Tag Archives: David Dufresne

Lanceurs d’alerte à Montreuil : choses vues et entendues.

*

Deux noms à l’arrivée : Julian Assange et Armand Gatti. Leurs patronymes se télescopent en arrivant dans les locaux de la Parole Errante à Montreuil. Le Salon des Lanceurs d’Alerte s’y est tenu du vendredi 22 novembre 18h00 au dimanche 24 novembre. En entrant, on se remémore les paroles d’Assange :

« Je suis en train de mourir. Lentement mais surement. Tout ça parce que j’ai rendu publics les crimes de guerre. Pour éveiller la société et montrer ce que les gouvernements cachent. Je suis en train de mourir. Et la liberté de la Presse et la démocratie avec moi ».

Ce lieu a été initié par le poète et dramaturge Armand Gatti.

Dès l’ouverture, on est plongé, éberlué et rageur, dans la projection du film sur Chelsea Manning et son courage à toute épreuve (« XY Chelsea« ), salle Gradin.

*

On va écouter d’une oreille attentive Denis Robert et Maxime Renahy (qui a enquêté sur Drahi et ses filières de Jersey et des Pays-Bas). On rebondit sur le débat «Gilets Jaunes : Alerte pour la République», en regrettant qu’une question n’ait pas été posée sur les propos d’antan d’un des participants souhaitant… un rassemblement qui prône le dépassement du clivage gauche-droite. 🙁

On s’arrête sur les tables remplies de livres (C’est un Salon du Livre) et on discute avec ceux et celles qui dédicacent. De Philippe Pascot à Florence Merreo. De Raphaël Kempf à David Dufresne.

On se rend Salle Librairie pour suivre le débat avec les «résistantes» (lanceuses d’alerte) sur «Médicaments et principe de précaution, le rôle des Citoyens» où, hélas, les grands groupes pharmaceutiques ne sont pas assez montrés du doigt. L’intervention d’un pharmacien dans le public dénonçant la mafia autour des vaccins aurait mérité un peu plus de temps de parole.

Ailleurs, le débat est aussi animé où sont réunis des lanceurs/euses d’alerte (Plateau sur les « Paroles de lanceurs d’alerte« ). Le tour de table donnera la parole à Mauricio Garcia Peirrera au parcours infernal, lui qui dénoncera l’abattage aux Abattoirs de Limoges, lui qui s’est battu pour recevoir ses indemnités de licenciement et qui rêve aujourd’hui à un projet de restauration vegan. Emotion et solidarité.

La parole circulera ensuite de Denis Breteau (SNCF) (« Il existe un système mafieux servi par le silence d’une oligarchie au pouvoir, 300 millions d’euros de trucage d’appel d’offres au sein de la SNCF et pas d’enquête, c’est consternant ») à Françoise Nicolas qui dira, avec trop peu de temps, les difficultés de ceux qui n’écrivent pas de livres sur leur itinéraire. A son image, tous sont occupés à chercher impérativement et quasi-exclusivement du travail pour survivre, à faire des petits boulots pour tenter de payer des frais d’avocats astronomiques. En effet, les procédures sont longues : 16 fois au tribunal, 1700 euros à devoir pour les mois prochains. Faites le compte.

« Je n’ai fait que mon travail. J’ai été une employée intègre. J’en suis à 16 procédures judiciaires en 10 ans, à 100.000 euros d’acomptes d’avocats. On a attenté à ma vie et on m’oppose la Raison d’Etat. Quel est ce pays ? ».

Pour plus de renseignements sur cet itinéraire de courage et de souffrances, voir mon billet ici.

On aurait aimé que ces lanceurs d’alerte – qui n’ont pas eu un livre dans leurs bagages – soient encore plus mis en avant. J’y ajoute la courageuse marseillaise Hellia Kherief et le nordiste Karim Ben Ali dont l’histoire est ici, à l’interview dans le Media TV. Pourquoi ne bénéficient-ils pas d’une table sur les deux jours pour une discussion citoyenne permanente ? (L’an prochain ?). Voilà qui donnera sens à leurs signaux d’alarme qui bouleversent instantanément leurs vies.

J’ai en tête une intervention rapportée par un article de L’Humanité de Céline Boussié sur les conditions de lanceurs d’alerte. Ces dernier(e)s sont le plus souvent placardisé(e)s, muté(e)s de force ou licencié(e)s, laissé(e)s sans ressources autres que les minima sociaux.

« J’ai eu de la chance d’être la première relaxée depuis la loi Sapin II. Mais, même lorsque la justice reconnaît que nous avons eu raison, on est placés sur une liste noire. Les employeurs vont sur Google et ils se disent, celle-là, c’est une casse-pieds, on ne va pas l’embaucher ».

Bien sur, on assistera au débat attendu mais au très curieux titre (« Forces de l’Ordre ou gardiens de la Paix »). Curieux titre car n’y a t-il pas illusion à attendre qu’un jour l’Appareil répressif de l’Etat devienne gardien de la paix (sociale) ? On peut certes s’attarder sur les contradictions internes de la Police, sur les humeurs contradictoires à l’œuvre dans ce Corps, humeurs rapportées par Alexandre Langlois du syndicat ViGi, mais on aurait aimé qu’à ces souffrances policières, on mette en sérieux contrepoint des témoignages sur les violences exercées par cette même police. A cet effet, on regrettera l’abscence sur le plateau de Vanessa Langard, gilet jaune mutilée même si David Dufresne y fut présent pour insister sur ces incroyables statistiques qu’il a recensées (morts, blessures et mutilations à vie) depuis novembre 2018.

Au total, on eut droit à deux jours très riches.

On espère bien entendu revenir en 2020. Si Dieu et les luttes nous donnent vie.

Pour l’heure, chacun, chacune sait, doit savoir, que c’est le 5 décembre qui nous attend.

Ici France Inter, en direct de l’Elysée.

Me voilà branché sur France-Inter. C’est le journal de 13 heures en date du 31 mai 2019. Un des sujets en titre m’attire l’oreille. La causerie qui va suivre, présentée par Bruno Duvic, va porter sur les Violences policières. Nous sommes ce jour où il est question d’une présentation de ces Policiers-matraqueurs devant la Justice.

*

La Radio publique ouvre donc ses antennes à deux invités : l’un est Laurent-Franck Liénard, avocat de la défense de ces policiers. Il s’insurge qu’on puisse convoquer un policier devant un Tribunal. Ben voyons. Le second intervenant s’appelle David Dufresne. Il a répertorié toutes ces attaques policières inadmissibles contre les gilets jaunes et autres Citoyens et les a prouvées. Vidéos, photos, témoignages, blessé(e)s en nombre : autant de preuves indiscutables.

Survient la fin du sujet radiophonique. Que dit l’animateur du journal, Bruno Duvic ? Il remercie ses deux  journalistes pour ce reportage calibré en rencontre de Catch, avec les mots suivants : « Merci pour ce débat qui était arbitré par nos journalistes Lorélie Carrive et Yann Gallic».

Les deux intervenants ont eu le même temps de parole, ont été traités très démocratiquement – croit-on. Je ne chicanerai pas la Radio là-dessus car il s’agit de porter la question ailleurs, sur un autre versant.

*

Après cette écoute, deux fulgurances me sont alors revenues.

1. La première me rappelant les mots de Jean-Luc Godard parlant de l’objectivité dont se prévalent continuellement les Médias. Pour eux, disait-il avec sa suprême intelligence, l’idéal de l’objectivité, c’est l’égalité du temps de parole entre deux adversaires. L’équilibre Médias, méditons là-dessus, ce serait donc « un quart d’heure pour Hitler et un quart d’heure pour les Juifs ».

*

2. Il se trouve qu’au moment de mon écoute du 13h, j’étais plongé dans les livres passionnants d’Annie Le Brun (en particulier son « Du Trop de Réalité » en Folio-essais). L’épisode de 1999, rappelé par l’auteure, venait répondre à mon interrogation : où se situe donc le « trucage de l’affrontement », le « débat en trompe-l’œil »? Bref où dévoiler la Censure (invisible aux yeux de beaucoup) ?

*

Revenons au point central, au pivot de cette Censure, au mot ARBITRE prononcé par Bruno Duvic :

ARBITRE qui – soi-disant – supervise les débats et donne en majesté la parole, la distribue aux deux invités, gardant une position de retrait, de surplomb, de troisième larron, assis qu’il est, tout là-haut sur sa chaise, en arbitre de Roland-Garros.

ARBITRE. Avec ce mot, la Radio – via ses deux journalistes et leur Chef – organise très subtilement le leurre de la neutralité. Elle vient nous dire qu’elle est ce gage de liberté avec ce moment de pseudo-indépendance bien organisé. C’est en prenant appui sur ce leurre que le Pouvoir instille quotidiennement du mensonge sur la Démocratie qu’il prétend défendre. Avec cette organisation, avec ce type de présentation, le Pouvoir sort gagnant. Il fait Couple avec le Média (Media sur lequel il faut taire l’appartenance des grands Responsables).

Ici, je ne peux finir mon bibillet sans mentionner justement les antécédents anciens et récents de Sibyle Veil, la Boss des Rédactions de NOTRE radio (Radio France). Trois extraits ici regroupés pour montrer son appartenance, pour faire voir la collusion du Media avec le(s) Pouvoir(s) successifs. Voyez cette Cheffe macroniste ! Elle n’a aucun complexe à naviguer de Sarkozy à Macron, aucune réticence à glorifier l’élue LREM Nathalie Loiseau dans un tweet posté pendant la campagne européenne.

Enfin pour finir ce bibillet sur les Radios publiques, je remets ces constats de Fakir qui rappelait des choses que l’on nous dit jamais lorsqu’il faut réfléchir et débattre sur la grande liberté (supposée) qui court sur nos ondes.

Editocrates, Experts et autres Toutous du Système.

LUC FERRY.

Luc Ferry veut tirer à balles réelles sur les Gilets Jaunes. Il appelle à la rescousse l’armée française, quatrième armée la plus puissante au monde. Bref un appel au meurtre qui laisse totalement indifférent ses collègues qui causent dans le poste, aimables agités du PAF, caniches bien toilettés de la Parlocratie.

Luc Ferry dit en fait tout haut ce que bon nombre d’ »intellectuels » pensent tout bas. Ces intellectuels-là, on les a rencontrés déjà dans les années 30 et 40, ceux par exemple passés et formatés à l’école de l’Action Française. Traits exclusifs : la haine des bolchéviques, des francs-maçons et de la juiverie. Ils pensaient, ils rêvaient de leur mettre douze balles dans la peau. Aujourd’hui, sur Radio-Classique (propriétaire : Bernard Arnault), Luc Ferry sonne le début de la chasse et appelle la meute armée à la rescousse.

Luc Ferry. Souvenons-nous : en 2015, il profite, en habitué, d’une croisière autour de la Méditérranée avec ces autres intellectuels de Droite qui n’en pensent pas moins : les Jacques Julliard, les Finkielkraut, les Pascal Bruckner, Stéphane Bern, Laurent Joffrin et autres Comte-Sponville. (Lire encadré ci-dessus). Ils font des Conférences très bien rénumérées sur ces énormes et très laids paquebots pour touristes. En 2011, ce même Luc Ferry avait touché 4499 euros par mois pour des interventions à l’Université de Paris VII qu’il n’a jamais assurés ! Mini-scandale mais Luc Ferry – comme Fillon – n’a jamais rendu l’argent.

FRANCE-INFO.

Mon Dieu ! C’est FranceInfo !

Jean-François Achilli anime ce soir-là l’émission Les Informés sur France-Info. Il introduit en titre le sujet de la violence avec le boxeur
Christophe Dettinger (Bouh, le méchant !) et continue sa présentation d’émission en citant le commandant de Toulon, Didier Andrieux (sans le nommer) qui a agressé un opposant «qui tenait vraisemblablement un tesson de bouteille». Petit relévé de propagande qui, une fois encore, en dit long sur le soutien épouvantable de cette Radio pro-Macron  : cette version du «tesson de bouteille» (non prouvée à l’image) est celle de… la Police. Mais chuttt, on omettra de le préciser à l’antenne ! Silence aussi lorsque cette radio publique (Directeur : Vincent Giret, soutien enthousiaste de Macron 2017) tait que le nombre de 50.000 manifestants samedi dernier est le chiffre du… Ministère de l’Intérieur. Résultat d’aucune importance : Monsieur Achilli, insupportant mes tweets qui lui font remarquer ces menus détails (ici regroupés en un encadré), bloque mon compte Twitter !

NON FREDERIC, ILS NE SONT PAS FOUS.

C’est bien toi qu’ils montrent du doigt pour que tu rentres dans le rang.

Pour Frédéric Lordon, ils sont devenus fous. Mais la psychiatrie n’a rien à voir là-dedans. Leur habitus parle tout haut pour eux. Jusqu’ici tout cela était resté assez intériorisé et n’avait pas été clamé aussi fortement, aussi violemment. Cela tenait au contexte. On bavassait contre les Lois Travail, on plastronnait dans les débats des TV-Chiottes, on répondait tranquillement au micro du Téléphonne Sonne, on était très sérieux devant les caméras de 20 Minutes de Madame Quint, on blablatait sur les réalités économiques nécessaires pour la France, on défendait avec conviction les élans européens. Tout roulait, tout allait à peu près bien… jusqu’à… jusqu’à l’apparition des Gilets Jaunes dont la colère est venue les clouer au mur. C’est l’affolement généralisé devant cette France Spectrale que, jusqu’alors, ils n’avaient pas vu venir, confinés qu’ils étaient dans leur Entre-Soi et leur « supériorité ».

Et voilà – merveilleux moments ! – voilà que leurs gesticulations (des invités aux présentateurs-procureurs), que leur nervosité, leur impuissance politique et idéologique les révèlent. Non, ils ne sont pas fous, ils sont juste les suppôts exaspérés du Pouvoir, incrédules devant l’inédite résistance populaire. Leur inconscient est sur la table, éclate dans leurs mots, sur leurs écrans. Les voilà simplement sortis de leur Entre-Soi, les voilà visages entièrement découverts, totalement mis à nu. Oui, bas les masques, on vous voit et vous n’êtes pas beaux. Pas beaux du tout.

PS : c’est en raison du respect que je porte aux fous que je ne traiterais pas ainsi ces Experts du PAF et n’irais pas les calquer sur ces fous et sur ces souffrants qui emplissent les hopitaux psychiatriques.

  LA GRANDE FROUSSE DES EDITOCRATES ET DE QUELQUES SECONDS COUTEAUX.

Voilà une « élite journalistique dont la déconnexion semble de jour en jour plus stratosphérique. Une élite qui continue de considérer les manifestants avec mépris comme un vaste troupeau moutonnier, dont une carte pourrait mécaniquement déchaîner les pulsions ». (Article du Monde Diplomatique).

Cliquez sur la carte des lieux du Pouvoir (Monde Diplomatique)

Pourquoi s’interdire de nommer ces canailles parisiennes, répertoriées, cachées quelque part dans ces lieux de pouvoir ? Caroline Fourest (Marianne), Mohamed Sifaoui, Richard Hiaut (Les Echos), Jérôme Soligny, Jean-Michel Aphatie (Europe1), Géraldine Woessner (JDD, Europe1), Sylvia Pinatel (TF1), Raphaël Enthoven, Yves Bourdillon (Les Echos), Alex Sulzer (L’Express), Antoine Garbay (Le Figaro), Arthur Berdat (Le Figaro), Quentin Girard (Libération), Abel Mestre (Le Monde) Yann Barthès et Julien Bellver (TMC), Gérard Grunberg et Elie Cohen.

L’AFP, ANNEXE DE L’ELYSEE.

D’autres chiens de garde sont aussi à l’honneur : Christophe Schmidt, Chef du Service politique de l’AFP, Fabrice Fries, Directeur de cette même Agence France-Presse. (Article d’Acrimed).

GERARD LECLERC, CNEWS.

Le mois dernier on avait vu et entendu Ruth Elkrief de la poubelle BFMTV traiter Xavier Mathieu (ex-leader des Conti, aujourd’hui intermittent du spectacle) de «comédien» sous l’œil goguenard (et méprisant) de Bruce Toussaint. Aujourd’hui, c’est Gérard Leclerc (frère de Julien Clerc), autrefois humilié par Sarkozy, qui veut «interdire les manifestations». Visage crispé, yeux hors des orbites, nerveux à l’extrême, il cherche une approbation tout autour. Frappant le poing sur la table, il poursuit « A partir de  ce moment là, elles sont illégales et dès que vous avez trois personnes qui se réunissent quelque part vous pouvez les coffrer ! Ah bin oui !». Pas géniale cette grande frousse en direct ?

BRAVO A DAVID DUFRESNE, JOURNALISTE INDEPENDANT

David Dufresne (@davduf sur Twitter) recense toutes les violences policières filmées, commises sur le territoire français. En ces temps de répression, temps de silences médiatiques, d’attaques contre soi-disant TOUS les journalistes, en voilà un qui fait son travail d’investigation. Simplement. Efficacement. Et c’est tout à l’honneur d’Aude Lancelin et du @LeMediaTV de le laisser parler et de nous offrir ces vérités sur la Police de Macron.