«C’est bien facile de faire la révolution derrière un clavier…»

visite

Ça canarde sec lorsque je parcours certains blogs (entre blogs principalement de Gauche). Dans la blogosphère politique, je vois les inimitiés s’amplifier, les billets assassins s’accumuler (bon, relativisons, ça ne tue pas forcément et ça ne concerne au total que des initiés), je vois refleurir des onomatopées connues («connard», «andouille» etc). J’ai surtout repéré…

Anti-intellectualisme.

J’ai surtout repéré et respiré un relent anti-intello (1). En parcourant ce billet («Place au peuple du Mali» ), j’ai lu avec effarement cette phrase moqueuse de fin de billet à l’encontre d’un blogueur partisan du Front de Gauche,  phrase-résumé susceptible d’être un argument décisif (comme l’avancée de nos soldats au Mali): « C’est bien facile de faire la révolution derrière un clavier…».

D’où tu m’connais, toi ?

Je m’étonnerai toujours de ces interpellations personnelles où chacun ignore pourtant tout de la vie personnelle de l’autre. D’où celui-là peut-il déduire à coup sûr que l’autre vit, mange, travaille etc en tenant à ses côtés son clavier 24 h sur 24 ? De nulle part. Donc quel intérêt à le supposer et à en faire un argument d’autorité ?

lot-blogueur-

Souvenir, souvenir.

Je me souviens avoir fait un billet en janvier 2011  en m’étonnant qu’un estimable de «gauche» accordât une place dans son à un ami benaliste alors qu’au même moment, le dictateur et ses forces de Police tiraient sur les manifestants. En réponse dans les commentaires, on me reprochait de n’avoir pas participé à une manifestation contre Benali quelques mois auparavant et de n’avoir pas apposé ma signature au bas d’une pétition («D’ailleurs je ne trouve pas ta signature dans cet appel que j’avais lancé avec des copains il y a 4 ans, avant que la lutte contre Ben Ali devienne à la mode»).

Pensée en actes.

Toujours l’ «action» contre la «pensée». La pensée est vue ici comme perte de temps, comme non nécessaire alors que justement ce travail de réflexion, de recherche est indispensable, travail qui ne va jamais sans hésitations, sans contradictions plus ou moins aiguës,  contradictions qui sont le moteur de tout ce qui existe ou peut exister. Notre vie se fait alors dans des choix conscients : signature d’appel, manifestations, participation à des réseaux, aide sociale etc.

Hypothèse.

«C’est bien facile de faire la révolution derrière un clavier…». Pour moi, ces mots qui viennent conclure un billet – non dénué d’intérêt – relèvent du Mystère. Mais les Mystères demandent… à être percés. Derrière cette phrase se cache finalement un anti-intellectualisme… repéré souvent chez des personnes dont la trajectoire sociale n’a pas eu les profits de distinction propres aux personnes consacrées par des grands médias et/ou via des parcours nobles type Grandes Ecoles politiques etc.

Rue des bons enfants

Le Media Blog.

Un lectorat important chez le blogueur influent donne soudainement des ailes, permet l’ironie (on se lâche), accentue souvent le cynisme et la rigolade (nous serions une Grande Famille à boire un verre de bière tous ensemble, tous ensemble, ouais !), pousse à rameuter encore plus de supporters (qu’est-ce que ça fait du bien d’appartenir au même Club) ! On applaudit les mêmes, «Tous pour Un/ François/ Un pour tous» : le rêve «socialiste» quoi ! Et pas étonnant d’écouter fuser ces cris de toutes parts : «Des liens, bordel ! Des liens !»

Ben oui, pas facile tout ça : tant qu’on avait en tête de turc, tout était OK. Mais le Réel ne se laisse pas impressionner : dur, dur d’approuver la Politique hollandaise et ses orientations surtout quand elles ont des similitudes avec la politique d’hier.

Plus-tard-je-veux-etre-blogueur_

Ouaille du Curé Jean-Luc ?

Faut-il répéter ce que veut dire une adhésion, un soutien (au ) ? Je ne suis ni ouaille du Curé de la Paroisse ni adepte bardé de certitudes, j’essaye de faire marcher ma tête de Citoyen sans attendre la bénédiction de l’Archevêque Jean-Luc (). Je n’ai aucun problème à marquer parfois mes désaccords ou à dire mon attente, mes doutes dans des prises de position personnelles. Et justement dans les blogs du Front de Gauche, cet espace de liberté m’est offert. Faut-il encore dire à nouveau qu’une pensée en construction se fait par tâtonnements, par impasses durables ou éclairs provisoires, par hypothèses justes ou infirmées etc ?

Faut-il le répéter ? Ben… oui.

*

 (1) A propos de ce qualificatif d’«intello», je n’ai jamais vraiment su si c’était une insulte ou un compliment.

18 Responses to «C’est bien facile de faire la révolution derrière un clavier…»

  1. babelouest dit :

    Salut Bibi !
    On en voit de dures, parfois, n’est-ce pas !

    Continuons notre chemin. Un jour ou l’autre, peut-être, par opportunisme, ou qui sait ! parce qu’ils auront compris, certains réviseront leur jugement. Il sera alors bien tard, je le crains.

    Bonne journée !
    bab

  2. rosaelle dit :

    Je ne sais pas quoi penser , Bibi.
    Je m’interroge.
    J’ai toujours été contre Sarkozy, pour ce qu’il représente encore, pas contre l’homme, qui m’indiffère maintenant, puisqu’il fait sa vie, il est sûr cependant que je suivrai avec intérêt les affaires dans lequel il a pu tremper, en tant qu’élu de la République, car à ce titre, il nous doit des comptes.
    La justification de certains, justification légitime par la défense de la liberté d’expression, du fait de dialoguer avec des personnes qui sont très proches du BI (exemple: Renaud Camus qui a participé, à leur congrès), qui défendent ouvertement des positions racistes et discriminantes, et refusent les droits de l’homme comme pierre fondatrice de la constitution de notre pays, ce qu’ils sont, d’ailleurs…donc anti-républicains et passible de poursuites pénales , cette justification, acceptons-là en terme d’hypothèse, ne semble fonctionner que dans un sens.
    Cette justification de la libre-pensée, ne marche pas quand il s’agit de certains sujets, comme par exemple, Israël, dont tous les historiens et le monde non défini comme occidental s’accordent pour dire que sa constitution a été source de massacres et d’épuration ethnique du peuple palestinien, et qu’il faut donc séparer l’état d’Israël, qui n’est pas reconnu de tous les juifs, de la population israélienne, et des fidèles du judaïsme. En effet, il n’est pas possible de se placer d’un point de vue neutre, sans se faire insulter par des gens qui défendent des positions ouvertement racistes, et islamophobes en particulier, voire même antisémites et judéophobes.
    C’est un véritable hiatus idéologique.
    J’ai observé le même hiatus au sujet du Mali, à des degrés divers.
    C’est la raison pour laquelle je suis perdue.
    Pour moi, c’est aussi choquant de parler de la pseudo-existence du peuple Palestinien, ou de dire que les musulmans ne peuvent être que des dangers, que de nier l’existence des chambres à gaz, et de dire que les juifs sont dangereux. Tu me suis?
    Or, dans mon discours, je n’ai jamais dit cela, jamais. pourtant, dès que j’ose aller sur des blogs, qui sont en liaison avec la blogosphère raciste (cf celle qui a des liens avec Renaud Camus dont on fait la propagande),sur ces blogs, non seulement ma pensée se trouve muselée, mais en plus, sous prétexte de liberté d’expression, on laisse des commentateurs qui me harcèlent faire. En revanche, on semble ne pas écouter les idées que je défend.
    On m’a même dit de m’écraser en ignorant les attaques…comme si au fond, j’étais la réelle coupable. Ce qui n’a rien arrangé, donc le mieux est de se défendre seule.
    Effectivement, sur les blogs qui n’acceptent pas les discours racistes et xénophobes, cela se passe bien, même si on est en désaccord, il n’y a pas de dérapage. Il se trouve que ces blogs sont liés à ce qu’on appelle l’extrême-gauche.
    Je me retrouve donc, sans être du tout de cette tendance, à les fréquenter de plus en plus.

    C’est donc là qu’est mon malaise, en plus, puisque je me refuse de voir des blogs se disant à gauche devenant par la force des choses des tribunes d’expression de l’extrême-droite alors qu’une autre pensée, simplement humaniste, la mienne ou d’autres, est muselée de fait.
    Cela veut dire quoi?
    Donc je déserte les lieux où je rencontre ces gens, même si j’aime bien le blogueur. Mais je le déplore car je ne suis pas la seule.

  3. rosaelle dit :

    Une précision: si je condamne Israël en tant qu’état, avec ses dérives et exactions, je ne peux condamner le peuple israélien dans son ensemble, d’autant plus que je ne pense pas qu’Israël soit une démocratie comme on l’entend,on ne peut rendre responsable les israéliens des exactions de son armée, et de ses responsables politiques, pas plus qu’on ne peut condamner la religion juive ou ses fidèles en les rendant responsables de l’oppression des palestiniens.
    En quoi ma pensée est condamnable?
    soupir

  4. BiBi dit :

    @Rosaelle
    Drôle d’idée d’aller faire la conversation avec des nantis d’extrême-droite et d’en espérer du dialogue. Ils ne sont pas là pour discuter, pour argumenter autour de visions humanistes.
    Ils sont contre la Pensée, contre la Démocratie, anti-intellectuels au possible.
    Un dialogue (en admettant qu’il puisse être possible) ne ferait pas avancer le schmilblick. Car ce n’est pas leur disparition qu’il faut attendre (ils seront toujours là), ce qui est le mieux est de travailler à leur affaiblissement et faire en sorte que les indécis avec leurs rancoeurs, ressentiments, colères, détresses (justifiées au regard de leurs conditions de vie) ne versent pas de leur côté.
    Dur combat politique évidemment.

  5. rosaelle dit :

    hello, mais je ne dialogue pas, ils se radinent quand je vais quelque part!
    Alors quand ils sont là et m’insultent copieusement, à plusieurs (l’effet de meute), dans des blogs dits démocratiques, le dernier en date chez Juan…dans ses coulisses…c’est la curée…avec Juan, qui n’écoute pas, qui ne me répond pas…en laissant s’étaler ça…
    http://sarkofrance.wordpress.com/2013/01/23/le-jour-ou-nous-avons-perdu-israel/
    Je ne suis pas la seule à me poser des questions

  6. BiBi dit :

    @rosaelle
    Juan est un blogueur estimable.
    Envoie-lui un courrier en privé pour t’en expliquer. Je ne vois que ça.
    Pour le reste, sur ces commentaires dont tu me parles, je ne vois que des ricanements féroces en retour.

  7. GdeC dit :

    Finalement, si ça continue, Bibi, nous allons pouvoir constituer une association de blogueurs anti- Jegounesques…. Vu le nombres de cibles de ses attaques… je suis également cité dans le billet dont tu parles où je me vois affublé du doux qualificatif de réac… Ceci dit, je m’en moque un peu : d’ici à rejoindre le registre de D.Goux, j’ai encore bien du chemin à faire. Quelle contre-rhétorique amusante, de tordre la réalité en la faisant correspondre à sa seule volonté, bien loin du réel alors que je passe mon temps à me battre, sur mon clavier et dans la vraie vie, contre ces gens là… Qu’importe : mon bilan parle pour moi. Mais S’il vient à tomber sur quelqu’un de plus fragile, je crains les conséquences d’une telle violence verbale, et je le lui ai déjà fait savoir. Mais manifestement, chassez le naturel… je ne sais ce qui dans son histoire personnelle l’oblige à adopter un tel comportement contre productif… la masse des aigris contre lui est assez impressionnante, à présent? Son manque de respect lui fait beaucoup d ‘ennemis. Qu’il fasse attention, cela ne pourra pas se reproduire indéfiniment, car le jour où il tombera sur un os…

  8. Je partage ton avis. Ce qui me dérange, que ce soit d’un côté comme de l’autre,ce sont les certitudes et l’esprit fan-club qui ne laissent pas place au doute, à l’interrogation et à la réflexion. Je crois que pour certains le réveil sera difficile dans la socialosphère…

  9. BiBi dit :

    @Gauche de Combat
    Ce n’est pas la personne de Monsieur Jgoun qui est visée mais bien ce qu’il écrit (ce qui est très très très différent). Autant les qualificatifs « insultants » via l’oral peuvent être tempérés et acceptés autant les insultes (sans smiley) à l’écrit me sont insupportables. Quant aux prises de position hollandaises de ces blogueurs de Gvt, voilà le hic. Sur l’affaire du Mali, deux jours avant l’intervention, ces blogueurs ignoraient tout de la question malienne. Un jour après, ils jouent à la luciole attirée par la lumière présidentielle. Ben, voilà, voilà…

  10. rosaelle dit :

    Moi, je ne vise pas Nicolas, dans ce que je dis, mais les conséquences de ce qui est.
    Dans l’exemple de ce billet et du lien que je t’ai mis, j’ai essayé de discuter de cela avec Juan,avant, en parlant de l’exemple d’Elie Arié, il ne m’a pas répondu.
    Je vais réessayer cependant.
    Je ne crois pas qu’il y ait personne à montrer du doigt.
    C’est plus une attitude générale qu’autre chose.
    Et en plus, dans l’histoire du Mali, c’est un emballement qui va sans doute retomber, sans doute se rendront-ils compte de leurs erreurs, peut-être ce sera nous, on ne sait jamais. C’est juste qu’effectivement, c’est difficile de discuter de cela, d’autant plus que les « réacs » s’en mêlent et attisent le feu. Je pense qu’il ne faudrait pas tomber dans le panneau car entre certains « réacs  » et nous, je pense qu’on est quand même plus proches d’eux qu’eux des « réacs ». Est-ce comme cela que les lecteurs le perçoivent, à force de ne pas modérer certaines réactions? C’est là la question de la transparence et de la ligne de pensée.
    Et puis, moins d’un an, c’est quand même peu pour juger d’une politique, quand on a oeuvré comme eux pour la victoire d’une équipe.

    Moi, j’aime bien Nicolas, avec sa grande gueule et ses défauts et pareil pour Juan(moins la grande gueule). J’apprécie Bembelly, que je ne reconnais plus dans ses postures belliqueuses et ses phrases. Je le répète, cette histoire de Mali embrase tout, on a des postures qui défendent notre armée, ce que je comprends, j’ai moi-même des parents très proches qui ont fait l’Afghanistan, par exemple, dont la mort me ferait vraiment une très grande peine.
    Enfin, voilà.
    Un blog n’est pas une tribune politique, pour moi, c’est un laboratoire d’idées et d’échanges. C’est mon avis

  11. Laffreux dit :

    J’ai fait les frais, il y a peu, de cette violence verbale de sa part, que j’avais effectivement constatée à l’égard de beaucoup d’autres.
    J’ai l’impression qu’elle se « systématise » dès qu’on le pousse un peu dans ses retranchements, concernant ses opinions, ses analyses.

    Ca n’a pas d’importance me concernant:
    Je ne suis ni fragile (sur ce plan là), ni partisan de violence physique (a moins de n’avoir plus aucun autre choix, ce qui arrive extrêmement rarement, évidemment, et tant mieux).

    Mais effectivement, un jour où l’autre, vu les propos qu’il tient lorsqu’il est à court d’arguments, il y aura un problème et son interlocuteur finira par péter un plomb, contre lui-même ou contre Jegoun.
    Je souhaite me tromper à ce sujet, bien sûr.

    Je ne suis pas irréprochable non plus, et l’ai pas mal « cartonné » aussi, je peux comprendre qu’il ait fini par « péter sa durite ».

    Bref, une tempête dans un verre d’eau, assez ridicule, dans le fond, et franchement peu intéressante, de son fait, comme du mien.

    Le truc intéressant, en fait, c’est qu’il est assez représentatif, dans ses propos, de ce qu’est devenu le Ternet: un espace de pseudo-débat qui finit très souvent dans un flot d’insultes balancées sur le ton le plus méprisant possible.

    L’autre point intéressant, et il est sans doute intimement lié au 1er, c’est l’aveuglement quasi-mystique (je force le trait à dessein, certes) qui nourrit ses prises de position.

    Le Politique, sur le Ternet, se résume de plus en plus à cela:

    « Tu n’es pas d’accord avec la Voie montrée par mon gourou, tu n’es donc qu’un sale connard que je dois écarter de ce chemin tout tracé ».

  12. Je suis d’accord avec ton billet, dans l’ensemble, Bibi. Mais bon, on ne peut pas plaire à tout le monde, ma foi.

  13. BiBi dit :

    @gestion de classe
    Bien entendu. On ne peut pas plaire à tout le monde.
    Ce que je regrette dans ces blogs de gauche, c’est d’accepter justement… tout le monde dans les blogrolls (dont des blogs de Droite Extrême) sans que cela pose question et dérange ces blogueurs qui s’affichent en donneurs de leçons démocratiques.

  14. @bibi : ah ? Je ne vois pas de qui tu parles… Il a des blogueurs d’extrême droite dans sa blog roll, vraiment ? Des noms ! 😉 Contrairement à toi, je pense qu’il est utile et efficace que nous appelions donc un chat un chat et le dégoût, du D.Goux….

  15. BiBi dit :

    @GdC
    Toujours ce paradoxe du Net.
    Tu donnes un nom et on augmente le trafic vers son blog.
    Donc pour moi, pas de nom.

  16. babelouest dit :

    C’est pourquoi il faut se contenter de dire qu’on a la GDB avec une BDG. 😉 S’pas ?

  17. @bab : GDB ) Guerre Des Blogs, et BDG : Bande de Gons ? 😉 Quant aux noms, les gens y vont une fois, et quand ils voient le ton, s’ils ont des convictions, ils n’y reviennent plus, ce n’est pas grave… je parie sur l’intelligence des lecteurs, ais-je tort ? Il faut bien qu’ils sachent de quoi on parle… Non ?

  18. BiBi dit :

    @GdC

    Lorsque je parle des blogrolls des Blogueurs de Gouvernement où l’on trouve des blogueurs de Droite-Extrême, j’interroge et je continuerai d’interroger. Les lecteurs sont suffisamment intelligents pour savoir de qui, de quoi je cause.
    Bizarre quand-même : pas un mot des autres amis (de gauche) de Jegoun sur ce point. Pourquoi ce silence ?

    On peut avoir dans sa vie des amis de Droite Extrême (c’est la justification de Jegoun). Seulement, il oublie ce fait essentiel – pourtant pas difficile à comprendre – : le blog n’est pas de l’ordre du privé dès lors que tout cela est mis en ligne.
    Là, à cette pleine exposition publique, j’ai comme qui dirait un haut-le-coeur.

    Lorsque je parle des billets de Jegoun, je fais une différence : ce monsieur n’est pas – pour moi – à Droite ou à l’Extrême-Droite mais dans la mouvance hollandiste. Je renvoie mon lecteur vers son billet en faisant un lien pour effectivement savoir de quoi je parle. Si Jegoun veut intervenir sur mon blog, pas de problème pour mettre son commentaire. Je ne censure pas… à la réserve près qu’il n’attaque pas mes lecteurs/trices ou moi-même avec du « connard » et des « andouille ».

    Enfin quant à ce DG et à ses moutons, j’avais fait un billet sur sa « petite virgule » ici même il y a deux ou trois ans. Basta : continuer serait faire trop d’honneur à ces types qui ne veulent qu’une chose : faire de l’entrisme, autrement dit – jouer au Séducteur, miauler pour profiter de ton trafic (et élargir ainsi leur audience).
    Je persiste : qu’ils aillent se faire voir. Ils ne profiteront pas de mon blog pour être influent.

    Vous autres, chers Camarades, vous faites comme bon vous semble. Je n’ai aucun conseil à donner. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *