Lu dans L’EQUIPE.

farce-cachee.jpg

1. Raymond avait déserté l’espace sportif publicitaire depuis un bon bout de temps mais il est revenu. Ce jeudi, il fait deux pages d’interview dans l’Equipe pour tenter de refaire le terrain perdu et regagner le cœur des Français.
A lire les papiers du quotidien sportif, BiBi n’apprendra rien de nouveau sur les durs métiers de la Zone-Foot. Sur son job de Sélectionneur, Raymond-la-Science découvre après-coup que « dire ce que je pense est une erreur que je fais souvent ». Le voilà bien loin des professions de foi et de modèle pour notre belle jeunesse de France à éduquer : «Il faut savoir surtout se taire dans ce métier». Courageux, le Raymond.
Il campe toujours autant sur ses positions : «Je reste persuadé que cela aurait basculé contre l’Italie sans tous les évènements défavorables» (blessure de Ribéry). S’est-il seulement souvenu qu’avant l’Italie, il y avait eu les matches calamiteux contre la Roumanie et les Pays-Bas ? Il rajoute, goguenard : «C’est quoi une erreur ? » Lorsque le journaliste les énonce, il réplique pour sa défense : «Mais c’est de l’interprétation !». Eh oui, Raymond, le Réel passe toujours par le biais de l’Interprétation du Réel. La sienne, c’est « Je reste persuadé que si… et si… »
Vis-à-vis de ses joueurs, il tombe des nues lorsque le journaliste de l’Equipe lui rapporte que la plupart d’entre eux font passer leurs messages via la presse plutôt que via directement le sélectionneur. En réponse, il excuse aussitôt ces agissements infantiles : «C’est la faute à trop de parasites, de la famille, des agents, des journalistes ». A cause de l’Infantilisation des Footeux par les sommes astronomiques qui leur sont versées ? A cause des erreurs du Sélectionneur ? Vous n’y pensez pas…
Et dire que France-Info, ce matin, parlait d’une «autocritique ». Aux joueurs, les tours de terrain. Au Sélectionneur, les tours de magie. Au public, un petit tour et puis, plus rien.

2. Pauvre Roman , Président de . Monsieur a le blues, du même bleu à l’âme que celui du Maillot de son club. « Poor Roman » serait passé troisième au Hit-Parade des Fortunes footballistiques, d’après le Magazine Four Four Two, derrière le propriétaire de Manchester City Mansour ben Zayed al Nayan ( qui veut se payer la tête de… Trézéguet) et Lakshmi Mittal (l’homme de Fer de Queens Park rangers qui est censé sauver les Métallos ch’tis). « Poor Roman » ne s’intéresserait plus qu’à sa collection de tableaux de maitres, achetés à prix d’or et confisqués aux yeux du Public. De son club, il ne peut plus le voir en peinture. Si sa santé psychique est atteinte, il aura le choix pour le repos de son âme footballistique : la cabane à Los Angeles, Le HLM à Antibes, le squatt à Londres, les salons du Garach, sa galerie d’Art à Moscou ou encore sa Barque qui mouille aux îles Caïmans.

3. Un autre poids lourd sportif participe au lynchage du courageux journaliste , auteur du film et du roman « Gomorra », c’est . Il déplore qu’on assimile – à cause de ce film – tout italien à un mafioso. Dommage que ce Fabio ballon d’or et semelles de plomb ne connaisse ni Nanni Moretti, ni Pier Paolo Pasolini, ni Federico Fellini, ni Cesare Pavese.

4. Football – Afrique : ne connaît pas la crise. Avec sa Société qui domine le football mondial, il vient de mettre aux enchères la Coupe d’Afrique des Nations. Bien entendu, il a fait monter les  prix pour la diffusion des matches. Trois fois plus que 10 millions de dollars que la dernière qui s’était déroulée au Ghana.
Football –à – Fric.

5. Toujours sur ce vaste Continent, va se dérouler au la Course cycliste avec de nombreux professionnels. Savent-ils ces Sportifs que le Gabon, c’est un peu la Chine avec ses graves manquements aux Droits de l’Homme ? Savent-ils que le Pays est dirigé par aux mains de fer ? Sportifs, journalistes, sponsors et amateurs de vélo croient toujours que ce Président est hélas un bon gars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *