Promesses, toujours des promesses.

          A la porte

« Promis promis je te serais un frère une mère un copain de longue date un nouveau pote parfois même confident en pays lointain je te serais une rencontre de passage parfois pas sage du tout du tout un amoureux millénaire un client d’arrière-boutique un homme sur la réserve un acteur d’avant-scène un enfant qui soulève les jupes un ado qui baisse les yeux parfois encore un chaud lapin au sang-froid parfois un homme sans chaleur une marmotte qui laisse froid un marmot qu’a le sang chaud parfois encore un timide qui soulèverait des montagnes un vantard qui rentrerait sous-terre parfois encore je voudrais ne rien vouloir de toi mais en attente de tout je voudrais rester un homme tout doux un bon à rien une nullité une sommité un zéro un Zorro un beau petit héros un héron petit patapon un soldat désarmé un déserteur désarmant un amant en campagne un gars de la ville de la Grande Ville un rat de grand opéra un rageur rongeur qui ronge son frein un souriceau qui sourit un sot pris au lasso un homme sans calcul un matheux sans nombres une ombre sans Soleil un Roi-Soleil un Homme de l’Ombre un Prince des Carpates un bébé à quatre pattes voilà ce que je voudrais être pour toi voilà ce que je resterais pour toi pour toi tout à la fois sans tenue tout nu et avec retenue voilà ce que je voudrais être ton lien ténu ta ficelle de crin ton câble d’acier ton bout de chou ton bout de bois ta forêt et tes clairières tes éclairs et tes éclaircies je suis et voudrais être tout ça avec cette foi qui déplace les monts les monceaux et les montagnes je voudrais marcher sur les eaux de nos lacs me cacher dans nos entrelacs être sur tes rives et tes dérives descendre dans tes vérités graves m’étendre dans tes vallées tes vallons et tes allées caresser tes courbes épouser tes galbes voilà où je voudrais être d’ailleurs j’y suis déjà te gravant dans mes mémoires et ma mémoire gommant mes fautes gourmand des tiennes sautillant à tes sautes d’humeur riant à tes traits d’humour oui oui je te serais frangin et sœur des Pauvres riche compagnon grain de sable et graine de violence je serais ton lointain bonhomme ton tout proche penchant ton arbre de salut ton bûcheron qui bûche ton jardinier qui jardine ta fée du logis ton effet illogique ton armure d’amour ton amour de toujours ton homme de paille ton brin d’herbe ton trou d’air ta respiration à quatre temps ton souffle court ton pêcheur au long cours oui je serai ainsi je serai tout cela mais attends attends attends une petite minute je ne suis pas encore prêt mais cela viendra oui promis promis je viendrai promis promis drapé de tous ces rôles râlant rigolant maugréant hâbleur tout en pleurs en bonheurs je suis je serai là juste à la bonne heure à la minute près prêt à la seconde oui je serai là ça y est me voilà oh, n’aie peur ni de mes silences ni de mes paroles hâtives ni de mes bluffs ni de mes folies promises ni de mes promesses non tenues ni de mes songes de mes mensonges ni de mon calme olympien ni de ma méforme olympique.

Oui promis promis promis je serai tout à toi. »

One Response to Promesses, toujours des promesses.

  1. fatus dit :

    excellent, couac… comme l’écrirait volontiers mon ami le financhier helvet’éthique, mon souhait le plus cher, en fêtes de fin d’années, c’est qu’il ne me coûte rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *