Tag: TF1

LE BLUES DU BLOGUEUR.

bibi-blog

Entretien. (BiBi avec son ami).

J’aurais voulu parler tranquilou de la pluie et du beau temps, de choses légères (et de bien d’autres) avec mon ami. Seulement, il y a des urgences, il y a des nécessités. Il y a, par exemple, ces crapules médiatiques qui semblent se multiplier, rôdant dans les rédactions, chiens de garde aux sièges réservés (de la télé jusqu’à France-Culture). Il y a tous ces charognards, think-tankers, lèche-bottes des banques, briseurs de grève, idéologues de la Pensée Unique qui prennent pied dans mon quotidien, avec cette haine aux lèvres, haine avouée – sans complexe – de l’Etranger.

Toute cette minorité au pouvoir (ou dans ses couloirs) ne veut qu’une seule chose : nous étouffer.

Et il y a, dans le fond du jardin, toutes ces pages de blog que je m’efforce de faire pousser.

*

Canal Plus, Bayrou, Valeurs Actuelles : leur foutre la honte.

Bayrou

Abonnés ou non, vous êtes déjà tombés sur les émissions en clair de Canal Plus.

Vous avez  déjà vu par exemple les interviews de Jean-Luc Mélenchon. C’est moins le leader du Front de Gauche qu’il faut alors regarder (et écouter) que ceux qui l’apostrophent. Voyez comment au bout de dix secondes, ces derniers, censés être la crème des journalistes/animateurs se transforment. Prenons le cas Jean-Michel Aphatie : le voilà se métamorphosant aussitôt en teigne, coupant la parole et – détendu, ironique, rictus aux lèvres – savourant son triomphe d’Aristocrate des Médias.
Tout se lit sur ses lèvres : «T’es que de la merde, petit Père du Peuple, tes arguments je les connais, tes trucs ne sont que de l’esbrouffe et du mensonge stalinien. Ouais, on t’a fait venir ici mais je t’avertis,  si tu veux t’expliquer sache qu’avec moi, tu ne réussiras jamais à finir tes phrases».

Mais ce mardi, il n’était pas trop question de Jean-Michel Aphatie étonnamment discret ni de Jean-Luc Mélenchon mais de François Bayrou.

*

Lettre à un déçu du Front de Gauche.

[Sur le Yéti, j’ai lu le billet d’un supporter de Mélenchon qui, déçu, ne veut pas aller voter pour François Hollande]

Le Réel est implacable.

Nos désirs, nos rêves ne s’accordent que très rarement au Réel. Pire même : le Réel parfois les balaye, les gomme cruellement sans le moindre souci, sans la plus petite compassion pour notre «honte», nos larmes, nos élans passionnels, nos espoirs légitimes. Il nous reste – comme toujours après ce genre de distorsion imprévisible – l’indispensable besoin d’analyse, le détour par la pensée de ce qui est.

Ils ne regarderont pas Nicolas Sarkozy ce soir !

Nicolas Sarkozy va intervenir sur TF1, la Télévision Bouygues pour ânonner sa candidature. Comme il est de coutume, les Médias aux bottes vont en faire un évènement pendant toute la journée. Au risque de surprendre, BiBi leur emboîte le pas ! Il a croisé des Français qui ne suivront pas la Déclaration du Candidat-Président. Ces Français sondés vous donnent leurs raisons.

Sarkozy, The GoodFather 4.

*

Hier, BiBi s’est attardé sur l’intervention télévisée de TF1 Pictures.

Quelle ne fut pas sa surprise de voir un Président, Parrain mal aimé des Français, paré d’un impeccable veston bleu Marine et tiré à quatre épingles. BiBi a beaucoup apprécié la discrétion de ses deux gardes du corps (Calva et Pernod), il a admiré la belle table et, dessous, bien entendu, les dessous de table. Un Président cependant, sans la moindre valise derrière lui. Autour de son poignet, une montre dont BiBi n’a pas pu hélas deviner la marque.

BiBi n’a pu s’empêcher de prendre quelques photos : ce n’est pas tous les jours qu’on peut admirer un Good Father sur nos écrans.

Le seul moment désagréable fut celui où il fut question de ses Affaires et des Amis de ses Affaires (Edouard et Nicolas). On vit alors notre GoodFather se crisper, se pencher en avant, un peu raide sur ses avant-bras, agité et secoué à nouveau de spasmes renaissants.

So Good Father : Oui, de son statut de Bon Père, il n’en fut question qu’une seule fois. Que les Méchants se le disent : la petite Giulia se porte merveilleusement bien. Tous auront remarqué à ce moment-là combien le sourire du Padre Padrone fut attendrissant. La relève est assurée.