Solitudes 2011.

«A ceux pour qui chaque matin est un problème; chaque après-midi, un désert; l’approche de chaque soir, une terreur ». (Georges Haldas)

Solitude de l’éducateur.

Le 17 novembre, un éducateur s’est suicidé. Le corps de Fabrice H, 38 ans, père de famille, a été retrouvé au matin sur le pont de Rosendaël à . Pendant son travail, il avait eu une altercation avec un jeune. La Direction le muta à 40 kms de son lieu d’habitation alors qu’il n’avait fait que se défendre. «Les éducateurs sont de plus en plus seuls, rapporte un délégué du CHSCT. Ils encadrent parfois 14 à 16 jeunes, les collègues font 50 à 90 heures par semaine. C’est de la folie».

Nous sommes dans la France 2011 avec un Président qui n’a jamais prononcé le mot « éducation« .

*

et solitude de l’enfant.

Dans le d’octobre 2011, un éducateur de Seine Saint-Denis témoigne :

«Des mamans séparées comme ça de leurs petits, au motif qu’elles mendiaient, je n’ai jamais vu ça, alors que je fais ce métier depuis 15 ans. Les enfants, indique t-il, surtout le plus grand, n’ont pas cessé de pleurer pendant les 10 jours de placement, au point qu’on a dû séparer (le plus grand) de son frère. Les assistantes familiales et les éducateurs n’avaient jamais vu ça. Ils m’ont appelé à la rescousse pour lui parler. Mais, que dire ? Je voyais bien qu’il était en grande souffrance et que sa place était auprès de ses parents. Il ne comprenait pas ce qu’il faisait là et ses parents non plus. Ils ne pouvaient pas se parler car la mesure de placement ne le permettait pas, et j’étais au milieu. (…)

J’ai été surpris de constater que lorsque j’ai appelé non seulement au commissariat, mais aussi au Parquet des mineurs, ils n’avaient pas les coordonnées des parents. Il a fallu attendre trois jours pour que la famille retrouve elle-même nos services».

C’est la France de Qui-Vous-Savez. C’est la chasse aux mendiantes avec enfant. Nous sommes à Paris en 2011.

*

 Mendicité et solitude de la mère.

, journaliste à , quotidien belge néerlandophone rapporte le témoignage de Loredana, mendiante , 22 ans :

«La première fois que j’ai eu à mendier, je me suis sentie profondément humiliée. Je n’osais pas regarder les gens d’en face, j’avais honte. Bientôt, j’ai remarqué qu’il y avait trois sortes de passants. Ceux qui ne donnent jamais rien. Ceux qui, même s’ils ne donnent que 10 centimes, avaient pitié de moi. Puis les pires, ceux qui montraient leur mépris en jetant leurs sous dans mon escarcelle. Va donc travailler ! criaient-ils. Comme si j’avais cette option».

C’est un condensé de l’Europe 2011, celle que nous ont préparé Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

3 Responses to Solitudes 2011.

  1. areuh dit :

    pas un mot de ce suicide dans nos médias dominants (tv, radios…) y a pas que sarko qui méprise les éducateurs and co…

  2. MHPA dit :

    Lamentable ! C’est à peu près la seule appellation raisonnable que méritent les gugusses nous gouvernent !
    L’éducation n’est pas rentable, ces abrutis ne s’en préoccupent donc pas, point.

  3. ça risque de s’aggraver, je ne sais si tu as vu la vidéo témoignage d’un citoyen franco-grec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *