Tag Archives: Ségolène Royal

Les Flèches de BiBi… (Spécial Camarades socialistes)

Flèches-de-BiBi

BiBi ressort ses Flèches qu’il avait rangées depuis un bon bout de temps. C’est avec surprise qu’il a constaté que les cibles étaient toutes teintées de couleur rose (et de vert pâle).

Valérie Trierweiler et les autres.

Le tweet de Valérie Trierweiler est venu croiser ma lecture du moment : «Elles» de Jean-Bertrand Pontalis. Hasard objectif : en post-scriptum, je mets en ligne un de mes gazouillis qui répondait à une interrogation-Twitter de Bernard Pivot sur le Réseau Social.

Un gazouillis-offrande à… B., ma première Lectrice.

Délinquants et encadrement militaire : l’impasse Royale (2).

Pour BiBi : c’est tout simple : l’insistance – voire l’obsession – de Ségolène Royal à encadrer les mineurs délinquants par des militaires empêche de penser une approche éducative de la difficulté du rapport à la loi. Et avec les médias qui s’y engouffrent pour la colporter, la tendance répressive a de beaux jours devant elle.

*

On ne souligne pas assez la trajectoire de Madame Royal. Venue d’une famille de militaires, elle a du se persuader très vite qu’elle était une réussite à donner en exemple et que son éducation était un parangon valable universellement.

Lisons Wikipédia : «Marie-Ségolène Royal est la fille de Jacques Royal (1920/1981), lieutenant-colonel d’artillerie de marine, lui-même fils du général de brigade Florian Royal (1891/1975) et d’Hélène Dehaye. Le couple eut huit enfants en neuf ans : Marie-Odette, Marie-Nicole, Gérard (lieutenant-colonel à la DGSE), Marie-Ségolène, Antoine, Paul, Henry et Sigisbert. Le Général Benoît Royal, cousin de Ségolène Royal, est sous-directeur chargé du recrutement à la Direction des Ressources Humaines de l’Armée de Terre et a été auteur d’un livre sur l’Éthique du soldat français en 2008. La famille Royal habite en Martinique pendant trois ans en raison d’une autre affectation militaire de son père en 1960» (1).

Délinquants et encadrement militaire : la voie Royal (1)

Ségolène Royal a remis une énième fois sur le tapis l’idée d’encadrer les mineurs délinquants par des militaires. BiBi trouve cette solution aberrante et en a fait part sur Twitter. Il a vu alors arriver une contestation royale sur ses tweets.

Ce qu’il y a de difficile dans les débats d’aujourd’hui, c’est cette tendance à cataloguer d’emblée l’Autre, à faire jouer l’intimidation via l’allégeance (avant d’écouter ou de lire ce que tu as à dire, on te demande de quel bord tu es etc…), à laisser l’argumenté de côté pour ne garder que le péremptoire d’appartenir au (supposé) bon Club de Supporters.

Les 140 caractères de Twitter ne laissant que peu de place à l’exposition détaillée des prises de position, BiBi va essayer d’en dire plus sur cette idée stupide. Débat ouvert.

Eric Ciotti vient de donner l’aval à l’idée ségoléniste. Cela n’a guère l’air de déranger les supporters de Madame Royal. Pourtant, c’est plutôt curieux cette propension à appeler les militaires pour inculquer aux redoutables racailles «le savoir-être et le savoir-faire» dont seraient supposés être dotés ces mêmes missionnaires militaires, non ?

Cette idée – hélas, plutôt majoritaire – de les encadrer, de les punir à tout prix, ne date pas d’aujourd’hui. L’enfant non-maitrisé par le juge et l’uniforme faisait peur. Au 19 ième siècle, la brave populace voyait d’un bon œil la mise à l’écart de ses pauvres, de ses orphelins, de ses vagabonds, pilleurs de fermes ou autres voleurs de poule. On les plaçait d’autorité dans des internats «punitif» à encadrement militaire ou dans des colonies agricoles. Ces colonies (Mettray aux environs de Tours, Belle-Ile-en-mer pour «bons» exemples) étaient de véritables bagnes. Ils avaient fini par déclencher de grandes campagnes d’opinion contre les abus qui y étaient constatés. Et aujourd’hui – bis-, l’enfant non maîtrisé fait toujours peur.

Aux Etats-Unis, une réponse récente à la délinquance fut d’ouvrir des centres clos à encadrement militaire, alternatifs à la prison. Le pire fut la «pédagogie» sur laquelle ces centres fonctionnaient. Etaient mises en avant les thèses en acte de la psychologie comportementaliste, thèses fondées sur un style «commando» avec des séances publiques de culpabilisation et d’autocritique, des brimades, etc. Lorsqu’un bilan est fait, on y note des résultats traduits en «positifs» (docilité & soumission !) à très court terme. Les résultats sont beaucoup plus mitigés à moyen terme lorsqu’on les jeunes sont revus 1 an après leur séjour (6 ou 12 mois).

Idem en France avec l’expérience de l’Association «Jeunes Equipes au travail» (JET) avec séjours de rupture de 4 mois pour jeunes délinquants français ou étrangers. Ces stages sont encadrés par des militaires, des volontaires que l’armée et la gendarmerie met à disposition. Le financement est à la charge des Armées et non de la Justice. L’expérience non concluante s’est arrêtée en 2003 après 17 années d’expérimentation.

«Notre taux de réussite était faible. Deux ans après leur passage chez nous, on estime que seul un bon tiers des jeunes n’était pas retombé dans la délinquance. Et le taux de réinsertion diminuait au fil des ans, les jeunes devenant de plus en plus violents » se souvient l’Amiral Girard. En 2003, un rapport du Sénat sur «le soutien militaire à l’insertion des jeunes», rédigé par Michel Pelchat et Jean-Pierre Masseret (PS, proche de Ségolène Royal) pointait «la très grande difficulté de réussir à réinsérer ces populations».  http://www.senat.fr/rap/r02-380/r02-3808.html

*

(A suivre).

BiBi et ses premières Flèches estivales.

Atomic Ann & Ségo : une amitié sans fission.

A peine BiBi entendit Ségolène Royal dire tout le bien d’Anne Lauvergeon sur France-Inter qu’il prit son clavier pour lâcher le tweet suivant : «Au secours ! Ségolène Royal encense Anne Lauvergeon : Est-ce normal qu’entre elles, il y ait des… Atomes crochus ?»

Tea Party chez Christine Lagarde.

Paris-Match rapporte les belles paroles de Christine Lagarde : «Chaque fois que je passe à Londres, le chauffeur de l’ambassade de France me donne des boites de PGTips, un thé très fort qu’on ne trouve qu’en Angleterre». Cette chère Dame Lagarde n’est vraiment pas la tasse de thé de BiBi.

Christine Lagarde touche le(s) fonds.

Madame FMI garde une forme olympique dans sa course de fond (internationale) : «60 heures de vol en 6 jours. 65000 kilomètres. Le tout dans des avions de ligne». Sur les fonds monétaires de ces voyages, la journaleuse de Paris-Match, Marie-Pierre Gröndhal, ne pipe mot. Pour payer la note, le FMI et Madame Lagarde ont déjà fait généreusement un appel de fonds aux Grecs et à leurs Services Publics.

Christine Lagarde et le Tapie rouge.

Dans le même article dithyrambique de Paris-Match, Marie-Pierre Gröndhal nous expose les opinions de Stéphane Richard (PDG de France Télécom) et de Christophe de Margerie (PDG de Total) qui trouvent évidemment la femme formidable. Malheureusement, il manque un témoignage d’importance : l’avis de l’inénarrable Bernard Tapie sur la future Reine du FMI.

Quand Politis se met au Vert.

Dans un billet de Politis (N° du 16 juin), Patrick Piro y encense le pauvre Hulot (soutenu hélas par Hessel et Bové). Son billet se résume à enfoncer Stéphane Lhomme, candidat à la candidature verte, qui n’aurait pour programme que de «faire de Hulot sa tête de turc» et de n’avoir pour effet que d’«agacer une partie du public».

On y apprend aussi que «le fond ne clive guère entre les 4 postulants» (ce qui permet à Piro de faire l’économie d’une analyse différenciée). Le journaliste est plus qu’ébloui par notre Hulot qui «se détache indiscutablement sur la forme et l’aura médiatique» et qui «a mieux assimilé que les autres le programme d’EELV». Chez Politis, on ne dit pas : «On déroule le tapis rouge» mais «On marche sur le gazon vert (couleur Ushaia)».

Charles Beigbeder.

BiBi pensait que le Prince Charles des Montagnes était parti à la Conquête du Mont-Blanc pour donner un coup de pouce à la Mascarade Annecy-2018. BiBi espérait que le Yéti haut-savoyard garderait un temps le frangin de Frédéric, lui aussi Homme de la Neige. Hélas, Charles a renoncé piteusement devant le «mauvais» temps du 18 juin, fête des Pères. Celui qui est surnommé le «Papa-J.O» aura désormais gagné un autre surnom : «Papa-Pantoufles».

Un arbitre de bas niveau.

Rudolph Giuliani, ex-procureur et ancien maire de New-York, a déclaré : «Ce qui est remarquable dans le dossier DSK, c’est la grande qualité de tous les protagonistes, défense et accusation». Et il rajoute : «Ce procès va être de très bon niveau». Ce «de très bon niveau» insupportable renvoie à la métaphore sportive. Nous serions donc devant un banal match de football. De football américain, of course. Mais pour l’instant, toute l’Affaire se passe dans les vestiaires.

Flèches de Cœur aux Lecteurs.

BiBi fait son bilan pré-estival. Il remercie les lecteurs du présent blog (450 personnes par jour) et les amateurs de friandises-BiBi sur Twitter (bientôt 600 followers). S’il était un bon Communicant, BiBi lancerait une grande Opération abonnement pour l’URL de son blog et pour l’inscription à son compte-Twitter @pensezbibi.

BiBi, un peu effaré, voit arriver le billet 1000 (pas le billet DE mille) après plus de trois ans d’existence. Il tentera de toujours garder son humour grinçant, sa rage désespérée et sa volonté obsessionnelle et farouche d’indépendance. Car, le croit-il, c’est pour lui la seule façon de gagner et de garder les faveurs de ses lecteurs présents et futurs.

*

Image : Couverture retravaillée du livre de Fabien Clavel aux Editions Pygmalion Fantasy.