Jacques Sapir fasciné par le FN.

jacques_sapir

est un économiste «brillant» qui est passé par de fort prestigieuses écoles (et par… de nombreux passages TV/BFM). Nul doute que si j’avais à entamer un dialogue sur l’Euro ou l’Europe avec/contre lui, il aurait le dernier mot. Tu relèves qu’il prône la «coordination» avec le FN qu’il te répond aussi sec que «coordination» ne veut pas dire «coopération». Tu continues en lui donnant la définition minimale du dico («Coordination – et ce n’est pas du russe, ça – «Action de coordonner, HARMONISATION d’activités diverses dans un souci d’efficacité»), il te reprend de haut avec du jargon d’économie anglo-saxonne : «C’est d’une «tacit coordination» dont je parlais»). T’as vraiment envie de lui répondre : «De ton HARMONISATION/COOPÉRATION avec les Chemises Brunes, tu sais où tu peux te les mettre ?»

th

Et je ne parlerais pas de son ton professoral de Haute Chaire, de ses injonctions insupportables sur qui consistent à user des «Il faut» ou à mettre en hashtag : #Sachez-le ! (Là, je devine le Maître qui, index en l’air, gronderait un de ses mauvais élèves).

Et je ne parlerais pas encore de cette façon de te catégoriser à partir d’une fumeuse alternative (posée comme incontestable) à propos de ses prises de position: «soit on l’accepte soit on vit dans un rêve». Rêveur je serais donc, non au sens de Lénine d’«Il faut rêver» mais au sens des Médiacrates, des Experts de Think Tank, des penseurs de la Pensée Unique, des économistes de Grandes Ecoles libérales qui te taxent de «rêveur» pour te dire que t’es dépassé, ringard, inutile, infantile, genre retourne dans ton Bac à Sable.

Ou, un jour – qui sait ? – en camp de Redressement si… tu persistes.

Hé bien, BiBi ne se dégonflera pas : il n’a que des petites flèches acérées au curare mais il ne se gênera pas pour les lui décocher. Car la thèse de ce genre de types – je le répète –  c’est d’exhorter la Gauche révolutionnaire à rejoindre le Front National pour construire et mettre en pratique ses thèses de sortie de l’Euro. Ce bonhomme vient nous parler bien entendu au nom de la Vérité et de ce qu’il estime être la Réalité via des tweets du 23 aout et le billet posté sur Marianne.Net :

Reprenons un peu ce qu’il écrit :

 «Il ne peut y avoir d’autre politique que sur la base d’une sortie de l’Euro, alors, cette alternative implique d’associer des forces de gauche à des forces souverainistes

A partir du moment où l’on se donne comme objectif prioritaire un démantèlement de la zone Euro, une stratégie de large union, y compris avec des forces de droite, apparaît non seulement comme logique mais aussi nécessaire. 

A terme, la question des relations avec le Front National, ou avec le parti issu de ce dernier, sera posée. Il faut comprendre que très clairement, l’heure n’est plus au sectarisme et aux interdictions de séjours prononcées par les uns comme par les autres».

Sapir nnnn

Remarquons la pudeur pestilentielle de ses mots pour caractériser ses futurs alliés et pour exprimer sa volonté de rapprochement avec les Chemises Brunes. D’abord, il y va tout doux avec «souverainistes» puis il continue de parler du bout des lèvres de «forces de droite» avant enfin de citer le «Front National». Comme il sait probablement que parler du «Front National» est une grosse bombe dans  un argumentaire de gauche, il corrige d’un «ou avec le parti issu de ce dernier». Pas anodin ce correctif car beaucoup de choses vont en découler. L’analyse sapirienne vient dire que le FN n’est plus ce parti raciste, xénophobe, homophobe, bref que le FN n’est plus du tout une organisation d’extrême-droite (qualificatif gommé et jamais prononcé par Sapir), reprenant les propos du… FN et des Médiacrates de (presque) tout poil.

Et bla bla bla : Ceux qui diraient le contraire ne voient pas la nouveauté, ils restent gna gna gna sur des vieux schémas. Aveugles, ils ne perçoivent pas le Nouveau etc. etc. Ce genre de disqualification, on la retrouve, comme leitmotiv quotidien, chez nos Grands Mediacrates et autres Chiens de Garde médiatiques. Leur but ? Le même que celui de Sapir : rayer toute opposition perturbatrice (radicale).

sapir

Du coup, remplaçant le vieux FN par la Nouveauté Marine, Sapir peut tranquilou m’asséner sans honte ses thèses, me traiter de sectaire qui ne bouge pas (le réactionnaire serait donc moi) et je serai même pire que ça : un lanceur «d’interdictions de séjours» (le censeur ce serait encore moi).

L’hypothèse que je formulerais pour caractériser cette attirance d’un homme de Gauche pour des thèses frontistes serait celle-ci : Sapir serait fasciné par l’importance grandissante du FN (épousant ainsi les analyses dominantes qui ne cessent de dire que le FN fait 25%). Etant en admiration devant l’importance de la base de masse qui soutient ce parti, justifiant dans le même temps que cette même racaille brune a changé en bien, le voilà prêt à un rapprochement «qui peut se faire de manière implicite sans contact direct». Traduit par BiBi, ce serait : «Faire des bisous au FN mais – pour l’instant – de loin»).

En attendant mieux, bien entendu.

Le mieux ? Baisers de la Mort.

Faut-il argumenter ? Non. Point final.

023348

*

Jacques Sapir, autre versant : il est aussi fils d’un psychanalyste renommé (paraît-il). Aussi je ne résisterai pas à m’improviser psy pour l’occasion et rappeler mon premier tweet après la lecture de son intervention :

«Remarquons qu’en anagrammant #Sapir, on trouve ses… pairs. #FN»

Et j’analyserais sauvagement le tweet qu’il me lança :

[Avec le FN] : «Marcher séparément et frapper ensemble»…Ais-je dit autre chose ?».

Un petit arrêt sur ce «Ais-je» mal orthographié, sur ce pluriel (avec S). Voilà Sapir désirant parler en son nom, voulant écrire «Ai-je» mais – langue ou pensée ayant fourchées – il écrit un pluriel «Ais-je», pas si énigmatique que ça.

C’est que ce grand économiste se voit déjà personnellement parler au nom du Nombre, de sa France plurielle qu’il appelle consciemment et inconsciemment de ses vœux. Une France plurielle bien à lui qui serait l’addition de sa petite bande de Groupies de «Gauche» et du FN. Voilà qui serait sans équivalent pour cet économiste.

Une France «plurielle» qui se débarrasserait manu militari des Sectaires de Gauche et qui enverrait à coup sûr tous les bibis qui n’ont rien compris aux Temps Nouveaux vers des Destinations inconnues.

42 Responses to Jacques Sapir fasciné par le FN.

  1. Borneo dit :

    Est-il utile de rappeler que le #FN et la droite souverainiste sont opposés aux 3 points qui nous valent cette crise
    Faiblesse de la demande par le développement des inégalités
    Faiblesse de l’investissement à long terme par le recours au QE qui favorise la recherche des gros rendements à court terme
    Refus de la régulation financière et de la chasse à l’évasion fiscale au motif que celle-ci est une réponse légitime au trop d’impôt

  2. Excellent billet Bibi. Etrange tout de même, cette confusion des esprits, ces rapprochements hasardeux, le FN ayant toujours été un parti libéral qui, par opportunisme, notre gauche étant ce qu’elle est, a greffé une posture sociale sur son image souverainiste. Sapir, qui n’est pas la moitié d’un con, le sait parfaitement. Chercherait-il une meilleure place au soleil, persuadé du verdict des urnes en 2017 ?

  3. Une France plurielle avec des français, au pire d’origine européenne… Pour mesurer combien le FN n’a guère changé sur l’essentiel, il suffit de lire la prose des Identitaires.
    Cela fait mal de voir des intellectuels de gauche tomber à pieds joints dans le piège tendu par Marine Le Pen et qui ont, in fine, démissionné…

  4. eclipse dit :

    Je pense que Jacques Sapir se trompe, mais il faut se rendre compte que les « chemises brunes » du FN sont fortement tendance : les LR ne sont pas vraiment moins raciste et la récente loi renseignement nous a montré que le « PS » s’y connait en facisme (je rappelle quand même qu’au lendemain du vote à l’AN Manuel Valls a dénoncé les « pressions » de la société civile…). Donc désapprouver Jacques Sapir sur le côté sulfuro-faciste de son appel me semble peu pertinent, franchement si un jour on a à choisir entre Philippot et Valls on est salement dans le caca. De même reprocher son ton professoral à un chercheur, c’est moyen.
    Le vrai problème de son appel à la « coordination » avec le FN, c’est que le FN est un parti de droite, qui n’a que faire de l’abandon de l’euro. Leur valeur c’est les valeur de Pierre Gataz, si le FN parvenait au pouvoir il se rangerait immédiatement du côté du Capital et donc de l’euro, sans état d’âme.

  5. BiBi dit :

    @Eclipse
    1. Le ton professoral vient de cette injonction répétée à moi et à d’autres twittos sur Twitter du 23 août avec ce hashtag impératif : #Sachezle.
    Qu’est-ce donc d’autre qu’un commandement de Maître qui joue l’intimidation avec le capital réputationnel+++ que possède ce Monsieur.
    Je maintiens donc.
    Et pas qu’un peu.

    2. Je combats le PS mais c’est une analyse erronée que d’écrire que le « PS s’y connaît en fascisme ».

    3. Vous rejoignez hélas Sapir sur ce point précis suivant : vous écrivez que le FN est un « parti de droite ». Non : c’est un parti d’extrême-droite.
    Enfin,oui pas de doute, ce parti continue de pérorer sur l’anti-capitalisme mais se rangerait du côté de l’euro.

  6. jannedau dit :

    Bravo Bibi.

    Par ces temps de confusion voulue,il est bon de remettre les choses a leur place.

  7. Toto dit :

    beaucoup de blibli pour éviter de traiter le sujet: quitter l’euro et tant qu’on y est quitter l’Union Européenne.
    Quelle est la responsabilité de « la gauche » dans le maintient idéologique de cette camisole de force euro/UE?

  8. Toto dit :

    ps: lors du référendum en 2005 un des arguments préférés de « la gauche » contre ceux qui prônaient le Non était: « tu votes comme le FN ». Vu cet article, je suppose que Bibi l’utilisait. Et il continue à « penser » pareil…

  9. kate dit :

    vaut mieux lire son papier pour la vue d’ensemble.

    Sur la logique des “fronts”
    http://russeurope.hypotheses.org/4232

  10. Simon Chalumot dit :

    Je précise d’emblée que le Front National même ripoliné me donne envie de vomir, et que je n’ai aucune sympathie pour ses membres ou ses électeurs… Ceci étant posé, je rejoins en partie Eclipse, sur la tendance de fascisation des partis traditionnels dits responsables (ha ha ha) et considérés comme étant aptes à gouverner (en fait appliquer les préceptes des classes dominantes dans leurs exigences les plus bestiales, les plus nihilistes et les plus folles) en réalité maintenir intact l’ordre établi en rendant impossible, et en taxant d’irresponsable tout projet ou tentative réellement démocratique en imposant brutalement des dogmes non discutés.
    Ceci est un fait incontestable. La question qui se pose devant le spectacle d’un tel merdier dont on ne voie que les prémisses, bien que l’oeil du cyclone approche est : qu’est ce qu’on fait politiquement pour détruire le monstre ?

    Je ne défend pas Sapir, mais si on trouvait un moyen de faire voler en éclat le système politique puant en vigueur dans les autoproclamées démocratie, j’en serais fort heureux…

  11. Antigone dit :

    Tout à fait d’accord avec J Sapir. L’objectif est de dire NON encore une fois à l’Europe faite sur mesure pour l’économie allemande et qui met à genoux notre modèle social. S’unir comme on l’a déjà fait pour le référendum avec les souverainistes, c’est le moyen de sortir de ce modèle économique unique et anti-démocratique que l’UE nous impose. Après le hold-up sur le NON, le déni de démocratie avec la Grèce, il est temps pour nous, alors que nous sommes dans le collimateur, de résister. Et résister avec les gaullistes et les souverainistes, ma foi ça rappelle d’autres temps. Evidemment cette union fait peur aux partis libéraux. Donc votre papier part d’où ? Fabrique de l’opinion pour qui? PS ?

  12. Eclipse dit :

    @Bibi
    1. Certes ça peut être énervant mais c’est une critique de pure forme. Les gens sont parfois nuls dans leur manière de communiquer et ce n’est pas une bonne chose à mon sens de tenter les discréditer là dessus, ça n’apporte rien sur le fond.
    2. Je le reconnais c’est un peu exagéré mais pour reprendre l’exemple de la loi renseignement que je connais bien, on a affaire à une loi qu’aucun parti aux idées démocratiques ne peut raisonnablement endosser, on touche à un droit fondamental avec la légèreté d’un Michaël Bay réalisant un film. Alors certes le terme fascisme est pas terrible, d’ailleurs je ne l’aime pas vraiment pour qualifier qui que ce soit (c’est un peu une tarte à la crème). Mais le PS vote des lois qui instaurent une société de surveillance panoptique, un rêve de dictateur. C’est une forme de totalitarisme mou, mais ça reste un totalitarisme nauséabond et qui, à mon sens, nous mène à notre perte.
    3. Je pense que vous vous méprenez fortement, si je dis « droite » et non « extrême droite » c’est afin d’insister sur cette orientation : je veux ainsi expliquer qu’à mon sens Sapir se trompe à cause de la dimension « droite » et non « extrème » du FN, il n’y a aucune fiabilité à attendre d’eux, ils tourneront casaque à la première opportunité, leur opposition à l’euro n’est que conjoncturelle. Mais à part ça, en effet, nulle confusion dans mon esprit : le FN est un parti d’extrême droite (comme une bonne partie des troupes de LR).

  13. Alfred dit :

    Je suis bien d’accord avec votre analyse du FN parti de droite anti-syndicats, homophobe, xenophobe et … qui ne sortira de l’euro qu’en discours et jamais dans la réalité.
    Cependant je trouve que votre colère (vos émotions en général) et votre dogmatisme vous aveuglent (désolé si vous avez ce blog seulement pour recevoir des fleurs).
    Lorsque vous êtes de gauche (d’aucuns diraient extrème, d’autres parleraient de gauche véritable), écolo ET souverainiste comme moi vous n’etes pas trop représenté en France.
    Souverainniste n’est pas un gros mot (le PC le fut le pc grec l’est encore ainsi qu’une partie de syriza et des verts scandinaves bien différents des notres). Cela n’est pas xénophobe et ne remet pas en question la possibilité d’alliances internationales de classes et entre syndicats. Mais il s’agit simplement de reconnaitre que le cadre maximal d’exercice REEL de la democratie est la nation. ( En effet la démocratie s’exerce pleinement à petite echèlle et de moins en moins bien à mesure que le nombre grandi. Du collectif de travail au quartier, puis à la commune au canton au département à la région jusqu’à la nation, la démocratie s’exerce de façon de plus en plus délicate jusqu’à n’etre plus que fictive.). Concrètement il n’y a plus rien à espérer au dela, en particulier si les politiques économmiques sont inscrites dans des traités qui supplantent les lois qui pourraient etre votées par les representants du peuple (pour peu qu’ils le représentent réelemment).
    La question de l’euro est centrale pour qui est attaché à la souveraineté populaire et Sapir pour le coup a produit un travail considérable sur ce sujet qui s’il n’excuse ps son ton doctoral et pédant l’explique. Pour le coup vous montez un peu vite sur vos ergots parcequ’il est humainement maladroit (ou con si vous voulez). La question qu’il pose à la gauche (avec Lordon d’ailleurs) mérite vraiment d’être posee. Quand la (vraie) gauche fera-t-elle son bilan avec l’euro d’une part et l’union europeenne anti-démocratique d’autre part? Quelle est cette étrange « démocratie » qui se fait pouvoir sans et contre le « démos »? En attendant que se construise rééellement un peuple européen (facile depuis l’élargissement forcené) il faut accpter de vivre dans une non-démocratie pour une période « transitoire » de 150 ans (« changer l’europe » etc…)
    Les connards de droite pensent qu’on ne peut être souverainiste que de droite (et que des gens comme moi doivent les rallier). Malheureusement le comportement d’une majorité à gauche leur donne raison. C’est un désastre. A croire que Jaures était de droite!
    Je crache sur le FN mais vous vous me faites pleurer de désespoir.

  14. Ash dit :

    Cette histoire m’inspire deux remarques.

    1) Sapir explique que:
    « on sait bien que ce qui caractérise un « front » c’est que les organisations adhérentes ne sont pas d’accord entre elles sur certains points, mais considèrent qu’un objectif commun peut les rassembler. Je souhaite que ce « front » se constitue rapidement, car il est une des conditions de la construction d’un rapport de force face aux européistes. »

    À gauche comme à droite, réduire toute pensée politique à une pensée économique est un non sens particulièrement dangereux. L’économique, le capitalisme, n’existe pas sur un nuage séparé du reste du monde social, il est de toute part traversé par des logiques symboliques, ethniques et raciales, historiques et ainsi de suite.

    Sapir, homme de gauche, économiste, se satisfait de la paille anti-austéritaire et anti-euro du FN pour oublier la poutre islamophobe, suprématiste blanche et néocoloniale de ce parti. Or on ne peut comprendre le FN, ni même ses positions anti-EU, sans admettre que la question raciale est absolument centrale dans ce parti et chez son électorat, bien plus que la question de l’euro. Deux choses donc, soi Sapir est un universitaire tellement spécialisé que ses yeux n’arrivent plus à saisir ce qui n’est pas strictement économique (ce qui en ferait par ailleurs un mauvais économiste), ce dont je doute, soi il partage lui même, en partie, la vision suprématiste blanche et islamophobe du FN. Et là effectivement la constitution d’un « front » devient réalisable.

    2) Mais de nombreuses personnes de « gauche » partage en réalité cette vision du monde à la Sapir, y compris chez le FdG ou les économistes atterrés. À savoir que tout se joue au niveau de l’économique, des rapports de production, du pouvoir de la finance… Les dominations sociales d’ordre ethniques ou symboliques n’existent pas ou sont marginales. Dans toutes les gauches, on retrouve même de nombreuses personnes partageant le logiciel idéologique du FN et de tout le champs politique en ce qui concerne les questions ethniques et raciales: notre république est laique, un certain islam mettrais en danger cette laicité en témoignerait l’utilisation du voile à l’école dont l’interdiction aurait été légitime et ainsi de suite. La lecture négationniste du colonialisme et de ses conséquences contemporaines est très largement partagée à gauche: Mélanchon quand il ne parle pas des « ouvriers » ou du « peuple » comme si ceux ci étaient un tout homogène expliquant par exemple que la guerre d’Algérie était une guerre civile entre Algériens…

    Je doute que tout ceux qui se scandalisent du « front » que Sapir veut établir avec le FN soient eux débarrassés de vision du monde dont le FN n’est que le porteur le plus explicite.

  15. Tom dit :

    Il ne faut pas confondre la sortir de l’EURO avec la politique du FN. Rappelons que Lordon et d’autres prônent depuis des années cette sortie et ils ne sont pas au FN. Il ne faut pas mettre tout de suite ceux qui sont pour cette sortie ou qui s’en fichent de cette question dans le camp du FN. La position de Sapir est très problématique en effet, car il a l’air de croire que seul le FN est sérieux sur cette sortie. La vraie gauche ferait bien de prendre le taureau par des cornes sur cette question et se positionne clairement pour cette sortie !

  16. Belin dit :

    On peut détester le FN sans avoir besoin de le qualifier de chemises brunes. Les véritables fascismes ont joué cartes sur table dès le début sur leur antilibéralisme politique (refus des libertés politiques classiques : circulation, droit à une défense, expression) et sur l’antiparlementarisme, antidémocratisme. Les fascistes pensent réellement que les hommes ne sont pas égaux, qu’il vaut mieux que le pays soit guider de manière autoritaire par un sur-homme Nietzschéen qui sera en « communion » avec le plus grand nombre, un guide etc… Et surtout ils l’écrivaient dès le début dans leurs textes. Le FN d’aujourd’hui n’est pas plus raciste que les républicains, ou plus antiarabe que le parti socialiste. C’est une PME familiale qui évolue comme un parti bourgeois de droite classique avec des courants xénophobes ou traditionalistes. Si on fait des manifs antiUE, AntiEuro, AntiOTAN et antiguerres pour arrêter de se faire dominer par l’Allemagne, les Etats-Unis, et arrêter d’envahir/détruire d’autres pays (notre impérialisme à nous, la France c’est un sandwitch d’impérialisme) je m’en fous qu’à ces manifestations sur ces questions précises des gens qui ne concordent absolument pas sur tout se retrouve du même côté temporairement. Il faut lire Marc Bloch, l’historien résistant dans l’Etrange défaite : il décrit un de ses meilleurs (plus efficaces) compagnon d’armes, c’est un gars que tout oppose à lui c’est un noble, royaliste, antisémite (alors que M. B. est orginaire d’une famille juive alsacienne et est un véritable réformiste, c à d pas pour rire). Le mec est décrit comme animé de « préjugés de classes, de races (dans le sens noble/roturier) » mais à court terme les mecs se sont alliés pour un objectif précis : La fin de l’occupation. De même en Chine, les cocos et les nationalistes se sont alliés jusqu’à ce qu’ils soient enfin libérés des grandes puissances (Japon, Russie, France, Angleterre, USA) après ils ont directement recommencés à se taper dessus. En Algérie, les communistes, les anarchistes se sont alliés aux pires antimodernes religieux fanatiques car ils étaient d’accord à court terme pour virer les français. Si on veut déjà récupérer le peu de démocratie que l’on avait avant, inexistante aujourd’hui en Europe et si pour ça il faut se mettre du même côté de la barricade que certains que l’on aime pas, pour cet objectif précis à court terme sans alliance mais avec un contrat précis (comme le CNR) je ne vois pas où est le problème. Moi j’ai l’impression que beaucoup de gens de gauche soit-disant matérialistes sont plus dans des trips idéalistes de pureté chrétienne à la recherche d’une perfection doctrinale. Un peu comme l’utilisation de l’intersectionalité sociologique en politique qui rend complètement impuissante la gôche en additionnant les oppressions et en voulant toutes les résoudre d’un coup au lieu de faire un agenda de priorités et de résoudre les problèmes un à un en réfléchissant sur ce qui est faisable à durée de vie humaine pour essayer au moins d’avancer le plus possible, sachant que la fin de l’histoire n’arrivera pas de toute façon et que le combat continuera toujours pour plus d’autonomie individuelle et collective à tous les niveaux. Il faut avoir une réflexion matérialiste sur ce qui est possible de faire à court et moyen terme sans perdre de vue les objectifs à longs termes et au moins avance.

  17. Belin dit :

    On peut continuer la liste d’alliances de circonstances, par exemple, en Bande de Gaza qui se comporte comme un état de facto aujourd’hui, les partis politiques ne sont pas d’accord sur différents sujets (moeurs, économie) mais pour la stratégie de politique étrangère, la guerre ou la paix, généralement tout est voté à l’unanimité des communistes aux gens plus antimodernes encore que le Hamas. Car c’est une priorité à court et moyen terme, ça ne veut pas dire qu’ils s’engueulent pas sur tout le reste.

  18. BiBi dit :

    @Tom
    Problématique ! Comme vous y allez (ou vous n’y allez pas). Doux euphémisme.
    Je n’ai pas critiqué le fait de vouloir sortir de l’Euro. Relisez mon billet et mes tweets SVP du mois d’août. C’est une possibilité qui doit en effet être pensée. Mais la tactique/stratégie politique de Sapir est inacceptable.

  19. BiBi dit :

    @Alfred
    Je vous fais pleurer de désespoir ? J’ai ce pouvoir-la ? Vous vous trompez, je n’ai même pas assez de pouvoir pour vous moucher.

  20. AgatheNRV dit :

    Excellent! D’autant que MLP est contre l’Europe comme Hollande était contre la Finance, le FN siège au Conseil Européen…Cohérence? !!!
    Je reste rêveuse comme Lenine!

  21. BiBi dit :

    @ToTo
    Dis-voir Toto, tu devrais lire plus en profondeur mes bibillets.
    J’ai voté NON. Avec des arguments de gauche.

  22. AgatheNRV dit :

    Oups au Parlement européen au lieu de Conseil 😉

  23. BiBi dit :

    @ToTo

    Mon billet ne portait pas sur la sortie de l’Euro qui peut être une hypothèse féconde que je n’ai pas vraiment eu le temps d’examiner pour en faire un vrai billet d’analyse. Excuse mes limites. Je n’ai pas réponse à tout dans l’immédiat ( j’en suis le premier désolé). Je me dis qu’il n’y a pas forcément Urgence, il n’y a au fond que des gens pressés… et tu as l’air de vouloir aller vite (en besogne).

  24. BiBi dit :

    @Belin

    Je déteste le FN et je le qualifie de Chemise brune.

    « Moi j’ai l’impression que beaucoup de gens de gauche soit-disant matérialistes sont plus dans des trips idéalistes de pureté chrétienne à la recherche d’une perfection doctrinale ».

    Si c’est BiBi que tu vises, hé bien, faut aller explorer d’autres cieux.

  25. BiBi dit :

    @Ash

    Vous êtes « drôle » vous !
    J’attaque Sapir sur sa connivence +++ avec le FN et de quoi me parlez-vous ? Plutôt des personnes de « gauche », des gens du Fdg, des Economistes attérés. Etc.
    Pour les mettre un peu trop dans le même sac.
    J’aimerais déjà vous entendre dire que cette « coordination » FN /Gen(s) de « Gauche » est une putasserie.

    D’accord cependant avec vous sur un point très important : l’analyse de nos sociétés n’a pas qu’une dimension économique.
    Mais je fais l’expérience de mes limites. Si vous lisez bien mon blog, dans l’analyse, je privilégie plutôt l’Appareil Médiatique. Hélas, au détriment du reste. Snif.

  26. Toto dit :

    @ Belin
    100% d’accord avec vous lorsque vous dites « Le FN d’aujourd’hui n’est pas plus raciste que les républicains, ou plus antiarabe que le parti socialiste. » Et aussi avec le reste de votre post sur les alliances de circonstance.

    @ Bibi:
    t’as voté non, et puis t’es passé à autre chose pour garder tes copains du parti s? J’ai voté non, et je l’ai toujours de travers, et ça ne passera que lorsque ceux qui se sont permis pareille imposture démocratique (le PS et l’UMP principalement) seront dans les égouts de l’histoire. Quand à l’autre gauche, celle qui se qualifie de alter-européenne, elle joue un grand rôle dans le maintien idéologique de l’UE et l’euro, en faisant semblant de s’opposer…

  27. BiBi dit :

    @Belin
    La « naïveté » de croire en des « alliances de circonstance » : on sait où ça se termine lorsqu’on vient grossir leurs rangs et défiler à leurs côtés.
    Le racisme, la xénophobie : points centraux, pivots de leur politique. Les pensées de ces grands penseurs d’extrême-droite sont celles-ci. Voyez les « théories » délirantes du Grand Remplacement.

    Les analyses générales qui prennent comme preuve irréfutable un exemple particulier qui tombe toujours à pic : ici c’est le type résistant antisémite, noble (avec l’accaparement d’un grand historien pour justification incontestable) pfffttt…

    C’est souvent ainsi chez ceux qui viennent contester mes petits écrits : jamais vous ne dites que le FN est un putain de parti raciste… Vous dites (écrivez) pour atténuer les putasseries et fondements de ces Chemises Brunes, vous écrivez avec des pincettes toujours, avec ces tournures de phrases et comparaisons négatives: « Le FN d’aujourd’hui n’est pas plus raciste que les républicains, ou plus antiarabe que le parti socialiste… » Voila ce qui vous tient comme analyse : être aveugle aux différences, tout mêler sous vos affects, persister dans la confusion – à l’instar de toutes les « analyses » des Chemises Brunes.

    « Mes copains de parti ? ». Dis-voir je suis un bibi et je pense bibi et si j’ai un petit conseil à donner ( mais je ne suis pas du tout dans une démarche de conseil), il faut penser bibi, c’est-à-dire singulièrement.
    Donc : ce n’est pas mes copains de parti ( lequel ?), le club des Supporters qui priment, c’est l’analyse perso et concrète des situations concrètes – comme le disait un copain jamais connu.

  28. Pedro38 dit :

    Evitons de tout mélanger : un économiste, çà fait de l’économie, comme un footballeur fait du football.
    Si tu demandes à Ribéry des éclairages sur les réformes politiques nécessaires, tu obtiendras quelque chose d’aussi pertinent que si tu le demandes à Sapir. A part peut-être dans le domaine scrictement économique… et encore, seulement s’il te faut de l’expertise technique !
    Disons que Sapir ferait mieux de se taire, plutôt que de se préocccuper de choses auxquelles il ne connaît rien. C’est çà qu’on peut lui reprocher, sa grande gu…

  29. BiBi dit :

    @Pedro38
    D’accord et.. pas d’accord avec toi 🙂
    Oui il faut reconnaître que pour analyser (ou tenter d’analyser) un petit domaine de la vie sociale, il faut du travail, de l’attention. L’ère des grands intellectuels – genre Sartre- qui intervenaient comme grandes consciences intellectuelles et universalistes est terminée. Du coup, oui en ces temps médiatiques, où tout un petit monde donne ses avis sur le Grand Monde, évitons de tout mélanger.

    Mais il faut aussi tenir compte des Instances de consécration qui promeuvent au plus haut rang ces économistes qui font de l’économie. Des Instances de consécration que sont principalement en France les Grandes Ecoles. D’ailleurs remarquons que pour rendre les avis de Sapir comme hautement intéressants, BFM n’oublie pas de rappeler sous l’avatar de Sapir qu’il est diplômé de l’EHHS etc etc.Bourdieu a écrit un livre là-dessus, toujours d’actu.

  30. Robert Spire dit :

    Sapir-lipopette!…Analphabète diplomé! (jurons favoris du capitaine Ribéry):)

  31. Belin dit :

    On a tous écrit que le FN était un parti xénophobe.
    @bibi

    Les alliances de circonstances, je t’ai donné énormément d’exemple, il n’y a rien qui dit que les gens vont être contaminé par des idées xénophobes, les gens sont grands, il faut que les choses soient claires : Sortie de l’UE, sortie de l’otan, socialisation des secteurs importants de l’économie contrôlé par les travailleurs et un état plus démocratique et roulez jeunesse. Sur un contrat a minima, je m’en fous de m’allier avec quiconque veuille qu’on arrête d’être les bitchs des américains pour les invasions/destructions de pays et qu’on arrête d’être une province du 4e Reich avec la destruction achevée du peu qu’on avait de démocratie. Si le contrat c’est ça, les choses sont claires et une fois que cela sera réalisé il y aura toujours matière à s’engueuler sur plein de choses et les gens n’auront pas perdu leurs convictions entre temps.

  32. BiBi dit :

    @Belin
    « On a tous écrit… ». On ? Tous ? Pas sûr du tout. Du tout.
    « je m’en fous de m’allier avec quiconque » : « quiconque » ici n’est pas un parmi d’autres mais le FN.
    Je vois que tu es toujours dans le Royaume de la Confusion qui – entre parenthèses – est l’axe inusable des Chemises Brunes.
    Et donc de toi aussi.
    « Quant à une fois réalisé il y aura toujours matière à s’engueuler… » : bien naïf pour croire que les Chemises Brunes te laisseront le temps de l’engueulade avec eux.
    Avec eux, le but c’est les trains de la Mort.

  33. Belin dit :

    @BiBi

    Tu réponds à côté.
    Tu utilises le terme confusion s’en justifier quoique ce soit. Je parle d’un contrat précis comme le CNR ou la Soumma des militants révolutionnaires algériens. Pitié nous ressort pas un point Godwin, à ce moment-là on prend n’importe quelle période historique et on plaque tout dessus. On ferait mieux de faire notre « devoir de mémoire » sur ce qu’on a fait récemment et qu’on continue, en Yougo par exemple, dans les pays qu’on a détruit et les millions de morts causés par nos « démocraties », que sur une période qui n’a plus rien à voir. Les gens qui se sont faits épurés ethniquement par les actions de nos « démocraties occidentales » comme les serbes du Kosovo attendent le devoir de mémoire des occidentaux et des réparations morales et financières pour leurs proches morts. Les fascistes historiques ne se sont jamais cachés de quoi que ce soit. Le FN ne revendique pas un antilibéralisme politique, et part plus dans un trip nationalisme des citoyens qu’un trip nationaliste ethnique et heureusement. Je préfère qu’ils lisent Chevenement que Rebatet ou Brasillach. Mais apparemment pas toi.

  34. BiBi dit :

    @belin

    Très bien : je réponds à côté.

    Mais je me fous bien de savoir ce que je préfère dans les lectures de tes alliés : les Chevènement ou les Rebatet. Encore une fois tu voudrais m’entraîner dans tes alternatives à la con et tu voudrais que – soi-disant – je ne réponde pas à côté (c’est-à-tout-dire : « à tes côtés »). Si tu as envie de pérorer, crée-toi un blog.

    Pour ma part, ce dialogue de sourds est terminé.
    Mon blog n’est pas en effet une tribune ininterrompue pour tes psaumes sapiriens.

  35. BiBi dit :

    @nos consolations

    Merci de signaler ce billet du Monde Diplomatique qui re-dit tout à fait ce que j’ai écrit. En insistant sur le fait que le FN – en cas d’arrivée au pouvoir – ne se réfugiera pas dans son baratin de « sortie de l’euro » mais en sera un fidèle serviteur.
    Je conseille donc à mes lecteurs et mes lectrices de lire ce bel article qui dit l’essentiel… en beaucoup beaucoup mieux que votre serviteur.

  36. Robert Spire dit :

    Le ralliement au nationalisme titille depuis longtemps les leaders et intellectuels de la gauche. Il est intéressant de constater que ce problème se pose (depuis 1870) à chaque fois que le poids de l’Allemagne est culminant en Europe. Il existe un bouquin passionnant sur le sujet: « Nationalistes et nationaux » de l’historien Henri Guillemin qui démontre comment le milieu des affairistes arrive, selon la conjoncture historique, a manipuler les politiques de tous bords à la seule fin de protéger leurs privilèges. Quel que soit le « courant » pacifiste (mondialiste) ou nationaliste dominant, c’est le capitalisme qui gagne toujours à la fin. La gauche sociale se doit de tirer les conséquences de cet enseignement au lieu de tomber, à chaque grande crise, dans le piège nationaliste.

  37. BiBi dit :

    @RobertSpire
    Oui je dois avoir ce bouquin de l’excellent Guillemin ( dont les interventions via You Tube font un tabac) quelque part dans mon bordel.
    Oui un piège le nationalisme que d’aucuns (sur Twitter Recriweb) confondent avec la nation de 1789, ouvert, pluraliste, démocrate.
    Mais oui – c’est comme avec les allemands en foot – ce sont tjrs eux à la fin qui gagnent.
    Bien sur, rien de définitif mais quand ça changera la Vie nous aura déjà mis un carton rouge. 🙂

  38. RST dit :

    Bon j’ai la flemme de recopier mon message. Il doit être bloqué dans l’antispam

  39. BiBi dit :

    @RST
    Désolé. Pas de censure-BiBi.
    Et rien dans l’anti-spam.

  40. AgatheNRV dit :

    J’ai enfin compris ce que Jacques Sapir disait, ce que mon coeur refusait. Les partis sont morts, leurs représentants aussi. Reste un peuple composé mais un peuple.

  41. AgatheNRV dit :

    Ça ne tient pas la route 😉 Relu le passage de Marx. L’internationale sinon les fachos. ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *