Tag Archives: Chine

Casse-tête chinois.

Je ne sais si l’enfant demandait confirmation à sa question ou affichait son savoir : « Wuhan, c’est loin ». Personnellement, je ne savais pas. Quoi lui répondre? Bien sur, quand on ne connaît pas (Qui connaît Wuhan ?), on se dit que c’est loin, que Wouhan, Wihan, Wuan, ça existe peut-être, que là-bas, vivent des gens, des milliers, des millions, des milliards de gens. Des milliards, on peut le dire : normal, c’est la Chine.

Moi aussi j’ai été petit, on m’avait offert un premier livre, un grand livre sur les pays du Monde Entier. C’était à un Noël, je ne me rappelle pas l’année, j’étais petit. Pour la Mongolie, il y avait des visages de Mongols, des visages sévères avec de sévères moustaches. Sur la Chine, y avait un marchand ambulant qui tirait une charrette pour se rendre au marché surpeuplé de Pékin ou de Canton. Je ne me souviens pas ce qui était marqué sur l’Autriche (un dessin de Hitler petit ?), sur l’Allemagne divisée en deux (une photo stylisée de Hitler grand ?), sur la France (De Gaulle et l’OAS ?). Sur les Ricains, oui, il y avait Manhattan, une rue (Wall Street) et, sur la page suivante, le Grand Canyon, ça c’était sûr. Et c’était beau car je couplais ça avec les westerns du Ciné-Club (Papa y était projectionniste).

Bref, la Chine, c’est grand, c’est toujours grand et c’est loin, c’est peuplé bien entendu de Chinois. Mais pas que. Il y a aussi – pas croyable, hein – des Américains là-bas. Si, si, je vous assure.

Ici, on dit encore que ces Chinois, ils sont tous pareils, on cause encore – pour les plus vieux connards d’entre nous – de Péril Jaune et de Drapeau Rouge. Tous pareils ? Non, ce n’est pas vrai. L’an dernier, j’ai reçu chez moi deux Chinois et une Chinoise. Leur seule vérité commune, c’est qu’ils étaient au taquet. Harassant boulot d’étudiant la journée. Révisions jusqu’à une heure/deux heures du matin et lever à six heures et demie. Ils s’endormaient sur la table de la petite chambre de l’Université, bras croisés, tête lourdement fatiguée. Quand j’ai demandé à Sue qu’est-ce qu’elle entendait par «Collège dangereux», je m’étais imaginée harcèlement pour ses beaux yeux mais non. Dans un parfait anglais (là-bas, les cours de langue commencent tôt, très tôt) «C’est dangereux parce qu’il y a du travail, trop de travail, trop de devoirs après l’Ecole. C’est pour ça que je vais en changer l’année prochaine».

L’un des deux Chinois était de Shangaï . Ses parents qu’il voyait une fois l’an était à 1600 kms, paysans, ils avaient applaudi un jour Mao. C’est pour ça que, lui, voulait adhérer aux Jeunesses Communistes mais, j’ai ri : il ne savait pas qui était Lénine. Quant à Marx, il était soi-disant informé. Il me dit « Mark ? Oh, yes ! ». Puis j’ai compris, oui, ils n’ont pas FaceBook mes trois Chinois mais Mark Zuckerberg, ils connaissent. C’est qu’à Shangaï la métropole (plus d’habitants que la France), on est très informé, j’avais pas idée, très informés qu’ils sont, même si il y a de la censure. Mais censurer Facebook, est-ce vraiment un truc anti-démocratique (je pose la Question, hein) ? Wuhan et Shangaï, on ne sait pas vraiment où c’est. Proche de la mer ? Oui et non. Y a la mer mais on ne s’y baigne pas.

Autrefois – cours de géographie de fin du dernier siècle – on étudiait la Corn Belt, on s’arrêtait sur les Andes, le Brésil, la Pampa et l’Amazonie (rapide, rapide), on avait aussi un mot sur l’URSS, le côté Russie européenne. On s’arrêtait à la barre du Caucase. Au-delà, c’était – on rigolait là-dessus avec notre Prof, un gros con – la barbarre.

Mais, abrégeons les divagations, c’est de Wuhan et du Virus COVID19 dont je voulais vous parler. Là-bas, au loin, c’était parti dès le mois de décembre. Au début janvier, le Doc Philippe Klein qui travaille à la Clinique Internationale de Wuhan, lâchait : « Au 23 janvier, le chiffre est vérifié : 56 millions de Chinois sont confinés« . En France, au 30 janvier, la Ministre informe le grand Duduche de Philippe de la gravité de la situation sur ce Nouveau «Péril Jaune». Mais, Duduche et Manu, de leur Supériorité historique, culturelle, idéologique, ils ont pris ça de haut. Mais déjà en février, dans la gente populaire, on commençait sérieusement à s’inquiéter. Les colossales Certitudes s’effritaient, les murs de notre incommensurable Vanité se lézardaient. Début mars, les USA détournaient en douce des masques destinés aux Frenchies. Les Frenchies volaient les masques suédois destinés à l’Espagne. On riait de l’Italie, on était prêts à lyncher les ritals d’ici, comme lorsqu’on avait pillé leurs maisons en juin 40, à la belle époque où on avait appris que le Mussolin s’était allié au Moustachu de Berchtesgaden. Mais revenons à 2020. Le 15 mars, 17 millions de Français se déplacent pour un Vote. 17 millions. Et petit bilan : au deuxième jour d’Avril, masques, tests, machines respiratoires, médicaments manquent.

Et encore encore encore encore encore aujourd’hui, ça manque.

L’enfant trépignait derrière moi. Il est revenu à la charge, avec cette deuxième question : « Le Jour d’Après, c’est loin ? ». J’ai froncé les sourcils, hoché la tête comme un imbécile.

Ai juste répondu, bêtement, très bêtement : « Casse-tête chinois ».

Londres,Wuhan : peste bubonique et coronavirus.

Au milieu des troubles actuels, intimes ou non, m’est revenu un travail écrit que j’avais mené à bien il y a quelque quinze ans en arrière. Une pièce de théâtre que j’avais proposée à quelques troupes locales. Refusée. Et aussi à quelques éditeurs de théâtre. Refusée. Un travail que j’avais « protégé » à la Société des Auteurs. Je viens de le relire après l’avoir ressorti de mes tiroirs. Son titre ? «Les Pestiférés. Londres 1666».

Pourquoi cette réminiscence aujourd’hui ? Certainement à cause de la prégnance de la confusion actuelle et de la présence grandissante de cette peur due au rampant coronavirus. Les analogies entre hier et aujourd’hui sont nombreuses.

Ce thème, cette idée d’écrire sur la peste londonienne m’était peut-être venue à la suite du 11 septembre (et de ses suites avec les calamités de la guerre d’alors en Irak). Mais ce qui a été beaucoup plus décisif dans ce rappel mémoriel n’a pas été le souvenir du livre d’Albert CamusLa Peste»), lu il y a bien longtemps. Non, c’était la lecture du Journal de Daniel Defoe sur la Peste mais aussi et surtout la découverte fortuite mais fascinante du Journal d’un certain Samuel Pepys au début des années 2000.

La plupart d’entre vous doivent ignorer qui était ce fonctionnaire, administrateur anglais du XVIIème siècle qui travaillait à l’Amirauté (la Marine royale anglaise). Né en 1633 à Londres, Samuel Pepys était de souche plutôt modeste. Ce qui va le rendre célèbre pour la postérité, c’est qu’il va tenir au jour le jour, un Journal dans lequel il rassemble les faits de sa vie de travail, de sa vie familiale (avec ses querelles et ses bonheurs), de sa vie amoureuse avec le récit de ses folles épopées extra-conjugales. En 10 ans, il va emplir six gros carnets avec une précision extraordinaire et des détails passionnants. Une plongée dans la vie de la Cité de Londres exceptionnelle.

Par peur de la cécité, son travail de diariste cessera néanmoins en 1670. Avant cela, autour des années 1660-66, Samuel Pepys connaîtra trois grands évènements : la Peste (1665), l’Incendie de Londres et la deuxième guerre de rivalité commerciale et maritime contre la Hollande.

Alors que le nombre de morts atteint des sommets (1/6ème de la population londonienne) Samuel Pepys est miraculeusement préservé. Il continue de travailler même s’il déménage provisoirement sa famille hors de Londres. La ville compte plus de deux mille morts de la Peste encore en 1666.

Ma pièce démarre en 1665, année de la Peste. Henry (très accaparé par la guerre navale contre les Hollandais) et Elisabeth Dickinson préparent le mariage de leur fille Isabella avec un comédien (ce qui, à l’époque, est mal vu). Dans la Maison, les valets et servantes parlent tout bas de la Peste et ont peur que le Maitre des lieux ne les renvoient. Alors que toute la famille, polarisée par le prochain mariage, pense enfin à se réfugier hors de Londres et fuir la peste bubonnique, une Enquêtrice va ordonner à tous les membres de cette famille de rester en quarantaine par décret. Monde inversé : ce sont les pauvres qui doivent visiter les Maisons (dont celle des Dickinson) et déterminer puis signaler tout membre atteint de la peste. Monde désormais à l’envers où les Dominés tiennent (mais très provisoirement) le pouvoir.

Pour présenter mon travail à l’extérieur, j’avais écrit un texte de présentation en ouverture de ma pièce. Le voici :

Aujourd’hui, je lis des tweets de personnes qui pensent que le coronavirus va mettre le Capitalisme à bas et qu’il y a lieu de se réjouir. Terrible illusion : le Capitalisme ne s’écroulera pas de cette façon. Il a des réserves insoupçonnées. Structurellement et idéologiquement, il est capable de se maintenir et de nous faire payer cher, très cher son maintien et ses errances. Reste que cette pandémie – dont nul ne sait quand elle s’achèvera (rappel d’importance : la Science ne sait pas tout) entraînera paradoxalement des effets de connaissance sur ce Régime qui nous asservit depuis trop longtemps, sur ce Régime si brutal, sans pitié pour les plus faibles. Et, bien entendu, ces effets sont et seront précieux dans les luttes et les combats à venir.

C’est à tous ces combattant(e)s que je pense. A ce merveilleux personnel hospitalier moqué, ignoré, qui, depuis plus d’une année, s’est associé aux gilets jaunes pour crier sa détresse et brandir sa révolte sans faiblir.

PS : Sait-on jamais ? Pour qui s’y intéresse (de préférence éditeurs & gens de théâtre), mon texte est… disponible.

Les flèches de BiBi.

Les Flèches de BiBi

Les flèches de BiBi sont lancées. Elles vous toucheront et – BiBi l’espère – toucheront leurs cibles.

C’est reparti pour un Tour.
Au moment même où l’on présentait haut et fort le profil du prochain Tour de France en présence de Contador et d’Armstrong, on ne pipait mot sur l’arsenal «thérapeutiquement étonnant» trouvé dans leur équipe Astana lors du dernier Tour.
C’est que sur la Grande Boucle, on se doit de boucler le Tour et… de la boucler.
 
Tirelire chinoise très colorée.
La Chine a augmenté le nombre de ses milliardaires en 2009. Elle se place au second rang mondial: 130 contre 359 aux USA mais devant la Russie (32) et l’Inde (24). Hier, Gardes rouges. Aujourd’hui, billets verts. Demain, péril jaune ?
 
La face cachée des Moon.
Le Révérend Père Moon, fondateur de l’Eglise de l’Unification, cède la gestion des affaires quotidiennes à ses 3 fils. Seule différence avec Jean Sarkozy : les trois fils sont diplômés de l’Université d’Harvard. Même ressemblance : ils sont cons comme la Lune.
 
Propos maigrichons.
Karlito Lagerfeld rejoint Chouchou lorsqu’il dit préférer les femmes maigres : «Personne ne veut voir des femmes avec des formes». L’un s’occupe des formes, l’autre des réformes mais l’argument est léger. Et aucun des deux n’en sort grandi.
 
Richard Malka, un avocat abîmé.
L’avocat de Clearstream se dit «fatigué et usé par huit ans de procédures» contre Denis Robert mais sa fatigue vient d’ailleurs. Richard Malka tente en effet de dessiner des BD et de les vendre. Aigreur et jalousie de voir que celle de Denis Robert («L’affaire des Affaires» chez Dargaud) se vend comme des petits pains.
 
Sœurs jumelles.
Marie Drucker (ex attachée de cœur de François Baroin) et Béatrice Schönberg (épouse de Jean Louis Boorlo) sont des journalistes indépendantes du pouvoir politique. Les deux présentatrices de la chaine publique FR3, nous ont offert une première émission sur «le Mystère des Jumeaux».En toute gémellité politique.
 
Tu touilles, tu mélanges.

Boïko Borissov est le nouvel ami bulgare de Chouchou. Il a servi Todor Jivkov, ex-Président corrompu, il a évolué dans les milieux troubles et doubles, entre les Services secrets communistes et les mafieux de l’Ouest. Aujourd’hui, il dit son admiration pour l’Europe de l’Ouest et son libéralisme. On touille, on mélange : c’est le yaourght bulgare.

Alain Minc.

Il se présente comme une sorte de Curé-Confident. Parole de vérité pour ce Conseiller des Puissants : il bénit les coffre-forts et absout le Fils bien faible.

Cinq petits tours et puis s’en vont.

Le Monde de demain ?

Bruits de couloirs et silences d’ailleurs.

Silences de Morts et bruits vivants
SILENCE DE MORT : Dans ce charmant village roumain de la Mer Noire de monde, le Maire de Mangalia a désormais interdit le défilé traditionnel des cortèges funéraires. Plus question de suivre la tradition orthodoxe qui est de promener son mort dans la ville avant d’être enterré. Le Monde du 7 août rapporte les paroles du premier magistrat : « Cela nuit au confort des touristes, génère un état de tristesse et de mécontentement, gêne le trafic pendant la saison estivale ».
BiBi ne veut pas accabler le Maire mais aimerait lui rappeler qu’en oubliant ainsi ses morts, il manque de savoir-vivre. Car si on oublie la mort, on perd un peu de vie. Ce passage d’entre-deux est, pour BiBi, le paradoxe et la vérité de la vie même.
En tous les cas, pas de tour de ville pour nos défunts roumains mais BiBi leur offre un tour gratuit sur son site.