Nicolas Sarkozy, amoureux fou de la Peinture !

Lors de ces derniers mois, fait flèche de tout bois. Il investit tous les domaines culturels. Un vrai glouton ! Cette fois-ci, il nous dit son incroyable amour de la Peinture.

L’Homme des Temps Nouveaux.

Ayant désormais abandonné le cinéma des Clavier-Reno-Chazel & Co, il s’est accoquiné avec les grands cinéastes : Dreyer, Pasolini, Fellini et tutti quanti (Lire ici). Ayant délaissé les Œuvres Complètes de Didier Barbelivien, il s’est rué sur Proust, Camus (pas le cognac, hein ?), Nerval etc. (Lire ici). Et ce n’est pas fini : le voilà à présent tombé dans les pots de peinture. Notre Chouchou s’adonne plus que jamais à la contemplation de tableaux. Dernièrement, il s’est rendu à l’atelier parisien du peintre .

Et c’est un petit entrefilet de Paris-Match qui nous le dit.

Stratégie de la Discrétion.

Une fois de plus, BiBi rappellera ici cette Opération Discrétion, fomentée par et son équipe de Com’. Le Chef de l’Etat doit se faire rare et discret, n’intervenant que lors de choses qui en vaillent le coup. La stratégie de Conquête du Monde Intellectuel (appuyée par les éditocrates, intellectuels médiatiques, chiens de garde, plumitifs impressionnables etc) se fonde sur la Discrétion mais d’une discrétion fortement répercutée par les Journaux et Hebdos à la botte.

La Botte Lagardère.

On connaît la botte Lagardère, propriétaire de Paris-Match où BiBi a trouvé cet entrefilet qui n’a l’air de rien mais qui joue un rôle de Com et de persuasion essentiel.

  1. Paris-Match ne parle guère de Sarkozy dans son dernier numéro. Il se plie aux ordres de cette stratégie en douceur.
  2. Paris-Match inscrit ce petit entrefilet qui se trouve «perdu» dans les Nouvelles et Potins du Monde politique. On y apprend que Chouchou et sa Chochotte () ont rencontré le peintre Soulages dans son atelier parisien. L’échange Chouchou-Soulages aurait duré une heure. Et cette rencontre, souligne Paris-Match, s’est faite «en toute discrétion».
  3. L’Opération est habile : Paris-Match, lui, ne se vend pas en toute discrétion et cet entrefilet se trouve – mine de rien – dans une des rubriques les plus faciles à lire et à retenir.
  4. Bénéfices : on ne peut accuser Paris-Match d’être aux ordres puisqu’il n’y a que 4 pauvres petites lignes sur le Maitre Nicolas. Mais, souffle BiBi, par ces 4 lignes, l’info n’en prend que plus de poids de Propaganda.

Frank Louvrier, pâle copie de .

Du coup, cette discrétion démultipliée n’en est plus une mais elle se pense diablement efficace – comme en sont persuadés Louvrier et son équipe. Ce vilain Louvrier ne fait d’ailleurs que copier lamentablement le Pionnier de la Com’ politique, Jacques Pilhan, homme de Com de Mitterrand et de Chirac. (Voir article BiBi).

Quatre lignes qui disent tout.

Reprenons ce petit encart qui n’a l’air de rien. Tout y est : l’ «atelier de Pierre Soulages» (pour les intellos, «atelier» sonne bien) ; les mots «en toute discrétion» (Ainsi Chouchou s’est assagi, il est plus posé) ; Chouchou rend visite à Soulages «avec Carla» (c’est un bon mari, il partage tout, il ne court pas les jupons comme DSK et ce sera un bon Papa-Président). De plus, il a échangé « UNE HEURE» avec le peintre ! Jusque-là, nous avions un Président qui avait la Danse de Saint-Guy et la parole brutale. Fini tout ça : on n’est plus au Salon de l’Agriculture ! Le Président est capable de parler et d’échanger UNE HEURE avec un des peintres les plus renommés de la Planète.

Au fond, rien de changé dans cette minable Stratégie déjà éventrée par BiBi. Louvrier et son équipe de Con’ continuent de nous prendre pour des ânes. Peut-on croire un seul instant à un Chouchou dialoguant avec Pierre Soulages alors que, encore hier, il ne connaissait – pour les vanter – que les tableaux d’un seul vendeur de croûtes : son père,  ? Finalement, Chouchou veut – via cette pauvre stratégie discrétionnaire – toujours se faire voir. Et plus que jamais.

Et si, effectivement, en unissant nos forces en 2012, on aidait le bonhomme à aller véritablement se faire voir ?

5 Responses to Nicolas Sarkozy, amoureux fou de la Peinture !

  1. marsupilamima dit :

    le rapport à la culture des politiques est tjrs intéressant. Sarko and co ne savent pas au contraire de leurs prédécesseurs comment l’aborder, cela les dépasse, visiblement (et ce n’est pas l’actuel ministrion qui va arranger les choses).

  2. brun michelle dit :

    tu sais BIBI, il n’est jamais trop tard pour apprendre et si il ne s agissait pas de ce Monsieur je penserais probablement que tu es injuste … mais…. l’homme est rusé et les petites gens comme moi pourraient se laisser prendre au jeu enfin pas si sur !!! on apprend pas aux vieux singes à faire la grimace disait tata Paulette ……

  3. BiBi dit :

    @marsupilamima
    @michelle brun
    Quand on a été élevé dans la Culture de la « Gagne » et le Culte de la Performance, le rapport entretenu avec les choses artistiques est évidemment délicat.

    Dans le cas social qui nous préoccupe, ce sont plutôt les efforts de Louvrier, chien de garde du Couple présidentiel, qui intéressent BiBi. Ces efforts sont certes dérisoires mais on aurait tort de les négliger.

    BiBi se fait quand même un plaisir immense à relever ces tentatives minables de « Frankie ».Pour refaire le Portrait de Nicolas, il avait commencé par la Grande Littérature, avait poursuivi avec le Cinoche. Aujourd’hui, la Peinture.
    Demain, Chouchou nous parlera Sculpture, BD ou Poésie. Ah ça, oui : on n’a pas fini de rire.

  4. marsupilamima dit :

    ce qu’il faut voir aussi, c’est que (et oublions momentanément d’autres polémiques), avant sarkozy, la culture était une priorité sinon budgétaire (sf lang qui a eu du bol) du moins intellectuelle et cette admiration soupçonneuse pr la chose culturelle était reflétée dans les medias, ou du moins, en presse écrite. Aujourd’hui, c’est la cousine bette….moins on en prle et mieux on est dans l’air du temps

  5. BiBi dit :

    @marsupilamima
    Une direction vers laquelle penser : cet article d’Alain Accardo:
    http://blog.agone.org/post/2010/07/05/Le-Fetiche-culture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *