Obama, Cassius Clay et Tommie Smith.

Cassius Clay

En 1965, n’était pas encore Mohammed Ali. , grand reporter cinéaste était l’un de ses amis blancs et il côtoyait quasi-quotidiennement le grand boxeur en vue de réaliser un film sur Harlem, la boxe et les Noirs musulmans. A l’heure où s’assoit dans le fauteuil de Président des Etats-Unis, on a du mal à se souvenir de la haine et du racisme exacerbés qu’avait fait naître la fulgurante arrivée de Cassius Clay au firmament de la Boxe et du Sport mondial. BiBi livre des extraits de cet interview retrouvé dans le numéro du 22 novembre 1965. Ce sera son clin d’œil amical d’aujourd’hui à l’Amérique des Droits Civiques.
  – Cassius Clay est-il impopulaire aux Etats-Unis ?
  – Oui, pour l’immense majorité des Blancs, non pour les Noirs.
  – Pourquoi n’est-il pas populaire parmi les Blancs, alors que Joe Louis l’était à son époque ?
  – Après son combat vainqueur contre Liston, Clay n’a pas été comme les Américains auraient voulu qu’il soit, il a hurlé partout : «Je suis un Noir, je suis l’homme le plus fort du Monde, je ne crois pas à l’intégration forcée». Cela a profondément choqué les Américains car s’ils veulent bien applaudir un Noir conciliant, ce qu’ils ne veulent pas, c’est qu’un Noir soit content d’être un homme noir et le proclame. A partir de là, ils ont souhaité la défaite de Cassius Clay.
  – Qui est au juste Cassius Clay ?
  – Ce n’est pas un crétin. Ayant quitté l’école dès l’âge de dix ans, il ne possède pas une instruction bien élevée mais il est très doué et extraordinairement lucide. De plus, il a incontestablement le sens du spectacle. Mais pour lui, la boxe n’est que sa meilleure tribune pour crier sa révolte.
  – Comment ça, « sa révolte » ?
  – Comme beaucoup d’opprimés, Clay est un déséquilibré et le fait que les relations opprimés-oppresseurs soient sans issue apparente surtout dans un pays où l’opprimé est en minorité, n’a fait qu’accentuer ce déséquilibre. Consciemment ou non, il sentait qu’il n’était pas «en prise » avec son pays, qu’il était « en roue libre » par rapport à beaucoup. Alors il s’est révolté en prenant la boxe comme tremplin. (…) Il se souvient très bien de sa jeunesse, où les chiens des Blancs le mordaient à chaque fois qu’il allait à l’école.
  – Qui gravite autour de lui ?
  – Deux sortes de gens. Ses patrons, tous blancs, qui organisent ses combats et les « Noirs musulmans » qui sont ses seuls amis.
  – Qui sont ces patrons ?
  – De grands financiers, des hommes d’affaires. Ils sont propriétaires d’une chaîne de TV, d’une marque de whisky ou d’un grand journal. Ils sont tous très riches.
  – Apparemment, ils ne font pas ça pour de l’argent ?
  – Pas précisément, ils fabriquent des champions pour se distraire. C’est un groupe d’hommes d’affaires de Louisville qui, pour s’amuser, lance un défi à des affairistes de Las Vegas. Ils reprennent d’ailleurs une vieille tradition des planteurs du Sud qui organisaient eux-mêmes des rencontres de boxe entre plantations de régions différentes. Naturellement, c’était toujours des Noirs qu’ils envoyaient à l’abattoir. Aujourd’hui, c’est presque pareil.
  – Avez-vous pu à travers ses multiples visages, saisir sa véritable nature ?
  – Une nuit, je lui ai demandé «Mais enfin, qui es-tu réellement ?» Il m’a répondu : «Qui je suis ? Mais le plus beau, le plus grand, c’est Moi ! » Puis il s’est tu et a poursuivi : « Non, ce n’est pas moi le plus grand, c’est Allah. Mais pourquoi les Noirs n’auraient pas le droit de dire qu’ils sont les plus grands et les plus forts et les plus beaux ? Les Blancs, eux, l’affirment tous les jours. En Amérique, tout est blanc. Le Président est blanc, l’administrateur est blanc, le shériff est blanc, le cirage est blanc, Dieu est blanc, Tarzan est blanc, Superman aussi, la voix céleste est blanche et les femmes se marient en blanc. Pourtant en Amérique, 10% des hommes sont noirs. Ils font la gloire des USA en sport, en musique, dans le chant, dans la danse. A quoi cela sert-il puisque aucun Noir n’a de responsabilité dans les rouages de la Nation ? On n’a pas à s’excuser d’être Noir, on n’a pas à avoir le visage conciliant, on n’a pas à demander pitié aux Blancs, au contraire, il faut revendiquer sa condition d’homme Noir ».
  – Une dernière image ?
  – C’était pendant un entraînement. Un type s’approche de Clay et lui dit : «Donne-moi un autographe, je viens de très loin pour ça. » «D’où ?» lui demande Cassius. «De Mexico » lui répond l’autre. Et Cassius commence à dédicacer : «A l’homme de M… » puis s’arrête et dit : «Comment ça s’écrit Mexico ?». Et l’autre d’orthographier tout haut. «Tu vois, reprit le grand boxeur, si j’avais pu aller à l’école au lieu d’aller dans une salle de boxe, j’aurais su écrire Mexico. Mais toi, serais-tu me voir, c’est-à-dire voir un Noir instruit ? Non, je ne le pense pas, tu serais resté à Mexico».
L’interview date de fin 1965. Deux ans plus tard, refusera d’aller au Vietnam. En 1968, à Mexico, et lèvent le poing sur le podium du 200 mètres. Ils préparent l’avènement d’Obama.

Les Amis de BiBi aiment aussi ces articles :

6 Responses to Obama, Cassius Clay et Tommie Smith.

  1. riffraff dit :

    Génial ton article Bib’ !
    C’est dingue cet interview… 1965. Je fais le calcul 2009 – 1965 = 44 ans. En 44 ans, il s’en passe des choses…

  2. Titophe dit :

    Bonjour Bibi, et merci de ton passage! Super cette interview, surtout que c’etait aussi l’année de ma naissance 😉

  3. fatus dit :

    Tiens, à propos de Cassius Clay, que penses-tu, BiBi commenta-tueur sportif de cyber-salon, de votre Tsongami d’en France qui ressemble au grand Cassius des débuts et qui pourrait, s’il ne commet pas de revers d’ici là, retrouver « notre » Rodgeur national en finale à l’Open d’Australie, si Federer n’a pas trop fait d’erreurs en demi-finale contre l’amer ricain Roddick et que Tsonga-Tsunami réédite ses exploits de l’an dernier à Melbourne … ?!

  4. admin dit :

    Rien à en penser. Notre ami Tsonga vient de subir le revers d’un espagnol en quarts de finale. BiBi regrette qu’il n’ait pas trouvé la Clay du match et qu’il ait pris la Clay des champs…Comme quoi, au Pays des Kangourous, un match n’est jamais dans la poche.

  5. fatus dit :

    Hé oui, en ce début de saison, les ibères soufflent le show et l’effroi en Australie !

  6. Frank dit :

    Un blog sur le football des années 1970, mais également quelques articles sur la boxe (Cassius Clay)

    http://football-60-70.centerblog.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *