Henry et les haines européennes.

La Main d'Henry

Pourquoi la main  d’ soulève t-elle autant de passion ? Pourquoi ne relève t-elle plus que du seul constat sportif ? Peut-être parce que l’incident est facile à comprendre pour tous, que tout le monde peut prendre position et affirmer les valeurs à laquelles chacun croit.

Le Football est un jeu dont les règles sont des règles faciles à comprendre. Le jeu est vu, il est pratiqué, compris autant par des poussins que par des vétérans et ce, dans le Monde entier. Le titre de l’Equipe du vendredi est d’ailleurs explicite : «Le Monde entier t’a vu tricher, Thierry». Le geste d’Henry divise autant qu’il rassemble, il interpelle en chacun de nous nos valeurs, valeurs historiquement datées de «Pureté, Dignité, Tricherie, Probité, Responsabilité individuelle, collective, nationale etc» et ce geste inattendu ou volontaire de la main les met à l’épreuve.

BiBi est frappé de constater que la tricherie d’Henry a suscité en des rancœurs et des déchaînements rarement vus. En Espagne, les médias ont pris fait et cause pour l’, laissant éclater un sentiment anti-français exacerbé quasi général dans la presse ( barcelonaise ou madrilène). La haine de ces Faiseurs d’Opinion espagnols est féroce. Ils ont peut-être encore en travers de la gorge le but de qui élimina l’équipe d’Espagne en 2006 alors que tous les journaux d’avant-match ironisaient et se gaussaient de ce même Zizou vieillissant. Vengeance (ridicule bien sûr).

Haine des tabloïds anglais qui jettent les Frenchies dans la mare aux grenouilles avec l’ idée très british de se croire dépositaires eux-mêmes de l’Idée de Fair-Play. Rappelons quand même – pour tempérer ces prises de position et ces analyses outrées – qu’en 1966, l’ s’était vue accordée un non-but en finale contre l’Allemagne de l’Ouest. Rappelons aussi que l’entraineur anglais d’alors, , avait traité les joueurs argentins d’«animaux ».

L’Italie, elle aussi, n’est pas en reste, voulant nous faire payer les humiliations des «Macaronis» venant travailler en France au début du siècle dernier, voulant aussi se venger de la blessure sportive de la défaite en prolongations à l’. Haine, quand tu nous tiens !

Espagne- Angleterre- Italie- France : voilà quatre exemples exemplaires de la Fraternité européenne alors qu’on vient d’élire Monsieur et Madame Europe.

Et BiBi ne parle là que de l’Europe mais il a remarqué qu’une majorité de médias mondiaux est toute heureuse de pouvoir donner une bonne leçon à cette France qui – on doit le concéder – est elle-même depuis bien longtemps (depuis 1789 ?) et bien trop souvent perçue comme la Championne des Donneuses de leçons.

BiBi soupire : la Haine a encore de beaux et sombres jours devant elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *