Tag Archives: Londres

Londres,Wuhan : peste bubonique et coronavirus.

Au milieu des troubles actuels, intimes ou non, m’est revenu un travail écrit que j’avais mené à bien il y a quelque quinze ans en arrière. Une pièce de théâtre que j’avais proposée à quelques troupes locales. Refusée. Et aussi à quelques éditeurs de théâtre. Refusée. Un travail que j’avais « protégé » à la Société des Auteurs. Je viens de le relire après l’avoir ressorti de mes tiroirs. Son titre ? «Les Pestiférés. Londres 1666».

Pourquoi cette réminiscence aujourd’hui ? Certainement à cause de la prégnance de la confusion actuelle et de la présence grandissante de cette peur due au rampant coronavirus. Les analogies entre hier et aujourd’hui sont nombreuses.

Ce thème, cette idée d’écrire sur la peste londonienne m’était peut-être venue à la suite du 11 septembre (et de ses suites avec les calamités de la guerre d’alors en Irak). Mais ce qui a été beaucoup plus décisif dans ce rappel mémoriel n’a pas été le souvenir du livre d’Albert CamusLa Peste»), lu il y a bien longtemps. Non, c’était la lecture du Journal de Daniel Defoe sur la Peste mais aussi et surtout la découverte fortuite mais fascinante du Journal d’un certain Samuel Pepys au début des années 2000.

La plupart d’entre vous doivent ignorer qui était ce fonctionnaire, administrateur anglais du XVIIème siècle qui travaillait à l’Amirauté (la Marine royale anglaise). Né en 1633 à Londres, Samuel Pepys était de souche plutôt modeste. Ce qui va le rendre célèbre pour la postérité, c’est qu’il va tenir au jour le jour, un Journal dans lequel il rassemble les faits de sa vie de travail, de sa vie familiale (avec ses querelles et ses bonheurs), de sa vie amoureuse avec le récit de ses folles épopées extra-conjugales. En 10 ans, il va emplir six gros carnets avec une précision extraordinaire et des détails passionnants. Une plongée dans la vie de la Cité de Londres exceptionnelle.

Par peur de la cécité, son travail de diariste cessera néanmoins en 1670. Avant cela, autour des années 1660-66, Samuel Pepys connaîtra trois grands évènements : la Peste (1665), l’Incendie de Londres et la deuxième guerre de rivalité commerciale et maritime contre la Hollande.

Alors que le nombre de morts atteint des sommets (1/6ème de la population londonienne) Samuel Pepys est miraculeusement préservé. Il continue de travailler même s’il déménage provisoirement sa famille hors de Londres. La ville compte plus de deux mille morts de la Peste encore en 1666.

Ma pièce démarre en 1665, année de la Peste. Henry (très accaparé par la guerre navale contre les Hollandais) et Elisabeth Dickinson préparent le mariage de leur fille Isabella avec un comédien (ce qui, à l’époque, est mal vu). Dans la Maison, les valets et servantes parlent tout bas de la Peste et ont peur que le Maitre des lieux ne les renvoient. Alors que toute la famille, polarisée par le prochain mariage, pense enfin à se réfugier hors de Londres et fuir la peste bubonnique, une Enquêtrice va ordonner à tous les membres de cette famille de rester en quarantaine par décret. Monde inversé : ce sont les pauvres qui doivent visiter les Maisons (dont celle des Dickinson) et déterminer puis signaler tout membre atteint de la peste. Monde désormais à l’envers où les Dominés tiennent (mais très provisoirement) le pouvoir.

Pour présenter mon travail à l’extérieur, j’avais écrit un texte de présentation en ouverture de ma pièce. Le voici :

Aujourd’hui, je lis des tweets de personnes qui pensent que le coronavirus va mettre le Capitalisme à bas et qu’il y a lieu de se réjouir. Terrible illusion : le Capitalisme ne s’écroulera pas de cette façon. Il a des réserves insoupçonnées. Structurellement et idéologiquement, il est capable de se maintenir et de nous faire payer cher, très cher son maintien et ses errances. Reste que cette pandémie – dont nul ne sait quand elle s’achèvera (rappel d’importance : la Science ne sait pas tout) entraînera paradoxalement des effets de connaissance sur ce Régime qui nous asservit depuis trop longtemps, sur ce Régime si brutal, sans pitié pour les plus faibles. Et, bien entendu, ces effets sont et seront précieux dans les luttes et les combats à venir.

C’est à tous ces combattant(e)s que je pense. A ce merveilleux personnel hospitalier moqué, ignoré, qui, depuis plus d’une année, s’est associé aux gilets jaunes pour crier sa détresse et brandir sa révolte sans faiblir.

PS : Sait-on jamais ? Pour qui s’y intéresse (de préférence éditeurs & gens de théâtre), mon texte est… disponible.