Journalistes et…bloggeurs : faut-il les critiquer ?

Le Groupe de Jean-René Fourtou (patron de Vivendi) se fait le Serviteur zélé de . Il y entraîne de vieux copains « journalistes » – , Etienne Mougeotte, Charles Villeneuve etc – pour renflouer les caisses (de résonance) des Puissants. A l’opposé, des journalistes mi-narquois, mi-désespérés, le plus souvent dans la précarité, tentent de nous informer.

En 1976, les Partis de Gauche stigmatisaient déjà le Pouvoir et les fortunes financières qui tenaient – via Robert Hersant (« Herr Sant » pour le Canard Enchaîné) – la Presse et les Médias. La dessinatrice Chantal Montellier, travaillant alors occasionnellement à France-Nouvelle (hebdo du PCF), livrait ses états d’âme, intitulant ironiquement sa planche en « Une Histoire excessive »…

Une Histoire brutale, toujours d’actualité…

*

Le thème du «Journalisme & journalistes» réapparaît aussi chez les Blogueurs puisque fait un billet intitulé : «Il faut critiquer les journalistes», billet où l’on apprend qu’il sera futur (bon courage !). Étrange titre de sa part : 1. il faudrait critiquer LES journalistes (sa prochaine corporation) et 2. Il FAUDRAIT critiquer les journalistes.

Pour BiBi, les meilleurs écrits qui touchent au journalisme prolétaroïde restent les articles et le livre d’Alain Accardo Journalistes au quotidien» au Mascaret) et sur l’Aristocratie journalistique, le livre «Les Editocrates» à la Découverte.

s’y demande pourquoi les journalistes dans leur grande masse ne s’insurgent pas davantage contre le fait qu’ils soient considérés comme des marionnettes. Pour lui, il faut D’ABORD analyser le champ qu’ils occupent et sortir de la vision réductrice qui ne prendrait en compte que les rouages qui les broient. Des journalistes – heureusement – se révoltent mais ce phénomène semble très limité et n’enraye nullement le fonctionnement du système.

Le milieu est individualiste, narcissique au possible et souvent malheureux (on boit beaucoup dans le métier) : il demande du capital symbolique accumulé, une visibilité sociale (les grandes signatures), une reconnaissance par ses pairs etc. Et si on reste – pour les plus jeunes – dans la précarité, on est en même temps gratifié par le fait d’avoir (un certain) droit de vie et de mort sur l’existence sociale des acteurs de la vie du pays. Cette fascination est la base objective qui entretient solidarité et défense de la profession tant bien même les journalistes sont en état de perpétuelle concurrence.

Enfin un point tout aussi important : avec les acteurs du Net, il y a certes du changement mais on assiste à un agrégat entre Médias qui se refont une santé électronique et Nouveaux Entrants dans le champ du Marché informatif (bloggeurs, créateurs de Sites informatifs etc). Les grands sites des journaux se sont vite mis au pli pour truster le Top niveau. Quant aux bloggeurs, ils visent, eux aussi, à capitaliser de la notoriété (BiBi s’inclut dans le jeu). A la moindre occasion, ils cherchent à être «influents», ils font du lien, se dotent d’Instance de consécration (voir la folie et la soumission qui saisit tout aux résultats mensuels du , voir la fascination pour le nombre d’abonnés sur réseaux sociaux etc).Temps de recomposition entre Journalisme à l’ancienne et l’Info-Net mais les clivages demeureront. Chez certains, on appelle ça à juste titre la Guerre idéologique.

Sarkofrance écrit : «Un journaliste m’a dit un jour de 2008 que les polémiques d’antan avait disparu. Qu’on manquait de joutes inter-journaux. Qu’il faut secouer ses contradicteurs, sans dépasser les bornes. Il a toujours raison». BiBi observe pourtant le même phénomène de retenue dans la blogosphère (est-ce la politique du lien qui intimide ?). BiBi se souvient de hauts faits d’armes où il s’aventura à analyser/critiquer des bloggeurs de gauche au Congrès de Reims ou à râler contre le billet d’un benaliste chez un bloggeur lyonnais. Ouh la la :  que c’était bon ! Y avait au moins de la Joie et de la Pensée.

Il serait peut-être alors temps d’écrire un billet avec ce titre : «Pourquoi il faut critiquer les bloggeurs»?

7 Responses to Journalistes et…bloggeurs : faut-il les critiquer ?

  1. juan dit :

    Il faut, bien sûr, critiquer les blogueurs. Mais il me semble que nous récupérons pas mal de critiques déjà. En fait, tout dépend d’où vient la critique. Certains chargent tel ou tel « influent » pour se faire connaitre. Mes critiques les plus acerbes viennent de celles et ceux que je connais et que j’estime.

  2. Jacques dit :

    Tiens, marrant, moi aussi j’ai publié un billet sur la bande à Fourtou.

    Bien à vous,

    jf.

  3. BiBi dit :

    @juan
    Critiquer les journalistes, BiBi ne s’en est pas privé (voir rubrique JDD du Frère Lagardère, relevés des propos des journalistes du Monde, du Figaro etc). Critiquer les bloggeurs de Droite extrême et de « gauche » aussi (ce ne sont évidemment pas les mêmes critiques).

    Appartenir à une « corporation » (celle des Blogueurs) tend à souder les liens au nom d’un unanimisme facile et entraine beaucoup de bloggeurs à adoucir – hélas – leurs critiques…

    Mais peut-être que ma connaissance de la Blogosphère reste limitée et que mon appréciation est partielle ?

  4. Plus que les journalistes, dont quasiment la moitié est en situation de précarité, c’est le système qu’il faut critiquer.

    Je ne demande pas aux journalistes d’être des héros. Ce qu’il faut critiquer, me semble-t-il, c’est tout un système médiatique avec sa noblesse, son tiers-état et ses esclaves, tous aux ordres… sauf quelques francs-tireurs.

    Des médias dominants qui sont aux mains (directement ou pas) des groupes industriels et publicitaires.

    Dans ce paysage médiatique, sont arrivés les blogueurs. La blogosphère est très diverse. On peut regretter que certains adoptent les mêmes comportements que des journalistes, avec articles complaisants et renvois d’ascenseur… Sans parler que certains aident à remplir les pages web de certains médias, concurrençant ainsi les journalistes de profession (leur piquant leur gagne-pain?). Mais le choix est si vaste, qu’on fait soi-même son marché

  5. Robert Spire dit :

    Oui il faut critiquer les bloggers, commençons par Bibi: c’est vraiment une « Rubrique à brac » ce blog!
    (on me dit dans l’oreille que ce n’est pas une critique..Ah, bon…)
    Quant-à critiquer les journalistes, déjà faut en trouver un en France. On parle bien de journalistes pas des domestiques blablateurs ou porte-paroles des puissants?
    Robert Spire

  6. BiBi dit :

    @robert spire
    ça me plait ce « rubrique à brac ».
    J’ai des raisons lorsque j’argumente mais pas forcément raison. Je n’ai pas trop peur de changer d’idées comme d’autres changent de chemises. Mais je n’irais pas jusqu’à baisser mon pantalon 🙂 Aussi allez y dans les critiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *