Delphine Arnault était dans la salle d’attente.

BiBi est allé chez son médecin et dans la salle d’attente, il rencontra – via et . La vie des riches donne toujours, hélas, quelques aigreurs supplémentaires à BiBi.

BiBi a déjà raconté le Mariage de Delphine avec du 17 septembre 2005. En guise d’apéro, les amis de BiBi peuvent toujours retrouver les parfums de ce beau mariage de Delphine au Château d’Yquem avec les invités d’honneur d’alors (Sarkozy, Védrine, T.Breton, JF Copé, Donnadieu de Vabres, Bébéar, Pébereau, Ernest-Antoine Seillières, les Dassault, Thierry Desmarets, Edmond de Rothschild, A.Bernheim etc). Aussi classe que la réunion du Fouquet’s, non ?

Ah ! Delphine ! Qu’était-elle donc devenue celle qui siégeait à moins de 30 ans au Conseil de LVMH et du Cheval Blanc ? BiBi, en salle d’attente de chez son Docteur, ouvrit au hasard «Point de Vue» (du 30 décembre 2009) et ce qu’il lut ne manqua pas d’intérêt. On y voyait « l’élégante décideuse » papoter au bras de son frère Antoine, lors de la matinée « Rêves d’Enfants » organisée à Noël par l’Association pour le Rayonnement de l’Opéra. Dans la foule des invités, on reconnaissait Jean-Luc Delarue, Fabienne Bazire, la phénoménale , son Pourfendeur d’Auvergnats et ses chères petites têtes blondes (Amaury, Edouard et Maxence).

BiBi se dit qu’avec la vie des riches, il était inutile de se rendre plus malade encore. BiBi délaissa donc « Points de Vue », attrapa le dernier « VSD » mais tomba à nouveau sur Delphine en goguette. Cette fois-ci, BiBi reconnut son cher frère, Antoine, entre et Alexandra Lamy. Un peu en retrait, du côté du bar, Béatrice Dalle jouait la rebelle fatiguée. Cette soirée-vernissage, au Palais de Tokyo à l’Art-Club, célébrait un artiste chinois, Ji-Ji, protégé d’Antoine (Monsieur aime beaucoup l’Art, comme son Papa). Delphine ne cessait de parler de sa merveilleuse soirée du mardi 16 dans les Salons de Dior. «Une cérémonie sobre » répétait Delphine. Oui, une sobre mais étonnante réception pour la remise de l’Ordre du Mérite à son humble personne.

Delphine ainsi récompensée y fit en effet un très beau discours. Elle singea Carla en citant, comme elle, deux de ses auteurs préférés : André Maurois et Jean Cocteau. Elle fit un jeu de mot bouleversant sur Christian Dior («nom magique qui comporte Dieu et Or »). La nombreuse assistance était ravie.

On chercha en vain Alessandro mais Bernadette Chirac était là. Elle demanda même à Delph’ une pièce jaune d’un rire de même couleur. Antoine Berheim, 85 ans, lui parla avec assurance de Generali ; le baron Albert Frère fit de même avec les moules-frites de Bruxelles. La divine Delph’ y alla même de sa petite larme lors de la remise de son insigne par Christian Estrosi devant le Papa très ému. Papa était en effet très fier d’installer définitivement sa Fifille dans le ghetto du Gotha. Il se prépare à en faire de même avec le Fiston-à-Pistons, , 32 ans, déjà dir’ Com’ de LVMH, déjà administrateur du Groupe et déjà membre du Conseil de Surveillance des « Échos », le quotidien de Papounet.

BiBi regarda la tablette où s’empilait les journaux et hebdos (Le Figaro, Le Point, Challenges, Psychologies, VSD) et eut un terrible haut-le-cœur. Au même moment, le Docteur ouvrit la porte et le salua : « C’est à vous, BiBi ». Et pendant que BiBi se levait difficilement, le bon Docteur s’inquiétait déjà : «Dites donc, BiBi, vous avez bien mauvaise mine».

5 Responses to Delphine Arnault était dans la salle d’attente.

  1. Très important la sobriété, sinon on tombe dans la vulgarité… « le fric c’est chic »

  2. Estrel dit :

    Salut Bibi,
    Viens de lire ton article sur Delphine Arnault.
    A pleurer.
    De vacuité, de jalousie mal placée probablement, mais bien aligné dans la mouvance gaucho anti-riche.
    Tu dois adorer libé.
    Je ne veux prendre la défense des riches ou des « famous people » mais vous êtes tellement à continuer à croire que la vraie provoc c’est de tirer sur eux…
    Tu veux un scoop plus moderne?
    Vise Goldman-Sachs, JP Morgan ou Barclays et tu fera une B.A plus utile.

    Salutations,
    Estrel

  3. BiBi dit :

    @Estrel

    Tu as tort de ne pas relier ce que je dis dans mon billet à Goldman-Sachs, JP Morgan ou Barclays car – c’est encore plus vrai aujourd’hui – il y a comme un lien souterrain qui unit les Classes supérieures : les héritages ( Papa Arnault refile les postes à la fifille et au fiston-piston par exemple), le mariage ( on place Delph’ avec Gancia l’homme à l’apéritif et on l’inclut ds le Conseil de Surveillance de Dior)… Tout cela sur fond d’intérêts communs avec la Haute Finance.

    Et ce qui fait lien pour nous cacher tout ça, c’est la Presse ( pas que « people »). Ainsi Lagardère (JDD, Paris-Match, Elle etc) et Dassault (Figaro etc) sont des grands amis de Bernard Arnault, ce même Bernard Arnault qui a soutenu Sarkozy, qui a mis en N°2 de LVMH un UMPiste pas très clair ( Nicolas Bazire, ami d’Hortefeux) et une jeune dame ( Bernadette Chirac).

    Tu as tort de croire que mon billet verse dans l’animosité et/ou la jalousie ( même si tu es libre de le croire). Derrière mon humour, j’y souligne là une solidarité de classe qui cimente la Classe dominante( je te renvoie aux livres de Monique Charlot sur le Ghetto du Gotha et sur « Le Président des Riches »)

    La « lutte des classes », ce n’est pas la vision simpliste de « pauvres » contre « riches » que tu sembles me prêter.
    Et enfin, tu devrais lire plus souvent mon blog et tu t’apercevras que je n’adore pas Libé, ni son financeur, ni Lolo son rédacteur en Chef.

    Merci de ta visite.

  4. de la mata jeanpaul dit :

    Incroyable, plus de 2 ans après,l’Estrel…T’intimides les filles dis-donc le Bibi,la preuve, elle a attendu tout ce temps pour te tirer dessus….hé,hé ?

  5. BiBi dit :

    @de la mata
    Je suis sur qu’elle doit me tirer dessus avec de jolis yeux revolvers.
    Et ça, c’est permis (et souhaité) chez BiBi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *