Retour sur six lectures estivales.

Dessin Lectures estivales

L’été est propice à la lecture. Le soleil apporte ses lumières… de même que l’intelligence des femmes (celle de ), de même que les expériences de vie de Patti Smith, de même que la délicate profondeur de vue de (récemment disparu), de même que les réflexions de Serge Tisseron (qui n’emportent pas forcément tous les suffrages)… Voilà quelques extraits tirés de leurs travaux sur lesquels il conviendra (peut-être) de méditer… l’automne et l’hiver venus  🙂

Lectures 3

*

et MICHAEL MOREAU

Les Gourous de la Com’ (La Découverte)

« Ils ne sont que trois à conseiller, avec leurs équipes, presque la totalité des entreprises du CAC 40, tout en «coachant» des ministres et des personnalités politiques de premier plan. , et exercent ainsi une influence considérable sur la vie politique et économique française».

«  a été le premier «grand»à faire confiance à Anne Méaux, un an seulement après la création d’Image 7. Il est celui qui lui apportera une caution de prestige auprès du CAC 40 et crédibilisera son entreprise. Ce n’est pas pour rien qu’elle l’appelle aujourd’hui « mon petit client chéri ».

J.B.PONTALIS.

Un jour, le crime. (Folio).

« L’homme criminel a la vie dure, tout comme l’enfant pervers polymorphe, incestueux et cannibale à sa manière, que Freud – ce fut et demeure un scandale – a décrit dans les Trois Essais. Après lui, enfoncera plus avant le clou : sadique, vorace, envieux, destructeur, possessif, le petit homme. Mensonge rétrospectif que l’évocation d’un «Vert Paradis». (…) Les motifs ne manquent pas pour ébranler la confiance de Freud en une bonne société. Quel a été le motif déterminant ? Est-ce la Grande Guerre, cette tuerie, est-ce son cancer, cette attaque interne dévastatrice, est-ce la confrontation avec ces héros du négatif que sont les patients préférant leur souffrance à la guérison au point de répéter obstinément leurs échecs et de n’avoir qu’une visée : mettre à mal l’analyse, l’analyste et eux-mêmes ? Plus que la guerre, plus que le cancer peut-être, ce sont eux qui ont inventé la pulsion de mort».

«Méditons sur cette parole d’avocat : « L’acte monstrueux ne fait pas un monstre».

Livres 2

*

SERGE TISSERON.

Du livre et des Ecrans (Editions Manucius).

«Bien que tout soit possible avec Internet, le meilleur comme le pire, beaucoup d’adultes en ont une vision catastrophique. Pourquoi ? Je crois que c’est parce qu’Internet a mis brutalement fin à la grande illusion parentale qui a dominé les années 1970/2000 : élever les enfants en les protégeant de tous les dangers du monde… et en les contrôlant (…) Les adolescents des années 1980 enfermés dans leur chambre pour éviter les «mauvaises rencontres» ont bricolé des outils qui leur permettent maintenant de quitter la maison tout en respectant l’injonction parentale de ne pas sortir. L’utilisation d’Internet (réseaux sociaux comme FaceBook) tient tout entière ce paradoxe : être «à la fois» dehors et dedans. Internet est perçu comme une machine infernale parce qu’il court-circuite l’influence parentale».

J.B.PONTALIS

Avant (Gallimard)

Dans son chapitre «QUAND ?» Jean-Bertrand Pontalis a recensé des exemples singuliers dans le patchwork de sa mémoire, il a piqué de belles formules dans ses pensées désordonnées. Quatre, au hasard, qui disent le temps qui passe, qui disent  les Temps qui changent :

«QUAND mon père était à mes côtés.

   QUAND tous mes amis, quand tous ceux que j’aimais, étaient vivants.

   QUAND la psychanalyse était encore inventive ou même, dans un temps plus reculé, objet de scandale.

  QUAND le facteur ne s’appelait pas «préposé», l’instituteur, «professeur des écoles», les hommes et femmes de ménage, «techniciens de surface», l’épicier arabe du coin, «commerçant ethnique de proximité».

*

Patti Smith et Mona Chollet

MONA CHOLLET.

Beauté Fatale (Editions Zones)

« Entourer une marque d’affect, d’histoires, susciter son appropriation, lui donner la dimension et le prestige d’une institution culturelle : dans cette entreprise, Internet joue un grand rôle».

« La culture de masse n’est pas d’un seul bloc : elle a toujours été le lieu d’une tension entre logique créatrice et logique mercantile».

« En France – rappelons-le – les femmes gagnent en moyenne 27% de moins que leurs collègues masculins (…) Les femmes occupent 80% des emplois à temps partiel (…) 18,5% de femmes à l’Assemblée Nationale».

« On souligne souvent, à raison, que beaucoup d’hommes jugent absurdes les critères de beauté de l’industrie culturelle; ceux-ci sont toutefois d’une telle puissance qu’ils parviennent même à s’interposer entre les femmes et celui qu’elles aiment. Ils y sont aidés par le fait qu’ils s’appuient sur une vision erronée, mais très répandues, de ce qu’est un corps, comme de ce qu’est une relation…».

*

PATTI SMITH.

Just Kids (Folio).

« Début mars, Robert [Mapplethorpe] a trouvé un job temporaire de portier pour le Fillmore East, qui avait ouvert récemment. Il se présentait au travail en survêtement orange. Il se réjouissait de voir . Mais lorsqu’il est rentré, il avait été supplanté par une autre artiste : «J’ai vu une fille qui va vraiment cartonner. C’était ».

« A ceux qui reprochaient à Robert de ses servir de sa beauté, il rétorquait : «Je ne me sers pas de ma beauté. Ce sont les autres qui s’en servent».

« L’activité Polaroïd entre les mains de Robert. L’acte physique, une secousse du poignet. Le déclic en prenant la photo et l’excitation de l’attente, soixante secondes pour voir ce qu’il avait. L’immédiateté du processus convenait à son tempérament».

*

Un clin d’oeil à pour sa traduction française… et à bientôt pour d’autres lectures. Automnales et Hivernales. En attendant, vous pouvez relire les billets-BiBi sur Anne Méaux et Stéphane Fouks ou sur Jean-Bertand Pontalis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *