Tag Archives: Daniel Bouton

Les Duos de l’Automne.

 double2ct9

Antoine Frérot et Dear Henri.

Chouchou a son fiston. Proglio a son Frérot. Antoine Frérot, féru d’Art contemporain, est un pur produit de l’ex-Compagnie Générale des Eaux. Il va désormais naviguer sur le bateau Veolia et tenir la barre de sa Direction Générale.

Petit partage entre amis : Antoine aura pour copain le toujours Président Henri (Proglio). Ce dernier, à la tête d’EDF, reste Président avec la bénédiction de Jean Azéma, Daniel Bouton, Baudoin Prot, Jean-Marc Espalioux et Louis Schweitzer (qui, lui, s’assoit dans le fauteuil de Vice-Président). Le théorème n’a pas changé : l’eau (Veolia) est donc toujours conducteur d’électricité (EDF).

Jean-Claude Marin et Chouchou.

Jean Claude Marin, l’opportuniste procureur de la République, fidèle ami de Balladur, Chirac et de Chouchou, a oublié ses amitiés politiques pour déclarer que «le procès Clearstream n’était en rien une affaire politique». Marrant le Marin, non ?

Dany Boone et Yaël.

En voilà un qu’on rapatrierait dare-dare dans un Charter pour Bergues. Omniprésent, à l’instar de son chouchou de Président, il s’est bien gardé d’intervenir et de venir participer à la votation pour empêcher la privatisation de la Poste, Poste qui lui a quand-même donné son meilleur salaire et fait exploser sa notoriété.

Le Figaro du jour lui ouvre une ch’tite page mais c’est sa femme Yaël qui l’ouvre : «Il peut travailler à n’importe quelle heure, tout le temps. C’est déconcertant, il peut se lever à 5 heures du matin mais il faut faire avec». Dany fait donc partie du type de Travailleur tant désiré par son pote Chouchou. Dany est bien dans la ligne du «Français qui se lève tôt» et qui gagne en plus l’estime de tous en travaillant plus. Attention quand même au malaise vagal. Mais BiBi a sûrement tort de s’inquiéter : le pote Chouchou lui a donné généreusement l’adresse de son Hôpital.

Andrew Trapp et le Bon Dieu.

Il s’appelle Andrew Trapp. Il est prêtre à Garden-City en Caroline du Sud. La chapelle dont il a la responsabilité a besoin d’argent. Notre bon Père demande l’autorisation de jouer au poker pour renflouer la paroisse. Autorisation accordée. Au départ du tournoi, il y a 10000 joueurs autour des tables. Andrew toujours là au tour final : il empochera 100000 dollars. Un sacré coup de poker pour ce béni des Dieux.

André et Marlène.

André Dussolier et Marlène Jobert incarnent Pappy et Mammy préférés des français. C’est le sondage Louis Harris pour le magazine Pleine Vie. Marlène l’a échappé belle : elle aurait pu avoir Valéry Giscard D’Estaing pour lauréat masculin. Quant à André Dussolier, a-t-il été assez suivi par son Docteur ? Car, pour avoir donné son aval à la mascarade Annecy 2018, il doit probablement être sujet au Vertige des Cîmes hautes savoyardes.

Photo : http://www.back-to-intro.com

Henri Proglio, en habit de lumière EDF.

Henri Proglio

BiBi avait déjà relevé l’humanité du bonhomme en rappelant la Scène primitive qui l’avait poussé sur le chemin de sa grande Destinée d’Entrepreneur : lire http://www.pensezbibi.com/pensees-politiques/le-capitaine-proglio-et-les-11-marins-2-785. Bruna Basini, jeune journaliste de la nichée Lagardère au JDD, nous rallume la lumière du nouveau boss d’EDF. Cet homme est «capable de s’émouvoir devant les scènes du film indien « Slumdog Millionaire », ses bidonvilles et ses lavoirs d’un autre temps ». «Ce n’est pas un vrai dur». Cette figure de l’Entreprise française est d’une «légendaire discrétion». Mais comme l’écrivait BiBi (http://www.pensezbibi.com/pensees-politiques/grands-patrons-a-la-casse-316 ), les nouveaux Capitaines d’Industrie – vieux briscards comme jeunes loups – se doivent d’avoir une présence charismatique et médiatique. Non pas tant pour impressionner les citoyens que nous sommes mais pour donner du poids à l’entreprise face à d’éventuels concurrents et pour rassurer/intimider les salariés en interne. Cet homme discret a quand même droit à une page-portrait du JDD. Il lui sera donc de moins en moins possible de «se réfugier» où que ce soit. Ni derrière sa famille d’immigrés piémontais, ni derrière les 16 milliards d’euros laissés en ardoise par le Jean-Marie Messier de Vivendi. «Un non-sujet» selon Dear Henri ! (sûrement un hors-sujet à noyer sous les eaux de Veolia).
Pour notre chère Bruna du JDD, Henri Proglio est arrivé «par hasard» au Sommet. Il est resté dans le circuit «par attachement aux hommes et aux métiers de Veolia». Diplômé d’HEC ? Un hasard. Rencontrer Sarkozy au Fouquet’s un soir de mai 2007 ? Un hasard absolu. Au bras de Rachida ? Un hasard, un pur, très pur hasard platonique. Avoir appris le métier via l’aide de Paul-Louis Girardot, ex-patron du groupe et via Guy Dejouany ? Deux hasards. Jouer à la belote au CA de Veolia avec Baudoin Prot (BNP), Augustin de Romanet (Caisse des Dépôts), Daniel Bouton (d’électricité), George Ralli (Lazard Europe), Jean-Marc Espalioux (ex-Accor) etc. ? BiBi vous le donne en mille : un  h-a-s-a-r-d.

L’eau a été et sera toujours son affaire : ce cher Henri en vend à 67 millions de personnes et il règne sur un Empire de 330000 salariés. Aujourd’hui tout le monde est au courant de sa promotion EDF. Henri Proglio est sorti de l’eau Veolia. Eternel sarko-compatible, il est comme tous les requins des Affaires et de la Finance : il sait parfaitement nager.
BiBi, lui, voulait juste féliciter ce lumineux Capitaine d’Industrie pour sa promotion-éclair et mettre humblement son charisme en pleine lumière.

Bouton tombe la chemise et bombe le torse.

Daniel Bouton

Daniel Bouton, le Grand Banquier de la Société Générale, a toujours pu compter sur des soutiens discrets mais très appuyés. On ne sera pas étonné de savoir que sa référence politique fut Alain Juppé. Viennent derrière Eric Woerth et Roseline Bachelot. Compte aussi dans ses amis un certain «camarade» nommé Laurent Fabius – que d’aucuns considèrent encore comme un opposant à Little Nikos. Ils furent camarades de promotion à l’ENA, grande Ecole de Politicards.

On veut nous faire croire que le départ de Daniel Bouton doit être interprété comme un coup de barre à «gauche» de Little Nikos sauf que… BiBi voit arriver à la place du Bouton un certain Frédéric Oudéa. Ce dernier fut inspecteur des Finances avant d’entrer en 1995 à la Société Générale mais aussi et surtout… il fut conseiller technique au Budget entre 93 et 95 quand Little Nikos était installé à Bercy. Notre bon Frédéric reconnaît «avoir aimé son passage dans la haute fonction publique». Daniel Bouton, lui, reconnaît que son successeur est un «Directeur Général de grande qualité». Petites conversions et conversations entre Amis.
A noter : Monsieur Bouton s’enorgueuillit de ne pas toucher un centime pour son départ. Mais à son second départ (celui de la retraite), une pension lui sera versée à hauteur de 730000 euros par an, soit 60.000 euros par mois, soit 2000 euros par jour. Bouton pourra alors s.acheter de belles, de très belles chemises et continuer à bomber le torse.

Les Affaires du « Siècle » (2).

Le Siècle de Louis Kessler

Les Gens de ce Cercle ont persuadé BiBi que peu importait les opinions politiques et les croyances religieuses. Il convenait avant tout d’être honorable en tous points, de respecter les valeurs démocratiques et républicaines, de gagner en puissance au sein de la société, d’être branché sur les réseaux d’influence, d’avoir reçu une bonne éducation mondaine, et bien entendu d’avoir envie de se retrouver entre « gens de qualité ».
BiBi soupire profondément : il n’a aucune chance d’ouvrir le diner ( photo 2) et d’ouvrir les débats parmi les 250 à 300 invités du Mercredi. Heureusement, BiBi va pouvoir demander quelques informations à nos Idoles des Médias.
Sur son carnet d’adresses, BiBi a déjà coché ces grands journalistes qui font l’opinion. Ils sont membres et c’est étrange : ils ne s’en vantent pas.
Voilà sa liste en détail :