Ma BIBIOTHEQUE.

*

Avec sa vidéo – qui vaut beaucoup mieux qu’un long discours – BiBi ouvre sa BiBiothèque  aux curieux et aux curieuses de son blog (vidéo déjà mise en ligne en 2010). Il ne s’agit pas de se servir de ce clin d’œil pour étaler (sa) science et (sa) culture. BiBi ne niera pas cependant un zeste de narcissisme et un peu d’orgueil (un peu, hein !) dans cette offrande ! Cependant, son souhait est plutôt d’ouvrir sa passion personnelle du Lire à l’air libre du Partage.

*

*

BiBi n’est pas tombé dans les livres dès son plus jeune âge. Il a vécu l’Aventure de la comme un parcours de Combattant depuis l’âge de 14-15 ans (avant cela, il fut un beau cancre).

Ces lectures au fin fond de ses nuits, BiBi les doit à ses ami(e)s avec une pensée pour Gérard, passionné de Dostoievski et parti dans le bleu du ciel, pour Serge et Monique, Jean-Luc et Chantal, Claudine, Bernard et Nelly, Michel et Annick. Il sait aussi que cette pulsion incompréhensible du Lire vient de profondeurs inconnues et qu’elle demeurera une énigme au long cours, jusqu’au baisser de rideau.

*

La Sociologie s’y croise avec la littérature, s’entremêle avec la Musique et la Poésie. La Série Noire côtoie Maurice Blanchot et Antonin Artaud. Lectures-BiBi qui semblent glorifier des Noms mais non, ce n’est pas ça. Il faut se garder d’idolâtrer. Plutôt admirer (sans restriction ?).

Pour BiBi, ce sont les Brûlures de lecture qui comptent, ce sont les Instants vitaux que ces lectures font naître qui comptent.

*

L’Art est une force matérielle qui nous botte le cul et nous bouste la Pensée sans arrêt. Une ligne d’Artaud ou de Baudelaire suffit à nous changer de fond en comble. C’est en cela que les livres nous aident. Ils nous aident à trouver Amitiés complices et non-complaisantes, à choyer nos Amours orageux. Bref, ils nous aident à forger le seul Art qui vaille : l’Art de Vivre.

 

5 Responses to Ma BIBIOTHEQUE.

  1. Robert Spire dit :

    En lisant cet article je repense à cette expression de Frédéric Schiffter: « … le dilettantisme est l’élégance de l’ascèse. »
    http://lephilosophesansqualits.blogspot.fr/2017/01/otium-cum-litteris-ii.html

  2. Robert Spire dit :

    En août 1968 le poète Alain Jouffroy posait la question « Que faire de l’art? » Il répondait en faire un art de vivre « refusant de jouer le jeu de la normalité culturelle ». Donc un travail de sape: «le commerce consiste à transformer les expressions les plus libres de la pensée en produits, et c’est plus que jamais, contre cette instrumentalisation économique de la pensée, qu’il faut trouver des moyens, ironiques, inattendus, de sabotage.» (1998)

  3. BiBi dit :

    @RobertSpire
    Tu me fais penser à un livre de C.Prigent « A quoi servent les poètes » chez POL et à un autre de Bernard Noël…dont j’ai oublié le titre…
    Bibien à toi.

  4. Robert Spire dit :

    « L’outrage aux mots » ou « Le dieu des poètes »:…Notre destinée, enfin, n’a plus d’alibi. La culture sera désormais le sens de notre vie, ou rien: un rideau de fumée. (Bernard Noël)

  5. GERMAIN Anne-Marie dit :

    Magnifique. Merci d’avoir mis des mots de cette force sur ma passion, passion partagée tous les jours dans le cadre de mon travail. Je suis bibliothécaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *