Poésie patronale à L’Expansion.

Parfois BiBi retrouve de vieux numéros de ses revues préférées. Faisant le grand nettoyage, il fut surpris de trouver quelques numéros de l’Hebdo patronal « L’Expansion ». Avant de les verser dans les poubelles bleues (seuls endroits qu’ils méritent), BiBi s’est attardé sur quelques pages.

Cabri90 sur lexpansion.com

Dans le Courrier des Lecteurs, on peut lire les envois de Grands Penseurs en expansion. L’un d’eux – Cabri 90 – a remporté le Premier Prix :

«En 1958, un grand patron «valait» 64,1 ouvriers. En 2011, il en « vaut » dix fois plus, soit 655 ouvriers payés au smic. D’où vient cette différence ? Le patron a travaillé dur quand il était jeune et il travaille encore, alors que l’ouvrier ne fait rien, est malade et fait grève (de moins en moins, donc c’est qu’il est content)». Premier Prix mérité, non ?

de A à Zéro.

Jean Azéma, directeur général de Groupama, pas gêné de travailler tout azimut. Juste un peu «compliqué» pour lui ce cumul éhonté :

«Société Générale, Bolloré, Mediobanca, Veolia Environnement : j’exerce quatre mandats d’administrateur. Si l’on fait sérieusement son travail, c’est parfois compliqué de gérer l’emploi du temps».

Barbier-Bleu et ses 7 femmes.

14 juin 2011 : Coquelet en écharpe rouge, recevait quelques femmes d’influence dans la salle à manger du groupe Express-Roularta et lançait le thème de la «Réussite au Féminin». L’article de l’Expansion commence ainsi : «Elles sont jeunes, elles sont belles, elles ont gravi tous les échelons (…) et veulent faire profiter les autres de leur expérience».

Jeunes, belles et en réussite : on dirait une pub pour promotion canapé, non ? Toujours est-il que BiBi a longtemps rêvé sur le patronyme infiniment délicat de ces Dames : Delphine Marçais de Segonzac, Sarah-Marie Arnett, Chantal de Saint-Salvy, Isabelle Hennebelle…

Tout à fait Thierry.

est sur le canapé rouge de l’Expansion. En bobo de Droite populo, il dégaine son sourire revolver. Il nous la joue amateur de poésie et cite son poète préféré . Une petite citation pour toi, Thierry, toi qui lèche les bottes du Président des Riches et Visiteur permanent du Fouquet’s et de l’ : «Ca n’est pas possible, il doit y avoir autre chose dans ce pays que cette affreuse passion pour l’argent, balzacienne, démodée, odieuse, grandiloquente».

7 Responses to Poésie patronale à L’Expansion.

  1. MHPA dit :

    L’aventurier Thierry « Moravagine » Mariani, tremblant aux soubresauts du CAC 40, terrorisé par un peuple qui oserait le défier en ne portant pas de cravate et qui se refuserait à arborer une coupe de cheveux de chef d’agence bancaire à grosse responsabilité.
    On est bien barré.
    Parfois, je me dis qu’on devrait interdire la poésie aux crétins, parce qu’ils ont cette sale manie de transformer ce qui en ce monde est encore beau, en horrible merde clinquante.
    En bons publicitaires, quoi.

  2. BiBi dit :

    @MHPA
    On se souviendra de Blaise Cendrars.
    Mais qui se souviendra de Thierry… euh Thierry… Ah oui, Thierry Mariani ?

  3. Robert Spire dit :

    A l’instar de son idole, ce Thierry irait-il jusqu’a sacrifier sa main droite pour sauver les bourses de la patrie en danger de faillite?
    Robert Spire

  4. Rem* dit :

    Dis, Thierry, sommes-nous encore loin des îles Caïman ?
    ( La Petite Jehanne de France dans le Transsibérien, revu et corrigé par ce Thierry-kek’chose…)

  5. BiBi dit :

    @REM
    Ah les îles Caïman !.. là où dorment les Crocodiles de la Haute Finance…

  6. de la mata jeanpaul dit :

    7 gonzesses ?

    C’est déjà difficile d’en supporter une ,alors 7 ?

    Je parie qu’elles font de toi ce qu’elles veulent le Bibi ?

  7. BiBi dit :

    @de la mata
    Si tu savais comme c’est bon lorsque 7 femmes font de moi ce qu’elles veulent.
    Gros jaloux, je ne partage pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *