Balladur ou François Léotard à la barre pour l’Affaire Karachi, qu’on reparlera de l’argent de Macron récolté à Londres en 2016, des affaires de Ferrand en Bretagne, des Thierry Solère et d’Urvoas. Plus récemment, silences et black-out total sur les questions qui suivent :

Qui finance la campagne de Raphaël Glucksmann ?

Qui reviendra sur le pseudo-incendie de la maison de Richard Ferrand qui occupa les antennes et radios pendant des jours et des jours ?

Qui va nous en dire plus sur l’Affaire de Libreville et de Liberation ? Qui nous donnera plus d’explications sur cette honte et sur les responsabilités de son Directeur de Redaction Laurent Joffrin ?

Qui nous parlera encore du coffre-fort de Benalla ?

Jusqu’à quand devrons-nous attendre pour que les @decodeurs du Monde, qui se posent en Défenseurs auto-proclamés de la Vérité, qui chassent – paraît-il – les fakenews, nous donnent le montant des subsides versés par FaceBook, garantie soi-disant de leur Indépendance, Neutralité, Objectivité ? Plus ou moins que les 245.000 dollars donnés par Mark Zuckerberg à Libération ?

Qui rappelera qu’à Noël 2016, JF Copé, Brice Hortefeux, André Guelfi sirotaient un pastis à l’Hotel Dorint d’Agadir et parlaient déjà du Crédit Lyonnais ?

Qui éventrera enfin le BayrouGate ?

Qui pour reparler du don de Jean Quatremer, journaliste à Liberation, à En Marche, et de ses crachats sur les Gilets Jaunes ?

Qui rappelera à Gérard Collomb, alors Ministre de l’Intérieur, qu’il voulait « trier » les Migrants sans que cela offusque le moindre éditocrate ?

Qui parlera des dessous des tractations ahurissantes au MediaTV, d’où Aude Lancelin vient de démissionner ? Quid des personnes qui ont organisé ce putsch et détruisent ce site que les BiBis ont jusqu’ici – comme avec Là-Bas-Si-j’y-suis et Arrêts sur Images – soutenu ?

*

On a coutume de dire que la Censure a disparu, que les Ministres de l’Information n’existent plus comme aux temps gaullistes, que les Medias sont des contre-pouvoirs qui peuvent tout dire. Oh, ils peuvent dire, oui, mais encore faut-il voir de quelle façon ! Ils font fi de la hierarchie des Infos, les nivèlent (la grossesse de Nabilla c’est l’équivalent du coffre-fort disparu de Benalla), enfouissent les plus graves scandales sous un torrent de banalités avant de les oublier. Ou encore, aujourd’hui, avec l’article de Jacques Pezet sur l’Affaire de Françoise Nicolas publié dans CheckNews (et non en page politique de Liberation), on présente tant de distorsions qu’on nous fait croire à une présentation distanciée et sans parti-pris. Tout passerait comme une lettre à la Poste si ce n’est que veillent, toujours vigilants, toujours prêts, la Grande Secte des Bibis.:-)