Hughes Moutouh, le nouveau Communicant de Sarkozy.

BiBi est allé voir dans les creux de le profil du nouveau communicant de Chouchou, . Ô surprise : c’est un Intellectuel. Délaissant le poste de préfet de la Creuse, le Monsieur intègre l’équipe du Maitre… mais rien de bon qui vaille lorsqu’on apprend qu’il est l’auteur d’un ouvrage sur… les Tziganes (2000). Quand on voit les enseignements qu’en ont retirés Besson et Chouchou, il y a de quoi s’inquiéter.

Ce deuxième ligne de rugby, ami d’un autre intellectuel (Bernard Laporte), rentre donc dans la mêlée 2012. Encore un nouveau pilier de l’enfumage car, comme tout Communicant élyséen qui se respecte, il dit tout et son contraire.

Tout et son contraire : dans un article de 2006 ( «La Communication médiatique déterminant de l’action publique»), le nouveau chef de Com de l’Elysée ne croyait pas que « la communication de masse serait susceptible d’influencer de façon directe et immédiate l’opinion des individus». Il stigmatisait ce «fond général de croyances» (Haro sur Serge Halimi et Noam Chomski) pour reconnaître exactement le contraire aux pages suivantes : «La communication médiatique joue indéniablement un rôle important dans l’action politique».

Tout et son contraire : BiBi prend note de ses affirmations («Le second risque est celui de voir demain la vie politique entièrement dominée par des conseillers en communication politique – les fameux spin doctors – dont le seul et unique objectif sera d’adapter le message de leur candidat aux attentes supposées de l’électorat et de vendre leur programme comme on vend du savon») et remarque que le bonhomme, 4 ans plus tard, devient spin doctor et intègre l’équipe de campagne de Chouchou pour préparer 2012, rejoignant un autre grand penseur, ancien du cabinet Darcos, .

Tout et son contraire : BiBi relève un éclair de lucidité dans son article. Hubert Moutouh parle des dangers de la personnalisation médiatique et de la concentration des Pouvoirs. Il dénonce «le danger qu’il y a pour la démocratie à permettre à un homme politique de premier plan d’exercer un quasi-monopole sur le secteur de la communication médiatique dans son pays, notamment audiovisuelle, quand on connaît l’importance de cette dernière dans la propagation de l’information et la construction de l’opinion publique».

Mais… euh… notre Hughes parle ici de Berlusconi, pas de Chouchou son Patron qui est maître de l’audiovisuel public, qui est ami de Lagardère (Europe 1, Paris-Match, JDD), ami de Dassault ( Le Figaro), ami de Bernard Arnault (Les Echos), ami de Bouygues (TF1) etc.

Ne vous étonnez donc pas si vous cherchez tous les noms de nos Puissances médiatiques françaises dans cet article, ils n’y sont pas. Pour Moutouh, la France est le Pays des Bisounours.

Tout et son contraire : pas étonnant que le bonhomme ait été nommé par dans son équipe. Le petit Chef adore ce double langage de l’enfumage, toile de fond qui accompagne toutes les «réformes». C’est bien entendu pour cette raison que Hughes a été rappelé de son poste de préfet de la Creuse où il laissera – en une seule année – le souvenir marquant de son désintérêt de la radiothérapie du CH de Guéret.

6 Responses to Hughes Moutouh, le nouveau Communicant de Sarkozy.

  1. babelouest dit :

    Ils sont dangereux, ces gens qui ont un sens de leur activité humaniste (d’aucuns parleraient de sens moral) égal à zéro. Bienvenue à l’Élysée, c’est le critère de recrutement là-bas.

  2. A propos de communication qui a forcément reçu l’aval de l’Elysée, le retrait du livre « commémorant » des écrivains français dont Céline et à cause de la présence d’icelui, le sieur Moutouh pourrait prodiguer ses conseils à Frédéric Mitterrand.

    On remarquera que Philippe Sollers, que vous avez qualifié récemment de « fumiste » (sans doute uniquement pour faire un bon mot) a dit, à ce sujet, les choses clairement : « Frédéric Mitterrand n’est pas le ministre de la culture mais le ministre de la censure. »

    http://lemonde.fr/culture/article/2011/01/22/frederic-mitterrand-fait-volte-face-et-ecarte-celine-des-celebrations-de-2011_1469140_3246.html

  3. Le monsieur connait sur le bout des doigts sa LQR

  4. BiBi dit :

    @Dominique Hasselmann

    Fumiste ou fumeur : c’était une interrogation à propos de Sieur Philippe Sollers, sachant que le bonhomme a toujours été d’un trottoir à l’autre au gré de « ses » humeurs.

    Il avait par exemple commencé en col Mao et le voilà
    en col blanc. Il avait loué les 6 premiers mois de Chouchou et voilà qu’il « critique » Frédéric Mitterrand. Il fait en sorte que les colonnes du Monde s’ouvrent et, dans le même temps, il tient boutique dans le JDD journal de Lagardère.

    Mais on a tout à fait le droit d’apprécier le bonhomme : cela n’enlève en rien l’estime que j’ai pour vous et votre blog.

    Je vous renvoie une fois encore au site d’Agone qui retrace le cursus sollersien :
    http://bit.ly/fedayA

  5. BiBi dit :

    @pasperdus
    Le Monsieur a désormais le titre ronflant de « Conseiller pour les affaires juridiques et institutionnelles ». Publié au Journal Officiel du 22 janvier 2011. Voir http://bit.ly/gKj7HB

    Il va pouvoir conseiller Nicolas et Jean-Claude Marin sur le dossier Villepin/Clearstream. Chouchou en aura bien besoin pour résoudre le Problème Dominique ( et le problème Woerth, et le problème Karachi, et le problème Servier et le…)

  6. S’il n’avait pas été maoïste mais trostkyste, on pourrait penser que Philippe Sollers pratique une sorte d' »entrisme » au JDD (je n’ignore pas que c’est un fleuron de la presse Lagardère avec Paris Match, Europe 1, etc.).

    Ses chroniques parviennent néanmoins à faire souffler un petit air de liberté (certains diront que c’est un alibi !) dans cet hebdo qui paraît un peu tous les jours.

    Quant au fait que Sollers soit passé du « col Mao » au « col blanc », je connais le livre qui utilisa cette expression. Mais il est parfois utile ou nécessaire (on prend conscience de choses et d’autres, avec l’expérience…) de changer de chemise : pour que les cols durs, amidonnez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *