EXCLUSIF! BiBi retrouve le N°1 de « ROCK & FOLK » (1).

Rock et Folk et Michel Polnareff

C’est dans les années 70 que BiBi attrapa la maladie de Rock & Folk. Tous les mois, il courait chez son buraliste et attendait fiévreusement l’arrivée de la revue. A la radio, il écoutait l’émission Campus de Michel Lancelot sur Europe 1. Ensuite venait le Pop Club sur France-Inter, quotidiennement lancé à 22heures 30 avec le disque de la semaine précédé du gimmick : « Oui la vie serait bien duuure / sans le Pop-Club/ de José Artuuur« ! Les interviews de José Artur (aidé plus tard par l’ami et arrangeur de Carla Bruni, Patrice Blanc-Francard ) étaient un peu mysogines. Episodiquement, BiBi achetait Best ou encore le magazine Extra (pour les photos).


BiBi a complété sa collection en achetant les premiers numéros et a relu récemment le Numéro Un avec Michel Polnareff en couverture. La diffusion du mensuel commença en novembre 66 et coûtait alors deux francs cinquante. (Photo 1).Les titres des articles étaient déjà en amorce sur la couverture : Michel Polnareff/Donovan/Vince Taylor/Otis Redding/Small Faces/Beatles.
En fait, il y eut un numéro Zéro (que BiBi cherche toujours), publié durant l’été de la même année 66 avec Bob Dylan en couverture. Le prototype connut un petit succès, suffisant pour pousser la première équipe de « journalistes- rock » à inaugurer ce type de presse en France.
Aussi n’est-ce pas étonnant de découvrir en pages 5-6-7 un abondant courrier des lecteurs. A le lire, on apprend que le numéro zéro comprenait une interview de Mademoiselle Joan Baez, qu’Eddy Mitchell y avait fait une première revue de disques, qu’on s’y moquait du physique des Rolling Stones, qu’on y parlait de Nino Ferrer et qu’on s’extasiait sur les premiers rockers dans une embryonnaire « Rock story ». On y louait Jean-Pierre Leloir, le grand photographe qui officiait alors  à Jazz Hot. Mais le plus drôle fut la lettre du Baron Armand de Montesquieu qui habitait à Neuilly : il fustigeait Mademoiselle Joan Baez pour son ascendance mexicaine (pays de « gangsters et de voleurs ») et l’exhortait à aller vivre en URSS ou en Chine !
En page neuf, le court éditorial dessinait le projet de publication mensuelle : «  La « Musique 66 » nous semble suffisamment riche pour être enfin prise au sérieux », écrivait la rédaction qui comptait Robert Baudelet comme directeur, Jean Tronchot comme secrétaire général. Philippe Koechlin  (décédé en 1996) en était le rédacteur en chef et il assurait aussi les rubriques jazz et rock du Nouvel Observateur.
Le Comité de rédacteur comprenait Philippe Rault (article sur Alan Price Set et Donovan), Jacques Barsamian ( articles sur Les Lovin’Spoonful et les Troggs), Kurt Mohr qui était la mémoire de la Revue, l’historien et le spécialiste du Blues, du Jazz et du Rythm’blues. Philippe Adler (qui fit l’interview de Michel Polnareff et qui composa les inoubliables tubes « Papa Tango Charly pour Mort Shuman et Macao pour l’Orchestre du Splendid) et enfin Jean-Noël Coghe, descendu de Belgique et arrivant de l’équipe de Disco-Revue, complétaient l’équipe (…).

Voir suite (article 2).

74 Responses to EXCLUSIF! BiBi retrouve le N°1 de « ROCK & FOLK » (1).

  1. Guillaume dit :

    SI tu es intéressé, j’ai le numéro 0 de rock&folk avec Dylan en cover 🙂

  2. François Jouffa dit :

    Vous confondez Patrice et Dominique Blanc-Francard

  3. admin dit :

    Merci François Jouffa de rectifier. Pourriez vous dire à BiBi et à ses amis ce que sont devenus les grandes plumes de R et F ? Paul et Marjorie Alessandrini, Philippe Paringaux, Yves Adrien et… vous-même ?

  4. mémé 68 dit :

    Mes mais 68, souvenirs, sourires, soupirs …
    En fêtes, je crois que les conséquences de mai 68 se sont surtout fortement faites ressentir dans les années 1970, en tout cas pour nous autres, les vieux cinquantenaires de ces temps modernes ! En effet, la société des années 1970 a été très positive, ouverte et porteuse de plein de rêves pour nous qui vivions alors une jeunesse dorée, bercée de sons nouveaux, allant du hard rock Zeppelien au rock théâtre de Yes, Genesis voire d’Ange heureux de nos amis d’en France !
    La société était alors en pleine libération des moeurs, on avait plein de copains et de copines qui prenaient, elles, toutes régulièrement la fameuse pilule et personne n’utilisait alors de vilains préservatifs pour se préserver du Sida, entre autres !
    Ainsi, dès l’âge de 15 ans, nous partions en vélo moteur en tour de Suisse durant les vacances d’été, campant d’un coin à l’autre, sans peurs ni reproches parentaux ! Faut dire que mes parents avaient une trentaine d’années en 68 et qu’ils étaient de modestes employés des PTT suisses, qui à cette époque épique était encore taxée de Petit Travail Tranquille, ce qui
    ne l’empêchait pas d’engranger des bénéfices faramineux (bon, faut écrire que les juteuses “télécoms” n’avaient pas
    encore été libéralisées et privatisées, donc sortie du giron financier de la confédération helvétique…).
    En outre et même durant quatre saisons, dès l’âge de 18 ans, on est quasiment tous entrés à l’uni, unis par des idéaux sociaux positifs et on y croyait vraiment…car tout semblait alors possible pour nous autres, petits Suisses qui buvions du petit lait devant les perspectives socio-économiques qui s’ouvraient largement devant nous tous (et toutes, écrivons de manière politiquement correcte…). De plus, au moins durant nos longues vacances universitaires, on pouvait aller bosser à la poste suisse, bien payés à ne pas faire grand chose, si ce n’est causer entre autres auxiliaires, voire rigoler et jouer aux cartes dans les vestiaires ! Et vous savez pas quoi, en plus, mhm ? Hé bien, on avait encore plein de bon temps à se mettre de côté, sous nos dents de laids, ce qui fait con pouvait alors voyager de par le vaste monde qui ne nous paraissait pas encore immonde: tiens, par exemple, je
    me souviens de 2 semaines mémorables qu’on avait passées à Londres, allons dont en auto stop, avec 200 francs chiches
    en poche, dormant à la belle étoile à Hyde Park, mangeant 2 ou 3 bouts de pains, se baladant à Portobello en achetant 2 ou 3 fringues (que j’ai toujours dans mes armoires…), et surtout, surtout, surtout… en achetant des dizaines de disques
    33 tours pirates sur les marchés londoniens !
    Bon, ces temps là, las je me souviens de cette époque épique qui fut la nôtre avec un brin de nostalgie car tout était “facile”, simple et joyeux, en tout cas pour nous autres, les bébés boumants qui vivions alors joyeusement et chanceusement nos 20 glorieuses … :o)

  5. admin dit :

    Bien vu mémé 68. T’aurais pu rencontrer BiBi à cette époque… Encore que en 68, il partit en stop jusqu’à Calais pour aller à l’île de Wight. Manque de bol, Papa et Mamma n’avaient pas donné la lettre de sortie extra-territoriale pour voir Hendrix, les Doors, Leonard Cohen et tutti quanti. BiBi sent encore la rage qui remonte devant ce dépit du siècle dernier et cette occasion manquée.
    Trois ans plus tard, BiBi fit les festivals ( Buxton avec Chuck Berry, White City à Londres dont il a gardé l’affiche avec Canned Heat, Sly et surtout les Kinks avec Ray Davies, concerts de Procol Harum etc). Bibi en profita pour acheter des 33t dans les boutiques de Soho (surtout celui d’Hendrix Electric Ladyland avec pochette originale).:o)

  6. mémé 68 dit :

    Mais mai 68 aura au moins réussi à nous faire sourire de souvenirs communs, c’est déjà ça de gagné !
    Bon, hum, du moment con y est, restons y et finissons en avec ma bonne vieille chronique épique de l’époque, inspirée par ma mère grand, petite bonne femme d’environ 40 ans, il y a 40 ans, comme mon bon vieux temps passe bien trop vite ?

    Mémé 68 …
    Souvenirs, souvenirs, du moment que tout le monde s’y met, pourquoi pas moi, hmm ?
    J’avais 10 ans, nous faisions le trottoir à Morges avec ma mère grand, mes petits parents et ma bonne âne soeur …
    Devant nous, à 10 mètres à peine, pleine de charme désinvolte, une jolie jeune fille en courte robe à fleurs fume joyeusement dans la rue, se sentant enfin libérée grâce au vent de révolte sociale soufflé par ses amis d’en France …
    Mais mémé, en ce beau mois de mai, met un sacré bémol à cet instant d’insolente innocence en décrétant solennellement qu’une femme digne de ce nom ne devrait pas fumer dans la rue et ferait mieux de ne ne pas s’habiller comme il lui plaît, même en mai, non ? Yes, maman acquiesce … âne soeur aussi … papa toussote dans son petit coin en se faisant dans son froc … et moi, émoi, je découvre alors que dame nature m’a fait mâle en me dotant d’attributs qui ne me servent pas uniquement à pisser, peace and love !

    http://infrarouge.tsr.ch/thread-202951.html

  7. hellno reims dit :

    salut c hellno pour le numéro 1 je crois qu’il y avait eu un numéro «  »00″ » cela avait été édité par un magazine de jazz dont je ne me souviens plus du nom, peut-être jazz hot?, sinon est ce que quelqu’un connait le titre et l’auteur de l’intro musicale de l’émission campus de michel lancelot en 1972 ?? hellno reims un petit gars de l’année 1957
    @+

  8. admin dit :

    Oui il y avait un numéro Zéro de Rock & Folk avec Bob Dylan en couverture. Pour l’émission de Michel Lancelot « Campus », je peux te donner les références des deux génériques dont je me souviens : en 1968/69, Brian AUGER & The Trinity (« Tiger ») et en 1972, extrait du LP  » Devotion » de John MAC LAUGHLIN, le titre est « Marbles ». J’ai le 45 tours en ma possession.

  9. hellno reims dit :

    merci « admin’ pendant l’intro. de l’émission il y avait un mixage d’une voix qui criait « cam cam cam pus pus pus avec de l’écho il me semble mais ton 45t c’est celui où il est écrit générique de campus etc ? @+ hellno reims

  10. admin dit :

    Le 45 tours est édité par une maison de disques qui s’appelle « Douglas ». Sur la pochette, il y a un dessin stylisé de Michel Lancelot en gros plan noir et blanc, à gauche. En rouge : INDICATIF DE CAMPUS. en plus petit coin supérieur droit : une émission de Michel Lancelot sur Europe 1. Plus bas, coin inférieur droit le titre : MARBLES ( en rouge majuscules)et John Mac Laughlin ( en noir)

  11. hellno reims dit :

    salut admin :ce 45t est en vente sur e.bay c’est celui du générique @+ hellno

  12. coincoin dit :

    salut,je possede les 10 premieres années de rock n folk ( numero 0 au numero 132) complet et en super etat.

  13. BiBi dit :

    Merci CoinCoin mais il me manquait le numero Zero et je l’ai trouvé. Mais il y a surement des Amis de BiBi qui pourront lire ta proposition. Good Luck.

  14. syd1988 dit :

    Cela fait longtemps, mais si tu as toujours ce numéro 0, Guillaume, je serais interessé de te l’acheter.
    Contacte moi !
    Merci à tous.

  15. longuez dit :

    le numero 0 est dispo sur priceminister

  16. Eddy dit :

    Auriez vous une idée de la valeur des 20 premiers rock et folk y compris ce fameux numéro 0 j’aurais aimé avoir une estimation de sa valeur également si c’est possible

    Merci d’avance

  17. BiBi dit :

    Eddy,
    Je n’ai pas d’idée de la valeur des 20 premiers numéros de Rock&Folk. Je sais simplement que la Revue avait perdu les premiers numéros dans une inondation de leurs locaux (il me semble). Peut-être cherchent-ils à les racheter ? Il faut leur demander. Pour ma part, je garde mes numéros.
    Quant au numéro Zéro, je n’ai pas donné suite. Je ne suis pas un collectionneur acharné. Désolé de ne pas pouvoir vous en dire plus.

  18. Eddy dit :

    Merci pour la réponse 😉

    ça ne m’avance guère pour l’instant mais je pense que cela doit avoir une certaine valeur quand même quant à savoir laquelle ? Difficile de trouver de vraies estimation.

  19. Eddy dit :

    Ps : Tu serais prêt à mettre combien Toi dans ce fameux numéro zéro ?

    Contacte moi par mail

    A +

    Eddy

  20. Tibili dit :

    Bonjour. Je cherche les numéros 0 à 35 (j’ai tous les autres). Si quelqu’un en a à vendre, à des prix raisonnables, qu’il me fasse un signe. Je rêve depuis toujours d’avoir entre les mains le n° 1. Rock n’rollement vôtre.

  21. Tibili dit :

    Bonjour. Au sujet du numéro 0 de Rock et Folk, je m’interroge sur son intérêt, surtout au prix où certains vendeurs le proposent sur Internet. On sait que ce 0 serait plutôt un supplément « revisité » de Jazz Hot, l’ancêtre de R et F. Alors proposer 1500 euros comme je l’ai vu sur Prince Minister est une aberration. Et puis, une collection de magazines complète sans numéro 0, on s’en fiche un peu, alors qu’une collection sans numéro 1, 2 ou 3, là, ce n’est pas pareil. Preuve qu’un numéro 1 est sans commune valeur par rapport à un zéro. Le R et F n° 0 vaut 100 euros, pas plus, pour le petit plus qu’il apporte et si je le trouve à ce prix, je l’achèterais quand même, bien sûr. Pour la frime, et c’est tout. Bise à tous et bonne année.

  22. BiBi dit :

    @Tibili
    Le N° Zéro, c’est comme l’Arlésienne jamais vu. Par contre les numéros 1,2,3 et tutti quanti ne sont pas à vendre. Je les ai épluchés récemment et ça m’a fait plaisir.
    Bonne Année musicale.

  23. Tibili dit :

    Bonjour. Pour le prix du 0 au 20, je l’estime à 1500 euros, ça me paraît un prix correct, sachant qu’avec de la chance on peut l’avoir pour moins en trouvant un lot de l’ensemble (mais en général sans le zéro), et en achetant numéro par numéro ça peut monter beaucoup plus haut. Mais je pense que le problème, c’est surtout de les trouver…
    Je vous en reparlerai.

  24. Syd dit :

    Bonjour a tous, je suis toujours a la recherche de ce fameux numero 0, si quelqu’un sait comment je peux me le procurer je vous en serais eternellement reconnaissant. Bonne annee a tous

  25. Tibili dit :

    Cher Syd et les autres. Quel pied ! Ce n’est pas une blague : depuis cet après-midi je suis l’heureux (c’est peu dire) propriétaire de ce numéro 0, comme neuf, qui n’a pas de numéro sur la couverture, c’est vrai. Au programme : Dylan, bien sûr, mais aussi les Stones (4 pages), Nino Ferrer, Hugues Aufray, Antoine, Chuck Berry et sa discographie, « l’avis d’Eddy MItchell » sur quelques disqus « in », les disques actuels « à mettre dans la valise », etc. et pas mal de dessins, dont un de Cabu sur Antoine. Le titre du dessin : le cocotier. On voit le chanteur à chemise à fleurs droit comme un piquet et de sa chevelure tomber Claude François et Johnny Hallyday alors que Richard Anthony tente de s’accrocher aux cheveux. Rigolo et bien vu. Bref, ce journal ce n’est pas seulement de l’émotion, c’est aussi un bon magazine.
    PS : j’ai aussi acquis dans le même temps le numéro 1.

  26. BiBi dit :

    @Tibili
    Bien content pour toi ! 🙂 Mais tu ne dis pas le prix que le vendeur a mis et combien toi, tu l’as acheté.

  27. Tibili dit :

    En fait, je l’ai acheté avec un lot des premiers numéros, mais il était mis à prix seul 200 euros. Et il est comme neuf. Il est sur Price Minister à 1500 euros… C’est un peu beaucoup.

  28. Eddy dit :

    Bonjour

    Je suis la personne qui vend le numéro 0 à 1500 €. Je sais que cela fait beaucoup mais il était vendu à 2000 € par quelqu’un d’autres et il n’y est plus c’est donc je suppose qu’il a été vendu à ce prix. La loi de l’offre et de la demande…Perso j’ai vendu le 1 à 120 € et le 2 à 90 € et il me reste les suivants.

    Bonne recherche à vous

  29. Tibili dit :

    Bonjour. J’aimerais savoir comment les amateurs sont prêts à mettre pour les numéros 1, 2 et 3. Je me souviens les avoir vus à 200 pour le 1 et 150 euros les 2 et 3. Est-ce une bonne valeur selon vous ?

  30. apache dit :

    Bjr a tous je chercher a vendre mes quelque exemplaire j’en n’ai 24 qui ne suive pas tous et le plus Vieu est le num 126 juillet 77 a combien je pourrai les vendre ?Le plus ressans es le 226 janvier 86

  31. syd dit :

    Apache as-tu lu ces numéros un jour ? Non je dis ça parce que ce n’est pas possible d’écrire aussi mal français tu l’as fait expres ne nous raconte pas d’histoires…

    Bref,sinon, je suis toujours à la recherche de ce fameux numero 0 à un prix convenable (pas à 1500euros) si quelqu’un un jour passe par là.

  32. Eddy dit :

    Salut

    C’est quoi un prix convenable pour toi ? J’ai toujours le mien à vendre et je reconnais que 1500 € c’est exorbitant comme prix donc voilà je suis prêt à discuter

    A+

  33. jean pierre leroy dit :

    bonjour, collectionneur de rnf je cherche à connaître les prix normaux

  34. jean pierre leroy dit :

    mon tel est 06 13 16 24 43 et mon adresse email pierrelerj@numericacable – j’achète, je vends et surtout j’échange – bise à tous et toute collectionneurs rnf

  35. jean pierre leroy dit :

    pierrelerj@numericable.fr je voulais die

  36. Bonjour à tous je suis collectionneur de numéros zéros et amateur du mag Rock ,je recherche les scans du n°0 à acheter bien entendu ou échanger contre des pépites graphiques que je possède
    je possède « en scan »
    Piloten°000 à 650 / Le supplément illustré n°0 1956 / Clairon N°0 1956 / Extra n°0 1982 Snark n°0 1973 / Les Guêpes n°0 ( proto maquette de Métal Hurlant) / Risque tout n°0 1955 + 5 affiches de présentations parues dans Spirou 914 à 918 / C’est Dimanche n°0 1966 / Mickey n°00 1934 et Mickey n°0 1952/ Perlin pinpin n°0 1958 /Illustré du dimanche n°0 1966 /Bd Science n°0 1980 Fip fop n°0 1939 /Pierrot n°0 1947 /Toto n°0 1937 /Magazine Voir n°0 1983 /Petit canard n°0 1950 /Transfert n°0 Octobre 1981 /A suivre n°0 couverture bleue / Mégabulles n°0 /Le bonjour d’Alfred n°0 « journal du festival d’Angoulème 1988 » /Vécu n°0

    Demandez Christian Kastelnix ci dessous …cordialement

    https://www.facebook.com/groups/Les.amis.du.journal.Pilote/

  37. ZOUZ dit :

    Slt Bibi, pour moi l’age d’or du Rock commence en 1967 ( SGT PEPPERS des Beatles )et se termine en 1976. C’est pour ça que ma Collection de Rock n folk va du numero 0 ( été 1966) au numero 119 ( decembre 1976 ). Pareil pour ma collection de BEST ( le rival ) du numero 1 ( septembre 1968 ) au numero 101 ( decembre 1976 ). Apres, c’est le PUNK,le DISCO,le FUNK ect…..je respecte mais je n’aime pas.
    J’ai mis 15 ans a refaire mes 2 collections , car je voulais les numeros en excellent etats, et surtout complets ( avec leurs posters, pas de decoupes, de pages arrachés ect…..) je les ai classés par années et mis sous reliures .
    Maintenant je peux mourir tranquille….

  38. BiBi dit :

    @Zouz
    Je dois avoir plus de N° que toi mais il me manque le n° Zéro. Je crois que mes n° dépassent le chiffre 200 ! Me souviens que chaque mois, j’attendais avec ferveur les R&F chez mon buraliste. Aujourd’hui je ne sais guère ce que le canard devient. Mais je garde le parfum de l’équipe très diverse de journalistes, de Philippe Paringaux à Yves Adrien, de Jacques Vassal à Paul et Marjorie Alessandrini… J’appréciais aussi bcp les articles décalés et l’écriture de Philippe Garnier.
    Que de belles plumes !
    Me demande aujourd’hui quelques 35 ans après où ils/elles sont ?
    Peut-être pour certain(e)s au Paradis… Musical ? 🙁

  39. jean pierre leroy dit :

    question terrible – combien vendez-vous le n°0 ?

  40. BiBi dit :

    @jeanpierreleroy
    Mais je ne le possède pas ! 🙁

  41. Francis dit :

    Hello, Bibi.
    Zouz a raison, les meilleurs numeros de rock n folk sont ceux des années 70 . Pour ma part, je ne le conserve plus depuis mars 1979. Je le lis chaque mois depuis le numero 147 avril 79 ) a la bibliotheque de ma region.
    Les années 80 furent les pires,avec Lio, Niagara, Etienne daho,ou samantha fox en couvertures. On avait l’impression de lire les magazines pour ados comme TOP 50, OK magazine ou SALUT.
    Les années 90 furent tout aussi nul, avec le Rap, la Techno,la Dance ou des groupes de rock éphémères,OASIS,BLUR,SUPERGRASS ect… . »Ce sont les nouveaux Beatles « , qu’on pouvait lire a chaque fois ( tu parles…). Et puis il y’avait ce slogan insupportable qui a duré quelques années  » U2 pour ou contre  » sans parler des Rolling stones ( groupe qui n’a plus rien a dire depuis longtemps) qui avait droit a 10 pages presque tout les mois.
    Les années 2000 a aujourd’hui, c’est le desert absolue.
    Plus rien de magique ou d’excitant, plus de grandes plumes.
    Des groupes de rock éphémères ( encore !) et franchement NUL !(on ne citera pas de nom, tellement c’est mauvais !) Les mecs viennent raconter leurs vies dans le courrier des lecteurs ( rien a foutre de savoir que tu gagnes 3000 euros et que tu vis dans les plus beaux quartiers de Paris ).Bref, Rock n folk et devenue ennuyeux, et tres BOBO ! Un magazine qui à perdu son ame depuis longtemps.
    PS: Comme toi, je cherche le numero 0 avec Dylan en couverture.

  42. greg dit :

    D’aprés une interview sur le net, Manoeuvre aurait l’idée de ressortir un hors-serie en FAC-SIMILE du fameux numero 0 de rock & folk pour l’anniversaire des 50 ans du magazine.

  43. LOLO dit :

    Bibi, je m’adresse a toi.
    Connais tu a peu prés les cotes de Rock&folk ?
    Il y’a une annonce dans mon journal local( 13 ).

    VEND 400 PREMIERS NUMEROS DE ROCK FOLK
    + 22 NUMEROS HORS-SERIE .
    TOUS LES NUMEROS SONT COMPLETS ET EN TRES BON ETAT.
    CONSERVATION A PLAT DANS CARTON ET A L’ABRI DE L’HUMIDITE.

    FAIRE OFFRE.
    A VENIR CHERCHER SUR PLACE.

    Peux tu me donner une fourchette de prix ?
    Sachant que je peux mettre au maximum 2000 euros.

    Merci Mr BIBI

  44. BiBi dit :

    @Lolo
    Aucune idée pour les côtes.
    Mais 400 n°, ça vaut le coup. C’est l’histoire de la musique que tu as dans ces pages. Et si tu peux mettre jusqu’à 2000 euros, n’hésite pas. Surtout si les n°s sont en bon état.

  45. jean pierre dit :

    cette histoire de fac similé de philman est bien en attendant le st graal – je n’ai jamais vu ce numéro zéro en vente ni sur e bay, ni price minister ni lbc – une fois à une convention, à un prix relevant d’un mois et demi de salaire normal(plus de 2000 euros)

  46. fifi dit :

    FAC SIMILE NUMERO 0 :

    En effet Manoeuvre en parle dans une video sur youtube voir :

    Philippe Manoeuvre:Rock’n’Folk,50 ans et toutes ses dents ?

    3 minutes 59 « on pense faire un fac-similé du numero 0 ….. »

  47. ANTHONY dit :

    Qui etait le meilleur ?

    Rock n folk…..ou Best ?

    Dans les années 70 j’achetais les deux .

    Best est mort en 1995 je crois ?

    Les meilleurs restent…….

    Merci Rock n folk…..

  48. BiBi dit :

    @Anthony
    J’achetais régulièrement R&F mais épisodiquement Best ( j’aimais les articles d’un certain Sacha Reins – je crois).
    Pour le reste, sur R&F il y a longtemps que j’ai décroché de la revue. Ainsi va ma vie musicale…:-)

  49. steven dit :

    Tu as decroché a partir de quel numero ?
    Et pourquoi ?

  50. BiBi dit :

    @Steven.
    Oh ça devait être après le n°200/220. Ce n’est pas à cause de R1F mais de la musique. Après le punk, plus vraiment accro. Et aussi de la musique quadrillée en clips, radios libres merdiques et aussi d’autres intérêts…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *