BiBi sort son tapis de prières.

1. BiBi a vécu jusqu’à l’âge de douze ans au Maroc, à , en plein milieu des montagnes du Rif. Somnolent à 5 heures du matin, il écoutait le muezzin sur la mosquée toute proche. En bas de sa rue, il voyait ses potes d’école filer à l’Eglise new-look, aux voûtes modernes, style Années 60. Dans le souk, il y avait le petit quartier juif où BiBi se rendait souvent. Là, il trouvait la plus vieille synagogue du Maroc. En classe, parmi une soixantaine d’élèves il côtoyait juifs marocains, catholiques français et espagnols, orthodoxes grecs, musulmans. Sans jamais avoir lu la BiBle, (pas d’éducation religieuse pour lui), il vécut en plein et à côté de ce petit monde des trois Monothéismes.

2. Pour BiBi, la grande question n’est pas de dire si l’on croit ou non en Dieu (et ainsi partir de l’intime, de l’individu) mais d’être assuré que toute la Puissance étatique laissera s’exprimer et préserver toute croyance. A cet égard, la France et ses combats historiques pour la Laïcité sont formidables.

3. Sarkozy a donc ouvert la Question (électoralement payante ?) de l’Islam. Dans la foulée, reviennent au premier plan des colères, des haines… mais elles sont aussi vives curieusement des deux côtés. Voilà que BiBi entend de son côté que la Religion, toutes les religions sont de la merde, que les autorités religieuses ne font que mettre la main dans la culotte des petites filles, que les Religions n’ont amené que des guerres etc. Curieux déchainement.

4. BiBi, en Ministre de l’Enseignement, imposerait des Cours d’Histoire des Religions dans les écoles et collèges publics. Cette connaissance ferait à coup sur baisser ces tensions qui naissent souvent de la méconnaissance : méconnaissance par exemple de l’imbrication très étroite des trois Monothéismes nés, éprouvés sur les terres du Moyen-Orient.

5. Bien entendu, on peut répondre que tout ça, ce sont des bondieuseries et qu’on s’en contrefout mais on  se priverait de comprendre – par exemple – ce qui se passe aujourd’hui au Moyen-Orient. On se priverait en outre de la beauté des histoires, des Mythes car ce sont des sacrées histoires que celles d’Abel et Caïn, d’Adam et d’Eve, de Jonas, de Job, d’Abraham. On lirait aussi avec plus d’acuité encore Shakespeare, Kafka et tant d’autres.

6. Aux prêtres irlandais pédophiles, on pourrait opposer cette Annécienne rencontrée par BiBi, fervente catholique, qui fit imprimer en 40-44 quelques 300 cartes d’identité pour des résistants juifs et non-juifs poursuivis par la Gestapo et la Milice. On pourrait rappeler que les Camisards, luttant contre les Dragons, flicaille de Louis XIV, étaient des Fous de Dieu et encore qu’en 39-44,  pas un seul parti politique clandestin de Gauche ne sauva un seul enfant juif dans leurs mots d’Ordre et leurs tracts, que beaucoup furent sauvés par des congrégations religieuses et par des Justes catholiques au nom de leur Amour du Prochain.

7. D’autres enseignements peuvent être tirés de la BiBle. Déjà, Georges Brassens, matérialiste en diable, conseillait de lire les Textes sacrés. Textes qui vont au-delà de ce qu’on pense des religions car ils concernent une façon d’être et de penser. Et cela va même jusqu’au choix du métier d’éducateur (celui de BiBi), métier où il faut accompagner enfants et adolescents en souffrance. Qu’on médite sur les interprétations possibles de cette Parole  V : «Honore ton père et ta mère, afin que tes jours se prolongent sur la terre que l’Eternel ton Dieu t’accordera». Territoire infini qu’ouvre cet axe de pensée qui serait par exemple de ne pas confondre cet «honore» avec «obéis» ou encore avec «il faut aimer ses parents»…

8. Et pour finir, cette histoire juive, succulente, la plus petite qui soit. Elle tient en trois mots (« Dieu soit loué !») et elle nous emmène dans tous les sens. Celui, manifeste, du Juif pingre, moqué par ses coreligionnaires (il veut louer Dieu pour ne pas trop dépenser d’un coup) et celui, latent où – belle idée – on ne pourrait être que locataire de Dieu mais jamais en être le propriétaire !

18 Responses to BiBi sort son tapis de prières.

  1. Jany dit :

    Vivement Bibi ministre de l’enseignement!! ça urge!

  2. Bien sûr que les 3 religions monothéistes issues du Moyen Orient sont totalement imbriquées les unes avec les autres.
    On sait que les personnages de la Bible se retrouvent dans le Coran. Les religions sont cousines germaines : nous sommes d’accord.

    Mais qui peut nier les (centaines ? de)millions de crimes et exactions commis au cours de l’Histoire, au nom de la Religion et perpétrés par des millions de fanatiques, Bibi ?

    Bien sûr qu’il y a des religieux remarquables, qui en douterait ?

    Mais bordel, que de victimes consécutives aux fanatismes religieux et idéologiques, dans la brève Histoire de l’Humanité !
    Pourtant, il ne me semble pas être un inculte…

    J’adore ta conclusion…

  3. BiBi dit :

    @cui cui
    Qui nie les exactions ? Pas moi. Du tout, du tout.
    Et les fanatiques juifs, les intégristes cathos et musulmans me font horreur. A combattre, les armes de l’intelligence, de la Raison à la main.
    J’ai juste un peu de mal avec cette lecture univoque où la Morale prend le pas trop vite sur l’analyse.

  4. shaya dit :

    Magnifique texte 🙂
    Peut-être ai-je croisé cette annécienne aussi … peut-être était-ce une de ses consœurs.

  5. @ Bibi

    Je ne suis pas univoque puisque non croyant, je crois, peut-être à tort en la Raison, Bibi.

    Parfois dans certains accès de puérilité, je me demande si depuis 2000 ans, 30% des finances (une somme considérable) engagées dans la religion, l’art religieux, l’architecture religieuse, etc; donc si ces 30% avaient servi à l’éducation des humains, où nous en serions, aujourd’hui ?

    Je sais que c’est une question stupide, déjà parce que nous sommes le résultat de ce monde ci et qu’il est probable que nous ne serions pas là si les évènements avaient bifurqué, mais cette interrogation me hante…

  6. laetsgo dit :

    +1000 pr le point 4 ! et ne nous arrêtons pas aux religions du Livre ! toutes les autres « religions » – aka contes et légendes – grecques, romaines, slaves, égyptiennes, j’en passe, valent la peine d’être lues. Just for the Lulz d’abord mais surtout parce que ces « histoires » ouvrent l’esprit !

  7. BiBi dit :

    @Shaya
    Cette dame s’appelle Jeanne Brousse. Son témoignage est ici : http://bit.ly/iefu6z

  8. BiBi dit :

    @Cui Cui
    Je ne te visais pas !
    Oui on peut se poser la question.
    Ce que j’aime, c’est de découvrir comment les hommes et femmes vivaient en ces temps-là, comment les exclus, marginaux, hérétiques, juifs, Marranes par exemple étaient considérés, quelles étaient leurs pensées (et leurs combats) dans un espace et temps massivement dominés par le Christianisme (pour l’Europe)…
    C’est pourquoi je conseillerais par exemple les livres de Roger Chartier et ceux d’Arlette Farge, deux merveilleux historiens.

  9. Mais Bibi, je ne me sentais pas concerné ! 😉

    La vie devait être bien dure pour les marginaux, libre-penseurs et autres hérétiques… Je connais Roger Chartier, pas Arlette Farge.
    Merci du tuyau.

  10. Sonia Khali dit :

    Je m’arrête sur le « Débat de l’Islam » que veulent relancer certains politiciens… « Débat des voix electorales » je l’appelle…

  11. Thoinot dit :

    Je pense qu’il ne faut pas confondre la violence qui est en l’homme, se manifestant sous de nombreuses formes, en général comme pouvoir sur autrui, et l’utilisation de la religion comme justification (ou alibi(bi…)) de cette violence. Pour moi la recherche de sa propre nature devrait nous amener au but suprême, c’est-à-dire le pouvoir sur soi-même, qui exclut naturellement l’exercice du pouvoir sur autrui. La religion est belle, comme le dit Bibi, d’une part parce qu’elle est constitutive de notre histoire et de notre culture, et que la rejeter nous rend aveugle à cette part de nous-même, et d’autre part parce qu’elle peut nous amener à l’interrogation vitale, existencielle, spirituelle si on veut, ou simplement humaine, sur qui nous sommes. C’est une recherche sans fond et un chemin sans fin. En tentant une conclusion, la religion peut nous faire sortir le pire, mais aussi le meilleur de nous-mêmes.
    J’aime bien ton blog, Bibi.

    Thoinot

  12. BiBi dit :

    @Thoinot
    Belle idée que d’avoir pouvoir sur soi-même mais en faire un but ? Mouais…

    A mon avis, il vaudrait mieux reconnaitre la violence en nous, accepter aussi de la penser (Question jamais réglée…)

    La « violence » est aussi l’occasion même où la vie se renouvelle. Pensons à l’amour et à la violence des sentiments lorsqu’ils sont mis en jeu. Pensons à la pensée : oui car il y a une violence de la pensée. Deleuze se demandait à juste titre: « Qu’est-ce une pensée qui ne ferait aucunement mal? »

    Avant de chercher un « remède » à la « violence » (comme le serinent les religions bien trop vite), il faudrait penser la violence « comme le moment privilégié où la vie se donne et se brise… » (Daniel Sibony)

    Heureusement il y a la parole : parole politique juste et inédite, la « poésie », les grands textes ou encore les paroles des « gens de peu » etc (pour BiBi…). Pour d’autres, ce serait plutôt les paroles bibliques et leurs interprétations infinies etc. Cette Parole qui s’inscrit alors fortement en nous calme et fixe la violence.
    Parole qui transforme alors notre rapport au Monde, qui change la violence de nos tremblements de terre intérieurs en souffles de vie.

  13. librellule dit :

    C’est intéressant.

    Devenue athée, je me demande malgré tout souvent ce que la religion m’a léguée

    Capable du pire comme du meilleur certainement

    Je la vois comme une part nécessaire de l’histoire qui nous a façonnés et dont je ne peux renier tout l’héritage

    Je me dis que les religions ont sans doute des choses à nous apprendre sur nous-mêmes mais je pense aussi qu’il serait bon d’en sortir
    Cordialement, Bibi.

  14. librellule dit :

    Il pense bien « Thoinot »
    Il a les mots pour le dire…

  15. jostretto dit :

    un peu plus athée ,chaque jour qui passe …un peu plus étrangère aussi,…..Un jour il faudra peut être penser à une réinsertion…..pas à l’ordre du jour .

  16. BiBi dit :

    @jostretto
    Toujours cette oscillation entre retour sur terre et détours célestes.
    Il faudrait pouvoir écrire – chacun(e) à son échelle – cette étrangeté qui nous saisit, ce saisissement qui nous rend parfois si étranges, si étrangers devant ce qui arrive, devant ce qui est.

  17. Un partageux dit :

    Faut que je t’embrasse ! ;o) Voilà quelque temps qui j’écris dans le même sens…

    Une remarque quand même sur le point 4 : les religions sont bien dans les programmes scolaires. C’est un poil dispersé, je l’accorde volontiers, mais on étudie par exemple l’histoire de l’islam au collège. Faudrait demander à une prof de nous dire où tout cela se niche dans les programmes mais ça y est !

  18. BiBi dit :

    @partageux
    Dimanche prochain, j’irai faire une prière pour toi.
    Le problème, c’est que je ne sais où trouver une église-BiBi. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *