Les années passent. Les Bleus trépassent.

La botte italienne

Il faut s’y faire : les années passent. Les générations vieillissent. Et il faut passer à autre chose. Les journaux et les télés ont beau jeu de nous faire avaler des couleuvres bleu blanc rouge, le Temps fait quand-même son œuvre. L’Equipe de a fait son temps et pour s’être accrochés à la Légende de 98/2000, nous voilà désillusionnés, un peu tristes devant ce vieillissement à peine perçu et toujours dénié. C’est que les journaux et les médias nous vendent l’Elixir de l’Eternelle Jeunesse pour assurer leurs arrières financières et se refaire une santé sur le dos de nos croyances..
Mais cette explication polémique et un peu contestable en amène d’autres….

 
1. Remarquons d’abord qu’à l’instar des Français en 98, les autres joueurs des autres pays étrangers jouent dans les grandes équipes de clubs (d’Angleterre, d’, d’Espagne) et ont progressé. Pour exemple, les croates, les portugais, les turcs, les hollandais se sont aguerris dans les meilleurs clubs du continent européen (comme l’avaient fait les joueurs français de 98). Aussi, une fois en équipe nationale, ils retrouvent un sentiment national exacerbé et une qualité collective sublimée.
2. La deuxième remarque porte sur l’esbroufe et l’incompétence du Sélectionneur. Mais la Fédération Française de Football ( en tête) est partie prenante du fiasco.
Raymond : il a soigné sa publicité et on pourra attendre longtemps son autocritique. Incapable d’imposer sa vision du jeu face aux « vieilles » Gloires défaillantes, il a voulu ménager les chèvres ( , , Gallas, ) et les choux (Mexès, Pirès, Ben Arfa, Flamini écartés).
Pour exemple, dans ce match -Italie, après une préparation de deux années, ce Triste Coach improvise une défense Gallas-Abidal qu’il aurait fallu changer illico, dès les trois occasions AVANT le premier but. Comment ne s’est-il pas rendu compte de la pauvreté de création de Vincent Clerc dont on se demande comment – avec Malouda – il peut assurer un quelconque poids offensif ? Comment et pourquoi a-t-il amené un éclopé (Viera), absent pour blessure et privant un Mexès de déplacement suisse ? BiBi ne parle pas de l’affolement général qui a suivi l’expulsion d’Abidal. Menée un à zéro, c’est une autre erreur de s’être précipité pour opérer le changement Nasri-Boumesong. Ne fallait-il pas être à l’offensive perdu pour perdu ?
Les optiques de ont toujours été des options défensives et il a persisté. Il a toujours privilégié l’expérience jusqu’à en être aveuglé : Thuram dépassé pourtant tout au long d’une saison qui sentait le sapin, Gallas dont l’aura en Angleterre est moindre que celle qu’on pourrait croire, Abidal qui impressionna le coach par son transfert raté au Barça et qui a fait des erreurs qui coutent cher à chaque match qu’il a disputé et qui – contre l’Italie – est venu occuper une place qui est habituellement celle de Squillacci, Sagnol qui a été écarté par l’entraineur du Bayern et qui a joué sur sa réputation pour occuper une place de titulaire. Quel dommage cet aveuglement et ce manque d’autorité !
3. Les médias vendeurs de vent nous cachent cette évidence : la génération montante est moins complète que la précédente. D’un côté, les joueurs français pensent plus à leurs parcours individuels et de l’autre, ils doivent porter sur leurs épaules l’héritage trop lourd de la Victoire de 98. Ces mêmes médias veulent nous rendre aveugles en nous faisant prendre laVessie de la Ligue 1 pour une Lanterne Grand Style. A l’appui de la démonstration de BiBi, l’incapacité chronique des clubs français à se hisser dans les tours finaux des grandes compétitions de football (Champion’s League et coupe UEFA).
Toutes ces remarques sont évidentes et le simple amateur de football les a faites tout au long des matches de préparation et de qualification (défaites contre l’Ecosse et encore là, l’Italie première du groupe, pauvreté des matches de préparations – contre l’Espagne par ex).
4. Notons enfin que si l’Equipe de France compte des faiblesses qui ne pardonnent pas (pas d’axe défensif central, un arrière latéral à trouver), il faut souligner que les pousses de la jeune génération ont de très belles qualités : avec Ribery, , Nasri, Mexès, Madanga, il y a du potentiel.
Hélas, il reste que les leçons ne seront pas tirées et que le retard continuera à s’amplifier. Les entraineurs français sont frileux sur les directions du jeu vers l’offensive, ils veulent – eux aussi – et par-dessus tout assurer la sécurité défensive. Et si par malchance, on nomme Deschamps au poste Number One, il est à craindre qu’il ne soit de la même lignée dynastique que celle de Raymond I.

4 Responses to Les années passent. Les Bleus trépassent.

  1. Qui©he dit :

    Madanga ?
    sourire

  2. admin dit :

    L’acharnement mediatique sur ce pauvre Ray rendrait presque sympathique Domenech. BiBi a écrit « presque ». Un rappel : après tout, combien d’entre nous se sont laissés aller à l’Euphorie d’une Victoire qui ne faisait aucun doute ? Et cette extraordinaire et démesurée hargne contre Ray n’est peut-etre que notre assentiment d’hier retourné en colère d’aujourd’hui ? Bien entendu, oubliant notre Croyance en la Victoire dans les jours d’avant-Euro, on vient faire payer tout cela à ce pauvre Ray.

    Escalette, Thiriez,les incroyables commentaires de Thierry Roland, eux ne méritent-ils pas plus un blâme ? Pour finir, BiBi continue d’être taraudé par cette Question amenée par un blogueur :
    « Le petit Nikos, disait l’Internaute, était pour les Bleus, ça c’est sur. Il nous aime tellement. Mais Carla, elle était pour qui ? »

  3. JEAN PIERRE dit :

    La fin d’une génération ?
    Dans certains médias, cet argument est avançé comme la cause principale de l’échec.
    d’autres vont même jusquà dire que c’est la fin de la génération de 1998 . cette analyse est fausse. elle permet surtout de se voiler la face !
    1) la fin de la génération de 1998 ? seulement deux joueurs ont joué dans cet euro : thuram et henry. De qui se moque t’on. La fin définitive de cette génération s’est réalisée avec la retraite de son symbole : zidane.
    2) Après cet échec les médias assassinent domenech. Pourtant avant cet euro, dans le seul quotidien sportif national, domenech était présenté comme l’artisan principal de l‘accession a la finale de la coupe du monde 2006 et la France était présentée comme la grande favorite de cet euro 2008.je n’ai jamais partagé cette thèse pour deux raisons qui se sont avérées avec cet échec.
    3) Depuis 2006, les matchs de l’equipe de France avaient démontré deux choses : un manque de coherence dans le jeu, notamment au milieu et un manque d’efficacité offensive.une analyse lucide et sans concession aurait dû nous rendre a l’évidence : la France ne pouvait pas être favorite de cet euro.
    4) A partir de là, on ne pouvait pas, non seulement prétendre a la victoire, mais la composition des équipes de notre groupe aurait dû nous rendre plus modestes. mais les médias ont continué a nous présenter comme favori en faisant référence a notre parcours en CP 2006. une analyse honnête et lucide démontre sans aucune contestation possible que sans zidane, la France ne se serait même pas qualifié en 2006 ! domenech n’était pour rien dans cette finale. zidane était le leader technique, spychologique, moral de cette équipe. Tenter de faire croire que l’equipe de 2008 pouvait être aussi forte, voir plus forte qu’en 2006 sans zidane, ce n’était pas de l’incompétence mais de la malhonnêteté.( il faut susciter l’espoir chez les supporters pour faire de l’audimat et vendre du papier…). Le verdict de cet euro était prévisible. Ce n’est pas dramatique. Encore faut il se poser les bonnes questions pour rebondir.

  4. admin dit :

    D’accord Jean-Pierre. Juste une réserve : l’influence de Thuram et d’Henry dépasse largement le fait qu’ils ne soient que deux. Se présenter en Vainqueurs d’une Coupe du Monde aux yeux des autres joueurs peut intimider et pousser à ne pas contester. Leur influence va bien au-delà sinon comment comprendre que pas une fois, leurs places de titulaires n’ont été contestées ? La nature défensive de l’équipe tient à l’impossibilité pour Thuram de tenir un poste plus près de la ligne médiane et à commander en souplesse une organisation de sa défense qui va de l’avant et qui en impose à l’adversaire (au lieu de subir). Quant à Henry, son manque d’efficacité dans le jeu est flagrant. Ses pertes de balle en nombre et il fait doublon avec Benzéma. Mais ‘est un Joueur encensé (sauf pour Wenger qui l’a fourgué au Barça, sauf pour les connaisseurs catalans…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *