LA LECTURE, C’EST MAINTENANT.

le-coin-lecture-de-bibi

C’est le coin lecture tous azimuth de ma semaine. Du plus quotidien au plus essentiel. De l’amicale caresse aux félidés via aux recherches passionantes du sociologue .

PASCAL QUIGNARD.

Allongé sur la Barque silencieuse de Pascal Quignard, je lisais cette férocité sur Sire Gowtheld : «Sire Gotwtheld ne cherchait aucune excuse à ses actions. Il disait qu’un démon interne, parlant très fort à l’intérieur de lui-même, disait : «Non au Bien. Non au sommeil. Non à la musique. Non aux images. Non aux livres. Non aux échiquiers». Le parfait contraire des propos réguliers de mon blog. Mais une fois le billet du jour terminé, qui sait si… cette rage destructrice ne me prend pas moi aussi tout entier ?

Il reste que – comme Pascal Quignard – j’aime les chats. Et j’aime ce passage du même auteur dans ce même livre :

Tosca Quignard

*

/ .

J’aime aussi les images (dessins, images de films, aquarelles, tableaux). Retrouvant ce beau livre d’Alain Bergala qui répond aux phototextes de Raymond Depardon, j’en ai extrait ces lignes décisives sur la photographie et le photographe :

BERGALA Bi

Bergala

*

BERNARD LAHIRE.

L’intérêt des travaux du sociologue Bernard Lahire c’est qu’il traque le monde social jusque dans ses plis les plus singuliers. Et pour se tenir à cette échelle individuelle, il écarte toute tentative d’explication par le génie, le talent, le hasard ou le tempérament. Il se démarque aussi des visions simpliste d’un déterminisme massif par la classe sociale d’origine (et d’appartenance) et approfondit le concept opérant de sur l’ «habitus». Un travail qui prend place de façon offensive dans le champ intellectuel avec Norbert Elias, Max Weber, Pierre Bourdieu comme références (qu’il critique aussi).

B LAHIRELa recherche, l’espace d’investigation de Lahire porte sur «une sociologie à l’échelle individuelle qui analyse la réalité sociale en tenant compte de sa forme individualisée, incorporée, intériorisée ; une sociologie qui se demande comment la diversité extérieure est faite corps, comment des expériences socialisatrices différentes, et parfois contradictoires, peuvent (co)habiter (dans) le même corps… » On peut dès lors envisager des ponts (et situer justement les écarts) entre la sociologie et la psychanalyse.

Des liens et des différences aussi entre l’investigation sociologique et l’espace politique par exemple. Bernard Lahire rappelle justement cette précaution méthodologique : «Si les travaux scientifiques ont leur logique propre et ne doivent en aucun cas être guidés par des considérations politiques, ils sont néanmoins difficilement séparables des questionnements concernant la transformation du monde social». On ne peut là aussi que conseiller les politiques et les gens de Sciences à lire Lahire dans les croisements qu’il opère.

*

Et… avant de vous évanouir, n’oubliez pas d’apporter votre soutien à BiBi et à son blog PENSEZ BIBI dans sa Course aux .

Pour voter, c’est ICI.

On The road

2 Responses to LA LECTURE, C’EST MAINTENANT.

  1. Tietie007 dit :

    J’ai trois chats et un chien …et je photographie les chats un peu de partout à travers le monde.

  2. Tietie007 dit :

    Tiens, cette photo finale me fait penser aux dernières images des Temps Modernes, où Chaplin et Paulette Godard vont vers leur destin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *