Des chiffres et du Mal-être.

Ballon

La misère, les fins de semaine difficiles, la Solitude, le désespoir sont le quotidien de bon nombre de français. Lorsque les Médias ou les politicards en parlent, on entend résonner les honteux et obscènes qualificatifs d’ «assistés», de «fainéants» (sous-entendu : «Salauds de pauvres»).

Voici des chiffres qui ne sont pas mis sur la place publique. C’est que ça ferait du tort à nos Gouvernants néo-libéraux qui se focalisent sur les faits divers avec cette compassion insupportable. Voici des chiffres qui renvoient à la brutalité de ce Monde et à tous ces faux-semblants et maquillages idéologiques qui s’empressent de les dénier, de les cacher, de les euphémiser, voire de les justifier.

Délaissées, ignorées.

Le 19 juin dernier, l’Association de Gestion du fonds pour l’Insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph) publiait son bilan. Le chômage des personnes handicapées continuait de grimper plus vite que celui de l’ensemble des demandeurs d’emploi. Les personnes handicapées sont en moyenne plus âgées que l’ensemble des demandeurs d’emploi (42% ont + de 50 ans contre 20% dans l’ensemble), moins qualifiées (80% n’atteignent pas le niveau bac contre 60%) et restent au chômage plus longtemps (22 mois contre 15 mois).

Une honte.

pieds-sdf

L’Observatoire du Droit à la Santé des étrangers malades (ODSE) a rendu public son rapport le 10 octobre. Le visa de régularisation est monté à 340 euros contre 220 en 2011. L’ingérence des préfectures dans les décisions médicales est de plus en plus forte : «Des préfets n’hésitent pas à mener une contre-enquête médicale pour fonder une décision d’expulsion du territoire alors même que le médecin de l’agence régionale de santé compétent a délivré un avis favorable à la continuité de soins en France». Résultat : la délivrance des titres est passée de 97% en 2002 à 74% en 2012. Les ennemis sont toujours les mêmes : «salauds» de pauvres, «racaille» étrangère.

Un avis de Laurent Mucchielli.

«Dans les services de probation et d’insertion de l’Administration Pénitentiaire (SPIP), un fonctionnaire français gère en moyenne à lui tout seul entre 90 et 100 dossiers quand c’est trois fois moins au Canada. Cela renvoie à la misère de la Justice française de manière générale. Il faut en effet savoir que la France est l’un des pays européens qui consacre le moins d’argent public à sa Justice. Nous avons également moins de tribunaux, moins de juges et moins d’avocats que dans pratiquement tous les autres grands pays européens».

Une enquête IFOP.

Elle a été faite pour le Défenseur des Droits. Près de 4 demandeurs d’emploi sur dix (37%) affirment avoir déjà été personnellement victimes d’une discrimination à l’embauche. Les aspects qu’ont revêtu celles-ci sont prioritairement : apparence physique, le fait… d’être chômeur, le sexe ou l’origine (couleur de peau, accent, nationalité), orientation politique ou sexuelle, handicap et le fait d’être enceinte.

Solitude.

Solitude

Dans son rapport consacré à la Solitude, la Fondation de France estime qu’elle touche cinq millions de personnes (12% de la population) soit un million de plus qu’en 2010. Celles qui sont concernées «n’ont pas eu ou peu de relations sociales au sein des 5 réseaux de sociabilité (familial, professionnel, amical, affinitaire ou de voisinage»). Cette solitude qui s’aggrave en dit long sur le et la démocratie.

Du vent.

Le 1er septembre, l’Allocation Adulte Handicapé (plus de 900.000 bénéficiaires) était revalorisée de 1,75%. Le montant pour une personne seule sans ressource passait donc de 776,59 euros à 790,18 euros par mois. Cette hausse n’est pas positivement accueillie car l’allocation reste toujours largement au-dessous du seuil de la pauvreté et ne constitue pas une augmentation concrète du pouvoir d’achat des personnes concernées pour cause d’inflation de 1,1% et de nombreux frais supplémentaires occasionnés par les conséquences du handicap.

*

Source : LIEN SOCIAL (numéros de juillet/ septembre/octobre)

6 Responses to Des chiffres et du Mal-être.

  1. Robert Spire dit :

    …A la place cette indécente campagne médiatique des riches qui ne veulent pas lâcher le moindre sou.

  2. Un partageux dit :

    SaluezBibi, c’est un bon conseil, qui balance des chiffres dignes du tiers-monde à la gueule de la cinquième puissance économique de la planète.

    En contrepartie on rappelle que la fortune globale des 500 plus riches de Challenges a augmenté de 25% au cours des douze mois écoulés depuis le dernier classement. http://www.challenges.fr/classement/20130709.CHA1933/classement-niel-free-rejoint-arnault-et-bettencourt-au-top-10-des-plus-grandes-fortunes-de-france.html

  3. Robert Spire dit :

    @ Partageux
    On peut rajouter cette étude du Crédit Suisse qui fait de la France « la championne d’Europe des millionnaires »:
    http://www.challenges.fr/economie/20111019.CHA5932/la-france-compte-plus-de-millionnaires-que-ses-voisins.html

    Ce qui confirme les dires de Thomas Piketty: « En France, les 10% les plus riches possèdent 60 % du patrimoine total. Les 50 % qui possèdent le moins ne possèdent que 5 % »; « 50 % des gens ne vont posséder que quelques mois de salaire devant eux, quand les 10 % les plus riches ont un patrimoine d’un million ou de plusieurs dizaines de millions »; « Il ne faut pas augmenter les impôts »; « Il faut réduire les impôts sur les salaires. Mais on a besoin d’autres recettes : ces recettes, ce sont les patrimoines. Lorsqu’on a une telle prosperité patrimoniale, ce serait fou de ne pas les taxer ».

  4. Arthurin dit :

    Parfois la souffrance n’a rien à voir avec le niveau de richesse ou avec le degrés de sociabilisation, mais avec la contemplation de celle des autres.

    ætérnam pœnitentiam

  5. Un partageux dit :

    @ Arthurin

    Mouiche. Mais faut quand même faire très attention de ne pas philosopher dans un vide éthéré… ;o)

    Je m’explique. Je viens de recevoir un rapport officiel sur la pauvreté dans ma région. D’où il ressort notamment que dans un vaste quartier (plus de 10 000 habitants) de ma bonne ville le revenu médian est de 5 800 euros annuels par UC (unité consommateur).

    Certains ont beaucoup de mal à réaliser que la moitié de la population de ce quartier vit avec moins de 5 800 euros annuels. Moins de 483 euros mensuels. Beaucoup de mal à réaliser TOUT ce que cela implique. Alors, pour son champ, l’Observatoire régional de la santé explique que, même quand ils ont la CMU, beaucoup de gens ne se soignent pas quand ils sont malades…

  6. Arthurin dit :

    Il faut voir aussi l’accueil réservé aux bénéficiaires de la CMU, souvent les médecins refusent de les prendre et ce n’est pas une pratique marginale.

    Pourquoi se faire chier à accepter un patient (client ?) à tarif conventionné (et au délai de paiement aléatoire…) quand t’as des dizaines de personnes qui paieront plein pot en salle d’attente ?

    Que ce soit en amont ou en aval, le démantèlement planifié de la sécu n’améliorera pas le sort des pauvres, je n’entends pas les gens se soulever contre ça (et le reste), c’est surement dû au vide autour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *