Ballon fou au Royaume de l’Ovalie (2).

Gibert 3

Mais ce qui tracasse c’est la raison pour laquelle, il fut décidé de la forme ovale pour le ballon. Pourquoi s’est demandé la forme du ballon, ovoïde à l’origine mais assez variable – rapport aux vessies de porc qui servaient à les fabriquer – n’est pas devenu simplement sphérique ? (Rappelons que c’est un habitant de , qui fabriqua en 1871 la première vessie en caoutchouc). Oui, pourquoi ? Tâchons de transformer notre essai !
C’est dans Saint Matthews Street, à Rugby, que la réponse se trouve, précisément dans ce magasin qui tenait enseigne au nom de Gibert. Vers 1800, était le chausseur des élèves de l’école et confectionnait dans le même temps des ballons pour les joueurs en recouvrant des vessies de porc. En 1862, mourut et c’est le neveu James Gibert I qui prit la balle au bond avant que le fils James Gibert II prît la direction de l’atelier. En 1914, l’atelier échut à James III.
C’est en 1851 que le ballon photographié dans l’encadré de BiBi (avec James Gilbert III) fut pris comme modèle par les Rugbeians (anciens joueurs de l’école) pour définir la forme et la dimension. Les amateurs de Rugby remarqueront que cette forme ovale est déjà très proche de nos ballons modernes.
William de la famille Gibert – aujourd’hui toujours leader de la fabrication mondiale des ballons – en accentua la forme ovale contre les canons de l’époque qui présentaient des ballons plus dodus. En France, au jeu dit de « la  barrette », le était déjà utilisé. Beaucoup s’imaginent qu’à force d’être compressées, les vessies avaient pris une forme ovoïde. D’autres pensent que cela facilitait la prise en main du ballon et qu’il était ainsi plus aisé de le tenir contre le buste.
Mais la raison en est probablement plus simple : c’est qu’à l’école de Rugby, on jouait dès le début du siècle un football différent de celui pratiqué dans les autres écoles. BiBi y repère là une volonté d’inscrire un profit de distinction dans une course à la Notoriété. La concurrence et la Course au Prestige étaient rudes entre public schools, surtout avec les écoles plus proches des grandes villes ( Londres en particulier). Donc ces règles spécifiques marquaient un écart, une différence, une originalité : par exemple, il fallait faire passer le ballon non pas en dessous mais au-dessus de la barre transversale et pour y parvenir, les élèves estimaient qu’avec un ballon ovale, on y arrivait mieux. Ce sont donc les élèves qui ont demandé au cordonnier Gibert d’accentuer la forme ovale des ballons. Lorsque la toute jeune définit les côtes du ballon, Gibert – en accord avec Richard Lindon, inventeur de la vessie caoutchoutée et originaire aussi de Rugby – continua d’en parfaire le dessin ovale.
Merci aux lecteurs d’avoir partagé et suivi avec BiBi ce double Voyage en ballon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *