L’amitié sans réserve du Poète et du Peintre.

Une amitié sans réserve lia le poète au peintre . Le 12 décembre 1951, l’ouvrage « Les Poèmes » de René Char est exposé à la galerie Jacques Dubourg. Sa réalisation sera entreprise en commun par le peintre et le poète. A cette occasion, René Char écrivit un superbe texte de présentation intitulé «Bois de Staël», texte qui accompagna les 14 bois gravés. Ce texte, le voici.

__________________________________________________

« Je lisais récemment dans un journal du matin que des explorateurs anglais avaient photographié sur l’un des versants extrêmes de l’Himalaya, puis suivi, durant plusieurs kilomètres, les empreintes de pieds, de pas plutôt, dans la croûte neigeuse, d’un couple d’êtres dont la présence en ce lieu affreusement déshérité, était invraisemblable et incompréhensible. Empreintes dont le dessin figurait pied nu d’homme, énorme, muni d’orteils et d’un talon. Ces deux passants des cimes, qui avaient si innocemment et si monstrueusement, ce jour-là, marqué pour d’autres, leur passage, n’avaient pu toutefois être aperçus des explorateurs. Un guide himalayen assura qu’il s’agissait en vérité de l’Homme des Neiges, du Yéti. Sa conviction et son expérience en admettaient l’existence fabuleuse.

Même si j’écoute l’opinion raisonnable d’un savant du Museum qui, consulté, répond que les empreintes pourraient être celles d’un plantigrade ou d’un quadrumane d’une rare espèce, les bois géants que Nicolas de Staël a gravés pour mes poèmes (pourtant rompus aux escalades et aux sarcasmes…) apparaissent aujourd’hui pour la première fois sur un champ de galaxie et de neige, que le rayon de soleil de votre regard, visiteurs, va caresser ou tenter de faire fondre.

Staël et moi, nous ne sommes pas, hélas, des yétis ! Mais nous nous approchons quelquefois, plus près qu’il n’est permis des vivants et des étoiles».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *