Carla : Macadam Cow-Girl.

Il nous tend son , on l’achète. Et on découvre parallèlement que le Directeur du Magazine est un journaliste lyonnais du nom de… . Non, ne riez pas : c’est la vérité, ce n’est pas de l’humour (de caniveau) de macadam. Ce même  s’explique sur son scoop du numéro de décembre, sur cette interview exclusive en Une de Madame Carla Bruni-Sarkozy dont BiBi avait déjà parlée ( Lire article ). Le numéro portait sur l’Exclusion et Carla nous apprenait qu’elle s’apprêtait à aller suivre une équipe du Samu social, qu’elle était amie avec un SDF du 16ième, qu’elle s’y connaissait en précarité. Le sans-abri (qui avait refusé l’aide de Carla) vit toujours dans une des rues du XVIième et a même offert deux guitares à la Première Dame de France.

On apprenait aussi que, par delà ses silences et sa petite voix de Mégère apprivoisée, Carla avait le sens de l’humour. Elle avait ainsi charrié l’Homonyme Fillon : «Je dirai à mon mari que j’ai passé la matinée avec François Fillon». Heureusement que l’interview n’avait pas eu lieu dans la nuit. Imaginons alors le calembour : «… que j’ai passé la…» Hum hum. Chouchou n’aurait peut-être pas apprécié la blague.

Evidemment François Fillon (Macadam) se défend de toute opération de Com. Lorsqu’il explique cette opération probablement signée , il devient très bavard : «Un collègue journaliste du «Point» [Saïd Mahrane] qui appartient à l’équipe de bénévoles de «Macadam» a posé la question à Carla Bruni en avril 2009 et elle a dit tout de suite « oui ». Quels hasards : un bénévole du Point dans l’équipe de Macadam ! Heureusement pour Macadam que ce n’est pas un journaliste de ou de  ! Là, l’interview aurait été impossible. Et second hasard : Saïd Mahrane passe par hasard devant l’appartement parisien de Madame, il sonne par hasard, on lui ouvre la porte par un très heureux hasard (heureux car… on n’appelle pas pour Saïd l’Auvergnat), Madame lui fait un «discours parfait», comme l’écrirait Philippe Sollers, Madame parle parfaitement pendant deux heures. François Fillon, au hasard très impressionné, se lâche : «Le discours de Madame est tout sauf politiquement correct».

Il n’est pas dit si Carla a joué la Sérénade jusqu’au bout à nos chers Saïd et François : pourtant elle avait les deux guitares de son ami du 16ième.

2 Responses to Carla : Macadam Cow-Girl.

  1. Tony dit :

    Bref, ce que tu nous racontes c’est la même histoire qu’avec Reda Sadki.
    On fait des promesses, on ne les tient pas, et vite vite, le 30 Novembre va savoir pourquoi ;-), on fait la course aux promesses…
    Ben ton pote Greg Verdeaux à vraiment aimé tes articles de Novembre dernier.
    Imaginais-tu avoir un tel impact sur la vie politique de ton pays 😉 ?
    Là, y’a plus de doute, tout ce cirque, c’était pour toi…

  2. BiBi dit :

    BiBi croit vraiment que tu exagères…
    Dans tout ce cirque, BiBi fait juste un peu le clown. Et le clown est toujours éberlué de rapporter des infos que TOUT LE MONDE a sous les yeux. Juste que BiBi a cherché un peu plus que les autres, bricole des liens entre les infos, fait des rapprochements… qui sont à la portée de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *