Claude Guéant : la famille et les familiers (2).

Le Professeur et Maître : .

Le gourou de est le même que celui qui propulsa Chouchou au Top-niveau : Charles Pasqua. Celui-ci le fera directeur adjoint de cabinet au Ministère de l’Intérieur, puis Directeur Général de la Police Nationale en 1995. Secrétaire Général de l’Elysée, le Monsieur Claude va dès lors épaissir considérablement son carnet d’adresses qui ira d’Edouard Stern à Robert Bourgui, de Tapie père et fils à Patrick Balkany etc.

Sur la Françafrique, Claude deviendra le nouveau Jacques Foccart, se faisant les dents à tenter par exemple de séduire le Président de l’Angola, pays où veulent s’implanter les amis de Chouchou (Bouygues et Bolloré). D’autres missions suivront : le Rwanda, la Syrie («Quand nous avons renoué une relation normalisée avec la ­Syrie, il se trouve que j’étais le mieux placé pour aboutir»), la Libye avec les infirmières bulgares, l’entretien des amitiés de Bongo père et fils, les Voyages à Ryiad, l’éjection de Jean-Marie Bockel etc. Un haut-fonctionnaire dit de lui qu’il «a désormais la haute main à la fois sur les questions africaines et sur celles de renseignement».

, le fiston à pistons.

Sur son blog, le fils de Claude, François, se présente comme président de la Mission locale de et comme suppléant du député Loïc Bouvard, 4ième circonscription du Morbihan mais ce même fiston oublie de mentionner que Papa avait poussé , patron des Chambres de Commerce et d’Industrie, président de l’ACFCI à embaucher le cher François en 2009 pour faire du lobbying.Voir ici. Mais il se murmure que le fiston est moins doué que le Grand Patron, préférant blaguer avec Bernard Laporte et Basile Boli.

Famille Guéant : après le fils, je demande le Gendre.

Jean-Charles Charki, le gendre de Claude Guéant, fit partie des effectifs de la boutique de . Les deux hommes ont travaillé ensemble, comme au Tchad, où ils ont piloté conjointement la privatisation des télécoms. A partir de 2009, Charki va se spécialiser dans l’Afrique et le Moyen-Orient. Tiens, tiens… au moment même où Claude, le beau-père, se spécialise, lui aussi, dans les mêmes créneaux. Notons que Jean-Charles fit un passage en audit chez Arthur Andersen. Dans ce cabinet, passèrent le regretté Eric Woerth et Florian Bourges qui «enquêta» sur Clearstream.

Alexandre Djouhri.

Alexandre Djouhri est un patron surpuissant financièrement qui possède plusieurs sociétés de négoce international. C’est un soutien sarkozyste de haute volée qui compte dans ses amis personnels Henri Proglio, Yazid Sabeg et Dominique De Villepin (c’est Alex par exemple qui pousse ces derniers temps DDV à se réconcilier avec Chouchou). On dit aussi que si «les articles sur Djouhri sont rarissimes, ce n’est pas un hasard» car il veut travailler dans l’ombre.

Travailler dans l’Ombre, Claude Guéant connaît : il est à l’Intérieur depuis sa sortie de l’ENA en 1971. «Je le vois de temps à autre, dit notre nouveau Ministre au sujet d’Alexandre Djourih. Je l’apprécie. Ce n’est pas un ami intime mais il est très agréable». BiBi se demande si 1. Djourih, né dans un milieu modeste d’une famille algérienne, est Auvergnat, version Hortefeux et 2. si il a aidé Claude Guéant à étudier le Coran.

Cousin Germain.

Germain, le fiston d’Alexandre Djourih, a épousé la fille d’un proche de Poutine, Serguei Chemezov, récemment décoré de la Légion d’honneur à l’Elysée. A Londres, où il réside, le Germain s’est rapproché d’un ancien associé de Messier… tiens, tiens, le gendre de Guéant, ce même Jean-Charles Charki. L’amitié, y a que ça de vrai.

Claude Guéant connaît la Musique.

Monsieur est très très curieux. Pour se tenir au courant, il possède cinq téléphones. Toujours sur le qui-vive. On dit qu’il aime beaucoup décrypter les Médias. Les méchantes langues, bouhhh, diront qu’il les «surveille». Particulièrement, ces supposés électrons libres que sont Mediapart, Rue89 ou  Bakchich par exemple.

Monsieur Claude se plaint de ne pouvoir lire. Il adore cependant Dos Passos et Steinbeck (A-t-il seulement pu déchiffrer les «Raisons de la Colère» du peuple contre son Chouchou ?). Il aime écouter du Mozart (2012 : petite Musique de la Nuit sarkozyste ? Le Requiem ?) mais il n’a pas le temps. Il est tout chagrin de ne pas avoir pu nouer des amitiés durables. Pourtant sur son compte FaceBook, le cher Claude compte 1900 potes.

Il aime les gens mais aime t-il les Muezzins ?

Il y a encore un an, Claude Guéant confessait avec regret de n’avoir pu s’essayer à une carrière politique. Déconfiture sarkozyste oblige, il croit rendre service à son protégé en montant au créneau et en s’installant dans la provocation islamophobe. Faire de la politique «est un métier noble, exaltant». «Faire campagne, serrer des mains, ça ne me gêne pas du tout. J’aime les gens». Mais il ajoutait ce même mois de février 2010 : «Mais la question ne se pose plus. Ma carrière est derrière moi». Bon, Claude, t’es toujours là mais on fera en sorte qu’en 2012, ta carrière soit – cette fois-ci –  vraiment derrière toi.

6 Responses to Claude Guéant : la famille et les familiers (2).

  1. benoit barvin dit :

    Allez, Bibi, avouez: vous êtes une des « oreilles » de wikileaks, hein? Sinon, je me demande comment vous faites pour découvrir autant de cadavres dans les placards de nos gentils dirigeants…

  2. BiBi dit :

    @benoit barvin
    Détrompe-toi : tout est déjà en ligne. Il suffit de chercher, de trier, d’apporter un peu d’humour offensif et politique. On peut alors nettoyer les écuries et tout en se bouchant le nez… bien sûr.

  3. librellule dit :

    Tu synthétises somme toute…

    Quel boulot!

  4. librellule dit :

    Tu crois qu’on peut trouver des similitudes entre la guerre en Irak et celle de Lybie? je me renseigne.

    Le savoir est le baume de l’ignorant…
    (c’est de moi normalement)

    ;O)

  5. librellule dit :

    car moi aussi je sors bonne…

    (Elle est bonne ou pas?)

  6. […] du sort, Claude Guéant (homme-clé de l’affaire Merah et fil rouge du documentaire de Doria) est précisément le fils politique d’une figure majeure du SAC : Charles […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *