Tag: Johnny Hallyday

Johnny, Johnny, Johnny.

C’est curieux comme la mort de Johnny Hallyday a remué le pays. Il y a eu ceux qui ne voulaient pas en entendre parler en prétextant que «trop c’était trop », il y a eu ces autres, mi-mélancoliques mi-heureux, qui se sont réjouis au contraire qu’on en parle. Beaucoup ont vu beaucoup d’images (concerts récents du XXIème siècle, rétros-Drucker, images du Golf-Drouot), beaucoup ont ré-écouté les vieux refrains, de Kiliwatch à Allumer le feu, de Souvenirs, souvenirs à Quelque chose de Tennessee.

Les dernières Flèches de BiBi 2009.

FILLON-LA-CARPE ET CHOUCHOU-LE-LAPIN.

Dans le Monde du 13 décembre, on apprend que Fillon a des goûts musicaux très eclectiques : Pink Floyd, Pat Metheny, Cziffra, Léonard Cohen, Jefferson Airplane. Dans le même temps, sort aux Editions du Moment, le livre de la journaliste Alix Bouillaguet «La Carpe et le Lapin». Cette dernière a enquêté sur les rapports entre la Carpe (Fillon) et le Lapin (Chouchou), deux hommes si différents mais qui «se sont habitués l’un à l’autre». BiBi imagine bien Chouchou écoutant le «White Rabbit» des Jefferson Airplane. De quoi en rester muet comme une carpe.

 VŒUX 2010 DU PRESIDENT.

Dans le visuel de l’allocution des vœux de Chouchou à la Nation le premier janvier, il n’y aura pas de fond d’écran avec une bibliothèque (tout le monde sait qu’il ne sait pas lire) ou avec un bureau ( tout le monde sait que c’est un homme d’action). Il n’y aura qu’un plan serré, ultraserré, avec pour seul décor le drapeau français. La dernière fois que BiBi a vu Chouchou sous un drapeau tricolore, c’était lorsqu’il imitait Jean-Marie Bigard sur la scène du Plateau des Glières enregistrée par Gilles Perret dans son film «Walter Bassan en résistance».

DEUX LECONS D’HISTOIRE.

1. Raymond Soubie, conseiller de l’Ombre de Chouchou, a eu une sévère altercation avec Henri Guaino au sujet de la suppression du cours d’Histoire obligatoire en Terminale S. Chouchou n’était pas là ce jeudi. Le pugilat sera arbitré par le Maitre à son retour. A Copenhague, Chouchou faisait l’Histoire. A Paris, les deux faisaient et la paire et des… histoires.

2. Pour 74% des personnes interrogées par BVA, Ségolène Royal est désormais un «handicap» pour le Parti Socialiste. C’est ça la Voie Royal(e) : au terminus, on finit par perdre la tête.

MANUEL VALLS.

Notre grand révolutionnaire, grand ami du très réactionnaire Stéphane Fouks, va sortir prochainement un livre. Ce sera dans tous les bacs des libraires au premier avril. Un vrai poison d’avril.

PIERRE ARDITI.

Pierre Arditi est «passionné de politique». C’est son hobby. Il participera et animera l’émission de Pierre Sled à partir du mois de janvier («ça va faire du bruit» sur la Chaîne Parlementaire). L’acteur, qui déclara «admirer Sarkozy», sera «opposé» à PPDA, ex-candidat UMP. On appelle ça un Débat contradictoire, un peu à l’image de celui «opposant» Joffrin et Sylvie Brossolette tous les matins sur France-Info. BiBi, qui regrettait simplement la disparition du très objectif UMP Jean-Marie Cavada, voit enfin un vide doublement comblé.

ANNE FULDA DU FIGARO.

Anne Fulda, ex-Chochotte de Chouchou, journaliste recyclée au Figaro, se demande dans son billet du 12 décembre pour quelles raisons Eric Besson est si détesté. Elle n’avance que des raisons d’une psychologie de bazar (pour, évidemment, fournir à notre Ministre de charme des circonstances atténuantes). En effet, pas une fois, elle ne se dit que notre Ministre est haï pour sa politique honteuse.

Voilà qui s’appelle : «faire de la politique sans avoir l’air d’y toucher».

MICHEL PLATINI.

BiBi avait deux mots pour qualifier les dénégations de Platini sur les matches truquées au sein de son Organisation UEFA-FIFA : Plutôt Fair Play pour Michou. Plutôt Flair Pay pour BiBi. Un arbitre bulgare a truqué un match Macédoine-Canada (3-0 avec 4 penalties sifflés dans le match) au profit de l’Industrie des Paris. BiBi 1 – Platini 0.

 JOHNNY HALLYDAY.

Dans toute la presse, on se demande ce que va devenir Johnny. BiBi a trouvé indirectement la réponse dans le magazine Forbes. On y révèle qu’Elvis Presley Enterprise continue de gagner un max. La célébrité du King défunt a permis à ses ayant-droits de toucher 55 millions de dollars en 2009. Johnny, clone d’Elvis. Et Priscilla qui rime avec Laetitia.

Le Crépuscule des Idoles (Berlusconi et Johnny).

 

Dessin de Ghertman

Gstaad et Marrakech : paradis célestes ?

Gstaad et Marrakech

BiBi lit pour vous le Numéro 1 de ROCK & FOLK (2).

Le premier numéro.

Dans la rubrique en papier jauni (pages 11-18), on y faisait les compte-rendu des Musicoramas, concerts diffusés sur Europe 1, on avait la page Télégrammes ( ceux-ci par exemple : « Elvis Presley aurait voulu rencontrer une seconde fois les Beatles lors de leur triomphale tournée aux Etats-Unis ; mais ses efforts furent vains » ou encore « Johnny Hallyday est allé voir Otis Redding à Londres en septembre »). A la page Révélations, on notait Les Troggs en Angleterre, les Sunlights en Belgique et les Lovin’Spoonful aux USA. Suivait un dessin-concours sur une page (photo 2) : il fallait deviner le chanteur français sur scène… (réponse à la fin de l’article).
Toujours dans ces pages « jaunes », on annonçait la venue en France de Little Richard et on y apprenait qu’en 1961, il avait enregistré quelques gospels avec Quincy Jones, le futur arrangeur de Michaël Jackson.
En pages 20 et 21, on trouvait article et photo sur Donovan, le chanteur folk rock né à Glasgow puis suivaient cinq pages pour le concert d’Otis Redding à Paris avec photos de sa prestation. Venaient ensuite deux articles sur le rock anglais (Small Faces) et sur les concerts de l’Alhambra du 24 et 25 septembre 1966 qui réunissaient Bill Haley, Spencer Davies Group, Pretty Things et les Walker Brothers. Enfin deux pages (49 et 50) rendaient compte de la tournée belge de Vince Taylor, rocker maudit et déchu.
Pour finir, retour aux pages jaunies, ce fut la sélection des 45 tours au prix de 9,73 F et des 33 tours au prix de 26,90 F. On remarquait les grands disques d’Eddie Cochran (mort en 60 pourtant), de Blonde On Blonde (le chef d’œuvre de BoB Dylan) et une réédition d’un disque sorti en 56 d’Elvis Presley (toujours en vie).
Mais les deux articles qui faisaient alors l’intérêt du premier numéro étaient le compte-rendu sur deux pages du Disque de l’Année (Revolver des Beatles) et l’interview de Michel Polnareff saisi par l’objectif de Jean-Pierre Leloir.

Les Beatles : « Le dernier disque des Beatles est ENORME…On peut dire quelques réserves sur leurs qualités individuelles en tant qu’instrumentistes : pris séparément, ils ne cassent rien. On trouverait facilement une centaine de batteurs supérieurs à Ringo et probablement autant pour les autres membres du groupe…Non, ce qui frappe chez eux, c’est leur « génie collectif ».Car il s’agit d’une explosion de talent qui englobe la composition des thèmes et des arrangements, des paroles et des interprétations. » Avec une mention particulière pour Eleanor Rigby.

Michel Polnareff, un sacré-cœur…(du temps où, Beatnik, il rôdait sur la colline parisienne) :
– A part le Musicorama de l’autre soir, as-tu fait déjà de la scène ?
Oui. Dix jours, cet été, dans la tournée Claude François. Le public était fantastique.
– Y a-t-il beaucoup d’interprètes qui sont venus te demander d’écrire pour eux ?
– Oui, beaucoup. Johnny Hallyday par exemple.(…) Pour « L’Amour avec toi », j’ai du tempêter et ruer dans les brancards comme un fou. La première fois, je l’ai chanté dans le bureau de mon éditeur. Ils me sont tous tombés dessus à bras raccourcis : «  T’es pas dingue ? C’est porno ce machin-là ! ça ne passera jamais à la radio ! » Moi, j’ai tenu bon : » Ce n’est pas du tout porno ! Au contraire, c’est très pur ! ».

La chanson sera longtemps interdite d’antenne avant 22 heures sur les ondes et l’Archevêque de Paris fera tout pour l’interdire. Hé oui, nous sommes deux ans avant 68 !

Ce fut le premier numéro. BiBi a perdu de vue le Rock & Folk d’aujourd’hui mais il y eut de grandes plumes qui y passèrent Paul et Marjorie Alessandrini, Philippe Paringaux, Yves Adrien, Philippe Garnier, Jacques Vassal et Alain Dister. Clin d’œil de BiBi à ceux qui restent encore vivants et à Jacques Dutronc, chanteur enfin démasqué sur le dessin !