Tag: Eric Cantona

Nouvelle de Rio de Janeiro : « L’Accolade de l’Ours ».

Football

*

Nous étions en janvier 1998 et la France du football se préparait à recevoir les équipes qualifiées pour le tour final de la Coupe du Monde. C’était l’euphorie black-blanc-beur. Nous n’allions pas tarder à répéter « Un-Deux-Trois-Zéro » ou encore à sautiller, bras dessus, bras dessous, en criant joyeusement « Tous Ensemble ! Tous Ensemble ! » Depuis quelques années, j’avais eu idée d’écrire sur le football d’alors, sur le drame du Heysel, sur le ballon rond en Afrique et de camper mes personnages en Italie, Angleterre et… en Argentine et au Brésil, deux pays où je ne me suis jamais rendu. Je rêvais qu’avec mon recueil de 14 nouvelles et les subsides que je ne manquerais pas de recueillir, je pourrais peut-être aller là-bas vérifier que mes nouvelles n’étaient pas si éloignées du Réel ! Hélas.

Flèches amoureuses.

Flèches d’amour

Mon JDD adoré.

Le JDD  du 24 mai 2009.

HULOT ET BORLOO :
Impayable JDD : en pages 2 et 3, il titre «Nicolas Hulot s’invite dans la campagne» alors que c’est le Journal dominical qui l’invite – pour faire «évènement» bien sûr. Car qui réellement s’interesse à Hulot ? Juste peut-être une façon de défendre la ligne Borloo, notre Grand Ministre Vert. Claude Askolovitch et Soazig Quéméner de la Team Lagardère lâchent sur deux lignes : «Borloo théorise une survie de l’Humanité qui lui ressemble». Le JDD a-t-il voulu dire que notre Ministre voudrait préserver l’eau mais en v(a)in ?

LITTLE NIKOS ET OBAMA :
Rien de nouveau dans cet article : le catastrophisme habituel, une prédiction de fin du Monde à faire blanchir les Verts. Vite, vite, semble nous dire les deux toutous de la Niche Lagardère, resserrez-vous contre le duo qui vous protègera. Le duo ? Little Nikos et Obama, bien entendu. La ligne verte est donc fixée pour six mois : Little Nikos porté aux nues dès avant décembre 2009, date du Sommet de Copenhague.

TERESA  CREMISI :
Elle a droit à une page entière, la page 4. Italo-française (avec son tact délicieux, le JDD écrit «italo-parisienne»), Teresa a droit à un panégyrique comme l’ont connu auparavant Max Gallo, Catherine Cusset. Italo-française, ça ne vous rappelle rien ?
Teresa est donc nommée PDG du Groupe Flammarion. BiBi a très peur à la déclinaison personnelle des auteurs préférés de Madame : Franz-Olivier Giesbert, Christine Angot, Yasmina Reza et les duettistes Lévy et Houellebecq. L’entrefilet laisse BiBi sur son séant : «Teresa connaît par cœur Homère, Shakespeare, Stendhal. L’aventure, puis la guerre puis l’amour». Il n’y a que l’Italie pour nous offrir de telles figures d’exception.

MAM :
Ce que retient BiBi en page 5, c’est l’extraordinaire pugnacité de Michèle Alliot-Marie qui se dégage de la photographie. Poings serrés, la MAM regarde un interlocuteur invisible (probablement la France entière). Elle desserre à peine les dents et n’a pas envie de rire : sa politique, c’est du sérieux. En fait, énergique et volontaire comme jamais, elle veut faire plaisir à son Boss. Admettons qu’elle est une Femme parfaite : déterminée contre les dangers de l’Extérieur, elle est aussi une femme d’Intérieur.

ERIC CANTONA :
Page 29 : Pour BiBi, dans son Panthéon personnel, Pasolini a été le dernier cinéaste. Eric Cantona a été, lui, le dernier des Grands Footballeurs. Dans le film de Ken Loach, «Looking for Eric» (A la recherche d’Eric), présenté à Cannes, le footballeur vient en aide à un facteur qui n’est pas le Ch’ti Dany Boone mais un supporter des Red Devils. BiBi – qui ne manquera pas de voir Eric dans son nouveau terrain de jeu – espère qu’à chercher Eric, chaque spectateur pourra le (re)trouver.

Il y a 50 ans, le deuil de Manchester United.

Les photos de la catastrophe .. (Manchester United 6 février 58)

Il y a 50 ans, le 6 février 1958, les joueurs d’United conduits par l’entraîneur-manager Matt Busby s’embarquent à bord de l’avion qui doit les ramener à Manchester. Ils quittent Belgrade d’où ils sont sortis victorieux du match des quarts de finale de la Coupe d’Europe contre l’Etoile Rouge de Belgrade. Après avoir gagné 2 à 1 au match aller, Manchester réussit le nul (3 à 3) devant 80.000 spectateurs. C’est le jeune Bobby Charlton, à peine âgé de 19 ans, qui égalisa en battant le gardien Beara pour ramener un nul qui les qualifiait (Photo 2). Au tour suivant, en demi-finales, Manchester allait rencontrer le grand Real.